Corentin Lemaître Auger et Maxime Charron - à l'École Nationale du Cirque - Numéro aussi présenté au festival international de cirque YOUNG STAGE à Bâle en Suisse - Crédit photo : courtoisie
En partant de la droite Corentin Lemaître Auger et Maxime Charron, Duo de trapéziste et voltigeur en 2021- à l’École Nationale du Cirque – Numéro aussi présenté au festival international de cirque YOUNG STAGE à Bâle en Suisse (Photo : courtoisie)

Pas moins de cinq récompenses pour Corentin Lemaître-Auger, ce natif d’Ahuntsic-Cartierville, et son partenaire Maxime Charron. En Suisse, le festival international de cirque YOUNG STAGE a reconnu le talent de Corentin le trapéziste et Maxime le voltigeur pour leur numéro original et novateur. En novembre dernier, ce duo a montré son talent artistique et acrobatique lors des spectacles du festival de Bâle.

En partant du haut Corentin Lemaître Auger et Maxime Charron, Duo de trapéziste et voltigeur en 2021- Crédit photo : courtoisie
En partant du haut Corentin Lemaître Auger et Maxime Charron, Duo de trapéziste et voltigeur en 2021 à l’École Nationale du Cirque – Numéro aussi présenté au festival international de cirque YOUNG STAGE à Bâle en Suisse – Crédit photo : courtoisie

Cinq marques de reconnaissance

Et voilà qu’en six spectacles pour le grand public, dont les deux derniers jugés par le jury, le duo a séduit des sommités du monde du cirque et les spectateurs ! La preuve en est de ces cinq prix

  • Étoile d’argent
  • Prix ​​du public
  • Award du Circus Monti, CH
  • Feuerwerk der Turnkunst, DE
  • Prix ​​Cirque du Soleil pour vision artistique et performance innovantes

« C’était la première fois que Maxime et moi, on sortait du pays en tant que duo d’artistes. On ne savait pas trop à quoi s’attendre au festival international de cirque YOUNG STAGE à Bâle. On espérait gagner quelque chose, mais on ne pensait pas en gagner autant ! […] Le jury nous a récompensés parce que nous avons créé et développé des techniques acrobatiques et artistiques qui n’existaient pas encore pour le trapèze. Nous avons travaillé pour une recherche de contenu artistique, par exemple le jeu avec l’ampoule. Nous avons apporté des figures acrobatiques nouvelles dans la pratique du trapèze », explique Corentin Lemaître-Auger, ce jeune trapéziste de 21 ans.

En partant de la droite Corentin Lemaître Auger et Maxime Charron, Duo de trapéziste et voltigeur en 2021- Crédit photo : courtoisie
En partant de la droite Corentin Lemaître Auger et Maxime Charron, duo de trapéziste et voltigeur en 2021 à l’École Nationale du Cirque – Numéro aussi présenté au Festival international de cirque YOUNG STAGE à Bâle en Suisse – Crédit photo : courtoisie

Le Festival, fondé en 2006, récompense chaque année de jeunes artistes, la relève du Cirque. D’après le site internet de la Fédération européenne des écoles de cirque professionnelles (FEDEC), « il y a des centaines de candidatures d’artistes de plus de 60 pays chaque année ». Le jury est composé de professionnels essentiellement européens. Toutefois, une Montréalaise a participé à la nomination des nouveaux talents : Brigitte Scherrer est la conseillère senior casting au Cirque du Soleil.

Des talents de classe internationale formés près de chez nous

Corentin et Maxime ont été formés par l’École Nationale du Cirque (ENC) à la Cité des arts du cirque, proche voisine d’Ahuntsic-Cartierville. À temps plein, du secondaire à la fin des trois ans du Collégial, c’est l’ENC qui les a formés aux arts du cirque, en plus du programme classique en français, en sciences, etc. Mais pour le trapéziste Corentin, tout a commencé bien avant …

« En famille, nous avions visité l’ENC lors des journées de la culture. Corentin devait avoir à peu près 7 ans. Suite à la visite, il a dit « Moi, je veux venir à cette école-là ». Mais aucun programme de l’ENC ne prenait des enfants de son âge à l’époque. Alors, il a fait du Cirque au Collège Regina Assumpta, pendant les camps de jour. Puis, il quitte son école primaire, l’école Atelier, en 4e année de primaire, pour participer au programme préparatoire à l’École atelier de l’ENC. Je m’en souviens encore, 12 h à 13 h de cirque par semaine, les samedis matin, les lundis, mercredis et vendredis de 17 h 30 à 20 h30. J’ai deux autres enfants. Ils avaient aussi leurs activités. Je courais partout », se souvient en riant Isabelle Garneau, la mère de Corentin.

