Sentier des Amérindiens (Photo: Mélanie Meloche-Holubowski)
Sentier des Amérindiens (Photo: Mélanie Meloche-Holubowski)

Un citoyen du quartier Ahuntsic célèbre cette semaine une victoire, alors que sa requête a été acceptée: renommer formellement dans un avenir rapproché le passage historique entre le Mont Saint-Louis et le cimetière Sault-au-Récollet, passage qui était traditionnellement nommé « Chemin des Sauvages ».

L’ex-conseiller du Rassemblement des citoyens de Montréal (RCM) à la Ville de Montréal, Pierre Lachapelle, a confirmé la bonne nouvelle à journaldesvoisins.com concernant la toponymie du corridor historique situé entre la rue Camille-Paquet et le boulevard Henri-Bourassa Est.

Ce passage, qui sera renommé « Sentier des Amérindiens », est un court segment, certes, mais il a tout de même une portée historique, car il était celui qu’utilisaient les Amérindiens qui habitaient ce qu’on appelait Fort Lorette dans les années 1600.

Long processus

« Le Comité toponymique de la Ville de Montréal réuni le 13 mai dernier, a indiqué Pierre Lachapelle, a donné un avis favorable à ma proposition et le passage portera le nom de “Sentier des Amérindiens”. Cette décision a été transmise aux autorités de l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville », a-t-il ajouté. Maintenant, la décision sera expédiée au nouveau Comité local de l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville consacré au patrimoine et à la toponymie et tout porte à croire que le comité va entériner cette proposition.

« Puis, la prochaine étape sera confiée au Conseil municipal de la Ville de Montréal et la décision pourrait être prise avant la fin de l’année 2016 si tout se déroule rondement », a souligné Pierre Lachapelle, un citoyen qui suit de près ce qui se passe dans son quartier.

« Je suis persuadé que la première fois que j’ai appris le nom de ce passage, cela a été de bouche à oreille. Puis, selon certains documents sur l’histoire de Montréal consultés bien des années plus tard, il semble bien que ce tronçon est un reliquat d’un long sentier qui traversait l’île du nord au sud », de préciser M. Lachapelle.

Aujourd’hui, Pierre Lachapelle dit regretter de ne pas s’être occupé de ce dossier pendant ses deux mandats comme conseiller municipal. Mais il affirme « savourer » une victoire personnelle puisqu’il a le sentiment d’avoir accompli son devoir de citoyen.

Aide de la conseillère Pagé

M. Lachapelle souhaite que l’arrondissement organise une petite cérémonie (avec des représentants autochtones) et qu’une enseigne soit érigée sur le boulevard Henri-Bourassa et sur la rue Camille-Paquet.

« Est-ce que nous verrons les panneaux en 2017? Là, c’est vraiment à Mme Lorraine Pagé (la conseillère du district Sault-au-Récollet) à travailler là-dessus », a-t-il mentionné.

Notons que Mme Pagé (conseillère indépendante) a donné un coup  de pouce à M. Lachapelle dans ses démarches concernant la dénomination du sentier qu’empruntent aujourd’hui bon nombre de piétons qui s’évitent de devoir passer par les rues Papineau ou Taché.

 

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

ENQUÊTE – Ressources pour aînés : des millions en contrats de gré à gré

Depuis le mois de juillet, le Centre intégré universitaire de santé et…

Lancement de la Station Youville : un nouvel « Espace Citoyen » est né!

Des dizaines de résidants du secteur Youville ont répondu présent, samedi après-midi,…

[Vidéo 3] Qu’est-ce qui a poussé les candidates à la mairie à se lancer dans la course?

Dans le cadre de sa série d’entrevues avec les candidates à la…
suspects complice meurtre dépanneur

Le SPVM les cherche. Les avez-vous vus?

Deux suspects qui seraient complices du meurtre du propriétaire du dépanneur situé…