Le 7 avril prochain, les Québécois retourneront aux urnes.

    Au moins deux circonscriptions se partagent le territoire de l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville. Ce sont les circonscriptions de l’Acadie et de Crémazie.

    Dans la circonscription de l’Acadie, les électeurs sont représentés à l’Assemblée nationale par Christine St-Pierre, députée élue sous la bannière du Parti Libéral du Québec, auparavant ministre de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, au sein du précédent gouvernement.

    Dans la circonscription de Crémazie, les électeurs sont représentés à l’Assemblée nationale par Diane De Courcy, députée élue sous la bannière du Parti Québécois; et ministre de l’Immigration et des Communautés culturelles, et ministre responsable de la Charte de la langue française dans le cabinet dissous en vue des élections.

    Au cours des prochaines semaines, et de la campagne électorale, journaldesvoisins.com regroupera sous cet onglet les articles de ses Actualités hebdomadaires sur les élections du 7 avril. D’autres renseignements pourront également s’y retrouver. Bonne lecture!
_____________________________________________________________________

Résultats Acadie – Source DGEQ

Actualités du 4 avril 2014


PhotoChristine St-Pierre : Crédit photo : Archives jdv

Bilan dans l’Acadie
Bataille pour créer de l’emploi; “un problème récurrent”, soutient Christine St-Pierre, députée sortante de la circonscription
 

La question de l’emploi a grandement préoccupé les candidats dans la circonscription « rouge » de l’Acadie, territoire d’accueil pour les immigrants avec 56 pour cent d’allophones parmi les 49 000 électeurs.

La députée libérale sortante, Christine St-Pierre, reconnaît que l’emploi est un enjeu, que c’est, dit-elle un problème ‘’récurrent’’, mais elle rejette du revers de la main les propos du candidat de la Coalition avenir Québec (CAQ), Serge Pourreaux, qui a soutenu au jdv qu’elle n’avait rien fait qui vaille en cette matière depuis qu’elle est en poste.

Comme preuve de son assertion, l’ex-directeur de l’Approvisionnement à la Ville de Montréal lui rappelait que le taux de chômage dans l’Acadie dépasse de plusieurs points le taux provincial.

« Mais qu’a fait cette personne pour les emplois dans l’Acadie quand elle était à l’Approvisionnement à la Ville », a tonné Christine St-Pierre qui l’avait emporté avec une avance de près de 12 000 voix en 2012.

Concentration d’allophones

« Il y a une concentration d’allophones, a affirmé Mme St-Pierre, ce n’est pas toujours facile pour eux de trouver de l’emploi. Il faut accompagner les immigrants et faire plus en matière d’intégration. Du bon travail est déjà fait entre autres par le CACI, (ndlr: le Centre d’appui aux communautés immigrantes, au 4770, rue de Salaberry) et il faut continuer » a-t-elle dit.

Plan nord

« Sous Jean Charest, on a connu le taux de chômage le plus bas des 30 dernières années alors que les autres provinces étaient en récession. Le PQ a abandonné le Plan nord. Il faut le remettre sur les rails. Il y aura des retombées dans le sud », a-t-elle promis.

Charte: pas au menu

Outre l’emploi, Mme St-Pierre a soutenu que la Charte de la laïcité n’était vraiment pas à l’agenda des personnes qu’elle a rencontrées dans les centres commerciaux ou les églises.

Le candidat de CAQ est d’accord, estimant que seulement 1 pour cent des gens ont parlé de la charte.

Pourquoi libéral?

« Je ne comprends pas l’engouement à voter libéral », dira-t-il,  un peu frustré de la tournure des événements, comme son chef François Legault.

 « Pourtant même les retraités me disaient en arracher. Ils vivent de façon précaire alors que tout augmente sauf leurs revenus. Les gens devraient, selon lui, prendre le temps qu’il faut pour réfléchir sur les enjeux », a-t-il martelé.

Lui qui a déjà rencontré plus tôt dans sa vie le poète Claude Péloquin, aime se référer à la fameuse citation qu’il avait écrite au Grand théâtre de Québec, mais à sa façon. « Vous êtes pas tannés de payer, bande de…… »

Trouver du boulot

Du côté du Parti québécois, Evelyne Abitbol a aussi parlé de la Charte mais en n’oubliant pas non plus l’importance du dialogue avec les communautés culturelles.

Mme Abitbol a bien apprécié sa rencontre de lundi dernier avec le directeur général du Club de recherche d’emploi de Montréal-Centre-nord (ndlr: au 1600 Henri-Bourassa ouest) dont  le mandat est d’aider les gens à se trouver un emploi.

