Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

Les Brèves – semaine du 12 mai 2017

Publié le 11/05/2017
par Rédaction

Gala-hommage au Collège Bois-de-Boulogne. (Photo: courtoisie)

Le Collège de Bois-de-Boulogne récompense 51 étudiants au Gala hommage 2017

Le Collège de Bois-de-Boulogne a remis 54 bourses à 51 étudiants et étudiantes de l’enseignement ordinaire et de la formation continue qui se sont non seulement illustrés pour leur parcours scolaire exceptionnel, mais également pour leur engagement social et pour leur participation à la vie étudiante et sportive du Collège. Au total, ce sont 32 750 $ qui ont été remis pour célébrer la réussite de ces étudiants et étudiantes lors de la neuvième édition du Gala hommage, qui s’est tenue le 4 mai dernier.

« Les étudiants et les étudiantes que nous honorons ce soir font preuve d’une détermination et d’une persévérance digne de mention », a souligné d’entrée de jeu Maurice Piché, directeur général du Collège. « Nous tenons à saluer tous ceux et celles qui les ont soutenus et qui les ont encouragés dans la voie de la réussite. Pour certains, il s’agit de leurs parents, de leurs enseignants, des membres du personnel du Collège, et je les remercie pour leur engagement auprès de nos étudiants ».

À ce titre, l’Association québécoise de pédagogie québécoise (AQPQ) a profité du gala pour remettre une mention d’honneur à Sonia Gounar, enseignante au département d’informatique et coordonnatrice du programme Sciences informatiques et mathématiques du Collège de Bois-de-Boulogne. Cet honneur récompense l’engagement pédagogique d’un membre du personnel enseignant ayant, par la qualité de son travail, contribué à l’évolution de l’enseignement.

L’octroi des bourses dans le cadre du Gala hommage 2017 a été rendu possible grâce à la générosité des partenaires du Collège, soit la Caisse Desjardins de Bois-Franc-Bordeaux-Cartierville, partenaire de premier plan, la Fondation du Collège de Bois-de-Boulogne, Location d’outils Simplex, Skytech communications, la Fondation des comptables professionnels agréés du Québec, le Centre d’action bénévole Bordeaux-Cartierville, CROESUS Solutions de gestion de patrimoine, la Fondation Sport-Études, la famille Claire-Marchand et les autres donateurs de cette bourse, la Succession Lawrence-Joseph-Davis ainsi que les employés à la Direction de la formation continue et des services aux entreprises.

Chaque année, les bourses permettent de récompenser des étudiants et des étudiantes issus des programmes préuniversitaires, des programmes techniques ainsi que de la formation continue qui évoluent dans des disciplines aussi différentes que les sciences et les arts, mais qui ont en commun l’excellence. « La réussite scolaire de nos étudiants et étudiantes est au centre de notre mission, et le Collège de Bois-de-Boulogne a à cœur de leur faire vivre une expérience de vie collégiale marquante et enrichissante sur le plan personnel, ce qui leur permettra d’envisager l’avenir avec confiance », a conclu M. Piché. (Source: Collège Bois-de-Boulogne)


Dialogue interculturel à travers les souvenirs du mythique Parc Belmont

Le Comité citoyen sur le dialogue interculturel (CCDI) de Bordeaux-Cartierville avec l’appui de la Résidence Rosalie-Cadron, du Manoir Gouin et du Centre communautaire Laurentien / Mosquée AlRawdah, a organisé une rencontre sur le thème du parc Belmont, le 3 mai en après-midi à la Résidence Rosalie-Cadron avec 32 participants des trois organismes partenaires.  Sous les effluves du thé à la menthe, les Bergeron, Paneyan, Martellino et Benamira étaient au rendez-vous pour parler de leurs souvenirs en tant que visiteurs ou travailleurs du parc Belmont.  Tous étaient curieux d’apprendre ou de témoigner sur ce pan important de l’histoire de Cartierville.  Les échanges étaient ponctués de rires et de nostalgie.

Dans le cadre des célébrations du 375ième anniversaire de Montréal et du projet de quartier Parc Belmont 2017, le Comité citoyen sur le dialogue interculturel de Bordeaux-Cartierville a été mandaté pour favoriser la création de ponts entre les différentes communautés culturelles du territoire, ainsi qu’avec la société d’accueil.

