Les Actualités du 30 aout 2013

__________________________________________

Compressions à la CSDM
La radio scolaire de l’école Saint-André-Apôtre est-elle en péril?


Photo

La radio-scolaire, un projet rassembleur

Le projet de radio-scolaire de l’École Saint-André-Apôtre qui avait été mis sur pied il y a bientôt 10 ans devra fonctionner avec moitié moins de ressources, soit un enseignant qui en aura la responsabilité pour la moitié de sa tâche seulement, contrairement à ce qui se faisait auparavant et ce, depuis de nombreuses années.

C’est du moins ce qu’ont décidé les commissaires de la CSDM, dont le commissaire André Gravel, du secteur Bordeaux-Ahuntsic, lors de l’annonce des compressions budgétaires d’importance qui ont été faites au terme de la dernière année scolaire, face à l’important déficit budgétaire de la commission scolaire.

Parents fort déçus

Ce projet mobilisateur et témoin de la créativité du milieu du quartier avait été mis sur pied il y a près d’une dizaine d’années, a mentionné le vice-président du conseil d’établissement, Mathieu Rompré, parent.  “Cette décision équivaut à euthanasier à petit feu le projet-radio puisque l’ampleur de la tâche est telle qu’aucun professionnel sérieux ne voudra porter à bout de bras un tel projet avec une tâche à mi-temps”, a-t-il tenu à dire.

La radio scolaire contribue au développement des habiletés de communication orale et écrite en français des jeunes écoliers qui fréquentent l’école Saint-André-Apôtre, mais est également utile aux élèves des autres écoles de la région. Selon les parents du conseil d’établissement, le projet de radio scolaire est également inclusif, mobilise à la fois les enseignants et les écoliers, sans égard au statut social ou à leur origine ethnique. Il s’agit également, selon eux, d’une activité qui développe le leadership, la confiance en soi et la créativité. En outre, une majorité de parents des élèves fréquentant l’école est attachée à cette activité, “qui définit si bien l’ADN de notre école de quartier”, soutiennent les parents du conseil d’établissement.

Compressions inévitables

Joint à son retour de vacances, le commissaire du secteur Bordeaux-Ahuntsic, André Gravel, a souligné qu’il n’était pas nécessaire de lui faire la démonstration de l’utilité et de la pertinence d’un tel projet, qu’il en était convaincu. “C’est un très bon projet de radio étudiante que l’on a toujours soutenu et qui est apprécié de la communauté”, a-t-il déclaré à journaldesvoisins.com. Le commissaire Gravel a bien pris la mesure de l’attachement des parents des élèves de l’école au projet de radio scolaire. “J’ai reçu entre 30 et 40 courriels et appels téléphoniques de parents qui ont protesté contre la décision que nous avons dû prendre”, a-t-il ajouté.

À l’heure où la CSDM doit faire face à des compressions de l’ordre de 30 millions de $, les commissaires ont choisi de sabrer le moins possible dans les services directs aux élèves, dont les services aux élèves handicapés font partie. Malheureusement, le projet de radio scolaire ne fait pas partie de ces services, bien qu’il s’adresse également aux élèves en difficulté, tel que l’ont précisé les parents du conseil d’établissement dans leur communiqué.

Autre formule

Lors d’une réunion la semaine dernière, avec la nouvelle directrice de l’école, Claudine Baril, des parents du conseil d’établissement et le commissaire Gravel, il a été convenu que le projet se poursuivrait avec la même enseignante, qui a accepté malgré sa grande déception, et malgré la demi-tâche qui lui serait octroyée pour la poursuite de l’activité. Selon le commissaire Gravel, le projet pourra se poursuivre avec la participation de parents bénévoles qui lui ont déjà mentionné leur intérêt à pousser à la roue pour que les jeunes puissent, encore cette année, bénéficié de cette activité des plus intéressantes.

Inondation

Toutefois, en même temps que ce coup dur frappe le projet de radio scolaire,  cette dernière subit également les contrecoups d’une augmentation de clientèle à l’établissement scolaire. Ainsi, le local situé au 2e étage qui servait de lieu d’exploitation à la radio scolaire doit faire place à une nouvelle classe d’élèves.

Parallèlement, le lieu qui avait été envisagé pour le déménagement de la radio scolaire, au sous-sol, à même le local de la bibliothèque, a été inondé l’an dernier et a dû être nettoyé et réaménagé. Compte tenu des plans qui ont dû être révisés tout récemment pour agrandir le local et contenir à la fois bibliothèque et radio scolaire, le projet radio pourra seulement se mettre en branle au début du mois de novembre, au mieux fin octobre, reconnaît le commissaire Gravel.

