Sacs noirs percés par des repousse de souche de nerprun au parc du Boisé Saint-Sulpice
Sacs noirs percés par des repousses de souche de nerprun au parc du Boisé Saint-Sulpice (Crédit Photo : Leila Fayet – JDV)

Les promeneurs des parcs du Boisé-de-Saint-Sulpice et des Bateliers doivent laisser les sacs en plastique cloués qu’ils voient autour des souches d’arbres. Les sacs empêchent le nerprun, plante envahissante, de repousser. Les plantes indigènes peuvent alors reprendre leur place dans les boisés d’Ahuntsic-Cartierville.

« Les sacs entourant les souches de nerprun ont pour but de priver ceux-ci de lumière et d’eau, et donc de tuer le nerprun. Les sacs seront retirés après constatation de la mortalité du plant. Toutefois, si le plant de nerprun n’est pas mort, le sac de plastique est réinstallé pour une autre saison. Il arrive aussi que des citoyens retirent les sacs et le travail de recouvrement est à recommencer! » écrit Erik Bassil, directeur du Comité Écologique du Grand Montréal (CÉGM), au JDV.

Envahissant

Au parc du Boisé-de-Saint-Sulpice, le feuillage du nerprun donne beaucoup d’ombre et empêche toute autre plante indigène de pousser. Cet envahissant se reproduit très vite.

La Ville de Montréal organise régulièrement des campagnes pour couper ces arbustes, ne laissant qu’une souche. Cependant, une fois coupé, le nerprun reprend vie à travers de nouvelles tiges poussant sur la souche.

Financement de l’arrondissement

Les employés du CÉGM entourent les souches de sacs en plastique dans le cadre d’un mandat qui leur a été confié par l’arrondissement ainsi que dans le cadre des programmes de conservation, de protection et de mise en valeur des deux écosystèmes : les boisés du parc des Bateliers et du parc du Boisé-de-Saint-Sulpice.

« Certains [sacs] ont été installés en 2019, 2020 et 2021 », précise M. Bassil.

Une partie du contrat de 79 288,90 $ alloué cette année par les élus d’Ahuntsic-Cartierville au CÉGM permet de poursuivre la lutte contre les envahissants dans les parcs du Boisé-de-Saint-Sulpice et des Bateliers. D’ailleurs, M. Bassil annonce que les opérations de contrôle du nerprun sont déjà en cours dans le boisé de Saint-Sulpice.

Sacs de plastiques en utilisation au parc des Bateliers pour tuer le Nerprun (Photo : jdv – Philippe Rachiele)

« Cette technique de recouvrement évite de réaliser des excavations ou des travaux majeurs pouvant avoir un impact négatif sur l’écosystème », rappelle M. Bassil.

Au parc des Bateliers, outre le nerprun, le CÉGM combat de la même manière la renouée du Japon, espèce très envahissante.

Introduction en Amérique du Nord

D’après le Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, le nerprun aurait été introduit en Amérique du Nord à la fin du XIXe siècle. Il aurait été utilisé comme plante ornementale dans les haies brise-vent. Et d’après le CÉGM, le nerprun aurait aussi été utilisé comme plante médicinale.

 Coriace, le nerprun

D’après l’essai de Maîtrise en environnement d’Anne Favreau-Leclerc sur la Prévention et le contrôle du nerprun cathartique au Québec, présenté en 2019 à l’Université de Sherbrooke, le nerprun produit un volume important de graines qui tombent au sol et forment une banque de graines. La lutte contre le nerprun implique donc les étapes suivantes :

  • couper les troncs;
  • tuer les souches;
  • empêcher la banque de graines de donner des plants.

D’après le CÉGM, les oiseaux aideraient à l’extension géographique du nerprun en mangeant ses fruits, puis en éjectant les graines plus tard dans un lieu plus éloigné.

Pour en savoir plus, consultez:

S'abonner
me prévenir de
guest
2 Commentaires
Les plus vieux d'abord
Nouveau d'Abord Avec le plus de votes
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Robert Dumontet
Robert Dumontet
11 Mois

Madame Fayet, vous avez réalisé un travail de grande qualité. En plus d’avoir appris un effet de cette plante, vous nous fournissez une bibliographie pour approfondir notre recherche. Bravo!

Vous pourriez aussi aimer ces articles

COVID-19 : les cas remontent légèrement dans Ahuntsic-Cartierville

Après avoir longtemps été parmi les arrondissements les plus touchés, Ahuntsic-Cartierville s’en…

Un nouvel incitatif pour le transport actif électrique dans le District Central

En collaboration avec Transport Actif Québec (TAQ), la SDC District Central présente…

Pas de bris de services dans les piscines d’Ahuntsic-Cartierville

Les résidants d’Ahuntsic-Cartierville qui souhaitent se rafraîchir dans les piscines extérieures de…

Pistes cyclables Prieur/Sauriol: un succès ?

À la suite de l’implantation de pistes cyclables prévues dans le Plan…