______________________________________________________________________________


PhotoPoste Fleury vu de la rue Sauvé. Crédit photo : archives – jdv

Poste Fleury d’Hydro-Québec
Pas de demandes d’audience publique au MDDEFP
. Le promoteur aura sans doute l’autorisation d’agrandir

Hydro-Québec, promoteur du projet de rénovation et d’agrandissement  du Poste Fleury, situé à proximité des rues Sauvé et Meilleur, aura sans doute le champ libre pour procéder.

En effet, à la suite de la séance publique d’information tenue à l’Institut des communications graphiques du Québec,  en novembre dernier, par le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE), les résidants, groupes ou représentants des élus avaient jusqu’au 23 décembre dernier pour présenter une demande d’audience publique  au ministre du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs (MDDEFP).

Délai prolongé

Comme la date limite était un peu à cheval sur la période des Fêtes, le cabinet du ministre Yves-François Blanchet s’est donné jusqu’au 14 janvier pour recevoir les demandes du public pour fins d’audiences publiques. La porte-parole du Ministère, Geneviève Lebel, a rappelé journaldesvoisins.com après cette date pour l’informer qu’aucune demande n’avait été déposée.

Poursuite de l’analyse?

Puisque le ministre Blanchet n’a pas reçu de demande d’audience, le rôle du BAPE prend fin. Par la suite, le Ministère va poursuivre son analyse environnementale du projet, déjà bien menée, tel qu’a pu le constater journaldesvoisins.com en prenant connaissance du dossier qui était disponible pour lecture à la Bibliothèque Ahuntsic, il y a plusieurs semaines déjà. Si tout va bien, le promoteur, Hydro-Québec, pourra fort probablement aller de l’avant.

Prochaine étape

Rappelons que, selon Hydro-Québec, ce projet d’agrandissement et de rénovation était rendu nécessaire parce que la majorité des appareils qui se trouvent présentement au poste Fleury datent des années 1950 et doivent être remplacés. En outre, précisait Hydro-Québec, dans un avis public, la capacité du poste ne suffit plus à répondre à la croissance de la demande. Le promoteur a donc proposé la construction d’un nouveau poste Fleury à 315-25 kV en grande partie sur le terrain de l’actuel poste Fleury et d’une ligne à 315 KV dans l’emprise de l’actuelle ligne d’alimentation à 120 kV. (Par Christiane Dupont) (2014-01-17)

Pour lire le rapport du BAPE sur la séance d’information sur le poste Fleury et ses suites, cliquez ici


_____________________________________________________

SÉANCE D’INFORMATION DU BAPE
Projet de grande envergure d’Hydro-Québec
HQ veut construire un nouveau poste Fleury et une nouvelle ligne électrique à 315-25 kV sur de plus hauts pylônes
d’acier galvanisé


Photo

Carte indiquant l’emplacement du poste Fleury (qui malgré son nom se trouve proche de la rue Sauvé) et le poste Charland. La nouvelle ligne serait entre ces deux postes – Source : Hydro-Québec

Photo

—- Vue d’ensemble des nouveaux pylones (déjà existants à l’est de Christophe-Colomb) —– Crédit photo : jdv – Philippe Rachiele

Photo

Pylones 120 kv, qu’Hydro-Québec veut remplacer par les nouveaux pylones à 315 kv. Crédit photo : jdv – Philippe Rachiele

Photo

Pylones 315 kv qu’Hydro-Québec veut implanter à l’ouest du poste Charland (entre Christophe Colomb et rue Meilleur). Crédit photo : jdv – Philippe Rachiele
Présentation du BAPE

Une vingtaine de personnes étaient présentes, le mardi 26 novembre dernier, à la séance d’information organisée par le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE)  qui avait lieu à l’Institut des communications graphiques du cégep Ahuntsic. Il s’agissait d’une séance d’information concernant les travaux importants envisagés au poste Fleury par Hydro-Québec, de même que la construction d’une nouvelle ligne électrique de 215-25kV, qui remplacerait celle de 120-12kV, mise en service en 1955.

Audiences publiques


La période de consultation et d’information du public commençait le 7 novembre et se poursuit jusqu’au 23 décembre prochain.
Les citoyens qui désirent des audiences publiques sur cette question doivent donc transmettre leur demande, par écrit, au ministre du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des parcs, avant le 23 décembre prochain.

Pour représenter le promoteur, Hydro-Québec, étaient présents, notamment, Madame Lysanne Côté,  ingénieure, et Messieurs Gordon Dezelat, gestionnaire, et Cédric Chenevier
, chargé de projet en environnement. Étaient également présents la docteure Geneviève Ostiguy et le biophysicien, docteur Daniel Goulet.

