Des poteaux ont été installés un peu partout sur le terrain de stationnement de l’Hôpital du Sacré-Coeur adjacent à l’entrée principale en vue de l’érection d’unités modulaires. (Photo: jdv P. Rachiele)

Même si l’autorité sanitaire de Montréal se réjouit de la baisse des cas de la COVID, elle ne prend rien pour acquis et compte être prête en cas de deuxième vague de l’épidémie. Journaldesvoisins.com a appris que des unités modulaires seront installées à la fin de l’été sur une partie du stationnement de l’hôpital du Sacré-Cœur afin d’accueillir une centaine de patients dans des chambres individuelles.

Un lecteur ami du jdv s’était interrogé sur la nature des travaux qui, depuis deux semaines, chambardent l’entrée principale de l’institution. Un employé lui a alors dit qu’«un autre hôpital sera construit, sans fondation, compte tenu que le temps presse face à une autre vague de la COVID», pour reprendre ses mots.

Interrogée à ce sujet, l’administration du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Nord-de-l’Île-de-Montréal (CIUSSS-NIM) a confirmé et précisé du même souffle la nature des travaux.

« Depuis le 1er juin, un nouveau chantier de construction est érigé dans l’un des stationnements de l’Hôpital du Sacré-Cœur-de-Montréal, qui permettra l’ajout de deux blocs modulaires pouvant accueillir un total de 96 chambres individuelles de soins de courte durée », a confirmé Marie-Hélène Giguère, conseillère-cadre au, bureau des relations avec les médias et affaires publiques du CIUSSS-NIM.

L’ajout de ces modules fait penser à ce que font les centres de services scolaires (autrefois les commissions scolaires), qui installent des unités (immenses roulottes) dans les cours d’écoles quand il manque de locaux pour accueillir les élèves. Les modules en santé seront prêts rapidement pour accueillir des patients au début de l’automne.

« Ceux-ci seront annexés au premier et au second étage de l’aile F, a poursuivi Mme Giguère. Les travaux d’aménagement se poursuivront tout l’été pour une première livraison en septembre et une seconde en octobre 2020. Ces nouveaux modulaires accueilleront une clientèle hospitalisée en médecine spécialisée, permettant ainsi au bâtiment principal de libérer des lits pour la reprise des activités chirurgicales ainsi que pour les cohortes de patients COVID-19 ».

Cela devrait permettre de reprendre en partie le terrain perdu depuis mars dernier alors que des milliers de chirurgies ont dû être reportées pour faire face aux effets à venir de la tornade Covid.

« L’ajout des 96 lits nous permettra de reprendre à terme 70 % de nos activités en médecine et au moins 50 % des activités chirurgicales », a conclu la porte-parole du CIUSSS de notre territoire.

Comme l’indiquent les autorités, présentement, le Québec n’est pas encore sorti de la première vague bien que l’on constate une pente descendante concernant les cas de la maladie à coronavirus et le nombre de décès.

L’épidémie doit diminuer grâce à des mesures comme le respect de la distanciation sociale, le port d’un couvre-visage, l’accroissement des tests de dépistage et le suivi des contacts des gens atteints.

Mais les experts avertissent aussi qu’il y a des risques de retour des cas avec le relâchement des mesures de prévention et le retour du temps froid dans trois ou quatre mois.

 Fin des cliniques mobiles

Dans l’île de Montréal, l’autorité sanitaire note positivement que seulement 40 nouveaux cas de la COVID ont été enregistrés au cours des 24 dernières heures.

Quelque 76 CHSLD et résidences privées pour aînés comptent au moins un cas de COVID.

Mais notre voisin de Montréal-Nord demeure l’arrondissement de la ville qui présente le taux le plus élevé de cas de la maladie avec 2974 cas par 100 000 habitants.  Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles est en deuxième  place, puis Ahuntsic-Cartierville avec 1696 cas par 100 000.

Après plus d’un mois d’activité, Santé Montréal a annoncé la fin des cliniques mobiles de dépistage à compter de vendredi (19 juin).

En gros, un autobus et une équipe sont déployés dans chaque territoire de CIUSSS et de CISSS. Il y a eu en moyenne 115 dépistages par jour, mais, selon Radio-Canada, le nombre était tombé à une quarantaine ces derniers jours.

La directrice régionale de santé publique de Montréal,  Mylène Drouin, a indiqué mardi qu’une nouvelle stratégie est en préparation, faisant référence à une meilleure accessibilité dans les quartiers.

« On veut une offre qui va nous permettre d’aller rapidement dans des lieux où il y a des éclosions. Mais aussi une offre qui va pouvoir augmenter notre capacité d’agir très rapidement advenant une deuxième vague », a-t-elle averti.

Au dernier bilan de notre CIUSSS dans le nord de Montréal, le nombre de participants, comme ailleurs,  était nettement à la baisse.

Dans Ahuntsic, la dernière clinique mobile de dépistage de la COVID sera en service de mercredi à vendredi entre 10 et 16 heures au Collège Bois-de-Boulogne, devant le pavillon St-Paul, au  10 555, avenue de Bois-de-Boulogne

Mais après vendredi, on pourra toujours aller se faire dépister sur semaine au CLSC Montréal-Nord au 11 441, boulevard Lacordaire (tentes dans le stationnement à l’avant du CLSC). On n’a pas besoin de rendez-vous.

On peut aussi se pointer à la Clinique de dépistage Maurice-Duplessis,  au 7071, boulevard Perras (à l’arrière de l’Hôpital Rivière-des-Prairies). Cette clinique est ouverte sept jours par semaine mais il faut prendre un rendez-vous.

 

 

Vous aimez ce que nous faisons? Pensez à devenir membre du journaldesvoisins.com ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aussi aimer ces articles

Sept décès et 24 résidants infectés : situation tendue au CHSLD Notre-Dame-de-la-Merci

La situation demeure tendue au CHSLD Notre-Dame-de-la-Merci (face à la prison de…
Vue aérienne des berges du mur Simon-Sicard à la hauteur de Berthiaume-du-Tremblay (Photo : jdv - Philippe Rachiele) Hydro-Québec Ahuntsic Cartierville Montréal

Mur en amont du barrage Simon-Sicard: pas d’étude d’impact avant mars 2021

Au cours des derniers mois, huit citoyens et cinq organisations ont vu…

COVID-19 : la courbe s’accélère à Ahuntsic-Cartierville

Alors que le Québec est officiellement entré dans la seconde vague de…

C’en est fini des mains sales! B.D. (2e de 4)

«Lavage de mains, lavage de mains, lavage de mains», nous répète-t-on. Ça…