Ressources infinies

Pour André Gravel, il n’est pas facile de gérer la décroissance. “Nous avons une obligation de retrouver l’équilibre budgétaire, dit-il. Nous n’avons pas le choix”, insiste-t-il, ajoutant que les commissaires ont tenté de préserver au maximum les services aux élèves.  “J’aimerais ça qu’il y ait 200 millions de $ de plus pour les services aux élèves, dit M. Gravel, et 1 milliard de $ de plus pour les bâtiments. Manque-t-on de ressources?, s’interroge-t-il. Oui!”, conclut-il. Rappelons que le budget annuel de la CSDM se chiffre à un milliard de dollars. (Par Christiane Dupont) (2013-08-30)

_________________________________________


Des travaux qui font parler d’eux…
Travaux sur Fleury Ouest et sur Rancourt

.Travaux d’aqueduc, de réfection des trottoirs et de la chaussée
.Des commerçants en manque d’infos, dont certains récoltent les pots cassés
.Construction Irebec inc. n’est pas sur le RENA


Photo

Vous vous souvenez des
travaux de réfection des  trottoirs et de
la chaussée sur Fleury Ouest l’année dernière? Hé, bien! On remet ça, cette
année, pour faire la section qui restait, soit entre les rues Waverly et Clark. L’arrondissement
a donc prévenu les commerçants et les résidants qu’il allait entreprendre les
travaux entre le 12 août et le 30 octobre, pour environ trois à quatre
semaines.

Voilà que les travaux
ont commencé cette semaine, par le renouvellement des branchements d’aqueduc
devant certains des commerces de ce tronçon de rue, à plusieurs endroits. « On commence par les travaux qui nécessitent de creuser au plus profond, déclare Jocelyn Jobidon, chef de division aux études techniques de l’arrondissement. Les
entrées d’aqueduc sont en plomb, ajoute-t-il, et pour les mettre aux
normes, car ils datent de plusieurs années, ils seront refaits en cuivre. »

Puis,
les trottoirs

Une fois les travaux d’aqueduc
terminés, l’arrondissement procèdera à la réfection des trottoirs sur ce même
tronçon. M. Jobidon souligne que les travaux se feront à la suite, sans
attente, en autant que le beau temps soit au rendez-vous. « S’il pleut,
on a pas le choix, il faut attendre que le beau temps revienne », dit-il.
Les trottoirs seront refaits, d’abord, au nord de Fleury Ouest, puis au sud,
pour permettre aux automobilistes de circuler et ne pas nuire à la vie des résidants
et aux affaires des commerçants.

Grands travaux pour
chaussée


Une fois les trottoirs
refaits, l’arrondissement procèdera à la rénovation complète de la chaussée,
soit l’enlèvement du pavage, de la dalle de béton qui sera remplacée par une épaisse couche de concassé aplani, puis, finalement, on posera un pavage complètement neuf.* « Nous sommes conscients
des inconvénients que tous les travaux peuvent causer aux résidants et aux
commerçants, souligne Jocelyn Jobidon, et nous essayons de faire pour le mieux et
le plus rapidement possible. »

Commerçants
échaudés


Bien qu’un surveillant
représentant l’arrondissement soit présent sur le chantier, les travailleurs de Construction Irebec qui ont commencé les travaux le premier matin, soit le
mercredi 28 août, ont causé quelques surprises. D’abord, les affiches prévenant
les résidants et commerçants ont été installées après 20 h 30 la veille au
soir. Généralement, la signalisation doit être installée la veille ou 48 heures
à l’avance, soit suffisamment longtemps pour que les uns et les autres puissent
prendre les mesures qui s’imposent devant leurs commerces ou leurs résidences.
Malheureusement, ce ne fut pas le cas devant la Chocolaterie Bonneau.

À son
arrivée le mercredi matin, vers 10 h, Yves Bonneau a eu la surprise de
constater que les jardinières qui bordent sa terrasse extérieure, avaient été
déplacées, mais pas suffisamment pour empêcher qu’elles ne soient brisées par
la pépine qui a cassé l’asphalte devant son commerce. Résultat : des
pertes qu’il évalue à plusieurs centaines de dollars. « Si je l’avais su à
l’avance, je les aurais déplacées moi-même ou avec le propriétaire de la bâtisse
et ça aurait évité cette casse et ces problèmes de plainte et de réclamation à
la ville par la suite », ajoute Yves Bonneau, dépité.

Entreprises
conformes


Plusieurs résidants nous
ont fait remarquer qu’il avaient aperçu des travailleurs portant des casques au
nom de l’entreprise Construction Irebec inc., ce qui n’est pas Pavage Dorval, entrepreneur
général dont les services ont été retenus pour exécuter les travaux.
Construction Irebec inc. est le nouveau nom de l’entreprise Mivela Construction inc., qui était la propriété de
Nicola Milioto, surnommé M. Trottoir,  un des témoins illustre mais peu loquace aux audiences de la Commission
Charbonneau, la saison dernière. M. Milioto a pris sa retraite et a cédé le contrôle de la compagnie a sa fille et à son gendre.

Pavage
Dorval a donc sous-traité les travaux d’aqueduc à Construction Irebec. À ceux
qui pourraient s’en étonner, Jocelyn Jobidon signale que ni Pavage Dorval, ni
le sous-traitant Construction Irebec, ne figurent sur le Registre des
entreprises non- admissibles (RENA) aux travaux publics créé par le Secrétariat du Conseil du trésor du Gouvernement du Québec. Par conséquent, la
Ville peut retenir les services de Pavage Dorval qui peut à son tour faire
appel à ce sous-traitant. ( Par Christiane Dupont) (2013-08-30)

Renseignements sur le Registre:

https://rena.tresor.gouv.qc.ca/rena/
Renseignements sur les techniques utilisées pour refaire le premier tronçon de Fleury Ouest, l’an dernier:
http://www.journaldesvoisins.com/rue-fleury—construction.html


“Y’é trop de bonne heure!”…sur la rue Rancourt
L’entrepreneur faisait fi des règles

Il existe un règlement municipal
qui dit que les travaux de rénovation qui occasionnent du bruit et qui sont faits
sur la voie publique ou sur les terrains privés ne peuvent commencer avant 7
heures le matin. Journaldesvoisins.com en a déjà fait l’objet d’un article durant l’été, dans Les douze travaux du résidant.

