Jessica Lubino, conseillère pédagogique interculturelle. (Photo: courtoisie Collège Ahuntsic)

Pour Jessica Lubino, l’art d’un médiateur interculturel est de faire en sorte que la communication entre des personnes d’origines culturelles différentes soit la plus fluide possible.

«Je n’avais jamais vu une aussi grande diversité culturelle au sein d’une même communauté et dans un même endroit!» La nouvelle conseillère pédagogique interculturelle, Jessica Lubino, exprime ainsi son agréable surprise, à son entrée en fonction au sein du Collège Ahuntsic. 

Cette diplômée en médiation interculturelle et membre du Conseil interculturel de Montréal (CIM) a rejoint, l’automne dernier, l’équipe du service Équité, Diversité, Inclusion (EDI) mis en place par la direction du cégep en 2019. Par cette démarche, le Collège Ahuntsic fait figure de pionnier parmi le réseau des cégeps québécois. 

En entrevue avec le Journal des voisins (JDV), cette néoquébécoise d’origine franco-guadeloupéenne se dit extrêmement ravie d’avoir cette belle occasion d’approfondir son expertise en matière de médiation interculturelle. Elle est parmi les diplômés des premières cohortes de la maîtrise en médiation interculturelle de l’Université de Sherbrooke, programme unique au Canada et qui vise à «former des intervenants de haut niveau afin de répondre aux besoins en médiation interculturelle soulevés par la diversité culturelle». Et ce, selon une approche interdisciplinaire entre psychologie, droit, communication, éducation, anthropologie et administration. 

Rôle et mission

Le rôle de Jessica et son équipe consiste en premier lieu à conseiller et à accompagner le personnel administratif et le corps enseignant dans leurs questionnements à propos des enjeux relatifs aux rapports interculturels, aux bonnes actions par rapport à l’antiracisme et aux questions liées aux identités du genre.

Elle s’attarde sur les différents types de consultations et de formations, sous forme d’ateliers participatifs, pour lesquels son expertise en médiation interculturelle est sollicitée. Sa mission: poser les balises nécessaires pour assurer le bien-vivre ensemble au sein de la communauté collégiale.

«La médiation interculturelle consiste à veiller à ce que les relations et les rencontres entre des porteurs de cultures différentes se déroulent sans problèmes de mésententes et mécompréhensions éventuels, explique-t-elle. L’art d’un médiateur interculturel est de faire en sorte que la communication entre des personnes d’origines culturelles différentes soit la plus fluide possible.»

Cette jeune conseillère œuvre dans un domaine d’expertise relativement nouveau. Elle reconnaît que la mission de son service est de taille. «Les étudiants de notre cégep sont originaires d’environ 80 pays. Parmi eux, 15 % ont effectué un parcours migratoire et 40 % sont issus de familles immigrantes, dont des représentants des communautés haïtienne et maghrébine.»

Collège Ahuntsic. (Photo: page facebook du Collège Ahuntsic)

Ahuntsic en couleurs

À souligner que dans sa présentation de son approche EDI, le Collège Ahuntsic reconnaît entre autres que «le racisme et le profilage ne connaissent pas de frontière et qu’ils prennent racine dans un terreau historique et systémique auquel nous contribuons tous et toutes à différents degrés, souvent sans le concevoir ni le vouloir». 

La direction du cégep se dit «convaincue que les institutions d’enseignement telles que la nôtre ont un rôle important à jouer dans la co-construction d’une société plurielle, empathique et juste. Nous avons la ferme intention de continuer à enrichir la formation réflexive et interculturelle offerte au sein de nos programmes d’études afin de mieux outiller les citoyens de demain».

Parmi les structures mises en place au sein du Collège, Jessica Lubino mentionne le comité «Ahuntsic en couleurs». Formé d’étudiants du Collège issus de différentes communautés culturelles, ce comité a pour mission de renforcer le lien communautaire et l’inclusion des étudiants à travers la planification d’activités socioculturelles et interculturelles. 

«Les réunions hebdomadaires de ce comité portent aussi sur des sujets d’actualité tels que les débats sur l’immigration et la diversité religieuse, en plus de séances d’information et d’échange sur différents types de domaines comme les questions liées à la gestion financière, le marché de l’immobilier et les perspectives d’emploi dans divers secteurs, avec la participation d’experts et professionnels invités», note Jessica. 

Une singularité ahuntsicoise

Elle évoque les grands rendez-vous annuels auxquels collabore activement ce comité, comme la Semaine des rencontres interculturelles et autochtones. L’édition 2022, tenue en octobre dernier, a été notamment marquée par la présentation de la grande nouveauté du Collège: le «Portail (auto)éducatif: Je te vois, je t’entends, je t’écoute…». 

Ce portail se veut «un outil pédagogique qui met en lumière les expériences de vie et perspectives de 12 étudiants, diplômés, membres du personnel, enseignants et collaborateurs de différentescommunautés ethnoculturelles, autochtones ou LGBTQ2+».

À noter que le projet de cet outil interactif a été conceptualisé peu de temps après la création de l’équipe EDI. À ce propos, la direction du Collège affirme que, contrairement à la majorité des services EDI que l’on peut rencontrer dans les institutions postsecondaires du Québec et du Canada, celui du Collège Ahuntsic est «une initiative maison, financée à même le budget de fonctionnement du Collège. Il dispose ainsi d’une entière liberté d’action quant à ses angles d’intervention, approches et priorités d’action». 

En effet, lors de la création du poste de conseillère pédagogique EDI, quatre diversités ont été ciblées comme prioritaires: diversité ethnoculturelle, nations autochtones, diversité de genre et diversité sexuelle. L’équipe a donc été appelée à réfléchir sur les approches à développer afin de contribuer au processus de sécurisation des individus qui composent ces différentes diversités, tout en évitant de perpétuer des amalgames réducteurs et contre-productifs.

Aussi, cet outil interactif comporte des liens vers 150 courtes capsules vidéographiques avec près de 750 ressources externes. On y explore entre autres les identités multiples, la discrimination systémique, les besoins de sécurisation culturelle autochtone, les stratégies de résilience ainsi que la diversité corporelle et neurologique. Audacieux et très ambitieux projet!

Ce texte a été publié dans la version imprimée du Journal des voisins, le Mag papier d’avril-mai 2023, à la page 33.



Restez informé

en vous abonnant à notre infolettre


Vous appréciez cette publication du Journal des voisins? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information indépendante de qualité et d’intérêt public. Toute adhésion faite au Journal des voisins donne droit à un reçu fiscal.

Nous recueillons des données pour alimenter nos bases de données. Pour plus d’informations, veuillez vous reporter à notre politique de confidentialité.

Tout commentaire sera le bienvenu et publié sous réserve de modération basée sur la Nétiquette du JDV.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Science au quotidien – Doit-on s’inquiéter du plomb dans l’eau?

Le plomb peut, dans certaines circonstances, avoir des conséquences négatives sur la…

Dans la tête du prof – Donner l’envie d’écrire: entrevue d’Arianne Chagnon

Je me sens privilégié d’avoir Arianne Chagnon comme collègue au département de…

Dans la tête du prof – Plaidoyer pour une école incarnée

La pandémie a été marquée par l’enseignement en ligne. Plutôt que de faire…

L’être humain et sa dépendance aux écrans 

Il y a quelques mois, plus précisément le 5 avril, un événement…