Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

Des résidants en sont victimes...

Fraudes d’identité et vol de courrier

La recrudescence des fraudes didentité et du vol de courrier n’épargne pas Ahuntsic-Cartierville, semble-t-il. Sur les réseaux sociaux, des citoyens sinquiètent de la présence de présumés fraudeurs ciblant les boîtes aux lettres. Journaldevoisins.com a fait le point.

Le 9 janvier dernier, une utilisatrice du groupe « Bazar Ahuntsic » publiait un avis dans lequel elle disait être victime d’un vol de carte de crédit. Elle soupçonne deux hommes dans une voiture d’avoir dévalisé sa boîte aux lettres et d’avoir ouvert des enveloppes contenant de nouvelles cartes de crédit.

Dans les commentaires, au moins cinq personnes rapportent avoir été témoins de techniques semblables depuis Ahuntsic jusqu’au Sault-au-Récollet. L’une d’entre elles, Brenda, a accepté de partager son histoire au journaldesvoisins.com.

« La dernière semaine d’avril, j’ai reçu trois cartes débits que je pensais être de la publicité. Je les mettais tout simplement au recyclage, raconte cette dernière. Par la suite, à la mi-mai, j’ai reçu des lettres de la Banque TD disant que j’avais des fonds insuffisants dus à un chèque. »

Le doute s’installe. Brenda appelle Transunion et Équifax, deux entreprises de surveillance de crédit, et sa banque, qui se chargera de l’enquête. Selon elle, son courrier et son bac de recyclage ont été fouillés.

« Ils ont volé une lettre dans mon courrier pour avoir mon adresse. Ils savaient aussi qui était mon employeur », explique-t-elle.

Brenda dit n’avoir jamais commandé de carte débit, ni avoir ouvert de comptes supplémentaires à son institution financière.

« J’étais très inquiète. Pour étudier en médecine, j’avais besoin de fonds. Ça a pris deux mois avant que le crédit soit lavé, soupire-t-elle. Je n’ai pas porté plainte à la police, parce que je n’avais pas d’énergie. »

C’est en lisant la publication sur le groupe Facebook qu’elle apprend qu’elle ne serait pas la seule victime.

« Je me suis sentie mal de ne pas avoir porté plainte à la police. Mais je n’avais pas l’énergie. Après, je me suis sentie un peu soulagée, parce que je pensais que c’était quelqu’un de mon entourage, mais là je me rends compte que c’est des inconnus », affirme Brenda.

Des fraudes qui coûtent cher

Selon Lisanne Roy Beauchamp, superviseure des appels du Centre Anti-Fraude du Canada, le vol et la fraude d’identité auront fait perdre environ 21,7 M$ à 2 762 canadiens le mois dernier.

« Si vous êtes victimes, vous devez appeler Postes Canada. Ils vont faire la vérification pour voir si votre courrier a été acheminé à une autre adresse. Et communiquez avec des bureaux de crédit […] », précise-t-elle.

Elle cite Transunion et Équifax comme recommandation.

« Avec les numéros de crédit, ils vont vous donner des numéros de téléphone pour contacter les marchands afin de confirmer que vous êtes victimes de vol d’identité et enlever la dette de votre carte de crédit», ajoute-t-elle.

Pour contrer les fraudes d’identité et le vol de courrier, Mme Roy Beauchamp recommande d’acheter une boîte à lettres avec une serrure et de ramasser le courrier chaque jour.

« Dans les cas de relevés bancaires ou de documents qui ont vos informations financières, ne les mettez pas juste dans le recyclage. Déchiquetez ou brûlez les documents, mais ça ne doit pas aller aux vidanges», conclut-elle.

Et du côté du SPVM 

Au Service de Police de la Ville de Montréal , on ne signalerait aucune recrudescence de fraudes à Ahuntsic-Cartierville. Selon Emmanuel Anglade, sergent de la division des communications du SPVM, aucune fraude n’a été rapportée dans les postes de police d’Ahuntsic-Cartierville.  Toutefois, sans plaintes, le SPVM ne peut produire de statistiques d’après le sergent Anglade.

«Pour qu’il y ait enquête, il faut qu’il y ait une plainte», ajoute-t-il.

Sur son site Web, le SPVM recommande aux personnes victimes de fraude d’aviser immédiatement leurs institutions financières, de communiquer avec la police et d’appeler les agences nationales d’évaluation du crédit.