Répercussions, durant construction

Selon le promoteur, en l’occurrence Hydro-Québec, la construction du poste aurait peu de répercussions, sinon des répercussions mineures qui découleraient principalement de la perturbation du climat sonore pendant les travaux et de dommages possibles au réseau routier, également durant les travaux. Hydro-Québec a annoncé que des mesures d’atténuation seraient mises en place pour diminuer le bruit.

Quant aux champs magnétiques et électriques, il n’y aurait pas de nouveaux impacts et de dangers pour la santé, selon le promoteur qui a précisé qu’on “éloigne les conducteurs en les rehaussant, et qu’au niveau du sol, c’est sans danger”. Par ailleurs, la largeur de l’emprise d’Hydro-Québec ne serait pas modifiée.


Moins
de pylônes, mais plus hauts

Les pylônes actuels (à treillis) mesurent 26 mètres. Il y en a 22 le long de la
ligne électrique, sur l’emprise d’Hydro-Québec qui va du poste Charland au
poste Fleury.  Si le projet est accepté, ces pylônes seront démantelés une
fois que les nouveaux seront installés. Ces nouveaux pylônes tubulaires en
acier galvanisé, au nombre de neuf, seront 22 mètres plus haut que les anciens
pylônes, soit d’une hauteur de 48 mètres. Aux dires du promoteur, ils seraient toutefois
mieux intégrés dans le paysage urbain.

Études sérieuses

Plusieurs études d’impact sérieuses sur l’environnement du poste Fleury, actuel, et de la ligne électrique, actuelle, ont été demandées au promoteur par le ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs (MDDEFP). Des études complémentaires ont également été demandées par la suite. Dans l’une d’elles, on note que certains secteurs du terrain actuel devront être décontaminés, à une profondeur de quatre mètres, puisqu’ils contiennent des sols contaminés par des hydrocarbures aromatiques polycycliques à des concentrations supérieures aux valeurs limites.


Sécurité publique

La question de la sécurité publique, à elle seule, a donné lieu à une étude individuelle de plus de 40 pages de la part du promoteur, en réponse à une question (Q28) provenant des spécialistes du MDDEFP. L’étude en question a été présentée le 25 février 2013 et, donc, n’était pas en lien avec la tragédie qui a frappé la population de Lac-Mégantic, quelques mois plus tard, au cours de l’été dernier.


Accord de l’arrondissement

Parmi les citoyens qui ont posé des questions lors de la séance d’information du BAPE, quelques uns se sont dits surpris d’apprendre que l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville avait été informé avant qu’il n’y ait information au public par le BAPE. R
enseignements pris, c’est le 10 avril 2012 que les élus et les gestionnaires ont été rencontrés par les responsables du projet chez Hydro-Québec, puis le 16 octobre 2012. Il ne semble pas y avoir eu d’objection majeure du côté de l’arrondissement face à ce projet.

Un million pour Ahuntsic-Cartierville

Il faut dire que l’arrondissement bénéficiera d’une somme importante équivalente à 1 % du budget total du projet si ce dernier est accepté et mis en branle. En fait, comme le projet est évalué à 127,3 M $, l’arrondissement recevrait la somme de 1 042 M $ dans le cadre du Programme de mise en valeur intégrée (PMVI) que commandite Hydro-Québec. “L’amélioration de l’environnement et de certaines infrastructures (parcs, sentiers, etc.) ainsi que le soutien de programmes communautaires sont les principaux domaines dans lesquels les crédits peuvent être utilisés”, peut-on lire dans le PMVI.


Inquiétudes

Plusieurs résidants se sont également inquiétés, notamment, du bruit que feraient ces nouveaux pylônes ainsi que les transformateurs au poste Fleury; et des micro-décharges qui s’attachaient déjà au pas d’un passant, en sandales, non loin des pylônes, ce qui serait sans danger selon le biophysicien Daniel Goulet, représentant du promoteur. “C’est une nuisance convient le docteur Goulet, mais ce n’est pas dangereux!”

Propriétés achetées

Avant même que le projet ne soit autorisé, des propriétés situées à proximité du poste Fleury ont déjà été achetées par Hydro-Québec en prévision des travaux. Si les travaux n’ont pas lieu, les propriétés en question seraient revendues, a affirmé un des responsables d’Hydro-Québec en réponse à une question du journaldesvoisins.com.


Calendrier

Si les travaux sont autorisés, ils commenceraient à l’automne 2014 pour se terminer aux environs du printemps 2017, date de la mise en service. Si, par ailleurs, les travaux n’étaient pas autorisés, le promoteur Hydro-Québec a un plan B mais qui, selon les responsables, ne serait pas une solution économiquement recommandable.

Documents

On peut consulter la documentation inhérente au projet à la Bibliothèque Ahuntsic, sur demande, et ICI, sur le site Internet du BAPE.
(Par Christiane Dupont) (2013-13-06)

_________________________________________________________________________