Fête de l'eau
Kayakistes à l’installation nautique du parc Beauséjour lors de la Fête de l’eau en juin 2016. L’installation a été gérée par l’ARAC pendant quelques années, et dès l’été dernier, par GUEPE. (Photo : Archives jdv)

Un avis publié dans le magazine de la rentrée de journaldesvoisins.com, fin août-début septembre, annonçait que l’Association récréoculturelle d’Ahuntsic-Cartierville (ARAC) mettait fin à ses activités. OBNL fondé en 2002 dans le but de « promouvoir le récréotourisme » en partenariat avec la CDEC de l’époque et l’arrondissement, l’ARAC organisait les fêtes d’hiver dans les parcs des quatre districts de l’arrondissement et gérait les deux bases nautiques : celle du terrain de l’école Sophie-Barat et celle du parc Beauséjour. Pourquoi cette dissolution et qui prendra la relève?

Interviewé par journaldesvoisins.com, l’ancien président de l’ARAC, Benoît Tremblay, explique  que l’Association a mis fin à ses activités en février dernier, puisque les revenus autonomes n’assuraient plus sa survie et, malheureusement, sa pérennité.

« Ce n’était pas viable financièrement et on manquait de visibilité, à cause de notre localisation (NDLR : sur le bord de la rivière, l’été), ajoute M. Tremblay, faisant référence au lieu du site nautique de Sophie-Barat. « L’endroit est bucolique, mais il n’y a pas beaucoup de circulation. De plus, quand on offre un service de location d’embarcations, c’est à un prix abordable. » Les profits, compte tenu des tarifs raisonnables, n’étaient visiblement pas au rendez-vous pour l’OBNL. «Néanmoins, nous avons eu un partenariat extraordinaire avec l’école Sophie-Barat », conclut M. Tremblay. Les deux organismes se partageaient d’ailleurs les kayaks et rabaskas utilisés et achetés par l’ARAC qui pouvait stocker ses équipements au sous-sol de la piscine durant l’hiver. Les équipements étaient d’ailleurs à peu près les seuls actifs de l’ARAC au moment de la cessation de ses activités.

Un soutien indéfectible

« L’arrondissement nous a toujours soutenus, financièrement et autrement. Un agent de développement de l’arrondissement nous donnait même un coup de main, souligne M. Tremblay. Mais à l’automne 2015, nous sommes retournés voir l’arrondissement pour obtenir de l’aide financière additionnelle, puisqu’on ‘’vivotait ‘’ et le développement était difficile en termes de revenus potentiels. » Malgré tous leurs efforts, les membres du conseil d’administration –tous des résidants d’Ahuntsic-Cartierville– et la directrice générale, Virginie Laurent, ont réalisé que l’organisme ne pouvait prendre un second souffle. Ils ont donc convenu avec l’arrondissement que la mission de l’ARAC devait être confiée à un autre organisme qui pourrait continuer sur cette lancée.

Après la cessation des activités en février, la dissolution officielle de l’ARAC a donc eu lieu le 19 août dernier. Benoît Tremblay s’était joint à l’organisme en 2006. Il rappelle que l’ARAC était née sous forme d’entreprise d’économie sociale. « Il y avait d’autres modèles semblables dans la région de Montréal, comme à Terrebonne, par exemple, signale M. Tremblay, et à Laval. »

Malgré toute l’aide de la CDEC, partenaire de la première heure, les subventions octroyées à ce genre d’entreprise ne pouvaient être récurrentes après quelques années. Par la suite, sur un budget annuel d’environ 100 000$, environ 65 à 70% des fonds provenaient de l’arrondissement, tandis que 15% du budget étaient issus de revenus autonomes (tels que la location des embarcations aux sites nautiques et la vente de breuvages et collations au chalet du parc Beauséjour), tandis que le 15% restant provenait des subventions salariales du programme fédéral d’Emplois d’été Canada.

GUEPE prend la relève

C’est donc le Groupe uni des éducateurs-naturalistes et professionnels en environnement (GUEPE) qui a pris la relève, à la demande de la direction du sport, des loisirs et du développement social de l’arrondissement. GUEPE est le même organisme qui a été mandaté par la Ville-centre à la fin du printemps pour assurer les activités d’animation à la défunte Cité Historia, durant l’été dernier. En fait, déjà cet été, GUEPE était mandaté par l’arrondissement pour l’organisation des activités sur les  deux sites nautiques le long de la rivière des Prairies, soit Sophie-Barat et Beauséjour.

Dans les deux cas, l’arrondissement et la Ville-centre assurent en bonne partie le financement des activités organisées par GUEPE, à l’ex-Cité Historia et aux sites nautiques. On comprend donc que GUEPE fait affaire avec deux interlocuteurs : l’arrondissement, pour les activités d’hiver (comme la fête) et les activités des sites nautiques; et la Ville-centre concernant les activités de l’ex-Cité Historia.

Un partenariat existe depuis 25 ans avec la Ville-centre. « Ça allait de soi », de dire Pascal Lynch-Caron, responsable des communications et du marketing chez GUEPE, concernant la reprise des activités de l’ex-Cité Historia et de l’ARAC. L’organisme jouit par ailleurs d’une grande expérience en gestion d’accueil et activités d’interprétation de la nature. En outre, les bureaux administratifs de GUEPE sont situés à l’extrémité ouest de l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville.

GUEPE veut continuer!

Pascal Lynch-Caron précise que l’arrondissement a demandé à GUEPE, pour l’instant, l’organisation d’une fête d’hiver dans l’un des parcs.

Par ailleurs, le contrat en gestion que GUEPE a obtenu de la Ville de Montréal pour les activités d’animation de l’été dernier à l’ex-Cité Historia et de l’arrondissement pour les sites nautiques de Sophie-Barat et du parc Beauséjour est d’une durée d’un an. Il devait y avoir une rencontre-bilan en octobre. GUEPE ne cache pas son intérêt à poursuivre ces collaborations.

« C’est certain que nous sommes intéressés de continuer, affirme Pascal Lynch-Caron, nous attendons l’appel d’offre concernant la proposition en ce qui concerne l’animation à Cité Historia, notamment. Nous n’avons pas encore reçu de courriel à ce propos. C’est un long processus, souvent très long même, et on doit respecter les conditions actuelles. »

(Avec la collaboration de Christiane Dupont)

Pour en savoir plus sur GUEPE, cliquez ici.

 

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

ÉDITORIAL: Le bien commun avant tout!

Une élection municipale a lieu dans quelques jours. Vous êtes invités aux…