chien et chat 1

Se rangeant derrière la ligne de son parti, Projet Montréal, la conseillère du district d’Ahuntsic, Émilie Thuillier, s’est opposée à la décision des élus de l’arrondissement de confier au Berger Blanc le contrat pour la fourniture de services de contrôle animalier, pour la période du 1er juin 2017 au 31 août 2019.

L’arrondissement Ahuntsic-Cartierville a accepté récemment la soumission de l’entreprise (la seule conforme, à son avis) au prix et aux conditions présentées par celle-ci. Le mandat confié à l’entreprise privée coûtera près de 420 000 $ sur un peu plus de deux ans.

Projet Montréal rejette l’approche du maire Denis Coderre dans le dossier de gestion des petits animaux, flairant «l’improvisation», à son avis.

Bataille «pit-bulls»

Rappelons que la Société pour la prévention contre la cruauté envers les animaux (SPCA) avait décidé de son propre chef de ne plus offrir les services canins à la municipalité afin de dénoncer le nouveau règlement de l’administration municipale sur les chiens dangereux, interdisant entre autres les pitbulls.

Émilie Thuillier, qui sera candidate au niveau de l’arrondissement à l’élection de novembre prochain, déplore l’attitude des autorités.

« On croit que les appels d’offres de la ville aient été taillés pour  favoriser le Berger Blanc, a déploré la conseillère municipale jointe par journaldesvoisins.com. En plus, on ne sait pas ce qui arrive avec le projet de service municipal de contrôle animalier, il y  a donc beaucoup d’interrogations et de tergiversations. Bref, la Ville ne fait vraiment pas son travail. Et le contrat que l’on vient de passer est cher», a-t-elle martelé.

Problème des chats

La conseillère municipale s’est aussi élevée contre la réglementation imposée par le maire Denis Coderre aux propriétaires de chats. Elle trouve ridicule le fait que tout chat ne droit pas sortir de la cour où il demeure sous peine d’être saisi.

A son avis, la politique de l’administration Coderre n’apporte «aucune solution efficace aux nuisances que cause la surpopulation de chats errants».

Le parti politique d’opposition à l’hôtel de ville préconise un train de mesures pour éviter les abandons d’animaux, en offrant par exemple des incitatifs financiers pour la stérilisation de l’animal.

De la SPCA au Berger blanc

Depuis sa création il y a 15 ans maintenant,  l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville avait toujours confié  les services de contrôle animalier à la SPCA de Montréal, sur Jean-Talon ouest, près de Décarie.

Mais en septembre dernier, l’organisme bien connu signifiait qu’elle mettait fin à l’entente avec la Ville en date du 31 décembre 2016. Par la suite, elle a repoussé la date de la fin de l’entente à deux reprises pour stopper au 31 mai dernier.

C’est la Ville-centre qui est allée en appels d’offres publics pour les services de contrôle animalier dans plusieurs arrondissements.  Mais ceux dirigés par Projet Montréal continuent de transiger avec la SPCA.

Le parti politique préconise une série de mesures, insistant notamment sur le port de la laisse et de la médaille, tout en privilégiant l’éducation du public et des propriétaires

Justification-arrondissement

Le montant du contrat accordé au Berger blanc représente une augmentation de 23% par rapport à l’exercice 2015-2017.

Cet écart pourrait s’expliquer, d’après les ténors de l’arrondissement, par la durée du contrat, qui est de 27 mois, et par le fait que Le Berger Blanc n’est pas un organisme sans but lucratif (OBNL) comme l’est la SPCA de Montréal.

Il est question de créer un centre animalier public relevant directement de la Ville, qui verrait le jour dans deux ans, sur le boulevard Pie-IX, non  loin de notre arrondissement. Une facture qui devrait dépasser les 23 millions de dollars, mais certains pensent que le projet serait beaucoup plus coûteux.

Ce centre aurait le mandat de recueillir et d’abriter les animaux errants, à rechercher les propriétaires, à prodiguer les soins vétérinaires, à réaliser des activités de sensibilisation et à prendre part à l’application de la réglementation.

Il permettrait d’accueillir 14 000 chiens et chats ainsi que d’autres espèces animales.

Journaldesvoisins.com a tenté en vain d’en savoir plus auprès de la Ville-centre.

 


Vous avez apprécié cet article? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information indépendante de qualité et d’intérêt public. Toute adhésion faite au Journaldesvoisins.com donne droit à un reçu fiscal.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Gai printemps, quand reviendras-tu, me laisser le mag tant attendu ?!

D’un mag papier à l’autre, d’une saison à l’autre, l’équipe du JDV…
Gouin Ouest

Les travaux sur Gouin Ouest reportés d’une année

Le chantier devait commencer cette année. À deux mois de la fin…
chantier socio-écologique à l'Espace des Possibles

Collectivité ZéN, Mobiliser socialement et collectivement pour l’environnement

Collectivité ZéN (zéro émission nette), c’est une façon de rassembler les forces…

Le coin communautaire – Semaine du 1er avril 2022

Pâques au Pressoir du Sault-au-Récollet – 15 au 18 avril 2022 Visite…