Elle a discuté pendant plus de deux heures avec Michel Benoit, des problèmes auxquels sont confrontés les arrivants, notamment la reconnaissance des acquis et la difficulté à trouver de l’emploi.

Mardi, elle participait à la création de la Table de concertation et d’action pour les aînés, dans Ahuntsic.

Sauter dans la mêlée

Geneviève Dick, de Québec solidaire, ne se faisait pas d’illusions en sautant dans la mêlée.

La jeune étudiante qui ne demeure pas dans la circonscription  se présente afin que les électeurs aient l’option de voter pour les idées véhiculés par QS. Elle aussi a misé sur l’importance de bien intégrer les immigrants.

Les autres candidats dans l’Acadie sont Julie Boivin d’Option nationale;  Yvon Breton, du Parti marxiste-léniniste du Québec; et Alix Nyaburerwa du Parti vert du Québec. (Par Alain Martineau) (2014-04-04)


Les candidats inscrits officiellement – Source DGE

_____________________________________________
DANS LES ACTUALITÉS DU 28 MARS
_____________________________________________

Élections dans l’Acadie
Candidats actifs même si Christine St-Pierre est grande favorite

Même défavorisé par les sondages, le candidat de la Coalition avenir Québec dans l’Acadie, Serge Pourreaux, ne lâche pas prise. Il a dénoncé l’inaction de la députée libérale Christine St-Pierre en matière d’emploi alors que le taux de chômage dans la circonscription,             à 12,5 %, demeure très élevé, soit environ cinq points de plus que dans le reste de la province.

M. Pourreaux, un jeune retraité après avoir fait carrière dans l’administration publique, notamment à la Ville de Montréal, a dit trouver ‘’aberrant’ de voir autant de personnes sans emploi alors que l’on retrouve plusieurs pôles économiques dans la circonscription, comme la Cité de la mode ou l’un des parcs industriels de Saint-Laurent, le long de l’autoroute.

A son avis, rien n’a été fait depuis belle lurette pour s’occuper entre autres des immigrants. ‘’On n’a pas prévu des mesures d’adaptation de la main-d’œuvre’’, a-t-il vivement déploré en entrevue au jdv.

Comme candidat de la CAQ, M. Pourreaux se veut réaliste. Face à l’énorme majorité obtenue par la députée libérale, il a dit espérer maintenir le score obtenu par le parti en septembre 2012. (5 393 voix ou 17,46 % des votes).           

Celui qui a témoigné à la Commission Charbonneau  continue de faire du porte-à-porte, notant au passage que beaucoup de retraités ont de la difficulté à vivre avec la hausse des comptes de taxes, le maintien de la taxe santé et l’augmentation des tarifs d’électricité.

Défendre le bilan

La candidate péquiste Evelyn Abitbol fait aussi beaucoup de porte-à-porte en défendant le bilan du gouvernement péquiste sortant. Elle ne se gêne pas aussi pour parler de la Charte de la laïcité, un sujet qui devient plus difficile quand arrive le temps de parler aux allophones, qui forment 56% des électeurs.

Mme Abitbol va participer entre autres au débat prévu lundi prochain au Cegep Vanier contre les autres candidats, dont la députée sortante.

Grande favorite

Cette dernière, même grande favorite,  a aussi un agenda chargé en cette fin de campagne, surtout avec la tenue du vote par anticipation.

Mme St-Pierre a notamment visité cette semaine des résidences de personnes âgées. Une rencontre était aussi prévue avec les Sœurs de Ste-Croix.

Christine st-Pierre est aussi très sollicitée au plan national, avec entre autres de nombreuses participations à la télé, un domaine que connaît bien l’ex-reporter de Radio-Canada.

Celle qui est aussi la porte-parole de l’opposition officielle en matière de culture est intervenue le soir du gala des Jutra en soulignant le travail et le talent de tous les artisans québécois mis en nomination à l’événement, et en félicitant ceux et celles qui ont remporté un prix. (Par Alain Martineau) (2014-03-28)

Enjeux locaux : dossier Aéroport de Montréal-Trudeau
Encore plus de pression contre le bruit des avions


PhotoQuelques membres du groupe Les Pollués de Mtl-Trudeau lors de leur réunion du 24 mars dernier, en compagnie de Pierre-René Perrin, évaluateur, (au centre) venu leur parler de “L’effet du trafic aérien sur l’évaluation d’une propriété”. (Crédit-photo: jdv Philippe Rachiele)

La Coalition Les Pollués de Montréal-Trudeau se frotte les mains : la question du bruit causé par les avions qui atterrissent à Dorval-Trudeau a forcé les candidats en vue de la prochaine élection à se mouiller sur cet épineux dossier.