Mais, il semble que certains ne l’entendent pas ainsi… Quand
il s’agit des voisins, on se dit parfois qu’ils ne connaissent pas ledit
règlement et on endure… Mais, quand il s’agit d’entrepreneurs qui travaillent
pour l’arrondissement, là, on se pose de sérieuses questions!

Réfection
de la chaussée


C’est du moins ce qui s’est
produit, rue Rancourt, il y a quelques jours. Le 25 août dernier, une résidante
informait journaldesvoisins.com que l’entrepreneur
qui avait commencé des travaux sur sa rue ne respectait pas les heures du début
des travaux, le matin, poussant même le zèle jusqu’à commencer à 06 heures le
matin, pour terminer…à 8 h 30 du matin!

 Après s’être plainte au 311, qui avait d’ailleurs
déjà reçu plusieurs plaintes en provenance de résidants de la rue Rancourt,  la situation s’est répétée le lendemain. La
résidante s’est alors plainte aux travailleurs eux-mêmes. Celui à qui elle s’adressée
lui aurait répondu, d’une manière plutôt agressive qu’ils avaient « une
permission spéciale ».

Ayant communiqué de
nouveau avec le 311, la résidante s’est fait répondre d’appeler la police la
prochaine fois que cela se reproduirait. Bien qu’elle veuille retrouver la
quiétude des lieux, tôt le matin (genre, aux aurores), la dame en question
aurait bien aimé pouvoir régler le tout sans avoir recours aux forces de l’ordre…

Aucune
permission


Jointe par journaldesvoisins.com, Geneviève Dubé,
chargée de communication, est allée aux infos et a signalé que l’arrondissement avait téléphone à l’entrepreneur
pour l’informer de la règlementation qui prévoyait que les travaux ne devaient
pas commencer avant 7 heures, le matin. « Il n’y a aucune permission
spéciale pour débuter les travaux plus tôt, précise Mme Dubé. Il s’agit d’une
loi. » Mme Dubé a souligné que, si le travailleur avait été agressif en
répondant à cette personne –ce que la résidante déplorait—elle pouvait
contacter la police qui veillerait à intervenir, surtout s’il y a eu menaces.
Autrement, précise Mme Dubé, le meilleur moyen c’est de déposer une plainte au
311. « Il s’agit de la meilleure façon, a-t-elle dit. Les citoyens sont
nos yeux et nos oreilles.  Je confirme que nous demandons à nouveau à l’inspecteur
de se rendre sur les lieux pour s’entretenir avec l’entrepreneur », a conclu Mme Dubé. (Par Christiane Dupont) (2013-08-30)

________________________________________________________________________

_____________________________________________________
Usine de compostage de Saint-Michel
Un projet compromis, des citoyens réjouis!


Photo

Localisation prévue initialement pour l’usine de compostage (en orange sur la carte)

Le projet d’implantation
d’un centre de compostage à Saint-Michel est de plus en plus compromis, après l’annonce
hier, du ministre du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et
des Parcs, Yves-François Blanchet, de son intention de ne pas appuyer le
projet.


Depuis que la Ville de Montréal a annoncé il y a quelques mois sa
décision d’implanter une usine de compostage dans l’arrondissement de Saint-Michel,
beaucoup de résidants de Saint-Michel et d’Ahuntsic-Cartierville se sont
mobilisés pour manifester contre ce projet. En effet, les plans prévoient que
le centre de compostage serait installé à moins de 250 mètres des habitations,
alors que selon le règlement du ministère du Développement durable, de l’Environnement
et des Parcs, une distance d’au moins 500 mètres doit exister entre un centre
de compostage et une résidence.

La période électorale actuelle aura certainement permis à
ces citoyens mécontents de se faire entendre, puisque le candidat à la mairie
de Montréal, Denis Coderre, a annoncé mercredi que si il était élu, il
annulerait purement et simplement ce projet de centre de compostage. Dans la
foulée, Marcel Côté, candidat de Vision Montréal, lui aussi à la mairie, annonçait pour sa part un moratoire au
cas où il serait élu.

Le ministre de l’Environnement
contre le projet


Et hier matin, c’est Yves-François Blanchet, ministre du
Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs, qui a
annoncé son intention de ne pas appuyer le choix du Complexe environnemental de
Saint-Michel pour la réalisation du centre de compostage. Dans un communiqué,
il invite la Ville de Montréal à privilégier un autre site que celui-ci.

« Nous reconnaissons
les efforts réalisés par la Ville de Montréal pour identifier des sites
adéquats, mais force est de constater que l’acceptabilité sociale n’est pas au
rendez-vous dans le cas du Complexe environnemental de Saint-Michel. Je ne
souhaite pas appuyer un projet qui a été très clairement rejeté par la
population et par les élus du secteur »
, a affirmé le ministre Blanchet. Il
a précisé que les autres sites retenus ne présentaient pas, à son avis,
d’obstacles majeurs quant à leur réalisation.

