Église de la Visitation (Photo: François Robert-Durand)

La cloche de l’Église de la Visitation a été retrouvée après avoir été en goguette pendant 30 ans. À Rivière-du-Loup, elle trône au milieu d’une collection privée de cloches sur le point d’être mise en vente. Ce carillon d’origine qui avait été perdu court toujours le risque de s’envoler du sol québécois, vendu au plus offrant. Différents citoyens et instances politiques veulent la faire reconnaître comme élément important du patrimoine québécois et ainsi la sauver de l’expatriation potentielle ou de la dégradation par manque de soins possibles, et la rapatrier dans le Sault.

À ce jour, plusieurs acteurs de la société québécoise ont participé à la saga de la cloche du Sault-au-Récollet. Des citoyens, à Nathalie Roy, ministre de la Culture et des Communications (MCC), en passant par des élus et des fonctionnaires, le dossier de classement au patrimoine avance cahin-caha depuis le printemps 2021.

La ministre Roy va-t-elle protéger la cloche par un avis de classement du patrimoine ? Et quand va-t-elle rendre publique sa décision ? Journaldesvoisins.com a tenté de joindre la ministre par le biais de son cabinet à maintes reprises. Ce matin, le MCCQ répond au JDV, en disant qu’il a reçu la demande de classement et qu’elle est en cours d’analyse.

C’est le MCCQ qui décide

Au printemps 2021, la demande de classement est soumise au ministère de la Culture et des Communications (MCC) du Québec. À ce jour, la décision n’est toujours pas rendue. La cloche n’est toujours pas protégée par la société, selon la Loi sur le patrimoine culturel.

Le processus de classement est certes long, mais après le dépôt de la demande de classement, et après une analyse positive, la ministre devrait émettre un avis d’intention de classement. L’avis émis, la cloche est immédiatement sous protection et ne peut en aucun cas être vendue. De plus, les mesures pour sa conservation doivent être mises en place dans les plus brefs délais.

À noter qu’il existe une seule cloche québécoise jusqu’à présent qui est classée au patrimoine du Canada : la cloche Marguerite-Michel à Saint-Denis-sur-Richelieu.

Et pour la cloche de la Visitation, le classement suit son chemin.

Deux citoyens déposent la demande

Mandatés par la Fabrique de la paroisse (organisme qui gère les biens et deniers de la paroisse), Jocelyn Duff et Patrick Goulet ont déposé la demande de classement  de la cloche de l’église de la Visitation au patrimoine en février 2021.

« Depuis 2019, je rassemble des informations pour retrouver et authentifier la cloche de l’Église de la Visitation. Pas n’importe quelle cloche, mais bien la plus vieille de Montréal encore entière à ce jour. Elle a tout de même été coulée en 1732, au temps de la Nouvelle-France. […]  Je la retrouve à Rivière-du-loup, principale pièce de la collection privée de cloches, Les Carillons Touristiques. La collection a été montée par feu Jean-Marie Bastille. […] Grâce à lui la cloche est toujours là, conservée. Mais la cloche était présentée sous une fausse identité », déclare Jocelyn Duff, de la Société d’histoire d’Ahuntsic-Carteriville.

Collection privées de cloches Les Carillons touristiques à Rivières-du-Loup - Crédit Courtoisie
Collection privée de cloches Les Carillons touristiques à Rivière-du-Loup – Crédit Courtoisie

Des propriétaires se taisent

Après avoir été la vedette de la collection privée de M. Bastille, admirée par des centaines et des centaines de visiteurs curieux d’entendre différents sons de cloche, la cloche originaire du Sault-au-Récollet se retrouve en quelque sorte, au chômage technique, ni sonnée, ni vue. Les Carillons Touristiques, ouverts en 1982, sont fermés depuis plus de 10 ans. Les héritiers chercheraient à vendre la collection de cloches en un seul lot.

Journaldesvoisins.com a contacté Pierre-Luc Bastille, petit-fils de Jean-Marie Bastille, le 15 décembre. La réponse fut courtoise et d’une brièveté efficace :

« Je n’ai pas d’intérêt ma chère Madame. Merci beaucoup. »

Maintenant que M. Duff  a retrouvé la cloche, avec M. Goulet, ils comptent lui rendre son identité et son habitat naturel, c’est-à-dire l’église de la Visitation, pour laquelle elle a été fondue en 1732.

L’arrondissement appuie

« Au printemps 2021, lorsque Emilie Thuillier, au précédent mandat était responsable du patrimoine au Comité exécutif, j’avais déjà appuyé la demande de classement auprès du Comité exécutif », précise Jérôme Normand, conseiller de ville du district du Sault-au-Récollet.

Sous peu, M. Normand transmettra les dernières informations apportées par M. Duff et M. Goulet, auprès de la nouvelle responsable du patrimoine du Comité exécutif de la ville de Montréal, Ericka Alneus.

