Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

Rencontre avec les riverains

Discussion sur l’avenir du Centre communautaire et culturel de Cartierville

Publié le 14/09/2017
par Alizée Calza

Le samedi 9 septembre, l’arrondissement organisait une consultation publique au centre communautaire actuel de Bordeaux-Cartierville sur Henri-Bourassa Ouest pour présenter le futur Centre culturel et communautaire de Cartierville. Une trentaine de riverains y ont participé.

Trouver un endroit pour ce centre communautaire était l’une des priorités de la démarche de revitalisation urbaine (RUI) d’Ahuntsic-Cartierville, mais finalement l’attente en aura valu la peine. Comme prévu le bâtiment  des Soeurs de la Providence situé aux 12 225 et 12 227 rue Grenet dans Cartierville a été acheté pour 4,6 millions de dollars par la Ville de Montréal à la communauté de religieuses pour réunir dans un même lieu un centre communautaire, une grande bibliothèque et différents espaces culturels.

Le bâtiment vendu par les soeurs de la Providence pour le complexe culturel et communautaire de Cartierville (Photo : Google Maps)

Si l’arrondissement est maintenant en possession du lieu, la planification n’en est encore qu’à ses débuts. Au niveau structurel, l’édifice va être mis en concours pour des concours d’architecture afin d’optimiser l’espace. Et pour ce qui est de l’intérieur, d’autres consultations publiques vont être organisées pour entendre les propositions des citoyens.

Encore un peu de patience

Harout Chitilian devant l’édifice des Soeurs de la Providence.

Pour le moment, aucun calendrier n’a été fixé. Harout Chitilian, conseiller du district de Bordeaux-Cartierville, tient toutefois à rassurer les groupes communautaires installés au 1405 Henri-Bourassa Ouest, sur l’imminence de leur relocalisation. Ce sont ses groupes qui vont d’abord s’installer au Centre; les autres fonctions seront développées par la suite.

Certains espaces seront également utilisés pour les fonctions communautaires et pour les fonctions transitoires. Mais le conseiller explique qu’à ce stade du projet, l’autre point urgent, consiste à développer un modèle de gouvernance.

La bibliothèque des jeunes sur la sellette

En ce qui concerne la grande bibliothèque qui est planifiée, il y a plusieurs étapes à franchir avant de pouvoir songer à installer les locaux. Il n’y a donc encore aucune date prévue pour l’ouverture de cette bibliothèque qui rassemblera les différentes bibliothèques du territoire de Bordeaux-Cartierville.

⌈Mise à jour, 2017-09-19, 17 h 40⌋ En ce qui concerne la petite bibliothèque pour enfants de Salaberry, quelques parents présents se sont plaints samedi que la nouvelle bibliothèque au futur Centre serait loin par rapport à celle qui est fréquentée actuellement par leur progéniture, sur la rue Salaberry. Ce dernier établissement est pourtant situé près des voies rapides et peu facile d’accès pour les enfants seuls.

À la suite de ces interventions, Harout Chitilian a dit qu’il était sensible aux arguments des résidants. Le plan de match actuel est toutefois de regrouper les bibliothèques de Bordeaux-Cartierville, enfants et adultes, au futur Centre communautaire et culturel de Cartierville.

Une maison pour tous

« Ça ne sera pas juste une maison de quartier limitée simplement à ses résidants. La bibliothèque de Rosemont a une mission locale, mais elle a certaines capacités et un attrait qui fait se déplacer des gens à travers la ville, a affirmé Harout Chitilian. Ça sera la même chose avec la Maison de la Culture de Cartierville, » assure M. Chitilian.

Si les groupes communautaires présentement installés au 1405 Henri-Bourassa Ouest sont assurés d’avoir leur place dans le futur Centre, ils n’en occuperont qu’une infime partie. Pour le moment, ces organismes se contentent de 15000 pieds carrés d’espace et le futur Centre en possède plus de 200 000. Même en comptant la bibliothèque, de nombreux autres groupes moins locaux pourront y trouver une place pour leur organisme.

Les coûts

A ce stade, il est difficile d’évaluer les coûts du projet. Pour le moment, on connaît le coût d’achat assumé à 100% par la Ville de Montréal. De nombreuses aides financières sont encore attendues du gouvernement québécois et de la Ville de Montréal pour la bibliothèque. Le Projet Impact Collectif de Centraide du Grand Montréal donnera aussi 510000 $ d’ici 2022 pour financer l’aménagement des locaux qui sont voués à la communauté. Les autres frais seront assumés par l’arrondissement.

Harout Chitilian tient à souligner que ce projet concerne tous les citoyens. Il encourage donc à la mobilisation. Selon lui, c’est cela qui permettra de créer un projet qui répondra aux exigences de la communauté.