Les Actualités du 14 mars 2014

Séance du conseil d’arrondissement du 10 mars
Pour accepter des entrées de fonds non prévues au budget, les élus doivent demander l’autorisation du Comité exécutif

. Nids-de-poules, évaluations, déneigement, nettoyage, etc.
. Une autre bouche d’égout à rendre silencieuse
. “On va bien dormir, nous, ce soir, pas eux!”, lance un résidant qui plaide pour les locataires vivant dans un immeuble sur Ranger


PhotoJ.-C. Lanthier – Crédit photo : jdv – Philippe Rachiele

“Nous, on va bien dormir, ce soir, quand on va retourner chez nous, après la réunion du conseil, mais pas eux!”, a lancé, Jean-Claude Lanthier, un habitué des séances du conseil d’arrondissement.

Habitant dans le secteur Fleury Ouest, M. Lanthier, crinière blanche et moustache à l’avenant, faisait allusion aux locataires vivant dans un immeuble (très) mal entretenu de la rue Ranger.

“Je suis mal pour eux!, a-t-il ajouté, avec emphase. Je vais m’endormir mais je ne pourrai pas m’empêcher de penser à eux!”, a-t-il conclu.

Le conseiller de Bordeaux-Cartierville interpellé par cette problématique, Harout Chitilian,  a tenu à préciser que l’immeuble en question était visité presque quotidiennement par des inspecteurs de la Ville de Montréal depuis 2009. “Nous avions une approche ‘carotte'”, a-t-il dit. Mais à ce stade, je constate que l’approche ne fonctionne pas avec ce proprio délinquant.”  

Plusieurs questions intéressantes ou thématiques ont été abordées par 14 citoyens au cours de cette séance ordinaire de mars du conseil de l’arrondissement : le nettoyage du viaduc sur Chabanel; le dépôt illégal de neige par un commerce devant la cour arrière de résidants dans une ruelle; l’évaluation très dissemblable de condos semblables; le déneigement mal fait alors que les taxes augmentent; une autre bouche d’égout mal fixée qui claque et qui claque sur le boulevard Gouin Est; l’arpentage sur la rue Bruchési; la revitalisation de la rue Fleury Est; un peuplier qui devra être abattu par ordre de la Cour; le coût de réfection d’une pataugeoire dans le parc du Sault-au-Récollet; l’absence des cols bleus au travail  et les nids-de-poules dans l’arrondissement; le réaménagement de l’intersection du métro Sauvé. Une bonne trentaine de résidants étaient présents, outre le personnel de l’arrondissement, les élus, et les techniciens qui assurent la webdiffusion, de même que vos humbles serviteurs.

Avenir d’enfant


Parmi les différentes résolutions votées ce soir-là, notons le point 30.03: “Demander au comité exécutif de la Ville de Montréal de modifier le budget de la Ville, en conformité avec l’article 144 de la Charte de la Ville, afin de tenir compte de la réception, par l’arrondissement, d’une contribution financière de 27 816 $ provenant de l’organisme Avenir d’enfant. “

Aussi surprenant que cela puisse paraître, si une entrée de fonds non prévue doit être ajoutée dans la colonne “revenus” de l’arrondissement en cours d’année (ex.: vous décidez de léguer le produit de la vente de tous vos biens, à votre décès, à l’arrondissement…), le Comité exécutif de la Ville devra approuver l’ajout de ce montant dans les revenus d’Ahuntsic-Cartierville.

Ainsi, Avenir d’enfant, est un organisme à but non lucratif,
fruit d’un partenariat entre le gouvernement du Québec et la Fondation Lucie et André Chagnon. Renseignements pris auprès de la porte-parole de l’arrondissement, Geneviève Dubé, ce sont les organismes Concertation Ahuntsic Petite Enfance (CAPE) et  la Table de concertation jeunesse de Bordeaux-Cartierville (TCJBC) qui sont fiduciaires de la subvention de l’OBNL Avenir d’enfant. Cet argent leur sert à organiser, en collaboration avec les bibliothèques de l’arrondissement, le Festival Je lis, tu lis, qui s’adresse aux enfants d’âge préscolaire.

Projet Musto et PPU

Par ailleurs,
le point 40.15 associe une éventuelle autorisation de la
construction de plusieurs immeubles résidentiels au 10 000, rue Meilleur, avec
le libellé suivant: “Demander au secrétaire d’arrondissement de fixer la
date de l’assemblée publique de consultation lorsque les résultats de l’étude
de circulation à réaliser dans le cadre du Programme particulier d’urbanisme
(PPU) pour le secteur Henri-Bourassa Ouest seront connus”. Pourquoi associer ces deux éléments?

Selon Mme Dubé, bien
qu’une majorité des membres du conseil d’arrondissement aient été à l’aise avec
le projet domiciliaire présenté par le promoteur et la conclusion de l’étude de
circulation qui l’accompagnait, certains doutes ont été soulevés quant à la
possibilité d’un effet combiné de ce projet et de la réalisation éventuelle du
programme particulier d’urbanisme (PPU) d’Henri-Bourassa Ouest sur la
circulation locale dans le quartier situé entre les deux.  

Afin
de documenter cette hypothèse, l’arrondissement a alors demandé, dans le cadre
de sa propre étude de circulation pour le PPU, d’ajouter le projet du 10 000
Meilleur dans les variables.  Conséquemment,
le conseil d’arrondissement a ensuite demandé au secrétaire d’arrondissement,
lors de la première résolution sur le projet, d’attendre les résultats de cette
nouvelle étude avant que le projet ne soit présenté en consultation publique,
de manière à avoir un portrait mieux documenté de la circulation résultante et
ainsi prendre une décision éclairée pour la suite du processus.  

Les
résolutions subséquentes de ce projet sont par conséquent également retardées.
 Il est à noter que pour être adopté, un projet particulier doit avoir
fait l’objet de trois résolutions.

La conseillère Émilie Thuillier a souligné sa dissidence sur ce point.

Cafés-terrasses

Les amateurs de soleil et de belle saison seront ravis d’apprendre que le conseil d’arrondissement a reconduit le retour des cafés-terrasses pour la période du 1er mai au 31 octobre 2014 sur La Promenade Fleury, la rue Chabanel Ouest et sur FLO.
(Par Christiane Dupont et Philippe Rachiele) (2014-03-14)

Cliquez-ici pour voir toutes les photos de la soirée du Conseil
____________________________________________________


Culture de la marihuana à des fins médicales dans le quartier


Photo

Un
peu partout au Québec et au Canada  des
entrepreneurs privés s’apprêtent à mettre sur pied leur propre entreprise de
production de cannabis à des fins médicales. À partir de la fin du mois de
mars,  les sociétés autorisées par Santé Canada après des vérifications serrées pourront
faire pousser de la marijuana à des fins médicales.


Lors de la
dernière réunion du conseil d’arrondissement, un premier projet de résolution adopté
par les élus (le premier de trois selon la procédure) a donné à une entreprise l’autorisation
de l’occupation « du bâtiment située sur le lot identifié 14888814 du
Cadastre du Québec comme un établissement de production de la marihuana à des
fins médicales .»

Quartier commercial

Vérification faite, si le conseil donne également
son autorisation lors de la présentation des deux prochains projets de
résolution en ce sens, l’entreprise dont il est question pourra cultiver la
marihuana à des fins médicales sur la rue Legendre, dans une partie de l’arrondissement
résolument plus commerciale et industrielle. 

L’entreprise  a sans doute été accréditée au préalable par
Santé Canada, tel que le requiert la règlementation stricte du fédéral.

Bien que journaldesvoisins.com ait pu déterminer
à quel endroit serait situé ce site de production et le
nom du propriétaire de l’édifice (basé au Panama), nous n’avons pu obtenir de
renseignements sur  le nom de l’entreprise
productrice (le locataire), l’arrondissement étant plutôt avare de
renseignements à ce sujet, sans doute pour des raisons de sécurité publique.

Règlementation?