En principe, par la suite, Madame Alneus poursuivra les dialogues politiques et administratifs avec le MCCQ.  Début juin, les démarches politiques et administratives avaient été faites par la mairesse Thuillier, alors responsable du patrimoine au Comité exécutif de la ville.

La Ville de Montréal collabore

Démarche politique ? C’est l’envoi de la lettre officielle de Madame Alneus du Comité exécutif de la ville de Montréal à la ministre de la Culture et des Communications. Cette lettre bien légère en apparence porte sur ses mots un bien lourd poids. Elle va permettre d’officialiser la demande d’une organisation représentant les citoyens de la Ville de Montréal vers un organe qui élabore et exécute les politiques et la législation relevant du patrimoine (MCCQ).

Vue sur l’Église de la Visitation située dans le Sault-au-Récollet (Photo: courtoisie page Facebook Sault-au-Récollet/UNESCO)

« La démarche administrative ? C’est le dialogue rendu possible entre deux organisations, par la démarche politique. Madame Alneus du Comité exécutif de la ville demande à l’administration du patrimoine de la Ville de Montréal de travailler avec les fonctionnaires du MCCQ », souligne M. Normand.

L’Assemblée nationale dans la mêlée

En mai 2021, soit plusieurs mois avant d’être exclue du caucus du Parti Libéral du Québec (PLQ), Marie Montpetit, députée de Maurice-Richard, avait contribué au processus de classement par lettre, pétition et intervention à l’Assemblée nationale. La députée Montpetit aurait même été jusqu’à rencontrer le petit-fils de Jean-Marie Bastille, à Rivière-du-Loup même.

Le 13 décembre, le JDV a vainement tenté de joindre Mme Montpetit, absente de la région de Montréal, du moins ce jour-là, selon son attaché politique, Jonathan Boursier.

Pourtant, ce dossier est important d’après Monsieur Duff et Monsieur Goulet.

Témoin du passé, garante de l’avenir?

« N’oublions pas que cette cloche est un bien patrimonial. Ce qui veut dire plus qu’un objet d’ordre public. Elle est un élément hautement symbolique de la Nouvelle-France, période qui ne nous a laissé que très peu de vestiges sur l’île de Montréal. […] La cloche est surtout un objet rassembleur, d’autant plus en ces temps de pandémie. La cloche sonne pour inviter chacun à se rassembler sur la place publique, sortir de l’isolement, venir échanger, rencontrer son voisinage […] Les habitants d’Ahuntsic-Cartierville sont d’origine et de confession différentes. La cloche, cette fois objet unificateur, permet à tous de s’approprier notre histoire collective, toutes origines confondues », dit Patrick Goulet.

Mais pourquoi faire toute une histoire autour d’une cloche, vieille de surcroît ? Monsieur Goulet répond par le biais d’une citation de Karl Marx, « Celui qui ne connaît pas l’histoire est condamné à la revivre ». Il s’appuie aussi sur la devise du Québec : « Je me souviens ».

L’heure du bilan sonne

Une sombre histoire d’enlèvement, d’usurpation d’identité appuyée par un faux certificat d’authentification et d’achat fait en toute bonne foi : cette cloche a une vie bien remplie. Ces aventures sont en partie relatées par Radio-Canada.

Et grâce à la ténacité et la volonté de citoyens et citoyennes, la cloche, véritable patrimoine, témoin de l’histoire et de la culture d’Ahuntsic-Cartierville, a été retrouvée. Grâce à la communauté et aux règles qui la régissent, elle pourra peut-être rester sur le sol québécois, et revenir dans Ahuntsic-Cartierville. Les générations futures pourront peut-être l’admirer et comprendre en connaissant son histoire, un peu de leur présent.

« Nous attendons la réponse de la ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy », déclare le conseiller Normand.

 

S'abonner
me prévenir de
guest
2 Commentaires
Les plus vieux d'abord
Nouveau d'Abord Avec le plus de votes
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
André Gravel
André Gravel
6 Mois

Cette cloche doit être classée pour en assurer sa protection. Elle doit revenir à sa place à l’église La Visitation.

Daniel
Daniel
5 Mois
Répondre à  André Gravel

Cette cloche devrait être classée pour en assurer sa protection, merci aux autorités de l’arrondissement d’aider à faire avancer ce dossier.

Vous pourriez aussi aimer ces articles

Images de la semaine: Connaissez-vous votre arrondissement?

Depuis le mois d’avril, le Journaldesvoisins.com vous prépare, en collaboration avec la…

La statue d’Ahuntsic vandalisée

La statue d’Ahuntsic, installée devant l’église de la Visitation depuis plus d’un…
Chorale Antioche

Chorale : comprendre la musique des langues

La chorale Antioche de Cartierville sera sur la scène de la maison…
Shoebox, 9644 rue Basile-Routhier, presque façadisme - Crédit photo Jacques Lebleu - courtoisie

Faire face au façadisme en patrimoine bâti

Rue Basile-Routhier, Jacques Lebleu, résidant d’Ahuntsic-Cartieville, se trouve nez à nez face…