Photo

«Mitche» (la troisième à partir de la gauche) entourée de membres du SNAC et de bénévoles lors de la soirée ou elle offrait gracieusement un repas à 42 personnes qui passent un moment difficile (Photo : Philippe Rachiele)
Carole est l’une des participantes au souper de Noël offert gracieusement à 42 personnes par « Mitche », la propriétaire du restaurant Le Chien Rose, le 23 décembre dernier. 

Carole travaillait comme cadre. Elle était chargée de projet pour une entreprise de construction. Elle vivait bien avec son bon emploi, son conjoint, sa maison et se permettait des voyages. Bref, la vie était belle jusqu’au jour où elle annonce à son patron qu’elle attend un enfant. Ce dernier lui annonce à son tour, et le jour même, que son poste est aboli, mais qu’un poste comparable est ouvert à Toronto. Elle devra faire une demande pour ce nouveau poste, vendre la maison, déménager et subir une nouvelle probation de trois mois. Elle préfère rester dans la région de Montréal et accepte plutôt une indemnité de départ.   

Après la naissance de son enfant, elle se rend compte qu’il présente des défis. Il est trop exigeant pour les garderies normales, mais il n’est pas encore admissible dans les garderies spécialisées à cause du délai nécessaire pour l’obtention d’un diagnostic précis. 

Se retrouvant monoparentale, pour survivre elle doit vendre la maison. Elle peine à trouver un emploi dans son domaine sans avoir à travailler 80 heures par semaine, outre les responsabilités de mère monoparentale qui lui incombent.

Dans l’intervalle, elle cherche un autre emploi plus compatible avec la vie de maman, mais les employeurs potentiels ne lui donnent même pas une chance de faire ses preuves la jugeant surqualifiée. Ils ont peur qu’elle quitte son poste pour un meilleur emploi.

Entre-temps, elle a découvert le SNAC (Service de nutrition et d’action communautaire) et y fait même du bénévolat en attendant. Elle était bien contente d’être parmi les gagnantes du repas de Noël du Chien Rose. Les noms des gagnants ont été tirés au sort parmi les 400 bénéficiaires du Magasin-Partage de Noël du SNAC.

Malgré les embûches qui ont jalonné son parcours de maman monoparentale depuis la naissance de fiston, Carole  entrevoit l’avenir avec optimiste. Journaldesvoisins.com la remercie d’avoir partagé son histoire avec ses lecteurs et lectrices. (Par Philippe Rachiele) (2015-12-25)