Crédit photos : jdv – Philippe Rachiele

Picture

Point de vue sur la pataugeuse, les jeux pour enfants et le chalet au parc Saint-Paul-de-la-Croix (coin Sauvé et Christophe-Colomb), (Photo : Philippe Rachiele)

Le parc Saint-Paul-de-la-Croix
sera réaménagé
 

Des inquiétudes persistent quant à la sécurité​​

Bonne nouvelle pour ceux et celles qui fréquentent le parc Saint-Paul-de-la-Croix, situé dans le quadrilatère entre Christophe-Colomb, Hamel, Sauvé et Sauriol : l’arrondissement a planifié un réaménagement de l’espace vert, une opération de plus de 2 M $ dont les travaux seront étalés sur deux ans (2016 et 2017) afin qu’ils ne nuisent pas aux nombreuses activités qui s’y déroulent.

Pendant près d’une heure trente, mardi soir dernier, une soixantaine de résidants du secteur ont pu en apprendre davantage sur le plan de match de l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville.

Une dizaine de représentants de l’arrondissement (fonctionnaires et politiciens) étaient présents à l’école primaire Louis-Colin pour expliquer le projet et entendre aussi les points de vue des citoyens sur le plan de réaménagement de l’espace vert, leurs suggestions de modification ou d’ajout, ou leurs commentaires.

Après la mise en contexte de Lorraine Pagé, conseillère de district du Sault-au-Récollet, on a appris, entre autres, qu’un nouveau chalet verra le jour, que la pataugeoire sera enfin équipée d’un système de filtration (et aura une plage horaire plus longue), et que l’aire des jeux des 5 à 12 ans fera peau neuve.

Sentiment d’insécurité

Mais outre les équipements et les espaces à revamper, c’est la question de la sécurité qui a retenu l’attention de ceux qui se sont déplacés malgré une forte pluie. Ainsi, les habitués du parc avec leurs enfants (ou même les gens plus âgés) ne cachaient pas leur inconfort face à la présence de gens « indésirables » dans le parc, sans oublier un certain laisser-faire en matière de civisme.

Mais l’équipe de fonctionnaires dépêchés à Louis-Colin a justement insisté sur le fait qu’une série de mesures appropriées aideraient à en dissuader plusieurs à commettre des méfaits (casser des bouteilles, faire des graffitis, flâner ou se donner rendez-vous à la noirceur pour vendre des trucs permettant de s’évader temporairement).

Aussi, il est question d’ajouter des caméras de surveillance et de prévoir un gardien que d’aucuns voudraient qu’il reste « discret » pendant ses tournées.

Propositions et solutions

Le chalet situé au cœur du parc et datant de 1958 sera démoli et refait selon les normes d’aujourd’hui; il devrait être semblable à celui du parc Ahuntsic. Il y aura des vestiaires, de l’espace pour les divers groupes fréquentant le parc (équipes de sports, de pétanque, de bocce ou de l’âge d’or), des bureaux, des toilettes modernes. Des douches extérieures sont aussi prévues.

Aussi, la statue fontaine décorative qui ne fonctionne pas (et qui ne fait pas partie des œuvres d’art de la Ville de Montréal, nous a-t-on dit) pourrait être déplacée vers le secteur de la pataugeoire plutôt que de rester isolée et sujette au vandalisme. De plus, on prévoit refaire des sentiers et des clôtures, ajouter de nouveaux modules de jeux et  des poubelles, des arbres et des arbustes pour revitaliser les lieux.

Avec une plus importante fréquentation (présence plus forte en tout temps), ce sera moins invitant pour les amateurs de sensations fortes de s’adonner à des activités qui ont peu à voir avec la santé et le plein air. Certaines personnes ont aussi relevé certains impairs dans le travail des cols bleus (déchets non ramassés avant la coupe de gazon ou peu d’intérêt à corriger des problèmes qui ne seraient pas de leur ressort).

La patinoire

Pour l’hiver, plusieurs seront heureux d’apprendre que la patinoire avec bandes est là pour rester ainsi que celle servant au patinage libre, érigée sur l’aire de jeu de pétanque, un projet qui avait été mis à l’essai et qui a porté ses fruits.

Bref, les gens semblaient satisfaits de la soirée d’information, y compris ceux et celles qui avaient des messages à faire passer. Les architectes, les responsables des parcs et de l’aménagement paysager, le communicateur et les politiciens présents ont dit avoir pris bonne note des commentaires.

« Le projet n’est pas définitif », a indiqué Émilie Thuillier, conseillère dans Ahuntsic, dont plusieurs commettants (même à l’ouest du Sault-au-Récollet) fréquentent le parc. Elle était présente mardi tout comme le maire de l’arrondissement, Pierre Gagnier.

Signalons que le parc est notamment fréquenté par les 550 élèves de l’école Louis-Colin, située de l’autre côté de la rue, par les jeunes des camps de jour du collège Regina Assumpta et par les enfants de garderies, dont certaines en milieu familial. (Par Alain Martineau) (2015-10-02)
​​