Il ne semble
pas qu’il existe de règlementation officielle à ce sujet pour l’arrondissement,
bien que le service des Permis ait examiné attentivement la demande avant de
recommander le projet de résolution aux élus. Au moment de mettre sous presse,
le service des Communications de la Ville de Montréal n’avait pu nous
renseigner, à savoir s’il existait déjà une règlementation encadrant la culture de
la marihuana à Montréal, ou de ce genre d’industrie. C’est à suivre. D’autres villes canadiennes,
telles que la ville d’Ottawa par exemple, ont déjà pris des mesures pour règlementer les
demandes de cette nature.

Québec, bon dernier

 Il faut dire que depuis que le gouvernement fédéral a permis la
culture du cannabis à des fins médicales, le Québec est l’une des provinces qui
tire résolument de l’arrière dans ce domaine, en tout cas à visage découvert. Ainsi, l’an dernier, 884
demandes d’autorisations de possession de marijuana médicale  avaient été données au Québec, contre quelques
13000 à la Colombie-Britannique, plus de 8600 en Ontario, et près de 2000 en
Nouvelle-Écosse.  Selon Adam Greenblatt,
directeur général de la Société pour l’accès au cannabis médical à Montréal, 
en entrevue au journal La Presse, l’écart pourrait être causé par la réticence
des médecins québécois à prescrire un produit thérapeutique non homologué

Rappelons que
le Programme d’accès à la marijuana à des fins médicales (PAMFM) de Santé
Canada  (et non l’utilisation de la
marijuana de façon générale, comme il est bien indiqué sur le site de Santé
Canada)a été lancé en 2001. L’usage du cannabis à des fins médicales a
toutefois été autorisé en 1999 au pays. À l’époque, 500 usagers en faisaient usage.
Depuis, ils seraient 30 000 utilisateurs.

Modus operandi actuel


À l’heure
actuelle, et jusqu’au 31 mars, il est possible de posséder du cannabis à des
fins médicales, soit en l’obtenant d’un sous-traitant du gouvernement, soit par
l’entremise de Santé Canada, soit en le faisant pousser soi-même, selon la
prescription d’un médecin, ou encore en demandant à une tierce personne de la
produire.

Il semble que
la culture du cannabis, bien que ce soit à des fins médicales, soit une
industrie extrêmement lucrative.  Les
experts de Santé Canada s’entendent pour dire que l’industrie pourrait
facilement atteindre des milliards de dollars en ventes d’ici 10 ans, au
Canada. Qu’en sera-t-il pour Montréal, et l’arrondissement? (Par Christiane Dupont) (2014-03-14)

Pour lire un article intitulé “Marihuana à des fins thérapeutiques : fin de la
production à domicile”, cliquez ici

Pour lire un article intitulé “Cannabis à des fins médicales: la bonne affaire”, cliquez ici
Sur le site de Santé Canada, différents sujets:
Usage de la marihuana à des fins médicales
Devenir producteur autorisé
Liste des producteurs autorisés

________________________________________________________________________________


Le déneigement a commencé jeudi soir à 19 h !
Automobilistes, surveillez la signalisation !


Photo

Photo prise sur Fleury Est, jeudi.  Crédit photo : jdv – Philippe Rachiele

______________________________________________________
ÉLECTIONS QUÉBEC 2014

Dans Crémazie…
Aînés, bénévolat, porte-à-porte, vraies affaires, et santé


Photo(Source: bureau de Diane De Courcy)

La campagne électorale est lancée pour de bon avec
l’ouverture des locaux de campagne des organisations politiques et les
premières salves de critiques émanant des candidats.

De Courcy: engagements

La députée-ministre sortante Diane De Courcy a réuni
plus d’une centaine de militants lors de l’inauguration de son quartier général
localisé au 10485, boulevard Saint-Laurent (tout près du marché Provigo).

Diane De Courcy a promis d’aller à la rencontre des
citoyens tout au long de la campagne pour parler notamment de ses 32 engagements pris pour Crémazie. Un programme axé entre autres sur une série
de mesures sociales, notamment les aînés. 

Ainsi, elle veut s’assurer que l’hébergement offert
aux aînés à domicile, en centre d’hébergement, en résidences ou en CHSLD, soit
bien adapté et sécuritaire.

La députée sortante est prête aussi à soutenir la mise
en place d’un centre de référence de l’action bénévole, pour encourager la
participation et l’engagement citoyen. Elle s’engage aussi à surveiller de près
le développement des services dans le créneau du maintien à domicile.  

‘’J’ai un plan d’action concret  pour la
circonscription. D’ailleurs, ce plan, je l’ai construit avec les gens et les
groupes du quartier’’,  a précisé l’ex-présidente de la Commission scolaire
de Montréal.

Montpetit dénonce

Marie Montpetit, la candidate libérale dans Crémazie,
a décoché une flèche à l’endroit de Diane De Courcy, qualifiant rien de moins
d’«étrange» l’annulation de l’activité prévue le 8 mars dernier par le Parti
Québécois pour souligner la Journée internationale des femmes. 

Pour elle, l’événement, en fin de compte annulé,
n’avait rien de rassembleur. Mme Montpetit a déploré le fait que cela « réduisait la journée internationale du droit des femmes à une célébration des
femmes strictement souverainistes ».

L’événement en était un du PQ mais il a été annulé
avec le déclenchement des élections; les hautes instances du parti ont été
obligées de devancer leur assemblée des présidents d’associations de
circonscriptions en tout début de campagne.

Marie Montpetit misera sur le porte-à-porte pour
convaincre les résidants à voter libéral.
« Mon objectif pour les prochaines semaines, dit-elle,
est d’échanger avec le plus grand nombre de personnes possible. On nous demande
de nous occuper des vraies affaires, des vraies priorités; de la santé,
de l’éducation, de l’emploi et de l’économie du Québec et non du référendum », a
martelé Mme Montpetit.

Les libéraux de Crémazie partagent leur local de comté
avec celui de Laurier-Dorion, sur la rue Jean-Talon ouest. 

Marie Montpetit ne s’en offusque pas, signalant que le
combat se mène sur le terrain et non pas dans un local.

Frappier, prise deux

Le candidat de Québec solidaire, André Frappier, a
donné le coup d’envoi de sa campagne jeudi soir devant ses  militants au
1591 de la rue  Fleury Est, près de la rue Francis.

Les militants de la formation souverainiste de gauche
ont eu l’occasion d’échanger avec le candidat de Crémazie qui connaît bien la
circonscription, ayant aussi été candidat de QS à l’élection de septembre 2012,
terminant quatrième. Andrès Fontecilla, président et co-porte-parole du
parti, aussi candidat du même parti au sud de Crémazie, dans Laurier-Dorion,
avait été invité pour l’événement.

André Frappier, un ancien leader syndical à la FTQ,
veut prendre la défense des démunis et du système de santé qu’il trouve dans un
état ‘’déplorable’’. Il compte lui aussi rencontrer le plus de gens pour
les sensibiliser à la nécessité d’adhérer aux idées de Québec solidaire.

CAQ: Bessette

Sylvain Bessette, le candidat de la Coalition avenir
Québec, a accepté à la dernière minute de remplacer la candidate qui avait été
pressentie pour se présenter dans Crémazie. Il compte faire le maximum dans un contexte où la
formation de François Legault demeure troisième dans les intentions de vote.

M. Bessette, un comptable agréé de Laval, n’aura pas
de local dans Crémazie. Ce résidant du quartier Duvernay à Laval a d’ailleurs
lui-même accroché ses affiches électorales, le week-end dernier.

Sylvain Bessette appuie les principes de la CAQ en
matière de fiscalité, applaudissant au passage les solutions mises de l’avant
pour ‘’moderniser’’ les crédits d’impôt. Il a dit aussi ne pas oublier les gens à faible revenu,
nombreux dans Crémazie. ’’L’argent des contribuables ne sort pas par les
fenêtres. Si l’économie va bien, il est certain que les gens moins fortunés en
profiteront’,’ nous a mentionné le candidat caquiste.

Autres partis

Option nationale présentera aussi une candidate dans
Crémazie. Il s’agit de Gabrielle Ladouceur-Despins. Et finalement pour le Parti vert, la candidate sera
Virginia Leurent de Wavrir Bonnevie. (Par Alain Martineau)  (2014-03-14)


Marie Montpetit sillonnera la circonscription

Photo(Crédit-photo: PLQ)

La candidate du PLQ partagera le local dans Laurier-Dorion, et signale que la campagne se fera d’abord en sillonnant les rues de la circons-cription.

