Le char allégorique qui a fait la tournée de St-Simon (Photo : jdv – Philippe Rachiele)

« Nous avons eu vent du fait que certaines communautés immigrantes faisaient un confinement extrême, car elles se fiaient aux nouvelles de leurs pays d’origine, c’est pourquoi nous avons organisé une activité mobile d’information-animation-mobilisation », a déclaré Rémy Robitaille, directeur de Solidarité Ahuntsic.

D’où l’idée de Solidarité Ahuntsic de faire venir Kattam et ses tam-tams dans un char allégorique qui sillonnerait des rues du quartier Saint-Simon, dimanche dernier, pour faire sortir les résidants sur leur balcon.

Le musicien Kattam et ses tam-tams ont animé les groupes de personnes (respectueuses du 2 mètres) sur leur balcon ou sur le trottoir (Photo : jdv – Philippe Rachiele)

En plus de pratiquer un confinement extrême, certaines familles refusaient également d’accepter l’aide alimentaire, car elles avaient peur d’être contaminées a souligné le directeur de Solidarité Ahuntsic.

Avec comme thème « Dans Ahuntsic, ça va bien aller! », un char allégorique, muni de haut-parleurs, a donc circulé dans plusieurs rues du secteur St-Simon, le 3 mai dernier, en diffusant un message en plusieurs langues et avec le musicien Kattam et ses tam-tams pour animer les gens présents sur leur balcon .

De nombreux groupes familiaux ont apprécié le spectacle depuis leur balcon ou sur le trottoir (Photo : jdv – Philippe Rachiele)

En ces temps de confinement pour contrer la COVID-19, l’activité a eu lieu, non seulement pour toucher les citoyens les plus isolés qui ne parlent pas le français, mais aussi pour rejoindre ceux et celles qui n’auraient pas accès à l’internet ni aux réseaux sociaux.

Ahmed, un citoyen rencontré au parc St-Simon avec ses deux enfants, soulignait au journaldesvoisins.com qu’il était content de voir que certaines personnes avaient du génie pour aider à mettre sur pied une telle activité qui permettait de rendre la situation du confinement supportable et viable.

« L’idée secondaire du projet était aussi de mettre un sourire dans le visage des gens » a ajouté Rémy Robitaille, de Solidarité Ahuntsic.

Le directeur général de l’organisme était bien heureux de voir la réponse positive des citoyens. Il n’exclut pas l’idée de répéter l’expérience dans un autre secteur d’Ahuntsic qui vit la même problématique.

« Comme nous n’avons pas eu d’argent spécifiquement pour cette activité, nous avons dû payer avec nos propres fonds. Nous examinons la possibilité à savoir si nous pouvons nous permettre de le refaire , a-t-il conclu.

 

 

 

 

Vous aimez ce que nous faisons? Pensez à devenir membre du journaldesvoisins.com ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aussi aimer ces articles

Points de presse du 22 mai – 46 161 cas confirmés – Certaines institutions culturelles pourront rouvrir bientôt

À l’occasion de son habituel point de presse quotidien, le premier ministre…

Projets retenus aux fins du budget participatif: les paris sont ouverts!

Aux fins du premier du budget participatif d’Ahuntsic-Cartierville, la période de votation…

Construction à Sacré-Cœur pour une deuxième vague de Covid-19

Même si l’autorité sanitaire de Montréal se réjouit de la baisse des…

Les banques alimentaires poursuivent leurs efforts dans Ahuntsic-Cartierville, comme ailleurs

Alors que la crise de la COVID-19 s’intensifie et que des dizaines…