Pour ce faire, le comité citoyen a choisi d’amorcer le dialogue à travers les souvenirs du parc Belmont qui évoque à coup sûr des souvenirs mémorables pour les aînéEs.  À travers cet échange de savoirs, le dialogue a naturellement émergé dans le plaisir et les découvertes avec les participantes du Centre communautaire Laurentien.

Plusieurs participants ont témoigné avec ferveur et Roger Bélanger, un résident du Manoir Gouin, visiteur du parc Belmont dans les années ’50, nous a ému avec ses souvenirs : « En 1949, j’ai rencontré mon épouse. J’ai eu le bonheur de danser avec elle avec la musique des orchestres, il y avait Stan Wood de Montréal qui y présentait une bonne prestation… 10 mois plus tard on était mariés ! ».  Naima Nafi du Centre communautaire Laurentien était très enthousiaste: « C’est bien de les entendre, on pourrait les inviter à notre tour ! »

Une première rencontre d’échanges prometteuse entre ces voisins qui ne se connaissent pas encore malgré leur proximité.  À suivre. Pour plus de détails sur le projet de quartier :  Parc Belmont 2017 (Source: CLIC de Bordeaux-Cartierville)


Participation du Sault-au-Récollet/UNESCO à la Consultation sur Montréal métropole culturelle — Sault-au-Récollet/Unesco a été entendu aujourd’hui par la Commission permanente sur la culture, le patrimoine et les sports, aujourd’hui. Des images ont été montrées aux commissaires avec les fouilles archéologiques actuellement en cours au Fort de Lorette (1696), un site amérindien et euro québécois, fondateur de Montréal où se trouve par ailleurs la dernière demeure de Mgr Bourget. À cause de son importance, ce site devrait devenir un lieu public de mémoire et un parc archéologique qui s’intégrerait au parc de la Visitation, à la digue des moulins et au parc régional du Parc de la Visitation.  Une projection a été présentée aux commissaires  pour illustrer la forte historicité du secteur et la beauté de ses paysages.

Un rappel a d’ailleurs été fait devant la commission de la réouverture des listes indicatives de l’Agence parc Canada et de son invitation à présenter le Sault-au-Récollet parmi d’autres concurrents dans l’inventaire canadien au Patrimoine mondial. Déjà en 2011, cet intérêt dans la conservation et la mise en valeur du Sault-au-Récollet était soutenue  par une pétition d’un millier de citoyens. La pétition avait été présentée en mars 2012 à l’Hôtel de Ville de Montréal.  Depuis l’automne 2016, Sault-au-Récollet/Unesco a été suivi par plus de 330 abonnés Facebook, historiens, architectes, urbanistes, enseignants et un public varié épris d’espace et de beautés significatives. En décembre 2016, il a reçu l’appui de l’Association des commerçants de la rue Fleury (247 commerçants).

Montréal veut développer une vision intégrée de la culture et pour cela entend créer un environnement propice à la création. Il ne faut pas oublier cependant la protection de l’historicité de Montréal, son patrimoine architectural et paysager comme base identitaire fondamentale à l’épanouissement de la créativité. Selon la Déclaration de l’Unesco au Mexique en 1982, « Cette identité culturelle est une richesse stimulante qui accroît les possibilités d’épanouissement de l’espace humain en stimulant les peuples à se nourrir de son passé pour accueillir ensuite les apports extérieurs compatibles avec son caractère propre et continuer ainsi le processus de sa propre création. »

Sault-au-Récollet/Unesco a présenté à la commission le mémoire du Conseil du patrimoine de Montréal du 17 octobre 2014 et ses recommandations pour le Sault-au-Récollet. Il y était notamment souligné l’urgence de protéger les terrains institutionnels, une mesure d’anticipation qui aurait permis d’éviter la vente des sœurs de Miséricorde à un particulier et de voir des condos être construits un jour sur le terrain historique de Fort de Lorette. (Source: Sault-au-Récollet/UNESCO)


Promenade de Jane du Sault-au-Récollet

Lors d’une des Promenades de Jane, lesquelles avaient lieu le 6 mai dernier, Normand Parisien a guidé une tournée du Sault-au-Récollet.  Une des promeneuse, Madame Dallaire venait de Longueuil pour, a-t-elle dit, «découvrir le quartier», alors qu’une résidente du Sault, Nathalie Goulet était enchantée de découvrir les vieux bâtiments.  Elle a bien apprécié la maison du maire, du boulanger, du laitier, et le magasin général. Elle est très intéressée par la mise en valeur du quartier du Sault. (Texte et photo : Philippe Rachiele)


 

PartagezShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone


bannière opinion