Après une sélection rigoureuse, voilà que dès la première année du secondaire Corentin fait du cirque à temps plein à l’ENC. Et il persiste, en faisant trois années  supplémentaires : le Collégial à l’ENC.

Pour rentrer au Cégep, Corentin et Maxime ont dû passer le concours d’entrée. Ils étaient en concurrence avec d’autres artistes venus du monde entier.  Mais attention, pour être trapéziste ou voltigeur, il faut une base solide en gymnastique, acrobatie et en techniques d’équilibre. Par exemple, il connaît d’autres trapézistes et voltigeurs, spécialistes en plongeon, trampoline ou danse.

En partant du haut Corentin Lemaître Auger et Maxime Charron, Duo de trapéziste et voltigeur en 2021à l'École Nationale du Cirque - Numéro aussi présenté au festival international de cirque YOUNG STAGE à Bâle en Suisse - Crédit photo : courtoisie
En partant du haut Corentin Lemaître Auger et Maxime Charron, duo de trapéziste et voltigeur en 2021 à l’École Nationale du Cirque – Numéro aussi présenté au festival international de cirque YOUNG STAGE à Bâle en Suisse – Crédit photo : courtoisie

Ce que Corentin constate, c’est qu’une fois admis au programme, les artistes laissent la compétition de côté.

Mais pourquoi le Cirque ?

« J’ai toujours été quelqu’un qui aimait bouger. Le cirque, c’est sportif, mais pas compétitif. Ce n’est pas comme le foot ou un autre sport. […]. Et puis aussi quand j’étais jeune, j’ai visité l’École Nationale du Cirque, et c’est la première fois qu’on nous disait qu’artiste de cirque pouvait être un métier. […] Le Cirque c’est aussi un esprit artistique fort, des recherches pour trouver des idées de numéros. On s’exprime à travers nos créations. […] le trapèze, pour nous, est aussi ryhtmé », précise Corentin.

 

Selon lui, le cirque est un univers agréable. La diversité des disciplines et des origines des artistes diminue fortement la compétition. Tout le monde apporte quelque chose de différent à cet art. Bien qu’il sache que sa carrière est limitée à une quinzaine d’années, il ne regrette pas son choix.

L’importance des arbres…

« Maxime et moi allons partir dans moins d’un mois en tournée d’un an avec le Cirque du Soleil pour le nouveau spectacle OVO. Ensuite, on verra bien. Je sais qu’en moyenne, je pourrais être artiste trapéziste jusqu’à 30 ou 35 ans. Ensuite ? Je peux faire de l’enseignement, devenir coach ou travailler dans la mise en scène, comme conseiller artistique. […] À l’ENC, on nous apprend [entre autres], la gestion de carrière […] », ajoute Corentin.

 

Sa mère précise que Corentin pourra toujours retourner aux études. Sa formation de base est solide. Elle dit qu’elle a confiance en ses capacités, « qu’il fera bien ce qu’il voudra et quand il le voudra ».

En partant de la gauche Corentin Corentin Lemaître Auger et Maxime Charron, Duo de trapéziste et voltigeur en 2021- Crédit photo : courtoisie
En partant de la gauche Corentin Lemaître-Auger et Maxime Charron, duo de trapéziste et voltigeur en 2021 à l’École Nationale du Cirque – Numéro aussi présenté au festival international de cirque YOUNG STAGE à Bâle en Suisse- Crédit photo : courtoisie

Dans tous les cas, même si Corentin part en tournée pour un an, il conserve son adresse Ahuntsic-Cartierville. Le trapéziste reviendra sûrement ici.

« J’aime mon quartier. Il n’est pas trop dense et ce qui est important pour moi, il y a des arbres », dit Corentin.

 

 

 

 

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Organismes sous-financés et missions en danger! Le communautaire se mobilise avec…FRACA

Mardi 22 février, angle Henri-Bourassa/Berri, devant la station de métro, plus d’une…

2012-2022: la semaine des 10 ans du JDV… Du bruit!

Au cours des prochains jours, Journaldesvoisins.com fêtera ses 10 ans! Histoire de…

Avis publics – Semaine du 11 mars 2022

Cette page est une courtoisie du Journaldesvoisins.com pour le bénéfice de ses…

Lettre ouverte de Mères au front – Montréal

  Comme partout au Québec, les Mères au front de Montréal se…