Québec Solidaire pend la crémaillère

Photo

Inauguration du local du candidat André Frappier de Québec Solidaire, dans Crémazie. (Crédit-photo: Alain Martineau)

___________________________________________________________________________


ÉLECTIONS QUÉBEC 2014  
Dans l’Acadie…

Christine St-Pierre, confiante; Évelyne Abitbol relève le défi


PhotoInauguration du local de Christine St-Pierre (Crédit-photo: A.Martineau)

La députée sortante de l’Acadie, Christine St-Pierre, parlera autant des
questions nationales que locales au cours de la campagne dans sa
circonscription.

L’ex-ministre des Communications dans le gouvernement Charest a ouvert en
grande pompe jeudi soir son local de circonscription, devant des dizaines de
militants, sur le boulevard Henri-Bourassa ouest, non loin du bureau de Postes
Canada.

Interrogé par jdv, Mme St-Pierre, une ancienne journaliste de
Radio-Canada, n’a pas raté l’occasion d’écorcher au passage Pierre Karl
Péladeau, le candidat vedette du Parti  Québécois. Pour elle, PKP est en
conflit d’intérêts en tenant mordicus à garder ses actions de Québecor.

Christine St-Pierre, qui avait couvert la campagne référendaire de 1995
pour Radio-Canada, a aussi vivement déploré qu’un autre référendum se pointe à
l’horizon si jamais le PQ est réélu le soir du 7 avril.

Priorités


Sur le plan local, la députée sortante estime qu’il faudrait faire
davantage pour accompagner les nouveaux arrivants. Elle estime qu’il faut aussi
faire plus pour les gens à faible revenu. Elle compte aussi surveiller de près le dossier de la construction d’un
ensemble d’immeubles en hauteur au sud de la prison de Bordeaux, à savoir le projet du promoteur Musto.  « Les gens du secteur ont droit à la tranquillité », a estimé Mme
St-Pierre, qui, à l’instar de plusieurs résidants du secteur, dit craindre pour
la densité et la hauteur des tours d’habitation envisagées sur l’emplacement où
étaient autrefois des garages du ministère des Transports.

Autre priorité : le transport en commun. Les libéraux souhaitent aussi
faire plus, notamment avec le prolongement de la ligne orange au nord de la station Côte-Vertu.
 



Photo(Crédit-photo: PQ)

Même si l’ex-ministre libérale Christine St-Pierre est en pole position
(position de tête) dans la campagne dans l’Acadie (Ahuntsic ouest-Bordeaux-Cartierville), la
candidate péquiste Évelyne Abitbol ne baisse pas les bras.

Présentée par la chef péquiste Pauline Marois la veille de la Journée
internationale des femmes, Mme Abitbol, qui comme sa rivale, a une longue
feuille de route dans le monde des communications, entend livrer bataille
jusqu’au bout.

Charte des valeurs


Partisane du dialogue interculturel, Évelyne Abitbol, née au Maroc,
veut entre autres insister pour défendre la charte de la laïcité. « J’ai choisi
de me présenter dans l’Acadie pour convaincre les gens de la nécessité du
projet de loi de Bernard Drainville », a-t-elle affirmé en entrevue au jdv.

La circonscription compte 56 pour cent d’allophones. Avec des
dizaines  de communautés culturelles diverses, elle aura donc beaucoup de
pain sur la planche mais se dit prête à relever le défi alors que cette
question est presque reléguée aux oubliettes face à la question nationale.

A ce sujet, Mme Abitbol, a vivement déploré la division du vote
souverainiste alors qu’on lui apprenait qu’Option nationale allait présenter
une jeune candidate, Julie Boivin, dans la circonscription. Québec solidaire a
aussi un candidat, de même que le Parti vert.

Madame Abitbol partage le même local électoral que celui de Diane de
Courcy (PQ-Crémazie) sur le boulevard Saint-Laurent. Il se trouve en bout de
piste à la limite de chaque circonscription.

Évelyne Abitbol a notamment été honorée par l’Institut sépharade du
Canada pour son action  dans le dialogue des cultures (2007) et a reçu le
trophée Femmes arabes (2011). (Par Alain Martineau) (2014-03-14)

___________________________________________________________________________



______________________________________________________
Aéroport Montréal-Trudeau
Les 3000 signatures de la pétition sont rendues à Ottawa!
.Les Pollués de Montréal-Trudeau interpellent la Chambre

Le 7 mars dernier, la
dernière portion de la pétition du groupe Les Pollués de Montréal-Trudeau, qui
contenait au total plus de 3 000 signataires et qui réclame des mesures
pour corriger les nuisances aériennes qui se sont multipliées depuis plus de
deux ans en périphérie de l’Aéroport international de Montréal, a été déposée à
la Chambre des Communes. C’est le député libéral Marc Garneau qui a transmis le document contenant les nombreuses signatures, au nom de Stéphane
Dion, député de Saint-Laurent.

Véritable couvre-feu


Les Pollués de
Montréal-Trudeau réclament notamment l’imposition d’un véritable couvre-feu, un
relèvement du niveau de vols des aéronefs survolant les municipalités et les arrondissements
situés à l’est de l’autoroute des Laurentides, des stations de mesure
supplémentaires et leur présence au comité consultatif sur le climat sonore
d’Aéroports de Montréal (ADM).

Rencontre?

Au même moment à ses
bureaux de circonscription, M. Dion animait une rencontre entre des
représentants d’ADM et des Pollués de Montréal-Trudeau. Précédemment, Maria
Mourani, députée (indépendante) d’Ahuntsic et Isabelle Morin (NPD), députée de
Notre-Dame-de-Grâce-Lachine, avaient aussi tour à tour effectué le dépôt de
portions de la pétition. Journaldesvoisins.com
en avait d’ailleurs informé ses lecteurs.

Rappel à l’ordre


« Nous espérons par
ce geste interpeller le gouvernement du Canada, Transports Canada en tête, pour
qu’il intervienne afin de rappeler ADM et NAV Canada à l’ordre, a souligné Antoine
Bécotte, le président du groupe de citoyens. On ne peut accepter que la qualité
de vie de milliers de citoyens soit entachée par le laxisme de ces organismes
privés qui exploitent l’aéroport Montréal-Trudeau en négligeant les plaintes
des citoyens, en gardant secrètes la plupart des données sur les mouvements
d’aéronefs et en n’exerçant pas le leadership attendu pour contraindre les
transporteurs à exécuter des manœuvres qui minimisent les nuisances sonores
engendrées sur les quartiers résidentiels qu’ils survolent.»

Révélateur


Monsieur Bécotte
trouve qu’il est révélateur que quelque 3 000 personnes aient signé de
façon manuscrite la pétition alors qu’ADM clame que seulement 3 626
personnes vivent sous l’empreinte sonore de l’aéroport Montréal-Trudeau.

« En refusant
d’installer des stations de mesure du bruit à l’est de l’autoroute 15,
Transports Canada nie une problématique de plus en plus grave qui permet à ADM
de faire fi des plaintes reçues par les citoyens d’un bassin de population de
plus d’un demi-million de personnes. » (Par Christiane Dupont) (2014-03-14)

_______________________________________________________

Un autre monde, celui de 1947

Découvrez le territoire d’Ahuntsic-Cartierville du haut des airs,  tel qu’il était au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale

Texte et photos: Jacques Lebleu, collaboration spéciale


PhotoPhoto du haut: vue aérienne globale. Photo du bas: détail du quartier environnant l’intersection Crémazie et Saint-Laurent avec anciens ateliers des transports publics. (Crédit-travail de recherche et d’assemblage des photos: Jacques Lebleu. Crédit-photos: Archives publiques de Montréal)

Un autre monde: c’est ainsi
qu’on pourrait décrire notre arrondissement tel que ses résidants le connaissaient
en 1947.
  Un texte de Jacques Lebleu, collaboration spéciale

1947. Un autre monde. Pas d’autoroutes, pas même le boulevard Métropolitain, pas de pont
Papineau, ni aucun centre commercial. Bien qu’il subsistait à l’époque un bon
nombre de champs cultivés, des ruisseaux non canalisés et une jeune forêt en
croissance dans les terres en friche des Sulpiciens, le Marché Central
n’existait pas encore.

