Joseph Papineau 1825 Wikipédia

L’avenue Papineau est l’une des plus importantes artères qui sillonnent Ahuntsic. Depuis toujours, je pensais qu’elle avait été nommée en l’honneur du grand patriote Louis-Joseph Papineau. Eh bien, comme je viens de l’apprendre, elle honore plutôt son père, Joseph Papineau!

Joseph Papineau naît le 16 octobre 1752 à Montréal, dans une famille peu aisée. Très jeune, il aspire à devenir quelqu’un d’important. Au primaire, il étudie à l’École des Sulpiciens de Montréal, puis il effectue ses études classiques, qu’il termine en 1771.

Il exerce la profession d’arpenteur de 1773 à 1775, avant de s’initier au notariat, métier qu’il exercera avec beaucoup de succès de 1780 jusqu’à sa mort. Il aura rédigé plus de 5 000 actes! Fait notable, sa clientèle est variée : sulpiciens, artisans, cultivateurs, marchands, etc.

Première élection

Malgré son emploi du temps chargé, Papineau s’intéresse à la politique. En 1792, il est élu dans la circonscription de Montréal grâce au soutien d’un nombre important de marchands. Il est ensuite élu à Montréal-Est en 1796. En 1800, il ne souhaite pas se faire réélire, désirant plutôt se consacrer à ses autres occupations, mais les électeurs en décident autrement.

En raison de son métier, il s’absente souvent de l’Assemblée. Toutefois, il s’oppose en 1793 à la proposition que les procès-verbaux de l’Assemblée soient rédigés uniquement en anglais. Il est finalement décidé qu’ils seront écrits en anglais s’ils se rapportent au droit criminel anglais, et en français s’ils se rapportent au droit civil français. Il ne participe pas aux élections de 1804.

À la rescousse

En 1809, une grave crise secoue l’Assemblée. En effet, les députés anglophones et francophones s’affrontent
ouvertement, chacune de ses factions tentant de dominer la chambre. Papineau répond à l’appel de ses électeurs et est élu dans Montréal-Est en cours d’année. Finalement, grâce en partie au nouveau gouverneur, George Prévost, la crise parlementaire se termine.

Fin d’une époque

L’année 1815 marque la fin du mandat de député de Papineau, qui en profite pour quitter la politique pour de bon et se dévouer pleinement au notariat. Cette même année, son fils Louis-Joseph Papineau reprend le flambeau. En effet, il est élu président de l’Assemblée, et devient l’un des principaux défenseurs des Canadiens français. Papineau père décède le 8 juillet 1841. On se souvient de lui comme d’un notaire hors pair et du fondateur d’une des plus importantes familles canadiennes-françaises.

Cette chronique a été publiée la première fois dans notre magazine papier de septembre 2015.


Vous avez apprécié cet article? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information indépendante de qualité et d’intérêt public. Toute adhésion faite au Journaldesvoisins.com donne droit à un reçu fiscal.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles
Maurice Richard murale

La nouvelle ancienne murale de Maurice-Richard

Plus qu’une restauration, c’est en fait une nouvelle version de la murale…
Plaque hôpital du Sacré-Cœur-de-Montréal

Perpétuer la mémoire des religieuses qui ont bâti l’Hôpital du Sacré-Cœur

Les malades et les visiteurs qui se rendent à l’Hôpital du Sacré-Cœur-de-Montréal…

La statue d’Ahuntsic vandalisée

La statue d’Ahuntsic, installée devant l’église de la Visitation depuis plus d’un…

Le mois d’août en photos

Le JDV vous présente un survol des actualités du mois d’août dans…