Des fleurs pour les résidants et les employés de Laurendeau (Photo: A. Martineau)

Une préposée aux bénéficiaires œuvrant dans une unité infectée par la COVID-19 au CHSLD de Cartierville est décédée.

Un représentant syndical (CSN) a indiqué que la victime composait avec des symptômes de la maladie à coronavirus, mais l’employeur ne s’est pas avancé sur la cause du décès.

« À l’heure actuelle, nous ne pouvons pas confirmer la cause de son décès. Elle avait été testée négative à la COVID-19, le 27 avril», a indiqué jeudi après-midi le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Nord-de-l’Île-de-Montréal (CIUSSS NIM).

Cependant, d’après le syndicat CSN dans le CIUSSS, joint par Le Devoir, l’employée âgée dans la trentaine avait des symptômes associés à la maladie.

« Le premier test s’était avéré négatif, mais elle devait en passer un second mercredi puisque les symptômes persistaient mais l’employée ne se serait jamais présentée à son rendez-vous », a déploré la source syndicale.

L’employée, décédée mercredi, avait été placée en isolement samedi dernier.

Le CHSLD, situé non loin de l’hôpital du Sacré-Cœur, abrite des personnes sourdes et sourdes-aveugles, ainsi qu’une unité prothétique regroupant une clientèle avec profil d’errance.

Patron et syndicat ont offert leurs condoléances à la famille, aux proches et aux collègues de la jeune femme qui comptait 12 ans de service.

« C’est une épreuve difficile que nous vivons et je partage avec l’ensemble des employés et des médecins une grande tristesse devant la perte de cette employée appréciée de tous. Elle mérite que l’on se souvienne d’elle et de son dévouement à offrir des soins de qualité à nos résidents» a déclaré M. Frédéric Abergel, président-directeur général du CIUSSS du Nord-de-l’Île-de-Montréal.

Du soutien a été offert aux employés pour les aider à traverser cette épreuve.

Des renforts bienvenus

Dans l’ensemble sur le territoire, les CHSLD des secteurs Ahuntsic et Cartierville peuvent enfin respirer un peu mieux même si le nombre de cas de coronavirus demeure important. Du personnel en renfort est arrivé.

Les Québécois ont été nombreux à répondre aux nombreux appels à l’aide provenant du monde politique des établissements de la santé, des autorités sanitaires et des membres de la société civile.

Présentement, 10 500 employés sont absents du réseau de la santé pour diverses raisons, dont un confinement dû au coronavirus.

Quelque 7200 personnes ont été embauchées ou arrivées en support et une majorité, selon le premier ministre François Legault, sont intéressées à demeurer dans le réseau. Notons que 1 200 enseignants et étudiants arrivent en renfort et éventuellement, au total, environ 500 membres des forces canadiennes seront au front dans les CHSLD.

Laurendeau-stable

À  Laurendeau, la situation semble se stabiliser pour les cas de COVID-19 parmi les résidants et on assiste  à un retour du personnel qui s’était retrouvé en confinenent.

« On a plus de bonnes journées que de mauvaises, mais il faut se réorganiser pour diminuer les impacts. On a perdu des employés quand on a testé tout le monde (plusieurs n’avaient pas de symptômes et ont été testés positifs). Mais il faut rester positif. D’ailleurs, on commence à revoir des employés qui avaient été confinés. Nous faisons affaire avec une “bibitte sournoise”, et il ne faut pas  lâcher, on continue à faire le maximum pour sauver les gens », a mentionné la coordonnatrice de l’établissement Chantal Lavallée.

Au bilan du ministère de la Santé, (jeudi à 14h), 182 cas (une dizaine de plus qu’il y a une semaine, 60% des lits) étaient enregistrés, en tenant compte des décès.

Le CHSLD a maintenant deux étages de zones froides.

Interrogée sur les images de TVA montrant un contexte difficile au premier étage de Laurendeau, il y a deux semaines, Mme Lavallée a signalé que les gens testés positifs qui s’y trouvaient ont été regroupés sur différents étages.

Au sujet d’une odeur d’urine de moufette qui subsistait, la coordonnatrice a expliqué que cela était dû à une moufette trouvée morte à l’extérieur; tout était réglé 24 heures plus tard.

