Lettre ouverte aux gens d’affaires

de la Société de développement commercial (SDC) –

District central

 

Lors de la dernière assemblée générale de budget de la SDC qui s’est tenu le 26 Septembre 2019, Nous avons appris que le montant des cotisations annuelles augmenterait pour l’année 2020 de la façon suivante :

  • Le minimum de $ 25.00 passerait à $ 50.00, soit une augmentation de 50%
  • Le maximum de $ 600.00 passerait à $ 900.00, soit une augmentation de 50%

Cela entraînera une augmentation des revenus de cotisation d’un montant $ 261,435 ou de 57.3%.

À mon humble avis, cela n’est pas acceptable pour différentes raisons que j’aimerais partager avec vous :

  • Le pourcentage d’augmentation n’est pas réaliste, car il ne tient pas compte de la capacité de paiement des petites entreprises qui dès la création de la SDC nous avaient fait part de leurs difficultés.
  • Nous avions promis alors aux entreprises de considérer leurs doléances et de s’en tenir aux augmentations annuelles de l’IPC (actuellement de l’ordre de 2.5%).
  • En tant qu’ancien président de la SDC, je me suis assuré de respecter cette promesse et durant les 3 dernières années, il n’y a eu aucune augmentation des cotisations grâce à un budget rigoureux permettant même de dégager un surplus annuel.

Ceci étant dit et en excluant les entreprises, à qui profite directement les réalisations de la SDC et son positionnement en tant que Quartier des Affaires ?

  1. L’arrondissement d’Ahuntsic-Cartieville:
  • Un développement économique nettement amélioré
  • Mieux connu dans le grand Montréal avec un meilleur attrait pour les entreprises
  • Des activités sociales et culturelles améliorées
  • En gros, la SDC s’occupe d’une bonne partie des responsabilités de l’arrondissement en ce qui a trait au développement économique, social et culturel.
  • En contrepartie, la SDC reçoit un maigre $ 60,000 annuel de l’arrondissement alors que si la SDC n’existait pas et que l’arrondissement voudrait faire la même chose, il leur faudrait alors mettre $ 500,000 sur la table pour fournir et réaliser le même type de services.

 

  1. Les promoteurs immobiliers du quartier
  • Il est certain que toutes les réalisations et activités générées par la SDC exercent un meilleur attrait pour les entreprises qui cherchent à s’installer dans un quartier répondant à leur besoins.
  • Dès lors, de nombreuses entreprises sont venus s’installer dans le quartier créant une nouvelle dynamique : plus d’employés, une activité sociale et culturelle plus fébrile, etc…
  • De ce fait, qui dit plus d’entreprises (locataires) dans les bâtiments, dit alors une plus-value dans la valeur estimative de chaque bâtiment concerné et donc un meilleur gain en capital pour les promoteurs lors de la vente de leurs bâtiments.

Il serait donc normal que la quote-part de l’arrondissement et celle des promoteurs immobiliers soient révisées à la hausse de façon conséquente.

Quant à la SDC- District –Central, elle devra être plus réaliste sur les augmentations de cotisations demandées en tenant compte de la capacité de paiement de nos entreprises. J’en profite pour lui rappeler que lorsque les revenus ne suffisent pas à combler les besoins, la première étape consiste alors à revoir les dépenses et à les diminuer de façon éclairée en attendant des jours meilleurs.

Charles Benchimol

Ancien Président de la SDC – District Central

Président – Les Services CB Star, 333, Chabanel ouest, suite 316


Cinq cents unités de logement social

sur Louvain Est, c’est insuffisant!

 

En septembre dernier, les membres du Comité logement Ahuntsic Cartierville (CLAC) se sont réunis pour discuter de la proposition du Bureau de projet partagé Louvain Est présenté lors d’une assemblée publique le 19 juin 2019.

 

Cette instance, composée du comité de pilotage de Solidarité Ahuntsic, de de représentants de la Ville de Montréal et de l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville propose de construire entre 800 et 1000 logements sur ce terrain. De ces logements, on propose 500 ou 50 % d’unités de logements sociaux et communautaires et 30 % de logements privés. La forme qui prendra les 20 % d’unités restantes est à préciser.

 

Les membres du CLAC sont unanimes pour dire que le nombre de logements sociaux proposé est insuffisant compte tenu des besoins des ménages locataires du quartier et du peu de logements sociaux et communautaires développés au cours des dix dernières années.

 

De 2009 à 2019, selon les données obtenues de l’arrondissement,  1054 nouveaux condos ont vu le jour dans l’arrondissement (969 nouvelles constructions et  85 conversions), comparativement à 131 logements locatifs privés. Pendant cette même période, seulement 153 logements sociaux et communautaires ont été construits.

 

Le terrain Louvain est le dernier grand terrain public à Ahuntsic et les membres du CLAC croient qu’il doit être utilisé pour répondre aux besoins des locataires du quartier déjà mal desservis par le marché privé de l’habitation.

 

Selon les données du dernier recensement du Statistique Canada mené en 2016, 34 % des ménages locataires consacraient plus de 30% de leur revenu aux dépenses de logement. Le revenu médian des ménages locataires de l’arrondissement était de 38 690$ en 2016.

 

Le logement social et communautaire, tel qu’il se développe à Montréal avec le programme AccèsLogis, vise à rejoindre le plus grand nombre de personne de toutes les classes et revenus et favorise ainsi la mixité sociale.

 

Toutefois, avant même de se prononcer sur le nombre d’unités d’habitation sur le terrain Louvain, il est nécessaire de déterminer quelle instance s’assurera de son développement et verra à la gouvernance de ce quartier qui se veut écologique et inclusif.

 

Toute forme de privatisation de ce terrain n’est pas acceptable. Les membres du CLAC ont une vision pour le développement de ce terrain qui inclut, non  seulement du logement social et communautaire, mais également un CPE, une école, un centre communautaire, des commerces de proximité et tout projet qui servira la collectivité. Il est nécessaire qu’une fiducie d’utilité sociale soit créée de manière à ce que la spéculation foncière ne soit pas permise sur ce terrain et de s’assurer que la vocation communautaire du site soit toujours maintenue. Pour le moment, les membres du CLAC s’inquiètent du manque de garanties à ce sujet.

 

Le 17 octobre 2019, le Bureau de projet partagé Louvain Est présentera, au Collège Ahuntsic, à 19 heures, son projet d’aménagement pour le développement du terrain Louvain E.

 

Les membres du CLAC vous invitent donc à vous joindre à eux, en grand nombre, pour revendiquer un nombre beaucoup plus élevé de logements sociaux sur le terrain Louvain Est et pour obtenir la garantie que le terrain ne sera pas privatisé, en tout ou en partie.

Les membres du CLAC

 

Total
6
Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aussi aimer ces articles

Le site Louvain Est : consultation fructueuse malgré les inquiétudes

Malgré la météo peu clémente, la pluie n’ayant toujours pas cessé de…

Montréal-dB reçoit 5000$ de l’arrondissement pour mesurer le bruit des avions

À l’occasion de la dernière réunion du conseil d’arrondissement, l’OBNL Montréal- dB*…

Le coin communautaire – Semaine du 18 octobre 2019

Offre d’emploi au SNACafé   Le SNAC est actuellement à la recherche…

Apprenez-en plus sur l’agriculture urbaine mercredi soir!

Après deux éditions réussies des Rendez-vous citoyens animés par le journaliste et…