Photo

Depuis quelques mois, au Québec, nous vivons à l’heure du régime minceur. On ne se contera pas d’histoires; il n’y aura pas de cadeaux.
 

Pour avoir des espions un peu partout, grâce à vous chers lecteurs et lectrices, je sais
que, bien que le gouvernement du Québec s’en défende, non seulement il n’y aura pas  d’étrennes à Noël cette année pour de nombreux Québécois, mais plusieurs subiront des pertes d’emplois, des pertes de revenus et auront moins de services dans les différents organismes gouvernementaux qu’ils fréquentent.
 
Malgré le message que le gouvernement essaie de faire passer, oui, les services à la clientèle seront touchés par le rouleau compresseur. Seulement au plan municipal, le nouveau pacte fiscal présenté aux municipalités a subi une baisse de 300 M$. Et la Commission Robillard propose de réduire encore plus ces transferts. Ici, à Montréal – ce qui se reflétera sans doute dans notre arrondissement –, le maire Coderre a signé le nouveau pacte fiscal. En signant, il a accepté que les transferts à sa municipalité soient beaucoup moins généreux (75 M$ de moins) et, du coup, il a accepté que différents services – dont les CDEC – soient désormais sous sa responsabilité, mais avec beaucoup moins de fonds qu’avant.
 
Et l’avenir?
Si Ahuntsic-Cartierville peut encore faire plus avec moins, c’est en bonne partie grâce à la réserve que s’est donnée l’arrondissement depuis qu’elle a comblé son déficit. Mais comme il est facile de s’endetter quand les revenus ne sont pas à la hauteur et que les dépenses sont plus importantes que prévu, il est facile d’imaginer que l’avenir est incertain. Les résidants qui ont subi une hausse de leur évaluation foncière et qui l’ont contestée sont toujours en attente de réponses. Comment feront les gens âgés pour payer leurs comptes de taxes chaque année, sur leur maison patiemment payée durant leur vie adulte, si l’évaluation grimpe encore alors que leurs revenus diminuent? C’est souvent grâce à leur résidence qu’ils disposeront de revenus de retraite. Bref, les cadeaux ne sont pas au rendez-vous cette année. Et le pire est sans doute à venir!
 
Pendant ce temps-là, le gouvernement du Québec flirte avec l’idée de prolonger l’autoroute 19, depuis le pont Papineau, pour la modique somme de 600 M$. Ditesmoi où est la logique dans cette équation?
 
On s’attendrait à mieux!
Depuis un an, la conseillère du district du Sault-au-Récollet attendait l’issue d’un procès pour contestation du recomptage judiciaire par l’Équipe Denis Coderre, à la suite de l’élection municipale. Le dernier jour ouvrable avant le procès, le maire Coderre a pris la décision in extremis de retirer ses billes du jeu. Le premier magistrat a eu la délicatesse de demander à un membre de son équipe d’appeler la conseillère Pagé pour le lui annoncer, et, du coup, lui dire que la nouvelle allait être transmise «sobrement ». Deux jours plus tard, aucune annonce officielle n’avait été faite et rien n’avait transpiré, dans aucun média du Québec.
 
Journaldesvoisins.com était sur la brèche, faisant un suivi du dossier. C’est alors que nous avons vu passer un tweet de félicitations destiné à Mme Pagé. Nous avons demandé une entrevue au maire Coderre pour obtenir ses commentaires concernant cette décision pour le moins surprenante, après un an. Pas d’entrevue, mais environ deux heures plus tard, le maire twittait la nouvelle. Et le communiqué officiel? L’annonce fut si sobre qu’il n’y en eut point d’autre. Quelques rares médias ont repris le « gazouillis » du fil Twitter.
 
Et rebelote!
 D’ailleurs, l’histoire s’est répé- tée lors de la réunion du conseil d’arrondissement, le 10 novembre dernier. Mme Pagé est désormais bien en selle, mais, en début de réunion, aucune annonce officielle ni félicitations en bonnes et dues formes n’ont été faites à Mme Pagé. N’eût été l’intervention au micro d’une habituée des réunions du conseil, Mme Janine Renaud, durant la période des questions, les participants à la rencontre n’auraient pas su que la conseillère Pagé restait désormais en poste pour les trois prochaines années.
 
Mais où est la classe dans tout ça? Après avoir poireauté pendant un an avec cette épée de Damoclès suspendue au-dessus de sa tête – outre l’argent des contribuables englouti dans l’histoire pour payer les avocats d’une des parties – la conseillère Pagé (également chef du parti Vrai changement pour Montréal) n’a même pas eu droit à une annonce « sobre », mais officielle. Vraiment pas un cadeau, surtout venant de politiciens qui ont du métier et qui, dans l’exercice de leurs fonctions, doivent bien représenter les Montréalais.
 
Mais peut-être était-ce voulu. Si on n’en parle pas, le dossier va mourir de sa belle mort… et les contribuables ne sauront pas que Équipe Denis Coderre a perdu ce siège et que l’année de procédures juridiques aura coûté pas mal d’argent aux contribuables. Plus de 30 000 $ pour être plus précise, jusqu’à présent.
 
Je ne pense pas être dans l’erreur en écrivant que nombre de mes concitoyens ont été déçus, sinon choqués, de la façon dont le premier magistrat a conclu ce dossier. Certains nous ont même écrit à ce sujet.
 
Même si on ne doit pas compter sur les administrations provinciale et municipale pour recevoir des cadeaux cette année, je vous souhaite tout de même de joyeuses fêtes! Nous nous retrouverons en 2015. Dans l’intervalle, bonne année!