Son porte-parole, Antoine Bécotte, se déclare ‘’satisfait’’ du chemin accompli jusqu’ici, bien que le groupe aurait préféré en avoir plus. Et la bataille est loin d’être terminée.

Le groupe de pression, qui a obtenu notamment des subventions du bureau des députés sortantes Diane De Courcy (Parti québécois dans Crémazie) et Christine St-Pierre (Parti libéral du Québec dans l’Acadie), et de l’aide du bureau de la députée indépendante d’Ahuntsic, Maria Mourani à l’origine de leurs démarches, déplore ce qu’il appelle  l’’’inaction’’ du gouvernement fédéral qui semble se laver les mains dans ce dossier, renvoyant la balle à Aéroports de Montréal et à Air Canada.

Moins bruyant

Le PQ-Crémazie s’est engagé ‘’pour un arrondissement moins bruyant’’, en plaidant pour que les divers intervenants se parlent, entre autres la Ville de Montréal, l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville, Aéroports de Montréal (ADM), la Direction de la santé publique de Montréal (DSP), et les citoyens touchés.

Diane De Courcy a donné son appui aux citoyens dans leurs démarches afin d’obtenir deux postes au sein du comité de la gestion du climat sonore d’ADM et deux postes au conseil d’administration d’ADM.

Rapport de la DSP?

La Coalition attend par ailleurs avec impatience un rapport de la Direction de la santé publique (DSP) de Montréal sur l’impact du bruit des aéronefs sur la santé des Montréalais.  Journaldesvoisins.com a fait une demande d’accès à l’information auprès de la DSP de Montréal pour obtenir ce document qui circule déjà sous le manteau.

Le jdv a aussi questionné le chef libéral Philippe Couillard, lors de sa venue la semaine dernière dans Crémazie, sur le fait que la DSP de Montréal tarde à dévoiler ce rapport sur les méfaits de la pollution sonore.

De passage dans le nord de la ville il y a deux semaines, il est demeuré prudent mais a promis d’agir pour faire les représentations nécessaires.  “l faut considérer, a-t-il dit, que c’est une question de juridiction fédérale. Le rapport dont il est question, on peut en prendre connaissance et faire des recommandations ou représentations par la suite”, a promis le chef libéral, qui était alors flanqué de la candidate libérale dans Crémazie, Marie Montpetit, qui entend suivre de près cette affaire.

Quel couvre-feu?

“Il faut savoir qu’il y a déjà des zones de couvre-feu”,  a conclu le chef libéral.  Antoine Bécotte nous signale que le couvre-feu en question rétrécit comme peau de chagrin. Autrefois, c’était entre entre 23 heures et 7 heures et maintenant, c’est de 1 h 30 à 5 h 00 avec quatre exceptions par nuit.

“Beaucoup des gens se réveillent la nuit à cause du bruit des appareils. Et pour appuyer davantage notre dossier, une deuxième station de mesure des décibels sera installée bientôt dans la résidence d’un citoyen”, a fait savoir M. Bécotte.

Le mois dernier, une dernière portion de la pétition des Pollués de Montréal-Trudeau, qui contenait au total plus de 3 000 noms, était déposée à la Chambre des Communes.
Le groupe réclame l’imposition d’un véritable couvre-feu, un relèvement du niveau de vols des aéronefs survolant les villes et les arrondissements situés à l’est de l’autoroute des Laurentides, des stations de mesure supplémentaires et leur présence au comité consultatif sur le climat sonore d’Aéroports de Montréal (ADM) (Par Alain Martineau) (2014-03-28)

Enjeux locaux À la défense de notre patrimoine!
Lettre ouverte du RHPAC aux candidats

Le 21 janvier dernier, se formait, sous l’impulsion de la députée de Crémazie, madame Diane de Courcy, le Regroupement d’histoire et du patrimoine d’Ahuntsic-Cartierville (RHPAC). Ce regroupement rassemble des associations et des organismes œuvrant dans le domaine de l’histoire ou du patrimoine au sein du territoire de l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville. (…)

Le patrimoine bâti, naturel et immatériel est la principale force de notre arrondissement. Nous devons faire en sorte de nous engager à le faire connaître, à le nommer, à le préserver et à le défendre. En plus de trouver encore des traces du 17e siècle, nous avons la chance d’avoir conservé de grands pans de l’histoire du 19e et du 20e siècles. Bien que vital pour la défense du patrimoine de notre arrondissement, le RHPAC désire également aller plus loin au sud que le boulevard Gouin et ses parcs. Nous ne croyons pas que l’histoire d’Ahuntsic-Cartierville se limite au nord du boulevard Henri-Bourassa. Par conséquent, nous désirons attirer l’attention des résidants et des autorités sur certains bâtiments, monuments ou lieux historiques sur tout le territoire de notre arrondissement.

