Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

Des rongeurs qui posent problème

Des résidants découvrent des cadavres d’écureuils dans Ahuntsic

Publié le 22/10/2017
par Alizée Calza

(Photo: archives jdv)

Alors que depuis début octobre, l’Assemblée Nationale débat sur la possibilité de lever l’interdiction de chasser les écureuils au Québec, une famille de l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville a trouvé de nombreux cadavres de rongeurs tout autour de leur maison.

Johanne Ledoux, une résidante du district d’Ahuntsic, a joint le journaldesvoisins.com pour signaler la mort suspecte d’une dizaine d’écureuils au domicile de sa fille, sur la rue St-Urbain.

« Ma fille a trouvé chez elle, à maintes reprises, des écureuils agonisants ou morts. C’était une mort plutôt atroce. Il y en a eu une dizaine trouvés par elle et ses voisins, » explique Madame Ledoux.

Craignant pour ses deux jeunes enfants, la fille de Johanne Ledoux a jeté tous les jouets du jardin et a contacté la garderie des « Abeilles bricoleuses » pour les prévenir de faire attention à d’éventuelles poches de poison. Johanne Ledoux a appelé la conseillère du district Ahuntsic, Émilie Thuillier pour lui demander de l’aide en lui proposant de faire analyser une carcasse à ses propres frais.

Sensible au problème des Ledoux, la conseillère a entrepris des démarches auprès du refuge animalier Le Berger Blanc, ainsi qu’auprès du Ministère de la Forêt, de la Faune et des Parcs. Elle essaye maintenant de trouver un endroit où faire analyser une éventuelle future carcasse.

Madame Ledoux n’est cependant pas sûre de posséder une nouvelle carcasse, car les morts ont cessé dès que la famille a contacté les autorités.

Noël 2018 sur Fleury Ouest

Publicité

« J’ai comme l’impression que quelqu’un empoisonnait les écureuils et quand il a vu qu’il y avait autant d’action autour de ça, de mobilisation, je pense que la personne a cessé parce que depuis le 10 octobre, il n’y a plus de cadavre, » a confié Johanne Ledoux.

Les écureuils un problème récurrent

Si les écureuils gris sont perçus par certains comme un symbole de Montréal, des nombreux citoyens les considèrent comme des nuisibles. Ces rongeurs peuvent causer de nombreux dégâts notamment lorsqu’ils rongent les filages des moteurs de voitures ou les structures des maisons.

Photo: Alizée Calza

Si des experts proposent des moyens inoffensifs pour empêcher les écureuils de nuire, certains habitants pourraient être tentés de régler eux-mêmes le problème avec du poison, comme Johanne Ledoux pense que ça a été le cas dans son quartier, même si cela est interdit.

La loi en vigueur au Québec est claire (loi provinciale sur la conservation et la mise en valeur de la faune) :

« Une personne ne peut tuer ou capturer un animal qui endommage ses biens s’il lui est possible de simplement l’empêcher de nuire en le privant de son terrier et de ses sources de nourriture ».

Légalisation de la chasse aux écureuils 

Depuis début octobre, l’Assemblée Nationale débat sur la possibilité de changer la loi et légaliser la chasse à l’écureuil au Québec. Le député caquiste Mathieu Lemay a déposé une pétition en ce sens le 3 octobre dernier, ouvrant ainsi le débat.

Rappelons cependant que ce dossier est loin d’être réglé puisque d’autres députés s’opposent à cette pétition et ont déposé d’autres pétitions réclamant cette fois le maintien de l’interdiction de la chasse au rongeur.

Mais même si la chasse était permise au Québec, elle ne le serait en aucun cas en pleine métropole.