(Photo: Joran Collet)
(Photo : Joran Collet)

Si vous allez faire un tour au parc Ahuntsic ou au parc de la Visitation, vous remarquerez peut-être un groupe de mamans, se promenant en groupe, poussette à la main. L’idée est née en 2001 au Québec. Si, avec les années, elle est maintenant plus populaire, c’est qu’elle permet de conjuguer le rôle de nouvelle maman avec activité physique.

Qu’il soit appelé Cardio-Poussette, Gym Poussette ou tout autre nom dérivé du genre, ce programme conjuguant poussette et sport est né au Québec, un concept lancé par Danielle Danault, fondatrice et présidente de Cardio Plein Air, en 2001, alors qu’elle remarque un besoin pour ce genre d’exercice.

 « Ma préoccupation, c’était de leur permettre [aux mamans] de passer du temps avec le bébé, de socialiser avec d’autres mamans, d’échanger et de faire leur entraînement », souligne-t-elle.

Avec l’accord du médecin, le cardio-poussette peut se pratiquer deux semaines après un accouchement naturel.

Depuis son lancement, le concept est devenu de plus en plus populaire au Québec, et Ahuntsic-Cartierville n’échappe pas à ce phénomène.

Suzanne Therrien, directrice de la franchise Cardio Plein Air d’Ahuntsic-Cartierville, constate cet intérêt sur le terrain. S’il existait avant qu’elle ne s’installe dans l’arrondissement, depuis les quatre dernières années, le programme a été bonifié avec le temps, pour atteindre six séances par semaine cet automne, afin de répondre plus adéquatement à la demande.

« Je pense que c’est une recette qui répond bien aux besoins des mamans », avance Mme Therrien pour expliquer l’intérêt envers l’activité.

« Les parents sont de plus en plus conscients de ce besoin de bouger, de ne pas rester sédentaire [après un accouchement] et de passer ces précieuses minutes avec l’enfant », souligne la présidente, Danielle Danault.

(Photo: Joran Collet)

Dans un corps sain

L’objectif derrière cette activité est, pour la maman, de se remettre en forme après l’accouchement.

Selon Mme Therrien les avantages de cette activité sont visibles dès le premier jour et indéniables après les 12 semaines que dure une session.

Ces avantages ne sont pas seulement la perte de poids qui s’ensuit. Ils sont aussi posturaux et musculaires. Les exercices permettent d’éviter certains des inconvénients provoqués par l’accouchement.

Pour Sarah Ladouceur, une jeune maman d’Ahuntsic-Cartierville, très active avant l’arrivée de son premier enfant, cela représente un moyen de ne pas mettre de côté le sport, de prendre du temps pour s’occuper d’elle-même tout en passant du temps avec son enfant.

« C’est très bénéfique pour mon bien-être personnel », souligne-t-elle.

Chaque séance constitue une période fixe de sa semaine durant laquelle elle est « obligée » de pratiquer une activité physique.

« Il est parfois difficile de trouver des moments [avec un nouveau-né] », souligne la maman.

Ces activités permettent aussi d’introduire l’idée qu’un enfant ne doit pas être vu comme un obstacle à la remise en forme et qu’il est possible de l’intégrer progressivement dans les activités sportives et dans la routine.

(Photo: Joran Collet)

Un esprit sain

Au-delà des avantages physiques inhérents à ces activités poussette, Mme Therrien y voit une activité primordiale pour le bien-être mental de la maman.

L’arrivée d’un nouvel enfant peut être précurseur de stress et « d’encabanage » comme le souligne Mme Therrien. On peut se reprocher le fait de vouloir prendre soin de soi en laissant l’enfant à une gardienne.

Une séance de cardio-poussette permet à la maman de sortir, de se changer les idées, sans se culpabiliser de ce moment pour soi.

« Si tu n’as pas dormi de la nuit ou que le bébé pleure, c’est une bonne solution pour prendre l’air et décompresser », souligne-t-elle.

Il s’agit aussi d’une bonne occasion de rencontrer d’autres mamans, et d’échanger avec des personnes qui ont traversé ou qui traversent les mêmes défis.

« Sans jugement », de préciser Sarah Ladouceur.

Sécurité avant tout

Si depuis 2010 ce genre d’activités sportives pour les mamans se développe un peu partout, Mme Danault se dit préoccupée par les programmes peu adaptés à la situation.

Une activité physique mal préparée à la suite d’un accouchement peut avoir des impacts importants sur la santé de la maman.

Elle recommande fortement à toutes les personnes intéressées par le plein air de consulter leur médecin afin de savoir exactement l’entendue de l’activité physique qu’elles peuvent accomplir.

Pour la présidente de Cardio Plein Air, il est impératif de choisir un programme qui respecte les restrictions physiques de la maman; un programme encadré avec des entraîneurs qui savent quels mouvements ou entraînements sont bons pour une personne venant d’accoucher. Un programme adapté permet de remettre la jeune maman en pleine forme rapidement, un programme improvisé peut amener des problèmes.

C’est pour cette raison que Mme Danault, lors du lancement de son activité avec Cardio Plein Air s’est assurée notamment d’être entourée de physiothérapeutes spécialisés en réhabilitation du plancher pelvien et d’entraîneurs spécialisés : une condition qu’elle considère comme « impérative » avant d’inviter les nouvelles mamans à prendre part à ce genre de programme.

 

 

Vous aimez ce que nous faisons? Pensez à devenir membre du journaldesvoisins.com ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aussi aimer ces articles

Lettres ouvertes – Semaine du 3 avril 2020

La crise que nous vivons Un texte de Marianne Boulerice-Jackson Une alerte…

Sept décès et 24 résidants infectés : situation tendue au CHSLD Notre-Dame-de-la-Merci

La situation demeure tendue au CHSLD Notre-Dame-de-la-Merci (face à la prison de…

Cinquante ans d’histoire dans le même duplex d’Ahuntsic-Cartierville

Cinquante ans! Ce n’est pas tous les jours qu’on fête un anniversaire…

Photos et histoires inédites dans notre mag papier de septembre

Des surprises: voilà ce que vous trouverez dans le magazine papier du…