Élection 2014

Le RHPAC profite de cette campagne électorale pour interpeller les candidats afin qu’ils s’engagent à défendre les thèmes suivants: défense du patrimoine et promotion de l’histoire de l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville et des sociétés civiles qui lui ont donné naissance; mise en valeur et restauration de la croix de chemin, située à l’angle des rues Saint-Hubert et Crémazie; restauration du site historique des moulins du Sault-au-Récollet, situé dans l’ancien village du Sault-au-Récollet.

Le RHPAC croit qu’il est urgent de s’occuper de ces sites importants pour l’histoire d’Ahuntsic-Cartierville avant que des dommages irréversibles puissent faire disparaître ce patrimoine.

Un engagement des candidats?

Le RHPAC désire que les candidats s’engagent à travailler à la restauration et à la mise en valeur de ces éléments patrimoniaux.

Le RHPAC s’engage, quant à lui, à demeurer vigilant en ce qui a trait au patrimoine de notre arrondissement. Nous sommes disponibles à œuvrer avec tous ceux qui ont à cœur l’histoire et le patrimoine de la communauté d’Ahuntsic-Cartierville.

Pour plus de renseignements, écrivez à: rhpac-mtl@gmail.com

(Le Regroupement d’histoire et du patrimoine d’Ahuntsic-Cartierville (RHPAC) est composé des organismes suivants : Association des Amis du boulevard Gouin; Cité historia, Musée du Sault-au-Récollet, Société d’histoire du domaine Saint-Sulpice; Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, section Nicolas-Viel.) (2014-03-28)


______________________________________________________________________________

DANS LES ACTUALITÉS DU 14 MARS

ÉLECTIONS QUÉBEC 2014 – CIRCONSCRIPTION DE L’ACADIE


PhotoInauguration du local de Christine St-Pierre (Crédit-photo: A.Martineau)

La députée sortante de l’Acadie, Christine St-Pierre, parlera autant des
questions nationales que locales au cours de la campagne dans sa
circonscription.

L’ex-ministre des Communications dans le gouvernement Charest a ouvert en
grande pompe jeudi soir son local de circonscription, devant des dizaines de
militants, sur le boulevard Henri-Bourassa ouest, non loin du bureau de Postes
Canada.

Interrogé par jdv, Mme St-Pierre, une ancienne journaliste de
Radio-Canada, n’a pas raté l’occasion d’écorcher au passage Pierre Karl
Péladeau, le candidat vedette du Parti  Québécois. Pour elle, PKP est en
conflit d’intérêts en tenant mordicus à garder ses actions de Québecor.

Christine St-Pierre, qui avait couvert la campagne référendaire de 1995
pour Radio-Canada, a aussi vivement déploré qu’un autre référendum se pointe à
l’horizon si jamais le PQ est réélu le soir du 7 avril.

Priorités


Sur le plan local, la députée sortante estime qu’il faudrait faire
davantage pour accompagner les nouveaux arrivants. Elle estime qu’il faut aussi
faire plus pour les gens à faible revenu. Elle compte aussi surveiller de près le dossier de la construction d’un
ensemble d’immeubles en hauteur au sud de la prison de Bordeaux, à savoir le projet du promoteur Musto.  « Les gens du secteur ont droit à la tranquillité », a estimé Mme
St-Pierre, qui, à l’instar de plusieurs résidants du secteur, dit craindre pour
la densité et la hauteur des tours d’habitation envisagées sur l’emplacement où
étaient autrefois des garages du ministère des Transports.

Autre priorité : le transport en commun. Les libéraux souhaitent aussi
faire plus, notamment avec le prolongement de la ligne orange au nord de la station Côte-Vertu.
 



Photo(Crédit-photo: PQ)

Même si l’ex-ministre libérale Christine St-Pierre est en pole position
(position de tête) dans la campagne dans l’Acadie (Ahuntsic ouest-Bordeaux-Cartierville), la
candidate péquiste Évelyne Abitbol ne baisse pas les bras.

