Nid de Guêpe à l’intersection Prieur et Christophe-Colomb (Photo : jdv – Philippe Rachiele)

« On habite chez les insectes, c’est normal d’en rencontrer de temps en temps », nous explique André-Philippe Drapeau Picard, préposé aux renseignements entomologiques à l’Insectarium de Montréal. Vous avez constaté qu’il y avait plus de guêpes cette année dans les environs? Le JDV est allé aux nouvelles.

Le représentant de l’Insectarium confirme que, comme à chaque fin d’été, on a l’impression qu’il y a de nombreuses guêpes.  Plus l’été avance, plus la reine de chaque nid continue de pondre et les ouvrières sont de plus en nombreuses à s’occuper du nid.

Les guêpes qui habitent dans les gros nids que l’on peut voir un peu partout dans Ahuntsic-Cartierville et à Montréal sont des guêpes dites «sociales».  Les guêpes seraient très utiles malgré quelques désagréments, car elles pollinisent et sont de grandes prédatrices qui nous débarrassent d’insectes ravageurs tels les pucerons, souligne M. Drapeau Picard.

Nid de Guêpe rue Clark (Photo : jdv – Philippe Rachiele)

Détruire les nids

À moins d’être allergique ou si l’emplacement d’un nid est vraiment proche d’un endroit où les humains sont présents (comme une porte d’entrée), M. Drapeau-Picard encourage la cohabitation.  Si on doit se débarrasser d’un nid, il recommande de demander l’aide d’un exterminateur professionnel.

« De toutes façons, dit-il, les nids vont se vider et les guêpes vont toutes mourir (sauf la reine) lors des gels importants de l’automne ».

La reine va se trouver un emplacement dans le sol ou dans un arbre pour essayer de survivre à l’hiver et créer un nouveau nid l’an prochain.  Lorsque la reine n’est plus à la ruche pour « maintenir l’ordre », les ouvrières sont désemparées et vont sortir à leur tour de la ruche pour se trouver de quoi se nourrir, ce qui donne l’impression que les guêpes sont plus nombreuses qu’à l’habitude.

Conserver les nids

Le fait qu’il y ait un nid abandonné ou un faux nid que l’on peut acheter dans le commerce ne serait pas nécessairement dissuasif pour empêcher un nouveau nid dans le même secteur l’an prochain ou les années suivantes.

Nid de Guêpe rue Clark (Photo : jdv – Philippe Rachiele)

Comment cohabiter

C’est grâce aux odeurs que les guêpes peuvent capter avec leurs antennes qu’elles sont attirées par la nourriture et les boissons. Pour réussir nos pique-niques, « il n’y aurait pas de recettes magiques » selon M. Drapeau-Picard.  Mettre des fruits ou des jus un peu plus loin que notre emplacement de pique-nique pourrait fonctionner à les attirer plus loin mais pourrait aussi avoir l’effet contraire et en attirer encore plus dans le secteur. Quand elles sont proches, il ne faut pas les brusquer pour éviter d’être piquées.

Le compte à rebours des semaines est commencé avant les premier gels qui feront disparaître les guêpes pour cette année et recommencer le cycle l’an prochain.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Appel aux suggestions pour l’aménagement du parc Avila-Vidal

Une consultation publique virtuelle concernant le parc Avila-Vidal, situé près de l’école…
En fugue

Un grand retour pour Concerts Ahuntsic en Fugue

Clément Canac-Marquis peut enfin pousser un soupir de soulagement. Bien que l’organisation…

COVID-19: Le nombre de cas s’accélère toujours à Montréal

Malgré les avancées sur le plan de la vaccination au Québec, le…

Serge Bouchard: un grand sage ahuntsicois nous a quittés

Contre toute attente, après avoir pris du mieux à la suite d’une…