Le masque dans les lieux publics devient un (mauvais) vieux souvenir. (Photo: François Robert-Durand, JDV)

À quelques heures de la fin de l’obligation du masque dans les lieux publics, la tendance à la baisse des contaminations par la COVID-19 s’est confirmée. Elle est palpable au niveau local puisqu’il n’y a plus aucun cas actif dans les résidences pour personnes âgées d’Ahuntsic-Cartierville et on compte le nombre de malades sur les doigts d’une main dans deux CHSLD uniquement.

Dans le bilan quotidien du ministère de la Santé, les résidences pour personnes âgées situées à Ahuntsic-Cartierville ont disparu des statistiques depuis le début de la semaine.

Dans les Centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD), seul Notre-Dame-de-la-Merci recense cinq malades alors que Cartierville signale un seul cas, le 10 mai.

Le portrait des hospitalisations est quelque peu différent. De nombreux lits sont toujours occupés même si on observe une légère tendance à la baisse.

Ainsi, à l’hôpital Fleury le nombre est passé de 14 cas de COVID-19 le 9 mai à 10 quatre jours plus tard. À Jean-Talon, ils étaient 17 malades lundi. On a enregistré une baisse de deux cas en une semaine.

Au Sacré-Cœur de Montréal, à Cartierville, le nombre est stable avec 41 patients atteints de COVID-19 durant la semaine écoulée.

On souffle

Mercredi, le directeur national de santé publique, le Dr Luc Boileau, a annoncé en conférence de presse qu’il réduirait les fréquences de ses rencontres avec les médias puisque la situation « va vraiment dans le bon sens ».

« Les décès, les hospitalisations, les absences des travailleurs de la santé, tous ces indicateurs ne cessent de décroître et montrent que nous avons eu raison d’amorcer un retour à la normale de manière prudente », a-t-il convenu.

La fin du masque dans les lieux publics marque aussi ce quasi-retour à la normale. Toutefois, les citoyens devront toujours se déplacer masqués lorsqu’ils empruntent les transports en commun. La Société de transport de Montréal pour sa part a lancé une nouvelle campagne d’affichage pour rappeler que le masque demeure obligatoire sur son réseau.

Un rappel de la STM. (Photo : courtoisie)

Le Dr Boileau a promis que des recommandations seront présentées au gouvernement dans les prochaines semaines pour juger du moment approprié pour lever cette mesure.

Il faut aussi souligner que les autorités de santé soulignent l’accalmie de la pandémie, mais demeurent sur leur garde. Les conseils de vaccination sont toujours en vigueur.

La Santé publique indique que pour la première dose de rappel, désignée aussi troisième dose, elle est toujours recommandée à plusieurs catégories de la population, notamment les adultes en bonne santé, les personnes de 18 ans et plus.

Pour ce qui est de la deuxième dose de rappel, qu’on qualifie aussi de quatrième dose, elle n’a d’avantages que pour certaines catégories de personnes jugées vulnérables. Elle demeure toutefois disponible pour tous ceux qui sont âgés de 18 ans ou plus et qui pourraient s’en prévaloir à partir de trois mois après la troisième dose.

S'abonner
me prévenir de
guest
2 Commentaires
Les plus vieux d'abord
Nouveau d'Abord Avec le plus de votes
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Claudette Viau
Claudette Viau
1 Mois

On nous demande d’être tolérant envers ceux qui veulent continuer à en porter. Ironiquement, je n’ai vu aucune tolérance envers moi quand je ne voulais pas en porter il n’y a de cela quelques à peine. Je m’en rappelle très bien. On dirait que le vent a changé de bord.

Richard Lachance
Richard Lachance
1 Mois

Tout cela est de la dictature sanitaire ! Politiciens et médias en équipe avec les mondialistes de Davos. De plus en plus de gens au courant. Bien entendu être tolérant envers les gens qui portent le masque, vous les médias vous avez fait une campagne de peur sans précédent.

Vous pourriez aussi aimer ces articles

Sacré-Cœur : le XXIe siècle au cœur d’un hôpital (presque) centenaire

Dans les prochaines semaines, le nouveau Centre intégré de traumatologie, de l’Unité…
Eau déminéralisée à 0 mg/L d'après le test fourni par la ville - Crédit Leila Fayet

Des tests pour la concentration de plomb dans l’eau du robinet

Rue Verville dans Ahuntsic, Denis Côté se demande s’il y a encore…

COVID-19 : la situation se dégrade à Ahuntsic-Cartierville

Taux de positivité en hausse, nombre de cas en croissance, multiplication des…

COVID-19 : « un sentiment de déjà vu » à l’approche des Fêtes

Comme l’an dernier, l’explosion des cas de COVID-19 vient jouer les trouble-fête…