Présentée par la chef péquiste Pauline Marois la veille de la Journée
internationale des femmes, Mme Abitbol, qui comme sa rivale, a une longue
feuille de route dans le monde des communications, entend livrer bataille
jusqu’au bout.

Charte des valeurs


Partisane du dialogue interculturel, Évelyne Abitbol, née au Maroc,
veut entre autres insister pour défendre la charte de la laïcité. « J’ai choisi
de me présenter dans l’Acadie pour convaincre les gens de la nécessité du
projet de loi de Bernard Drainville », a-t-elle affirmé en entrevue au jdv.

La circonscription compte 56 pour cent d’allophones. Avec des
dizaines  de communautés culturelles diverses, elle aura donc beaucoup de
pain sur la planche mais se dit prête à relever le défi alors que cette
question est presque reléguée aux oubliettes face à la question nationale.

A ce sujet, Mme Abitbol, a vivement déploré la division du vote
souverainiste alors qu’on lui apprenait qu’Option nationale allait présenter
une jeune candidate, Julie Boivin, dans la circonscription. Québec solidaire a
aussi un candidat, de même que le Parti vert.

Madame Abitbol partage le même local électoral que celui de Diane de
Courcy (PQ-Crémazie) sur le boulevard Saint-Laurent. Il se trouve en bout de
piste à la limite de chaque circonscription.

Évelyne Abitbol a notamment été honorée par l’Institut sépharade du
Canada pour son action  dans le dialogue des cultures (2007) et a reçu le
trophée Femmes arabes (2011). (Par Alain Martineau) (2014-03-14)

___________________________________________________________________________



DANS LES ACTUALITÉS DU 7 MARS

ÉLections Québec 2014
Début lent dans l’ACADIE

Un témoin important de la Commission Charbonneau se présente pour la CAQ contre la députée Christine St-Pierre
.La journaliste Évelyne Abitbol est candidate pour le PQ


Dans l’Acadie, la candidate libérale Christine St-Pierre part avec une bonne longueur d’avance. Elle doit toutefois se mesurer à un candidat de taille qui se présente pour la Coalition avenir Québec, et qui a été témoin important aux audiences de la Commission Charbonneau.

Serge Pourreaux, un fonctionnaire à la retraite de la Ville de Montréal, a livré des témoignages percutants en soutenant, il y a un an, être intervenu à maintes reprises auprès des autorités politiques, au milieu des années 2000, au sujet des coûts astronomiques des contrats octroyés par la ville à des entreprises. Il a fait allusion à des contrats d’infrastructures ayant coûté de 30 à 40% de plus que ceux octroyés par d’autres villes pour des projets semblables.

Dernière heure. Du côté du Parti Québécois, c’est la journaliste et communicatrice professionnelle Évelyne Abitbol qui a été désigné pour représenter la formation politique dans la circonscription.

Candidat du coin

Pour sa part, le candidat de la CAQ, Serge Pourreaux a été directeur de l’approvisionnement de la Ville de Montréal, sur la rue Louvain.  Il habite la circonscription depuis 35 ans. Aujourd’hui, il épouse les idées de la CAQ. Il estime que son chef François Legault est le seul à dire «la vérité» sur l’état de l’économie et des finances publiques au Québec.

Mais le défi est grand pour M. Pourreaux. Christine St-Pierre, ex-journaliste de Radio-Canada qui a fait le saut chez les libéraux en 2007,  avait raflé la circonscription le 4 septembre 2012 avec une avance de 12 000 voix. Le Parti Québécois avait même terminé troisième, derrière le candidat de la Coalition Avenir Québec.

Rappelons que Mme St-Pierre, avait été nommée ministre de la Culture, des Communications, et de la Condition féminine par Jean Charest, dans le précédent gouvernement libéral, de 2008 à 2012.

Autres partis

Québec solidaire (8 pour cent des votes en 2012)  présentera Geneviève Dick, une jeune militante qui habite plus au sud de la circonscription, dans le quartier Notre-Dame-de-Grâce.

Quand on lui parle de ses chances de gagner sachant qu’elle se trouve dans un bastion libéral, elle mentionne que les gens qui partagent les valeurs de QS, comme elle, auront la chance de s’exprimer en votant pour la formation de gauche.

Les autres formations vont faire connaître bientôt le nom de leur porte-étendard.

Le taux de participation a été de 65% dans l’Acadie en 2012. (Par Alain Martineau)(2014-03-07)