Le 132 – Bar Vintage se remet d’un incendie survenu au mois de juin. (Photo : Éloi Fournier, JDV)

Au début du mois de juin, un incendie s’est déclenché au 132 – Bar Vintage. Rien pour aider l’établissement de la rue Fleury Ouest, la situation n’étant déjà pas facile à vivre pour les bars du Québec durant la COVID-19. Le propriétaire du bar, Jean-Maxime Giguère, garde tout de même espoir en un avenir meilleur.

Tout a commencé avec une bonne intention. Jean-Maxime faisait des rénovations pour que les clients puissent profiter d’un bar retapé lorsque ceux-ci pourraient finalement ouvrir leurs portes. C’est à la fin d’une journée de dur labeur que les choses ont mal tourné. 

« C’est à cause d’un produit que j’ai utilisé pour vernir les planchers. J’enlevais l’excédent avec des guenilles… J’ai jeté ces guenilles et le feu a pris. J’ai quitté à 17h30 et je suis revenu avec les pompiers à 0h30 », décrit le propriétaire. 

Les pompiers ont expliqué à Jean-Maxime Giguère qu’il s’agissait d’une combustion spontanée, un phénomène relativement fréquent avec ce genre de produit. Bien que le feu ait essentiellement affecté la section arrière de l’établissement, les dommages se sont avérés considérables. 

« C’est pas mal plus long que prévu avec les assurances. Mon courtier m’a dit que ce ne serait pas ouvert avant septembre ou octobre. »

Le bar reste actif malgré sa fermeture

Grâce au soutien des fidèles du 132 – Bar Vintage, celui-ci a pu mettre en oeuvre divers projets malgré la pandémie, dont la vente de masques à l’effigie du bar. 

« Durant la pandémie, des gens m’avaient demandé s’ils pouvaient acheter des marchandises afin de donner un coup de main au bar, alors j’ai décidé de faire faire des masques, mentionne Jean-Maxime Giguère. Ils se sont bien vendus, il m’en reste encore quelques-uns. J’ai fait affaire avec une entreprise locale et ils m’ont pondu de très beaux masques! »

Le propriétaire a également organisé des activités lorsque la rue Fleury Ouest était piétonnière, dont lors de la Fête nationale. En collaboration avec la Bête À Pain, des cocktails étaient servis directement dans la rue par Jean-Maxime lui-même. De plus, il organise occasionnellement des 5 à 7 dans le secteur avec les clients du bar. 

« J’espère pouvoir ouvrir sous peu, souhaite-t-il. J’ai très hâte de pouvoir revoir la bette de mes clients! J’habite dans le quartier, mais être derrière le bar et boire un verre avec eux, c’est vraiment très différent. »



Restez informé

en vous abonnant à notre infolettre


Vous appréciez cette publication du Journal des voisins? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information indépendante de qualité et d’intérêt public. Toute adhésion faite au Journal des voisins donne droit à un reçu fiscal.

Nous recueillons des données pour alimenter nos bases de données. Pour plus d’informations, veuillez vous reporter à notre politique de confidentialité.

Tout commentaire sera le bienvenu et publié sous réserve de modération basée sur la Nétiquette du JDV.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Le directeur de l’organisme RAP Jeunesse récompensé par une médaille de l’Assemblée nationale

Ce mardi 5 février, l’organisme RAP Jeunesse a été récompensé pour son…

Dossier itinérance – Un centre d’hébergement d’urgence bientôt à Ahuntsic

Le tout premier centre d’hébergement d’urgence pour personnes en situation d’itinérance devrait…

Les nouvelles brèves de la semaine dans Ahuntsic-Cartierville – 12 février

Une nouvelle chronique! Chaque lundi, le Journal des voisins fait le tour…

Sept événements à ne pas rater en décembre

Comme chaque mois, Le Journal des voisins propose une sélection des événements…