Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

Surpopulation dans les écoles d'Ahuntsic-Cartierville

L’école de la Visitation garde sa bibliothèque

Publié le 26/09/2017
par Alizée Calza

Depuis plusieurs années, les écoles d’Ahuntsic-Cartierville sont en surpopulation et de nombreux locaux spécialisés sont changés en salles de classe. L’école de la Visitation, récemment rénovée, a été soumise au même problème, mais a décidé de ne pas convertir sa bibliothèque en salles de classe.

Depuis les dix dernières années, de nombreuses familles viennent s’installer dans l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville. Si ce renouvellement de population amène de la vie dans le quartier, les écoles de l’arrondissement ont du mal à suivre la cadence.

Ecole de la Visitation (crédit Photo: JDV)

Une année après son inauguration, l’école de la Visitation déborde déjà. Contrairement à d’autres écoles comme Saints-Martyrs-Canadiens, l’établissement a décidé de garder sa bibliothèque et de délocaliser les groupes communautaires qui occupaient la Maison de la Visite pour agrandir le service de garde et réaménager certaines classes.

Lorraine Pagé, conseillère du district du Sault-au-Récollet, comprend la décision de l’école, mais se soucie des groupes communautaires qui se retrouvent sans local et qui se tournent vers l’arrondissement pour être relocalisés.

Catherine Harel-Bourdon, présidente de la CSDM est bien consciente du problème de surpopulation et des autres problèmes que cela entraîne.

Lorraine Pagé (crédit photo: JDV)

« Dans Ahuntsic, Bordeaux, il y a une grande augmentation de population dans les dernières années et ça se poursuit. Dans les cinq prochaines années, on attend 500 élèves de plus. »

Malgré les nombreux travaux entrepris depuis 2010 dont l’agrandissement des écoles de la Visitation, Louis-Colin et Ahuntsic Annexe, les travaux actuels sur l’école de Saints-Martyrs-Canadiens et Saint-Benoît et les nombreux projets de la CSDM, Mme Harel-Bourdon prévient qu’il manquera encore une trentaine de locaux en 2021-2022.

Des solutions possibles

« Là, on n’arrive pas mal aux limites des terrains disponibles, explique la présidente de la CSDM. Donc on a déposé le 30 août au conseil des commissaires une demande pour de nouveaux terrains. »

La CSDM désire acquérir deux terrains pour construire des écoles dans le nouveau développement Louvain et dans le développement Tanguay. La réponse du ministère devrait arriver dans une dizaine de mois, et à partir de là, la construction des écoles prend entre trois et cinq ans.

Prévoyante, la CSDM a également fait une demande pour un nouveau pavillon à l’école secondaire Sophie-Barat. La commission scolaire souhaiterait réutiliser les ruines patrimoniales de l’ancien externat pour construire un bâtiment qui accueillerait des locaux d’art et de sciences.

 De longues procédures

« Je trouve que, souvent, le ministère de l’éducation est un peu à la dernière minute. Cela prend du temps pour que les budgets soient débloqués, mais pendant ce temps là on a des élèves qu’on ne sait pas où mettre », se plaint Lorraine Pagé devant la lenteur des procédures.

La présidente de la CSDM explique que pour autoriser les constructions, le ministère se base sur des statistiques basées sur les codes postaux des enfants. Cependant, celles-ci ne prennent pas en compte les développements domiciliaires et l’immigration, ce qui fausse les données.

Cependant les travaux effectués pour agrandir l’école de la Visitation ont permis de repenser l’aménagement de la cour.

« Des espaces de jeux qui sont aménagés et des petits jardinets. Quand la cour sera terminée, ça sera magnifique, les enfants auront un espace de jeu très intéressant », décrit Lorraine Pagé.