Ce quartier
qui n’était plus vraiment la campagne, mais dont le territoire n’était qu’à
demi bâti se révèle à la consultation des photographies aériennes mises à la
disposition du public sur le site Web des Archives de Montréal (www.archivesdemontreal.com).
Ces photographies ont été prises à l’occasion d’une couverture aérienne
exhaustive de l’ile de Montréal réalisée au cours des années 1947 et 1949.

Travail de bénédictin…

J’ai
rassemblé plus de deux cents de ces clichés pour produire une carte très détaillée
de l’essentiel de ce qu’était l’actuel arrondissement Ahuntsic-Cartierville en
1947. La photo ci-dessus vous offre un aperçu de la carte que vous pouvez
consulter par le biais de l’hyperlien à la fin de l’article.

Rôle structurant du transport collectif


Vous y
constaterez que la trame des parties résidentielles des quartiers qui étaient développés
à cette époque n’était déjà plus celle d’une société agricole. Alors qu’on discute
dans ces pages de la place du transport collectif sur certaines de nos artères
comme la rue Fleury, il est intéressant de rappeler que c’est le réseau de
trains et de tramways qui a rendu possible la densification de la population
dans les noyaux originaux d’Ahuntsic, du Sault-au-Récollet et de l’ancien
village de Bordeaux.

Fait plus
significatif et fort représentatif du rôle structurant de ces modes de
transport : ce sont les quartiers développés le long de ces voies qui présentent
aujourd’hui encore le caractère le plus fortement urbain de l’arrondissement. Ces
quartiers demeurent également ceux où les transports publics sont les plus
utilisés.

Suite des choses


Il serait intéressant
de pouvoir comparer cette carte à un document semblable produit avec des photos
datées de 15 ans de plus. En effet, c’est entre 1950 et 1965 que sont apparus
l’autoroute métropolitaine, l’A-15, le boulevard Henri-Bourassa, le boulevard
de l’Acadie et les premières constituantes de ce qui allait devenir le CÉGEP
Ahuntsic sur la rue St-Hubert. C’est aussi pendant cette période que les tramways
et les trolleybus ont graduellement été abandonnés pour être remplacés en
partie par le Métro.

Et l’automobile fut…


Malgré
certains efforts de l’administration municipale pour préserver la densité de la
population, les nouveaux quartiers qui naîtront pendant cette période seront pensés
en fonction de l’automobile et se caractériseront par une présence plus marquée
de l’habitation unifamiliale. Le Domaine St-Sulpice tel qu’on le connait
aujourd’hui en est le meilleur exemple.

J’invite
les personnes possédant des photographies de notre quartier à cette époque à les
partager  par le biais de la page Facebook de journaldesvoisins.com en étant aussi précis que
possible sur le lieu et la date où elles ont été prises.  (Par Jacques Lebleu, collaboration spéciale) (2014-03-14)

Pour les liens vous permettant de voir plus grand, ou autrement:
Cliquez ici pour la photo grand format
Cliquez ici pour la photo de taille plus modeste, le plan clé et les détails.


_______________________________________________________

Journée internationale des femmes (1)

Honneurs aux femmes accomplies sur La Promenade


PhotoCrédit-photo : jdv – Philippe Rachiele


Une centaine de personnes étaient présentes à la remise de certificats destinés à honorer le travail et l’accomplissement de sept femmes de l’arrondissement, le vendredi 7 mars dernier, à la salle L’Ami-temps. Organisée par le directeur général de La Promenade Fleury, François Morin, et la députée d’Ahuntsic, Maria Mourani, la rencontre s’est déroulée sous le signe de la bonne humeur.

Les femmes honorées sont : Angelina Romano,
propriétaire de l’entreprise Décoration Conseil Aménagement; Nicole Ouellet,
directrice générale de la Fondation Berthiaume-du Tremblay,
présidente-directrice générale de PRÉSÂGES et directrice de la Résidence
Berthiaume-Du Tremblay; Danielle Hébert, adjointe administrative chez Tandem
Ahuntsic-Cartierville; Anca Niculicioiu, coordonnatrice de l’organisme Cartier
Émilie; France Houle, assistante à la direction des arts visuels et responsable
du volet enseignement à la Galerie Kaf-Art; Georcy-Stéphanie Thiffault Picard,
jeune athlète émérite en tir à l’arc et Sylvie Leblanc, directrice logistique
et événement (bénévole) auprès des Braves d’Ahuntsic-Hockey.

Félicitations à toutes les récipiendaires! (Par Philippe Rachiele) (2014-03-14)


______________________________________________________

______________________________________________________

Journée internationale des femmes (2)
La dragonne Danielle Henkel rencontre les invitées de la députée de l’Acadie, Christine St-Pierre, à la Librairie Monet


PhotoDanièle Henkel, à g., et Christine St-Pierre (Crédit-photo: jdv – Élizabeth Forget – Le François)

L’auteure du livre “Quand l’intuition trace la route”, femme d’affaires, conférencière, et dragonne de la célèbre émission de télé sur l’entrepreneuriat, Dans l’oeil du dragon, Danielle Henkel, a été la conférencière invitée de la députée de l’Acadie, Christine St-Pierre, comme cadeau de Mme St-Pierre à ses invitées à l’occasion de la Journée du 8 mars. Femme de coeur qui a réussi, femme passionnée, femme accomplie, mère de quatre enfants, fille d’une femme qu’elle vénère, Mme Henkel, a su, comme à chacune de ses prestations, capter son auditoire. Une rencontre qui a fait en sorte qu’elle a fait d’autres conquêtes parmi les participantes. (Par Christiane Dupont) (2014-03-14)

______________________________________________________

Journée internationale des femmes (3)
Culture, sur Chabanel : une exposition hors de l’ordinaire


Photo

Profitant de la Journée internationale des femmes, le Musée de la femme a
procédé tout récemment à l’inauguration de son exposition temporaire ‘États
dames’
dans notre quartier. C’est au 99 rue Chabanel ouest (local 206) que l’institution de Longueuil
a décidé d’installer son exposition qui combine visite et ateliers.

Soi et l’autre

L’exposition propose un dialogue sur la mémoire, l’oubli et la nostalgie.
Dans l’espace retenu (différentes pièces), le visiteur est invité à porter un
regard sur soi tout en n’oubliant pas le rapport à l’autre.

Les gens, mais aussi les organismes et associations sont invités à
s’approprier cet emplacement chargé d’histoire, celle de femmes qui
œuvraient dans le monde de la confection de vêtements, dans des conditions pas
toujours faciles.

On peut donc prendre ‘’possession’’ du lieu pour réaliser diverses
activités. Faire d’une pierre deux coups finalement. On a prévu des divans rouges pour favoriser
le dialogue.

Tradition africaine

Au menu de l’événement, l’autolouange (une expérience sociale de
tradition africaine) et des mini-conférences les jeudi et vendredi dans
l’après-midi.

Le volet exposition permet d’admirer les œuvres de Geoffrey Dorne, 365
dessins, réalisés en 365 jours. Des œuvres abstraites sur le thème des
relations avec les autres notamment.

De plus, on profite d’une collaboration des Commissaires Glaneurs, des
muséologues campés  sur des projets d’exposition atypique. Les cinq
membres du groupe proposent un projet d’”installation participative”.

L’exposition hors les murs États Dames est présentée à la Cité de la
mode, jusqu’au 29 juin.  Pour renseignements : Lydie Olga Ntap / (450)
748-1600 | (514) 588-2553  Web:
www.museedelafemme.qc.ca. (Alain Martineau)
(2014-03-14)



______________________________________________________

ON NOUS ÉCRIT…
Aéroport de Mirabel
On ne refait pas l’histoire? Certes, mais on peut faire mieux en corrigeant les erreurs du passé!