La députée de Crémazie, et ministre de l’Immigration et des Communautés culturelles, Diane De Courcy, a accueilli
favorablement la position du ministre. «
À titre de députée de Crémazie, j’ai accompagné les citoyens dans leurs
démarches auprès du ministre Blanchet qui a fait preuve
d’ouverture, d’écoute et de transparence afin d’en arriver à un résultat
concret pour le bien de la population de Crémazie. Je tiens à saluer les
membres du Comité d’Ahuntsic contre l’usine de compostage dans le parc
Saint-Michel qui ont permis de donner une voix à ceux qui n’en ont pas »
a
souligné l’élue.

Des citoyens
soulagés, mais qui restent sur leurs gardes


Les membres du Comité d’Ahuntsic contre l’usine de
compostage dans le parc Saint-Michel ont été heureux d’apprendre la position d’Yves-François
Blanchet, mais restent tout de même sur leurs gardes. « La prise de
position du ministre est une très bonne nouvelle pour nous et nous nous en
réjouissons. Cela montre que lorsque les citoyens se mobilisent et qu’ils ont l’appui
des politiciens, les problèmes peuvent se résoudre »
, a indiqué le
coordonnateur du Comité, Azzedine Achour. « Mais
nous continuerons à suivre cette affaire de très près, car nous ne savons pas
encore quelles sont les possibilités de recours de la Ville de Montréal face à
la décision du ministre »
a ajouté M. Achour. (Par Amaury Luthun)
(2013-08-30)



_______________________________
Dans l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville
Soirée d’investiture des candidats de Vision Montréal


Photo

Crédit-photo: Pierre-Luc Daoust

Le 28 août dernier, ce fut la soirée d’investiture des candidats de Vision Montréal pour l’arrondissement, au centre communautaire Laverdure.

Au cours de la soirée, le candidat à la mairie, Étienne Brunet, présentement conseiller du district Sault-au-Récollet, a affirmé, notamment, qu’il voulait, avec son équipe, mettre en place une politique d’habitation forte pour lutter contre l’insalubrité et offrir aux familles de l’arrondissement une meilleure qualité de vie.

On aperçoit, de gauche à droite, sur la photo: Jean-Jacques
Lapointe, candidat dans le district de Saint-Sulpice; Louis-Gilles Molyneux, candidat dans
le district Sault-au-Récollet; Louise Harel, chef de Vision Montréal et chef de la
majorité à l’Hôtel de Ville; Monsef Derraji, président de Vision Montréal; Marcel Côté, chef de la Coalition pour Montréal et candidat à la Mairie de
Montréal; Étienne Brunet, présentement conseiller du district Sault-au-Récollet et candidat à la mairie de l’arrondissement
Ahuntsic-Cartierville; et Chantal Jorg, candidate du district Ahuntsic. 

(Par Christiane Dupont) (2013-08-30)


______________________________________________

C’est la rentrée!
Le SPVM lance sa campagne de sécurité routière


Photo

Un bus scolaire rue Prieur. (Crédit photo: Amaury Luthun)

Les vacances sont terminées. Depuis le mercredi 28 août, les écoliers ont repris le chemin de
l’école, à pied, en vélo ou en autobus. Ils peuvent parfois, sans s’en rendre
compte, avoir des comportements dangereux pour eux et pour les autres sur la
route, mais sont aussi susceptibles d’être victimes des imprudences des
automobilistes. C’est pourquoi, le Service de police de la Ville de Montréal
(SPVM) a lancé mardi une campagne de sécurité routière des écoliers « 100%
vigilant : Je porte attention aux écoliers ».


Cette campagne a pour but d’améliorer la sécurité des
enfants aux abords des écoles et près des autobus scolaires. Elle rappelle aux
écoliers, à leurs parents et aux conducteurs, les comportements sécuritaires à
adopter ainsi que l’importance de respecter le travail des brigadiers
scolaires, la signalisation, les limites de vitesse et la réglementation du
Code de la sécurité routière.

Trois axes d’intervention

Jusqu’au 22 septembre, les policiers du SPVM mèneront des
activités de sensibilisation auprès des écoliers du primaire. Ils rencontreront
également les brigadiers scolaires et sensibiliseront les conducteurs d’autobus
au Code de la sécurité routière.

Les policiers assureront ensuite un suivi auprès des arrondissements
de la Ville de Montréal et des villes liées en matière de signalisation et de
marquage de la chaussée, aux traverses couvertes par les brigadiers scolaires,
notamment.

Ils procéderont également à des opérations dans les zones
scolaires pour faire respecter les limites de vitesse, les règles relatives aux
traverses de piétons, aux feux de circulation, aux arrêts obligatoires et aux
stationnements interdits.

Les policiers ne travailleront pas seuls, mais en
partenariat avec les agents de stationnement, les brigadiers scolaires, les
chauffeurs d’autobus scolaires, et les membres des directions des écoles.

Les accidents en
baisse


Les campagnes de sécurité menées par le SPVM semblent porter
leurs fruits, puisque le nombre d’accidents impliquant des écoliers âgés de 5 à
12 ans diminue chaque année. Le nombre d’écoliers blessés légers est passé de
30 en 2011 à 25 en 2012. De plus, deux écoliers ont été gravement blessés en
2011, contre aucun l’an passé. Pour l’année scolaire 2013, le SPVM maintient son
objectif du « zéro décès ».

La sécurité des
enfants, l’affaire de tous!


Les campagnes de sensibilisation du SPVM sont efficaces mais
ne suffisent pas. En tant que parents, vous avez le devoir d’informer vos
enfants sur les règles à suivre sur la route, et surtout de leur montrer
l’exemple en conduisant prudemment et en respectant le Code de sécurité
routière. Pour cela, le SPVM met à votre disposition quelques outils ludiques.

Pour sensibiliser vos enfants :
Aide-mémoire à imprimer : À l’école en toute sécurité – Conseils
aux écoliers
, Jeu
interactif : Je joue – Flik interactif, Vidéo : Bubusse – Les
aventures de Sam et Bloup
.


Pour les parents : Règles
de circulation – Vrai ou faux?
, Le
Transport scolaire
,
Les parents,
des alliés pour la sécurité des enfants en transport scolaire.

(Par Amaury Luthun) (2013-08-30)


________________________________________________________________________

ÉLECTIONS MUNICIPALES — Améliorez vos connaissances!
9. Devenir candidat en huit étapes


Photo

Hôtel de ville de Montréal – Crédit photo: Amaury Luthun

A quelques mois des élections
municipales,
journaldesvoisins.com veut, avec vous, mieux comprendre la vie
politique de notre arrondissement et de Montréal.
La
semaine passée, nous vous expliquions qui peut se porter candidat aux élections.
Aujourd’hui, voyons quelles sont les étapes à suivre pour devenir candidat aux élections municipales.

1 – Faire sa déclaration de candidature

La première chose à faire après avoir vérifié votre
éligibilité est de remplir la déclaration de candidature, qui vous sera remise
par le président d’élection de Montréal. Elle doit être remplie et transmise au
bureau du président d’élection entre le 20 septembre et le 4 octobre 2013. Une
fois déposée et acceptée par le président d’élection, votre déclaration de
candidature devient publique et accessible à tous. Cependant, avant cette
étape, vous avez droit à la confidentialité et le président d’élection ne peut
pas dévoiler le nom des personnes ayant demandé le formulaire de déclaration de
candidature.

Pour que votre candidature soit acceptée, vous aurez besoin
d’un certain nombre de signatures d’appui des électeurs de la municipalité. Le
nombre de signature varie en fonction du poste visé, et du nombre d’habitants
de la municipalité. Pour l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville, vous aurez
besoin de 200 signatures pour pouvoir poser votre candidature au poste de maire, et de 25
signatures pour le poste de conseiller. C’est toujours mieux
d’obtenir plus de signatures que le nombre requis, au cas où l’un de vos
signataires ne répondrait pas aux exigences de la loi.

Déposer un dossier de
candidature ne vous engage à rien, et vous pouvez vous retirer de la course à
tout moment. Si vous désirez retirer votre candidature, vous devez faire
parvenir au président d’élection un avis de retrait de candidature signé. De
même, un avis de retrait de candidature est nécessaire si vous souhaitez vous
présenter à un autre poste avant la fin de la période de candidature. Vous
devrez alors déposer une nouvelle déclaration de candidature.

2 – Être candidat indépendant, ou
membre d’un parti politique ?


Dans une municipalité de plus de 5000 habitants, un candidat
peut choisir de se présenter à titre de membre d’un parti politique, ou de
candidat indépendant.

Les partis politiques

Un parti politique est une organisation dont les membres mènent
une action commune en vue de faire élire des personnes et d’exercer le pouvoir. La LERM oblige les partis politiques qui désirent recueillir
des contributions et engager des dépenses à être autorisés par le Directeur
général des élections du Québec (DGEQ). 
Ils doivent respecter certaines règles en matière de financement et de
contrôle des dépenses électorales, indiquées dans le chapitre 13 de la LERM. (Voir articles du
journaldesvoisins.com du 19 et 26 juillet sur les dépenses et le financement
électora
l)

Le candidat indépendant

Si vous optez pour une candidature
indépendante, c’est-à-dire sans être rattachée à un parti politique, il vous
est possible de mener deux types de campagne électorale :

1. Sans contribution ni dépense
électorale.
Il est possible d’être candidat indépendant sans recueillir de
contributions ni engager de dépenses électorales. Dans ce cas, il n’est pas
nécessaire d’obtenir une autorisation.

2. Avec contributions et dépenses
électorales.
Dans les municipalités de 5 000
habitants ou plus, la personne qui se présente à titre de candidat indépendant
et qui désire recueillir des contributions et engager des dépenses électorales
doit être titulaire d’une autorisation.


Elle doit présenter une demande écrite
d’autorisation en ce sens au DGEQ. Cette demande peut être faite à
compter du 1er janvier de l’année au cours de laquelle doit avoir lieu
l’élection. Pendant la période prévue pour la production d’une déclaration de candidature,
la demande d’autorisation peut être faite lors de la production de la
déclaration.

3 – Nommer un
représentant officiel et un agent officiel


Le représentant officiel est la personne responsable de
solliciter et de recevoir les contributions ou toute autre forme de revenus et
de contracter les emprunts. L’agent
officiel est la personne
qui autorise et effectue les dépenses électorales pendant la période
électorale.

Pour un parti, il est possible qu’une seule personne
soit nommée comme représentant officiel et comme agent officiel. Pour un
candidat indépendant, le représentant officiel et l’agent officiel sont
obligatoirement la même personne. Le candidat indépendant peut être lui-même
son propre représentant officiel et agent officiel, ou il peut désigner une autre
personne à cette fin.


4 – Ouvrir un compte en banque

Pour un candidat indépendant,  le représentant officiel et l’agent officiel
doivent ouvrir un compte avec retour de chèque compensé ou chèque numérisé (autrement dit, l’argent comptant n’est pas accepté aux fins de contribution) dans
un établissement financier ayant une succursale au Québec. Toutes les sommes
recueillies ainsi que toutes les dépenses doivent transiter par ce compte
bancaire.

Un candidat indépendant n’est pas obligé d’ouvrir un
compte bancaire si ses dépenses n’excèdent pas 1 000 $ et qu’elles sont
financées uniquement au moyen de la contribution personnelle du candidat.

Pour un parti, le représentant officiel
doit ouvrir un compte avec retour de chèque compensé ou chèque numérisé (autrement dit, l’argent comptant n’est pas accepté aux fins de contribution) dans un
établissement financier ayant une succursale au Québec. Toutes les sommes
recueillies doivent être déposées dans ce compte bancaire.

L’agent officiel du parti doit ouvrir un compte bancaire
avec retour de chèque compensé ou numérisé distinct de celui du représentant
officiel. Ce compte constitue le fonds électoral et doit uniquement servir à
payer les dépenses électorales. Seuls les transferts d’argent provenant du
compte du représentant officiel peuvent être déposés dans le fonds électoral.

5 – Financer sa campagne électorale

Pour tout ce qui concerne l’aspect financement de la
campagne électorale, retrouvez toutes les informations dans l’article du
journaldesvoisins.com
du 19 juillet
.

6- Identifier sa publicité

Lorsque qu’un candidat ou un parti commence sa
campagne électorale, la bataille publicitaire commence. Il ne faut pas oublier
que des éléments doivent obligatoirement apparaître sur les supports
publicitaires utilisés, sans quoi la dépense ne pourra faire l’objet d’un
remboursement.

Une publicité écrite doit inclure le nom de
l’imprimeur ou du fabricant ainsi que le prénom et nom de l’agent officiel
suivi des mots « agent officiel ».

Une publicité dans un journal doit également inclure
le prénom et nom de l’agent officiel suivi des mots « agent officiel ».

 Pour une publicité à la
radio, à la télévision ou au moyen de tout autre support ou de toute autre
technologie de l’information, le prénom et nom de l’agent officiel suivi des
mots « agent officiel » doivent être mentionnés.

En plus de ces informations, les candidats
indépendants doivent indiquer leur nom et la mention « candidat indépendant »
sur leurs supports publicitaires.

7 – Respecter la limite des dépenses électorales,
remboursement des dépenses


Pour tout ce qui concerne les dépenses électorales,
retrouvez toutes les informations dans l’article du journaldesvoisins.com
du 26 juillet
.

8 – Produire un rapport de dépenses électorales

Les candidats indépendants comme les partis politiques ont
l’obligation de produire des rapports de dépenses électorales dans un délai de
90 jours suivant le jour du scrutin. Ces rapports sont à remettre au trésorier
de la municipalité.

Vous avez maintenant en main toutes les clés pour poser votre candidature aux élections municipales. (Par Amaury Luthun) (2013-08-30)

_______________________________________________________________________


_____________________________________________________

Concours Le Pouce vert!
Les votes ont été compilés; notre gagnant(e) choisi(e)…
.Mais nous faisons durer le suspens jusqu’à la semaine prochaine!

C’est finalement la semaine prochaine que sera connu le nom de notre gagnant ou gagnante du concours estival du journaldesvoisins.com, Le pouce vert. Les lecteurs ont pu voter par l’entremise de la page Facebook du journal, ou en nous faisant parvenir un courriel directement à journaldesvoisins.com. Le gagnant ou la gagnante méritera un certificat-cadeau d’une valeur de 50$ du Provigo Michel Ricard, du boulevard Saint-Laurent. À suivre! (2013-08-30)

Cliquez ici pour voir toutes les photos du concours Le Pouce vert!

________________________________________________

Numéro d’août-septembre disponible en pdf sur le site
Journaldesvoisins.com
papier vous attend ICI!
.Douze valeureux bénévoles ont fait la distribution


Photo

La maison Pierre Persillier-Lachapelle dont nous parlons dans la Page d’histoire de ce numéro.

Apprenez en plus sur différents sujets grâce au bimestriel papier de journaldesvoisins.com d’août-septembre distribué, au cours des derniers jours, par 12 valeureux bénévoles de la communauté d’Ahuntsic Ouest, que nous remercions chaleureusement ! Retrouvez cette édition papier sous l’onglet “Édition papier” sur ce site, et sous le mot “Ici, dans notre titre. (Par Christiane Dupont) (2013-08-30)

__________________________________
BRÈVES…BRÈVES…BRÈVES…BRÈVES…BRÈVES…BRÈVES


Photo

Sylvie Saint-Martin

Disparition inquiétante d’une résidante de Laval dans l’arrondissement. Âgée de 46 ans, Sylvie Saint-Martin est portée disparue depuis le 26
août. La dame habite à Laval, mais a été vue pour la dernière fois dans
l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville. Elle a des cheveux noirs frisés
de longueur moyenne, et elle mesure 1,70m et pèse 84 kg. La famille et les enquêteurs ont des raisons de craindre pour sa santé et
sa sécurité.  Quiconque ayant des renseignements sur cette personne peut contacter
les enquêteurs au 514 393-1133. Toute information sera traitée avec
discrétion. Un nouveau terrain de soccer
synthétique
sera installé au parc d’Auteuil grâce à un montant d’argent spécial reçu
de la ville centre. Les travaux débuteront à l’automne pour se terminer au
printemps 2014. 18,8 millions de dollars ont
été alloués à l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville par la Ville-centre pour son programme
triennal d’immobilisation 2014-2016.

Ils financeront notamment la réfection des routes, la protection des bâtiments,
la construction du nouveau terrain synthétique et le remplacement des véhicules
municipaux. En raison de la fête du Travail,
les horaires d’ouverture de certaines infrastructures municipales seront
modifiés le lundi 2 septembre.
 Retrouvez tous les horaires ici. Le SPVM recherche des victimes potentielles de
Van Hai Nguyen,
arrêté le 15 août dernier pour des vols ciblant des personnes d’origine
asiatique. Plus d’informations ici.  Le collectif Ahuntsic Refuse
annonce qu’il participera à la manifestation organisée  contre les hausses des tarifs d’électricité
d’Hydro-Québec le samedi 28 septembre à 13h au Square Phillips (Métro McGill),
et invite les Ahuntsicois à faire de même. Plus d’informations ici. Maria
Mourani, députée d’Ahuntsic, 
invite les Ahuntsicoises et les Ahuntsicois à une épluchette de maïs qui se tiendra à l’école Saint-Benoît
(500, avenue du Mont-Cassin), le samedi 31 août de 12h à 15h. La Friperie Cartier Émilie organise un bazar le
samedi 14 septembre de 10h à 16h,
au 12 395 rue
Lachapelle. Vous pouvez avoir plus d’informations et louer une table pour 20$
en parlant à Anca, au 514 658-3126. Églises St-André, St-Simon
et St-Jude : inscriptions pour la catéchèse des jeunes.
Si
ce n’est pas encore fait, vous pouvez encore inscrire vos jeunes à la
pastorale. Pour toute information, téléphonez au 514 382-6257. L’Eglise Saint-André-Apôtre,
pour venir en aide à des familles de notre communauté, organise une collecte de
vêtements d’hiver (bottes et manteaux seulement) pour adultes et enfants. Elle
est également à la recherche de lits pour bébé. Pour toute information, contactez
Céline au 514 237-5107. La Fête des récoltes
organisée par l’Association des gens d’affaires de Fleury Ouest se déroulera le
mercredi 11 septembre à 17h au parc Tolhurst, en même temps que le dernier
Mercredi pique-nique et bouffe de rue de la saison. Pour l’occasion, la
caravane Le Pied de cochon et Guru seront de retour
sur FLO. Également au programme: participation des marchés d’Ahuntsic-Cartierville, des fermes Lufa, d’un producteur de fines herbes et de pommes de terres variées, de pommes (Verger de Mirabel); démonstration de cuisine moléculaire avec Ismael Osorio, en collaboration avec Marc-André Royal. François Brouillard, cueilleur de champignons (Jardins sauvages) sera aussi présent. Participeront également: le SNAC, la bibliothèque Ahuntsic, Piatto Rustico, Chocolaterie Bonneau et La Bête à pain. Entraide Ahuntsic Nord est à
la recherche de personnes motivées qui souhaitent s’engager au sein de leur
communauté. Sa mission consiste à favoriser le maintien à domicile et à briser
l’isolement des aînés. Ils sont à la recherche de bénévoles, principalement
pour des postes de chauffeur. Pour plus de détails, consulter le site www.entraidenord.org ou
appelez le au 514 382-9171. Le Répertoire des activités
culturelles, de sports et de loisirs
est disponible sur le site Internet de l’arrondissement.  Les inscriptions auprès
des différents organismes auront lieu les 9 et 10 septembre dans les lieux
d’activités. Collecte des résidus verts: la
collecte automnale des résidus verts débute le lundi 9 septembre prochain, et
ce, jusqu’au jeudi 28 novembre. Chaque district a sa journée de collecte. Toutes les informations et les dates de passage ici.
Stationnement sur rue réservé aux résidants
(SRRR)
– Le renouvellement du permis annuel de stationnement
des résidants des secteurs situés à proximité d’importants générateurs
d’affluence (station de métro, artères commerciales) se déroule au Bureau Accès
Montréal jusqu’au 30 septembre, ou par la poste avant la fin août, en renvoyant
le formulaire de renouvellement que vous avez dû recevoir.  De nouveaux cours de français gratuits à
Ahuntsic.
Le Créca (Centre de ressources éducatives et
communautaires pour adultes) et le CANA (Carrefour d’aide aux nouveaux
arrivants), se sont associés pour proposer dès l’automne prochain des cours de
francisation gratuits, à temps partiel, le jour et le soir. Une halte-garderie
sera disponible de jour. Le test d’évaluation obligatoire aura lieu le 4 septembre de 16h à 19h.
Inscription obligatoire par téléphone au 514-382-0735Les Braves d’Ahuntsic U11 A ont remporté leur onzième
victoire de la saison, en signant un gain de 1-0 contre Villeray, jeudi dernier
au parc Saint-Benoît. Journaldesvoisins.com félicite les jeunes joueurs. La prochaine réunion du conseil d’arrondissement aura lieu le lundi 9 septembre, à 19 heures, au 555, rue Chabanel Ouest, 6e étage, salle du conseil. N’oubliez pas que si vous désirez poser une question, vous devez vous présenter 30 minutes avant le début de la séance et vous inscrire à l’entrée. La période de questions des résidants a généralement lieu au début de la réunion, après les annonces faites par les élus. Comme au cours des derniers mois, il sera possible de regarder la séance du conseil en webdiffusion, sur le site de l’arrondissement. (2013-08-30)


____________________________________________________
QUOI FAIRE DANS LE QUARTIER?


Photo

Bob Walsh. Crédit-photo: Georges Dutil

FAMILLES

Profitez des marchés saisonniers d’Ahuntsic, où vous trouverez des fruits et légumes du Québec. Le
31 août et le 7 septembre à l’Eglise Christ-Roi (Angle Lajeunesse / De
Louvain), le 14 septembre au parc Tolhurst (Fleury Ouest coin Tolhurst) et le
28 septembre à l’école St-Marthyrs-Canadiens (9920 rue Parthenais). Plus d’informations ici
ENFANTS
Allez découvrir l’exposition Bric
et brac, Le monde des robots
,
à la Maison de la culture
d’Ahuntsic-Cartierville, jusqu’au 7 septembre, du mardi au vendredi de 13h à
18h. A partir d’une sélection d’œuvres d’Éric Nadeau et d’un aménagement
ludique et convivial, les jeunes vivront une véritable épopée inspirée de l’univers
de l’artiste où chaque petit détail est une histoire qui, regroupés ensemble,
deviennent une autre histoire. Les robots se partageront l’espace et seront en
interaction, en réparation, en construction…. La salle sera aménagée en
différentes mises en scène dans lesquelles les jeunes participeront activement
à créer de nouvelles histoires.
Séances de lecture
pour bébés :
la bibliothèque de Salaberry propose, avec l’animatrice
Catherine D’Anjou, des activités de stimulation à la lecture pour
les bébés âgés de 0 à 18 mois,  les samedis 7 et 21 septembre, 12 et 26
octobre et 9 novembre à 10 h 45.
Pour plus d’informations ou
pour vous inscrire à ces ateliers gratuits, vous pouvez vous présenter au
comptoir de la bibliothèque de Salaberry, située au 4170, rue de Salaberry ou
téléphoner au 514 872-1521.

ADULTES
Le SNAC a besoin de vous ! À moins de trois semaines de son spectacle-bénéfice, le SNAC sollicite vivement votre appui. En effet,  même après 20 ans de travail acharné, cette levée de fonds est cruciale pour assurer le maintien de ses services d’aide alimentaire auprès des citoyens les plus démunis d’Ahuntsic. Vendredi le 6 septembre prochain, à 19 heures, Bob Walsh et ses musiciens feront leur part pour aider le SNAC en présentant un spectacle à la Maison de la Culture Ahuntsic. Le SNAC vous invite à faire la vôtre en achetant des billets au coût de $75,00 (reçu d’impôt disponible) ou en offrant toute forme de commandite. Pour les achats de billets et les commandites, communiquez avec Brigitte Dubeau au 514 385-6499.
3e édition du Festival du film interculturel de Montréal, Latinordicos: du 4 au 8 septembre,
le Café de Da ouvre ses portes aux cinéastes immigrants du Québec et aux films
tournés à l’étranger par des cinéastes québécois. Deux films de fictions ou des documentaires différents chaque soir, à 18
h et à 20 h.
Plusieurs
cinéastes et artisans des films seront présents pour échanger avec le public.
Retrouvez la programmation
complète ici
.
(2013-08-30)
___________________________________________


Vous avez manqué les précédentes actualités?

Alors allez sur «Archives – Actualités» tout en haut à gauche et choisissez la date voulue.

Suivez-nous aussi sur Facebook ou Twitter !

Notre page Facebook compte maintenant 310 abonnés, grâce à vous. Sur Twitter, plus de 138 personnes nous suivent.

________________________________________________________________________

Journaldesvoisins.com et ses artisans sont membres de:


Photo

Christiane Dupont, rédactrice en chef, membre FPJQ

Photo

Christiane Dupont, rédactrice en chef,
membre AJIQ
________________________________________________________________________

Photo

6490 exemplaires papier distribués

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires