Le projet de plus de 25 M$ de réaménagement de l’avenue Papineau a été présenté jeudi le 24 mars 2016, à l’occasion d’une assemblée publique à laquelle assistaient une soixantaine de personnes, au collège André-Grasset. Le réaménagement consistera, entre autres, à conserver deux voies de circulation dans chaque direction. Actuellement, quatre voies vont vers le nord et quatre vers le sud. En outre, on prévoit une voie réservée aux autobus/cyclistes, un large trottoir, ainsi que l’agrandissement et le verdissement de la bande centrale.

La voie réservée aux autobus/cyclistes (50 cm plus large que les autres voies) permettra le stationnement des véhicules en dehors des heures de pointe. Pour les piétons, la Ville et l’arrondissement ont prévu un trottoir de quatre mètres qui sera construit du côté est le long du futur grand parc. Un système de recueillement des eaux de pluie sera également mis en place pour limiter les débordements dans les égouts lors de fortes pluies, une mesure favorisant le développement durable (DD).

Résidants satisfaits

À la fin de la présentation, les résidants ont salué d’applaudissements les fonctionnaires ayant fait la présentation. On peut présumer qu’une grande partie de l’auditoire était heureux de ce qui est prévu. Une quinzaine de résidants ont pris la parole. Plusieurs craignent les débordements de circulation sur les rues locales, notamment sur la rue André-Grasset durant les travaux. Une résidente riveraine espère que ce réaménagement ainsi que le respect de la limite de vitesse à 50 km/h va réduire le bruit des voitures. Un résidant concerné par la traversée problématique au coin de Louvain s’est fait répondre qu’il devrait être plus facile de traverser avec la nouvelle configuration, car il y aura une voie de moins.

Projet en suspens-injonction

Pierre Desrochers, conseiller du district de St-Sulpice et président du conseil exécutif de la ville Centre, a dit être confiant que le différend avec les entrepreneurs qui ont obtenu une injonction pour stopper les travaux devrait se régler à temps pour que les travaux puissent commencer à la date prévue, soit le 1er mai et se terminer en septembre 2017.

Cyclistes déçus

« Je n’irai pas là en vélo me promener avec ma petite famille, c’est dangereux! », a commenté Pierre Lamarche, résidant d’Ahuntsic-Cartierville, l’un des porte-parole du groupe de transport actif Ahuncycle. « S’ils veulent encourager les familles à aller au grand parc, ce n’est pas en leur demandant de rouler dans la voie réservée aux  autobus ou au stationnement. » Selon M. Lamarche, il serait beaucoup plus logique de réduire le trottoir de quatre mètres prévu à un trottoir d’une largeur normale, puis de faire une piste cyclable protégée accessible à tous, notamment aux familles et aux aînés. Pierre Lamarche trouve aussi étrange qu’il faille passer sur le gazon aux feux de circulation pour piétons face à la rue Barnabé-Larocque. Il espère qu’on construira des marches et un accès pour vélo lors du réaménagement.

Vélo Montréal/Vélo Québec préoccupés

Invitée à commenter la nouvelle infrastructure par journaldesvoisins.com, la Coalition Vélo Montréal se dit « très préoccupée par le fait que les plans de base de la ville, qui reflètent la vision de la ville pour les artères, ne comprennent pas une infrastructure incluant le vélo urbain. » Selon l’organisme cycliste, c’est inconsistant avec l’objectif du maire Coderre de faire de Montréal une ville cyclable à l’échelle mondiale. »
Pour sa part, l’organisme Vélo Québec se dit très déçu après avoir pris connaissance du projet. « Bien que le projet fasse la part belle aux piétons, au verdissement et à la gestion des eaux pluviales, force est de constater que les besoins des cyclistes n’ont pas été pris en considération : ceux-ci devront tantôt partager une voie trop étroite réservée aux autobus (en heure de pointe) et tantôt longer des autos stationnées, sans aucune voie cyclable », peut-on lire sur sa page Facebook.

Selon Vélo Québec, et bien que l’organisme se dise favorable au partage des voies entre bus et vélos, ce partage ne peut se faire qu’à certaines conditions (de vitesse, de largeur de voie, de séparation) et devrait être une solution de dernier recours. « Un projet de réaménagement d’une telle ampleur peut et doit clairement faire une place sécuritaire et confortable aux personnes circulant à vélo », conclut le lobby cycliste québécois. (Par Philippe Rachiele) (2016-03-25)

Pour consulter le document qui avait déjà été présenté au sujet du réaménagement de l’avenue Papineau, au congrès 2014 de l’Association du transport du Canada par Guy Trudel, conseiller en aménagement à la Division sécurité et aménagement du réseau artériel de la Direction des transports à la Ville de Montréal, cliquez ici.

Crédit photos : jdv – Philippe Rachiele

(NDLR : Désolé si les photos ci-dessous ne s’agrandissent depuis le changement à notre nouveau site Web)Les photos ci-dessous ne s’agrandissent plus à cause du changement de

Les photos ci-dessous ne s’agrandissent plus à cause du changement de

________________________________________________
Retour aux Actualités de la semaine