La question des avions survolant notre territoire résidentiel fait couler beaucoup d’encre et galvanise l’énergie de nombreux résidants du secteur. Vous trouverez dans la colonne de gauche, le texte écrit par M. Mario Polèse, professeur à l’INRS, et publié dans le journal La Presse, récemment. Pierre Lachapelle, résidant du quartier et ancien conseiller municipal, lui répond, dans le texte de droite.


Au maire de jouer!

Par Mario Polèse*


Un débat public nécessaire

Par Pierre Lachapelle*

“Dans son éditorial du 26 février, «Pour
attirer les avions», André Pratte (en réaction à la motion déposée par deux
conseillers municipaux réclamant que le maire de Montréal et le gouvernement
fédéral s’affairent à accroître le nombre de vols internationaux directs à
l’aéroport Pierre-Elliott-Trudeau) conclut que «leur intention est bonne, mais
le raisonnement fautif». Il ajoute: «Ce n’est pas parce qu’il y a moins de vols
directs à Trudeau que l’économie de Montréal se porte moins bien; c’est parce
que l’économie de Montréal a pris du retard».

André Pratte
a raison, mais à moitié. Les deux conseillers ont également raison. Le lien
entre la force d’un aéroport et l’économie de la ville va dans les deux sens.
Je prends deux exemples pour l’illustrer. Le plus important aéroport de
l’Amérique du Nord ne se trouve ni à New York ni à Los Angeles, mas bien à
Atlanta, la neuvième région urbaine (en population) des États-Unis. C’est que
Delta a choisi cette ville comme son «hub» (aéroport pivot). Il en est de même
pour Francfort, en Allemagne, avec Luftansa.

La demande
en matière d’aviation provient de deux sources: la demande propre à la ville
(donc tributaire de sa taille et de son dynamisme); et le nombre de passagers
qui choisissent d’en faire l’aéroport de correspondance pour aller vers
d’autres villes. La force des aéroports d’Atlanta et de Francfort réside
d’abord dans cette dernière caractéristique.

Le transport, nerf de la guerre

L’enjeu est
majeur, car les aéroports deviennent de plus en plus des moteurs de
développement économique urbain. Le nerf de la guerre à l’heure de l’économie
du savoir est le transport des personnes: la facilité de se rencontrer et
d’échanger des idées. La relation entre économie urbaine et aviation est en
bonne partie circulaire. Il faut intervenir aux deux niveaux. Le défi pour
Montréal est de taille. Le fiasco de Mirabel a cassé du jour au lendemain le
rôle de Montréal comme aéroport pivot. Nous en payons encore le prix:
l’aéroport Trudeau est en train de remonter la pente, mais tranquillement.

Toronto est
désormais l’aéroport central d’Air Canada et cela ne changera pas. On ne peut
pas refaire le passé. La géographie du Canada et la frontière américaine
n’aident pas, non plus, au développement d’un aéroport pivot. La géographie
linéaire du pays, peu peuplé, sans centre clair de marché – sinon Winnipeg
serait le pivot – rend difficile la gestion d’un réseau dense en fil
d’agrainée. Les formalités douanières réduisent d’autant le potentiel des
villes canadiennes comme «hubs» à l’échelle du continent. Pourquoi passer par
le Canada pour aller vers une ville américaine? Même Toronto n’est pas un très
grand aéroport à l’échelle internationale.

Est-ce que
cela veut dire que la bataille est perdue d’avance? Pas du tout. Un aéroport
pivot, ça se construit. Les éléments au dossier se trouvent à de multiples
niveaux: la tarification des aéroports, les formalités douanières, les choix
corporatifs d’Air Canada et d’autres transporteurs, la gestion et l’aménagement
de l’aéroport, etc. C’est précisément le genre de dossier dans lequel le rôle
de leadership revient au maire de Montréal (et président de la Communauté
métropolitaine). Le défi: réunir, convaincre, et faire travailler ensemble des
acteurs de milieux différents.” (Source: La Presse. 2014-03-01)


*Mario Polèse est professeur d’économie urbaine à l’Institut nationale de recherche scientifique (INRS)

 

Monsieur Mario Polèse dans une opinion publiée dans La Presse du 1er mars dernier fait un plaidoyer pour le renforcement de l’activité
aéroportuaire de Montréal et implore le nouveau maire de Montréal, Denis
Coderre, d’investir toute son influence et son pouvoir dans ce dossier.

La promotion des infrastructures stratégiques de transport est
importante pour la promotion de la ville de Montréal. En ce qui a trait aux
aéroports, comme Montréal en compte deux, il faudrait choisir le bon. Et il me
semble que c’est une lacune dans l’opinion exprimée par ce chercheur, puisque
ce débat n’a pas eu lieu. Il a été escamoté. Peut-être même détourné, au début
des années ’90. (…)

En 1995, les gestionnaires d’Aéroports de Montréal (ADM), en catimini et
en catastrophe, décident de fermer l’aérogare de Mirabel, un investissement de
550 millions en dollars de 1975, et de concentrer les vols internationaux à Dorval.
Voilà une décision dont le caractère étrange n’a pas échappé à des milliers de
citoyens.

Citons ce que le rapport récent de l’Institut pour la gouvernance des
organismes publics et privés (IGOPP), portant sur la gestion des aéroports
canadiens, retient de cet épisode:  

« Ce qu’il faut retenir de
cette décision stratégique, du point de vue de la gouvernance, c’est que la
réalisation des études et la préparation des documents justifiant cette
décision, à l’automne 1995, ont été faites à l’insu de la majorité des
administrateurs et, évidemment, de la Société de Promotion des Aéroports de
Montréal (SOPRAM), l’organisme qui devait être consulté. (…) On a même eu
recours à du maquillage de documents et à des données non validées pour tenter
de convaincre les membres du conseil et les autres intervenants du milieu du
bien-fondé de cette décision, selon un jugement de la Cour supérieure de
l’époque.»[1]



Grâce à la dévolution des aéroports, les gestionnaires d’ADM n’ont pas
eu à présenter devant une instance publique crédible, démocratique et établie
les justifications de leur décision. Les élus fédéraux pour leur part se sont
dissimulés derrière cette structure privée pour se dégager de leur
responsabilité.

L’impact de la concentration des vols à l’aéroport Pierre-Elliott-Trudeau
sur les populations survolées par les aéronefs est un autre élément majeur que
monsieur Polèse semble oublier dans sa réflexion.

Le survol des quartiers densément peuplés de Montréal par les avions
utilisant l’aéroport Pierre-Elliott-Trudeau pose le risque d’un accident aérien,
mais surtout empoisonne la qualité de vie de milliers de Montréalais dont les
nuits de sommeil sont interrompues par l’absence de couvre feu et dont les
journées sont ponctuées tout autant par la pollution sonore.

 Mirabel répondait à cette promesse d’un ciel sans avion au-dessus des
chambres à coucher, des jardins, des parcs et des promenades des Montréalais.
De conception avant-gardiste, son aérogare était admirée sur la scène
internationale. Jamais la juxtaposition de jetés à l’aéroport situé à Dorval
n’atteindra ce niveau d’excellence et d’efficacité.

 Pour que Montréal aille de l’avant sereinement et avec cohésion, ce
débat doit avoir lieu. Le gouvernement du Canada et les gestionnaires d’ADM
doivent publier leurs études, si elles ont jamais existé, et le bilan de nos aéroports
doit être rendu public sous tous les aspects pertinents. (…)

On ne refait pas l’histoire, mais en matière
d’urbanisme et de choix collectifs d’infrastructures, on peut corriger les
erreurs du passé. Ce ne sera pas une première pour Montréal.

[1]

La gouvernance des
aéroports au Canada : enjeux et
recommandations; page 24, IGOPP


* Pierre Lachapelle est résidant d’Ahuntsic et habite
Montréal depuis 1954. Il est biologiste de
formation et titulaire d’une Maîtrise en
gestion de projet. Conseiller
municipal de la Ville de Montréal de 1986 à 1994, il a été membre de la
Commission permanente des transports (CUM) et du Conseil métropolitain des transports (1991- 1994).

______________________________________________________

LE COIN COMMUNAUTAIRE…………………………………….


Photo(Crédit-photo: Entraide Ah.-Nord)



Vous êtes d’un organisme communautaire? Vous désirez faire part à nos lecteurs/lectrices des activités, succès ou questionnements de votre organisme? Écrivez-nous à journaldesvoisins@gmail.com, ou appelez-nous au 514 770-0858.
(Par Philippe Rachiele) (2014-03-07)


Un Quille-o-Thon est organisé sur La Promenade Fleury, samedi 15 mars, de 9 h à 13 h, au profit d’Opération Enfant-Soleil, à la salle de quilles Fleury, 1763, rue Fleury Est.

Souper spaghetti
organisé par les Scouts du 105e Groupe Christ-Roi et les Loisirs Christ-Roi, le samedi 22 mars à 17h au sous-sol de l’église Christ-Roi (9400 Lajeunesse), au coût de 15$ pour les adultes et 10$ pour les enfants. Venez vous amuser tout en contribuant au financement des activités culturelles, sociales et sportives du quartier. Renseignements: 438-994-2323 ou 514-617-8717

Exposition de l’association ahuntsicoise d’artistes peintres et sculpteurs (Ress-Art) à la boutique Bois Urbain (1205, rue Fleury Est) jusqu’au 31 mars.  Ress-Art est un organisme à but non-lucratif qui veut faire la promotion des arts visuels et rapprocher la population de ses créateurs.  Ress-Art s’ouvre à tous les volets des arts visuels, que ce soit la peinture, la sculpture, le dessin, l’aquarelle, etc.

Entraide
Ahuntsic-Nord

organise une demi-journée d’information sous le thème « la popote vous
accueille » pour souligner la semaine de la popote roulante. Vous êtes
invités à venir les rencontrer le mardi, 18 mars 2014, de 13h30 à 16h, au
10780, rue Laverdure local 109. Entraide Ahuntsic-Nord est un organisme à but
non lucratif qui offre le service de la popote roulante depuis plus de 30 ans. Ils
rejoignent 160 personnes et 8000 repas ont été livrés à la porte par les
bénévoles, chauffeurs et baladeurs.  Le
repas livré permet aux aînés de rester chez eux 
et de profiter d’un menu santé distribué par des personnes dévouées,
assidues et fidèles. En plus d’offrir un repas
équilibré à leurs membres, la popote permet de faire un bon suivi et de
briser l’isolement des aînés. Renseignements : 514 382-9171

Le Comité Citoyen sur le Dialogue Interculturel
(CCDI)
de
Bordeaux-Cartierville  vous invite à un grand rendez-vous citoyen où vous,
les résidents du quartier auront le temps et l’espace pour donner vos idées et
vos réflexions pour la création d’une pièce de théâtre sur les relations
interculturelles dans Bordeaux-Cartierville.  Venez les rencontrer pour
échanger ensemble, le dimanche, 23 mars 2014 de 14 h à 16 h au YMCA de
Cartierville.  Suite à cette rencontre, la pièce de théâtre sera présentée lors de la Fête de la Famille le 25 mai
prochain au parc Louisbourg. Inscriptions : Geneviève Levac : 514-332-6348.

La Maison des Jeunes de
Bordeaux-Cartierville
est heureuse de vous
inviter à son  Assemblée générale
annuelle qui aura lieu le jeudi 27
mars 2014 à 18 h au 12 120, rue Grenet à Montréal (locaux de la Maison des
jeunes au cœur du parc de Mésy). La Maison des Jeunes est un organisme
communautaire qui œuvre auprès des adolescent(e)s (12-18 ans) de
Bordeaux-Cartierville depuis 1996. Sa mission est principalement d’offrir un
lieu d’appartenance aux jeunes du quartier et de leur proposer des activités
sportives, artistiques et culturelles. C’est aussi un endroit où ils peuvent
être en contact avec des adultes significatifs. 
Si vous avez envie de vous engager au sein d’un organisme jeunesse, vous
pouvez poser votre candidature et vous joindre au conseil d’administration.   Renseignements : 514 333-5103

Relax-Action Montréal , un organisme communautaire en santé mentale, a un poste bénévole vacant à combler au sein du conseil d’administration, poste pour un membre de soutien à la communauté.  Renseignements : 514 385-4868.


___________________________________________________________________________

………………………………….LE COIN DES COMMERÇANTS


PhotoLa Colombe (crédit-photo: A. Martineau)

Sur La Promenade Fleury:
On en sait un peu plus sur les restaurants et bistros qui ouvriront bientôt entre Péloquin et Georges-Baril.

D’abord, Café La Colombe qui se trouve tout près d’Aliments de Santé Laurier ouvrira ses portes sous peu. Le propriétaire attend un permis de la ville pour accueillir ses premiers clients. On servira, d’ici quelques semaines, café et divers plats. Le local, assez grand, est presque prêt. Le mobilier est déjà sur place. On a aussi installé deux écrans de télévision sur les murs. L’enseigne moderne est déjà bien visible au-dessus de l’établissement.

Et juste à côté, on retrouvera le resto de sushi Wawa qui se déplace vers l’ouest de la Promenade. Le déménagement se fera ce dimanche après cinq ans au  même endroit, en face de l’église Saint-Paul-de-la-Croix. Une question de loyer trop élevé serait à l’origine de ce départ. On ignore le genre de commerce qui lui succédera.

Le local est toujours à louer, tout comme celui de l’agence de voyage Malavoy, déménagée au coin de Saint-Charles.

Enfin, L’Alexia remplacera le Kerkennah qui a fermé ses portes l’automne dernier. L’ex-restaurant tunisien était établi sur Fleury depuis les années 1970, en face du Molisana (autrefois Le menhir, restaurant de grillades).

Tous ces changements devraient créer une nouvelle dynamique avec Aliments de Santé Laurier, à l’entrée Saint-Hubert de la Promenade.

Sur Fleury Ouest:
L’activité “Cabane à sucre” est toujours au programme pour le samedi 29 mars, organisée par l’Association des gens d’affaires de FLO. Des camions de bouffe de rue comme le Pied de cochon, et Zoé, seront présents. Il y aura de la barbapa à l’érable pour ceux et celles qui voudront se sucrer le bec comme aux sucres, mais différemment! Il y aura un DJ, animateur, musicien, et danseurs. La cabane à sucre Jetté sera également présente.

L’association tiendra l’assemblée générale de ses membres le 31 mars prochain, à 19 h. à la salle de la Maison des Açores.
À cette occasion, les membres se prononceront sur la pertinence de se doter d’une société de développement commercial. Il y aura également renouvellement de certains postes des représentants au conseil d’administration. Rappelons que le conseil d’administration est formé de cinq membres.

(Par Christiane Dupont, Alain Martineau et Philippe Rachiele) (2014-03-14)
Gens d’affaires et commerçants d’Ahuntsic-Cartierville: vous avez des nouvelles, petites et grandes, susceptibles d’intéresser nos lecteurs? Écrivez-nous à journaldesvoisins@gmail.com, ou appelez-nous au 514 770-0858.


_______________________________________________________

BRÈVES…BRÈVES…BRÈVES…BRÈVES…BRÈVES…BRÈVES…BRÈVES


Photo

Table de concertation
et d’action pour les aînéEs dans Ahuntsic

Tous ceux qui bougent ou qui veulent bouger dans le monde des aînéEs et
tout particulièrement les ainéEs eux-mêmes sont invités à prendre la parole le
1er avril de 13 h à 17 h chez Présâge (1474, rue Fleury Est).  Inscriptions : 514 808-4746

Le CANA offre une clinique
d’impôt
le 14-21 et 27 mars ainsi que le 11 et 25 avril de 9 h à 16 h.  Inscription : 514 382-0735 poste
221.

Cours de français
gratuits
au CACI adaptés aux besoins de chacun.  Prochaine session débutant le 7 avril.  Inscription : 514 856-3511, poste
229

Collecte de sang
organisé par Maria Mourani, députée d’Ahuntsic, le 18 mars, entre 13 h et 19 h au
Centre Claude-Robillard (Hall Nord) au 1000, avenue Émile-Journault.  Chaque jour, Héma-Québec doit prélever au
moins 1000 dons de sang afin de répondre à l’ensemble des demandes des hôpitaux
québécois.

Le directeur général des
élections du Québec
 rappelle aux
électrices et aux électeurs que la carte d’information à l’électeur qui a été
postée jeudi 13 mars, dans notre secteur, aux domiciles des électeurs, est une importante source de
renseignements.  Cet avis permet de
vérifier si vous êtes bel et bien inscrits sur la liste électorale et donne
également des renseignements concernant l’endroit où vous pouvez vous inscrire,
apporter une correction ou faire radier une personne de la liste.  Par ailleurs, les électrices et électeurs incapables de se
déplacer pour des raisons de santé peuvent exercer leur droit de vote à leur
domicile.  Pour ce faire une demande
écrite de la personne incapable de se déplacer doit parvenir au directeur du
scrutin au plus tard le 24 mars.

« Montréal pour tous »Évaluation foncière et hausses de taxes. Montréal pour tous invite les résidants
de tous les arrondissements à une assemblée publique sur l’évaluation foncière
et les hausses de taxes, au Théâtre Rialto, 5723 av. du Parc (près de Bernard),
le lundi 17 mars de 19h00 à 21h00. Invités : M. Pierre Desrochers,
président du Comité exécutif de la Ville de Montréal (et conseiller du district
de St-Sulpice)et M. Pierre-René Perrin, expert évaluateur. Une évaluation trop
haute, ça se conteste! Venez comprendre comment. Plus de détails au www.montrealpourtous.com

Échange sur les enjeux femmes.  Le Centre des femmes italiennes (1586, Fleury est, bureau 100) invite les femmes de toutes origines à un échange avec des candidates et candidats aux prochaines élections provinciales sur les enjeux qui préoccupent les femmes dans la circonscription de Crémazie mardi le 25 mars. Les travailleuses invitent les femmes à venir dîner avec elles à 12h30 (apportez votre lunch, bouchées servies). L’échange a lieu de 13h30 à 15h00. Inscription : 514 388-0980. Bienvenue à toutes!

Le festival Montréal Joue atteint son objectif !  Plus de 13 000 Montréalais ont participés à  l’une des 338 activités organisés dans tout Montréal, dont le Café de Da dans Ahuntsic-Cartierville le 8 et 9 mars dernier.  Plus de détails dans notre journal papier d’avril.

Le groupe «refusons les compteurs» est à la recherche de bénévoles pour distribuer des tracts.  Renseignements : mobilisationrefuse@gmail.com.
(Par Philippe Rachiele) (2014-03-14)


_______________________________________________________
Rêve de printemps…

Où sont donc les piqueniqueurs?!


Photo

“Heureux d´un printemps qui m´chauffe la couenne… Triste d´avoir manqué encore un hiver!
J´peux pas faire autrement, ça m´fait d´la peine!
On vit rien qu´au printemps, l´printemps dure pas longtemps…” (Paul Piché)
(Crédit-photo: Élaine Bissonnette)

_______________________________________________________

QUOI FAIRE….QUOI FAIRE…QUOI FAIRE…QUOI FAIRE…QUOI



PhotoSource Maison de la culture

Qualification de nage
synchronisée
au Centre Claude-Robillard du 12 au 15 mars pour les Championnats
canadiens.  Il y aura plus de 550
nageuses de 13 à 15 ans venant de partout au Canada.  Les spectateurs sont invités à
assister aux performances en achetant un passeport ou des billets pour une
journée.

Le Winston Band au Brûloir le 21 mars
prochain, à 20 heures. “Ambassadeurs ahuntsicois d’une fantaisie qui oscille entre le cajun
zydeco et la musique traditionnelle québécoise, le Winston Band revisite à sa
manière des airs qui ne vous seront certainement pas étrangers. Vous
reconnaîtrez les succès de porte-étendards countrymen comme Hank Williams ou
Oscar Thiffault cuisinés avec savoir-faire et finesse. À ces timbres familiers
se tresse une expérience musicale novatrice, festive et, surtout,
conviviale. Le temps d’une soirée, le Winston Band nourrira l’étincelle
country qui nous habite tous et toutes!” Entrée libre.

Silence,
on tourne… le dos au racisme!
Soirée cinéma au Café de Da le
vendredi 28 mars à 19 h.  Activité
gratuite.  Maïs soufflé offert sur
place.  Soirée familiale.  Inscription : 514 872-0568.  Organisé par le Comité Interculturel Ahuntsic
(CANA, CRÉCA, CSSS, Bibliothèque Ahuntsic, MICC) dans le cadre de la Semaine d’Action
contre le Racisme.

Conférence de l’Alliance Culturelle pour les 50 ans et plus.  François
Filiatrault présente le premier volet de «Portraits de femmes en musique», qui
associe des tableaux du MBA, de l’Antiquité au XVIIIe siècle, à un morceau
musical. Cette conférence, gratuite pour les membres et 8$ pour les
non-membres, a lieu le 19 mars à 13 h 30, à la salle de l’église Saint-Jude
(10 120, d’Auteuil). Renseignements : 514 382-5716.

Nouveau club de lecture  pour les 55 ans et plus au Centre communautaire de
Bordeaux-Cartierville au 1405, boulevard Henri-Bourassa Ouest.  Rencontres prévues les jeudis 20 mars, 17
avril, 22 mai et 19 juin de 14 h à 15 h 30. Inscriptions 514 872-0568 ou
514 872-6989.

Musclez vos méninges!   Pour les gens de 55 ans et plus
lors d’ateliers qui visent à promouvoir la vigueur intellectuelle des personnes
soucieuses des changements intellectuels liés au vieillissement normal.  Rencontres-ateliers à la bibliothèque de
Cartierville les jeudis de 10 h 30 à 12 h 30 du 10 avril au 12 juin.  Rencontre d’information le jeudi 3 avril à 10
h 30 qui donnera préséance pour obtenir une place.  Inscription : 514 872-6989.

Les Rendez-vous d’Angélique.  Découvrez les auteurs-compositeurs-interprètes
de la relève tout en prenant un thé, un verre ou un repas tout en aidant à
développer la scène artistique d’Ahuntsic-Cartierville.  Entrée libre. 
De 19 h à 21 h, tous les dimanches jusqu’au 15 juin 2014.  1348, rue Fleury est.  Le 16 mars, Lizzandre, le 23 mars, Sébastion
Lafleur, le 30 mars, Gilles Moody.  Renseignements :
514 384-5695.

À la rencontre de Pauline Julien, chanté par Céline Faucher.  À la maison de la culture, le 18 mars à 14
h.  Laissez-passer disponible dès
maintenant.

L’ensemble Sinkro, musiques de création.  Cet ensemble instrumental espagnol présente
des œuvres innovatrices qui réunissent fréquemment différente formes d’art
comme la danse,  la vidéo, le
théâtre.  Le groupe présentera un
répertoire varié, traditionnel et de création. À la maison de la culture, le 19
mars à 20 h.  Laissez-passer disponible
dès maintenant.

SOAK, danse.  Œuvre
où des êtres anonymes, vidés de leur identité, dépossédés de leur histoire,
sont projetés dans un trou noir d’où n’émerge rien.  Puis ils sont éblouis par les taches lumineuses
fugitives et frappés par des fragments de sons saccadés qui viennent à eux
comme des flashbacks…   À la maison de la
culture, le 20 mars à 20 h.  Laissez-passer
disponible dès maintenant.

Artefact de notre époque, musique.  Les
musiciens défendent à merveille la musique de toutes les époques en proposant
des programmes imaginatifs et innovateurs. 
À la maison de la culture, le 21 mars à 20 h.  Laissez-passer disponible dès maintenant.

Le chant de Georges Boivin, théâtre. 
La pièce raconte l’équipée de George Boivin, 77 ans qui vient de perdre
sa femme.  En compagnie de trois amis
retraités, il part à la recherche de sa première conquête qu’il a vue pour la
dernière fois plus de cinquante ans auparavant.   À la maison de la culture, le 23 mars à 15
h.  Laissez-passer disponible dès
maintenant.

