Montréal, le 11 novembre 2020 – À la veille la mise à jour économique, le CLAC rappelle au gouvernement Legault l’urgence de financer la construction de nouveaux logements sociaux. Il a installé aujourd’hui trois affiches surdimensionnées dans l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville :

Une en face de l’entrée principale du terrain Louvain, sur la rue Louvain où  le CLAC souhaite que le développement d’unités de logements sociaux, sur ce terrain public, aille au-delà de 50% des unités d’habitation à être construites (soit plus de 500 unités).

Une au coin de Saint-Laurent et Fleury où seront érigés des condominiums;

Une à côté de l’entrée sud du métro Sauvé au coin de Sauvé et Berri.

Une quarantaine de ces affiches seront également installées par d’autres membres du Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) dans plusieurs quartiers de Montréal.

Au moment où la crise du logement continue de sévir et où la pandémie aggrave le sort des personnes mal-logées les plus pauvres, le CLAC, s’inquiète du manque de proactivité de Québec en matière de logement social. « Actuellement, le gouvernement Legault ne fait même pas ce qu’il faut pour réaliser sa promesse électorale de livrer l’intégralité des 15 000 logements sociaux annoncés par ces prédécesseurs. Depuis deux ans, seulement 2 500 ont été construits au Québec», dénonce Karina Montambeault, organisatrice communautaire du CLAC. Elle ajoute que « non seulement, le gouvernement Legault n’a pas annoncé le financement de nouveaux logements sociaux depuis le début de son mandat, freinant ainsi le développement de projets attendus avec impatience dans l’arrondissement, mais nous n’avons aucune nouvelle de l’utilisation des sommes obtenues du fédéral, plus d’un mois après l’annonce de la signature de l’entente avec Ottawa ».

Selon le CLAC, le gouvernement n’a pas le choix d’agir rapidement. « Les loyers accaparent une part démesurée du budget des locataires, au détriment de leur accès à la nourriture, notamment », constate Yvon Dinel, organisateur communautaire du CLAC.

«Avec un revenu de 1 200$ par mois et un loyer de 660$ je dois, pour survivre, avoir recours à tous les mois à la banque alimentaire du quartier. Avoir un logement social me permettrait de rester dans un logement en bon état tout en pouvant mieux me nourrir car à partir du 10e jour du mois, je n’ai plus d’argent pour me nourrir. Si j’ai un imprévu, je suis mal prise. Alors, au rythme où se construisent les logements sociaux dans le quartier, cela va prendre des années avant que je puisse en avoir un. À 58 ans, j’ai le temps de mourir avant. Cela fait depuis 2015 que le CLAC demande que des logements sociaux soient construits sur le terrain Louvain. On attend encore et les gouvernements ne semblent pas comprendre que c’est urgent d’agir.» dit Ginette Fournier, locataire à faible revenu dans Ahuntsic et militante.

«Si la CAQ ne met pas les fonds requis pour que soient achevées les unités annoncées par les gouvernements précédents dans sa mise à jour économique et s’il n’y a pas de nouvelle programmation d’AccèsLogis annoncée au cours du prochain budget provincial, plusieurs projets d’habitation communautaire sur lesquels travaillent les citoyens de l’arrondissement ne verront pas le jour» dit Vincent Gariépy, président du FRAPRU et membre fondateur de la Coopérative Famille Louvain, un projet porté par des citoyens qui souhaite voir le jour sur ce terrain public appartenant à la Ville de Montréal.

La ministre de l’Habitation, Andrée Laforest, affirmait récemment que l’habitation était une priorité pour son gouvernement. Le CLAC presse donc la Coalition avenir Québec (CAQ) d’agir en conséquence. Avec le FRAPRU, le CLAC demande au gouvernement Legault de profiter de la mise à jour économique de jeudi pour accélérer la réalisation de logements sociaux. Il espère d’une part, des investissements supplémentaires permettant dès maintenant la réalisation d’une partie des nouveaux logements sociaux découlant de l’entente avec le fédéral et d’autre part, l’ajout des sommes manquantes pour la livraison des 13 000 déjà prévus par les gouvernements antérieurs, mais pas encore livrés.

Avec le FRAPRU, le CLAC annonce déjà sa demande en vue du prochain budget, exhortant Québec de se doter d’une vision à plus long terme, pour sortir définitivement de la crise. Pour ce faire, il devra prévoir des investissements sur plusieurs années qui permettront d’augmenter significativement la part de logements hors marché privé, en lançant un grand chantier de 50 000 logements sociaux en 5 ans.

(Source: CLAC)

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

COMMUNIQUÉ: Nouveau Programme d’habitation abordable Québec – Encore plus de logements abordables pour les Québécoises et les Québécois!

QUÉBEC, le 3 févr. 2022 – Afin de construire encore plus de…

COMMUNIQUÉ: Le Centre d’écologie urbaine de Montréal lance le projet Local pour promouvoir la mobilité durable et l’achat local

Montréal, le 20 avril 2022 – Le Centre d’écologie urbaine de Montréal…

COMMUNIQUÉ: FONDS POUR LA RÉSILIENCE COMMUNAUTAIRE APPELS DE PROPOSITIONS

Le 23 novembre 2021 – Montréal-Nord – L’appel de demandes du Fonds…

COMMUNIQUÉ: COVID-19: Montréal annonce des modifications à son offre de services en sports et loisirs

MONTRÉAL, le 1er février 2022 – Conformément aux plus récentes directives émises…