Outre les renforts et le retour de certains, on apprécie grandement les encouragements nombreux, comme les affiches à slogans positifs. Mercredi, au CHSLD Légaré, des bénévoles se sont réunis et ont fait du bruit, tout en gardant une bonne distance, pour encourager les travailleurs.

Jeudi matin, un fleuriste s’est pointé avec une livraison spéciale de fleurs.

Myriam Binette, de l’entreprise Binette et filles –  marchandedefleurs.com, a offert des dizaines de bouquets de fleurs au CHSLD Laurendeau.

Les gens sont invités à acheter des fleurs qui seront par la suite distribuées sur les étages où se trouvent résidants et employés.

Le client décide du montant, par exemple 5 $, somme qui sera par la suite égalée par l’entreprise qui aura pignon sur rue au Marché Jean-Talon, plus tard en mai.

« Je vous encourage à offrir des fleurs pour les gens qui habitent dans les CHSLD et pour les héros, les héroïnes, qui se dévouent pour leur offrir un bien-être dans des conditions difficiles », a plaidé Mme Binette. Nous allons dans les points chauds, a indiqué la copropriétaire, sinon, on ne pourrait pas fournir. C’est un projet qu’on avait en tête depuis un bon moment. Alors quand les fleuristes ont dû stopper leurs opérations le 24 mars, on a dit que ce serait  le temps de partir l’opération, alors qu’à l’origine, on visait les résidences pour aînés (RPA), toujours avec l’idée d’offrir un bouquet à une personne seule que l’on ne connait pas. »

« Ce genre d’initiative fait du bien » a reconnu la coordonnatrice de Laurendeau.

Les fleurs (jacinthes, marguerites, tulipes, etc.)  sont placées en quarantaine pendant 24 heures avant d’être redistribuées. Un seul emplacement est permis par étage, en vertu des normes à respecter en ce temps de COVID.

Berthiaume-armée

Juste à l’ouest de Laurendeau, Berthiaume-Du Tremblay, qui a aussi reçu des fleurs la semaine dernière, obtiendra de l’aide des  membres de l’armée en renfort vendredi.

« C’est avec un immense plaisir que nous accueillerons les militaires des Forces armées canadiennes qui viendront offrir du renfort à nos équipes », a indiqué la direction de l’établissement privé et conventionné. Nous pourrons compter sur une infirmière, six techniciens médicaux qui assureront des tâches de préposés aux bénéficiaires et 20 aides de services qui sont très motivés et enthousiastes à l’idée de venir nous aider. »

Ailleurs, on signale une vingtaine de cas au CHSLD Légaré dans le Domaine St-Sulpice.

À l’hôpital Marie-Clarac, on enregistre maintenant  65  cas, affectant 15% du centre.

À Notre-Dame-de-la-Merci, on trouve une situation  semblable à celle de la semaine dernière avec 88 cas.

Voici les données pour d’autres CHSLD du CIUSSS (Nord de l’île)

Source : ministère de la Santé et des services sociaux de Montréal; données fournies le 30 avril à 14h.-prise de la statistique 24 heures plus tôt, en général, mais parfois deux jours ou plus.

CHSLD de Saint-Laurent  60

CHSLD Paul-Lizotte 42

CHSLD Champlain-De-Gouin (Montréal-Nord) 30

Rés. Château Beaurivage (Montréal-Nord) 29

CHSLD Paul-Gouin  21

CHSLD Auclair Montréal 20

Centre d’accueil Les Cèdres (St-Laurent) 19

CHSLD Saint-Vincent-Marie (St-Laurent) 16

CHSLD de Cartierville 15

 

 

Vous aimez ce que nous faisons? Pensez à devenir membre du journaldesvoisins.com ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aussi aimer ces articles

Les camps de jour : un été pas tout à fait comme les autres

La crise de la Covid-19 aura créé bon nombre d’incertitudes dans presque…

Points de presse du 27 avril – 24 982 cas confirmés — Les écoliers montréalais du primaire retournent en classe le 19 mai

Dans leurs points de presse du lundi 27 avril, les premiers ministres…

Situation difficile au Maxi Papineau : un deuxième cas de Covid-19 confirmé

Les commerces encore ouverts, ceux considérés comme «services essentiels», doivent composer avec…

Débat sur les tests; encore des déplacements d’employés d’un endroit à l’autre  

À la veille d’une visite de deux jours à Montréal, le premier…