Exposition de caligraphie japonaise par Carl Grifo, résidant
de la rue Jeanne-Mance.  Le titre de l’exposition
«À l’image du cœur» évoque ce qu’est l’art de la calligraphie japonaise :
un instant de pure créativité qui, tout en exigeant une maîtrise absolue du
pinceau, prend forme et vie dans la spontanéité du geste.  L’œuvre est toujours réalisée d’un seul
trait.  Chaque calligraphie est donc
unique, puisqu’elle reflète l’état d’être de l’artiste au moment précis de la
création. Du 11 au 16 mars au 5175, avenue Papineau.  Rens. : 514 728-4474.

La fraude : comment s’en
protéger? Atelier d’information au Café de Da de la bibliothèque d’Ahuntsic, le
mardi 18 mars à 19 h 30.  Atelier offerte
par le SPVM et Tandem.  Inscription :
514 872-0568.

Conférence sur la succession à la bibliothèque de Cartierville.  La gestion de votre patrimoine après
votre décès vous préoccupe? Vous vous demandez comment gérer la succession d’un
proche? Venez faire le tour de la question avec Me Judith Pinsonneault lors de
sa conférence, le mercredi 19 mars à 14 h à la bibliothèque de
Cartierville. Maître Pinsonneault abordera les différents aspects légaux,
de même que tous les tenants liés à la succession d’un défunt. Réservations:
514 872-6989

Conférence sur les crédits d’impôt pour les aînés au Café de Da de
la bibliothèque d’Ahuntsic.  Vous
avez l’intention de prendre votre retraite? Vous êtes déjà à la retraite?
Comprenez les répercussions que la retraite aura sur votre impôt lors de la
conférence de Me Jill Eusanio, le 19 mars à 10 h, au Café de Da de la
bibliothèque d’Ahuntsic, situé au 545, rue Fleury Est. Les sujets
suivants seront abordés : les allocations de retraite, les REER et autres
régimes enregistrés, le fractionnement du revenu de pension, les crédits
d’impôt et le paiement des impôts par acomptes provisionnels.  Réservations:  514 872-0568

Conférence Bienvenue
dans le cyberespace
,
 par Luc Courchesne, directeur de la recherche à
la Société des arts technologiques, qui présentera sa vision des développements
techniques qui transforment nos vies et nos sociétés. Cette conférence de l’Alliance
Culturelle aura lieu le 12 mars à 13h30, à la salle de l’église Saint-Jude
(10 120, d’Auteuil). Gratuit pour les membres, 8 $ pour les non-membres.

Concert
piano
avec la renommée Ahuntsicoise Louise Bessette et l’ensemble de chambre
ARTefact, à la maison de la culture le 21 mars à 20 h.  Laissez passer nécessaires.

Le film
Carnets d’un grand détour
de Catherine Hébert sera projeté au Café de Da de la
bibliothèque d’Ahuntsic le 25 mars à 19 h.

Concert pour violon et violoncelle à la Visitation, avec Laurence Kayaleh et Elizabeth Dolin qui exécuteront le superbe et passionné Duo de Kodaly imprégné de la musique hongroise populaire, la Sonate pour Violon et Violoncelle de Ravel.  Le 16 mars à 15 h.  Entrée libre.

Enfants – Jeunes

Vendredi 21 mars, viens jouer à  des jeux vidéo à la bibliothèque de Cartierville, de 15 h 30 à 17 h 30.  C’est le début de la fin de semaine et le temps de lâcher un peu son fou!  Réservations : 514 872-6989.
__________________________________________________________________


Pour plus de nouvelles, «Aimez-nous»
sur Facebook!


_______________________________________________________

Pour de nombreux résidants d’Ahuntsic-Cartierville:
La qualité de l’information est importante
.Lecteurs, membres, donateurs: bravo!

Vous nous lisez! Vous nous aimez sur Facebook! Vous nous faites parvenir vos dons! Et vous nous écrivez pour devenir membres!

La carte de membre annuelle de journaldesvoisins.com coûte 10$. Elle vous permet de voter à l’assemblée générale. La prochaine aura lieu lundi 5 mai, 19 h, au centre communautaire Ahuntsic, 10580, rue Laverdure.

Vous pouvez également devenir membre en faisant parvenir un chèque à journaldesvoisins.com, avec vos coordonnées (nom, prénom, adresse POSTALE, adresse courriel, et numéro de téléphone), à:

Journaldesvoisins.com
10369, rue Clark
Montréal (Québec)
H3L 2S3

Ne dit-on pas que : “Être informé, c’est être libre! “
Nous y contribuons en vous informant.
Vous y contribuez en vous intéressant à ce que nous faisons.
Merci!


(Par Christiane Dupont) (2014-03-14)

________________________________________________________________________

Lundi 5 mai prochain, au centre communautaire Ahuntsic
Prenez note: assemblée générale des membres

. N’oubliez pas de renouveler votre carte de membre pour 2014

Dans sept semaines environ, les membres de journaldesvoisins.com se réuniront au Centre communautaire Ahuntsic, situé au 10580, rue Laverdure, à 19 heures pour leur première assemblée générale ordinaire (la précédente était sous l’égide d’un c.a. provisoire).

Prenez note: il faut absolument posséder sa nouvelle carte de membre pour l’année 2014  pour  participer et avoir droit de vote à l’assemblée générale. Vous pourrez vous la procurer sur place, au coût de 10$. (Par Christiane Dupont) (2014-03-07)

___________________________________________________________________________

Vous avez manqué les précédentes Actualités?

Allez sur «Archives – Actualités» tout en haut à gauche et choisissez la date voulue.

_________________________________________________________________________

Journaldesvoisins.com est un journal communautaire d’information fait par des résidants et pour les résidants d’Ahuntsic-Cartierville, et dont le siège social se trouve à Ahuntsic. Notre journal est un bimestriel papier, mais surtout un journal en ligne, chaque vendredi, avec les Actualités hebdomadaires d’Ahuntsic-Cartierville qui se consultent sur le Web à:
www.journaldesvoisins.com

Nous sommes membres de l’Association des médias écrits communautaires du Québec (AMECQ).
Coordonnées: journaldesvoisins@gmail.com Téléphone: 514 770-0858
Les opinions émises dans ce journal n’engagent que leurs auteurs. Vous voulez nous aider? Écrivez-nous! Appelez-nous!
Conseil d’administration: Diane Viens, présidente; Pierre Foisy, vice-président; Me Hugo Hamelin, secrétaire; Philippe Rachiele, trésorier; Douglas Long, administrateur; Christiane Dupont, secrétaire adjointe; Marie-Eve Laurendeau, administratrice; Maurice Paquette, administrateur, et Pascal Lapointe, administrateur.
Éditeur et représentant publicitaire: Philippe Rachiele
Représentant publicitaire indépendant: Pierre Hébert Marketing
Rédactrice en chef: Christiane Dupont
Rédacteur en chef adjoint: Alain Martineau
Journalistes, version Web: Christiane Dupont, Philippe Rachiele et Alain Martineau
Journalistes, version papier: Christiane Dupont, Alain Martineau, Élizabeth Forget-Le François, François Barbe, Mélanie Meloche-Holubowski.
Collaborateurs à la rédaction et à la photographie: Élaine Bissonnette, Sandrine Dussart, Samuel Dupont-Foisy, Geneviève Poirier-Ghys, Julie Dupont, Alain Martineau, Benjamin Dupont.
Photos: Philippe Rachiele
Mise en page: Philippe Rachiele et Christiane Dupont
Illustrations originales: Sylvie Baillargeon (Claire obscure)
Caricaturiste: Fanie Grégoire
Correction/révision, version papier: Samuel Dupont-Foisy
Réseaux sociaux: Christiane Dupont, Mélanie Meloche-Holubowski, Philippe Rachiele
Impression, version papier: Pierre Hébert Marketing
Distribution, version papier: journaldesvoisins.com
Dépôt légal, version papier: BNQ-ISSN1929-6061
Dépôt légal, version Web: BNQ – ISSN1929-607X
_________________________________________________________________________

Journaldesvoisins.com et ses artisans sont membres de:


Photo

Christiane Dupont, rédactrice en chef, membre FPJQ

Photo

Christiane Dupont, rédactrice en chef,
membre AJIQ
________________________________________________________________________

Photo

22 100 exemplaires papier distribués

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires