André Parizeau (Photo: archives du jdv)

Après ne pas en avoir fait de cas, le chef du Bloc Québécois (BQ), Yves-François Blanchet, a changé d’idée au sujet de la candidature d’André Parizeau dans Ahuntsic-Cartierville, en exigeant de celui-ci qu’il renie carrément son passé politique communiste.

Mais moins de 24 heures avant sa confirmation officielle comme candidat dans la circonscription du nord de Montréal, M. Parizeau a  indiqué qu’il déplorait vivement la tournure des événements et parle même de «chasse aux sorcières».

« Je ne veux pas me rendre complice de ça et on devrait y mettre fin tout de suite», a indiqué M. Parizeau vendredi au réseau TVA qui s’est rendu chez lui après que les hautes instances du Bloc (fort probablement) eurent refilé au média de Québecor le message du chef, une intervention musclée à l’endroit du militant souverainiste de longue date.

Malgré les nombreux appels, le représentant de journaldesvoisins.com n’a pu parler à M. Parizeau qui toutefois aura son congrès de mise en nomination ce samedi à 13 heures dans une brasserie du boulevard Henri-Bourassa, à côté du métro du même nom.

Plus tôt cette semaine, M. Parizeau nous avait dit qu’il réservait des «surprises» pour son assemblée d’investiture.

Or, force est de reconnaître qu’il ne s’attendait pas à ce revirement de la part de la direction du Bloc.

Le pire pour lui est qu’il y a de bonnes chances que le chef bloquiste refuse de signer son bulletin de candidature s’il n’obtempère pas.

André Parizeau a été pendant 21 ans le chef du Parti communiste du Québec qui, au fil des années, n’a pas toujours été reconnu comme parti politique officiel par le Directeur général des élections,

Il était devenu un «club de réflexion» et ses membres prenaient position sur des sujets de l’heure.

« J’attends bien sûr de notre candidat à cette investiture, de façon complète et sans équivoque, qu’il y ait un désaveu total du programme du Parti communiste, parce que ça n’a rien à voir avec ce qu’on est», avait lancé M. Blanchet en exclusivité à TVA Nouvelles.

Pas de chicane

Visiblement, M. Blanchet ne veut pas que cette affaire vienne «contaminer» la campagne électorale du Bloc qui est passée, sous la férule de son ex-cheffe Martine Ouellet, par des chicanes à ne plus finir.

Lors d’une série d’entrevues depuis deux semaines en vue de la campagne, des candidats ou organisateurs n’ont pas raté l’occasion, à micro fermé («off the record»), de tourner en ridicule cette candidature.

Toutefois, questionnée sur la candidature de M. Parizeau,  la candidate du NPD Zahia El-Masri, avait préféré se tenir éloignée de la controverse.

« Ça revient au Bloc Québécois et à ses militants et militantes de choisir la meilleure personne pour représenter leur parti et faire avancer leurs idées durant la campagne. Pour ma part, ma campagne sera basée sur les idées du NPD et sur mes valeurs profondes – comme la justice sociale, l’égalité des chances, l’inclusion et la lutte à la crise climatique – et ce, peu importe l’identité de mes adversaires »,  a-t-elle affirmé au jdv.

 

Total
7
Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aussi aimer ces articles

Des résultats serrés lundi soir?

Les électeurs qui n’ont pas encore exercé leur droit de vote à…
Mélanie Joly au local électoral lors de la soirée des élections (Photo : jdv - Philippe Rachiele)

Joly réélue devant le Bloc, deuxième; Dubourg gagne dans Bourassa

Mélanie Joly, candidate du Parti libéral du Canada (PLC) dans la  circonscription…

Dans Bourassa: Emmanuel Dubourg ne prend rien pour acquis

Emmanuel Dubourg, député sortant de Bourassa, « ne prend rien pour acquis » même…

Mélanie Joly, ministre, mais surtout députée

Mélanie Joly, députée sortante d’Ahuntsic-Cartierville et ministre du Tourisme, des Langues officielles…