Nouvelle résidence bâtie dans le Sault-au-Récollet, par l’architecte Jocelyn Duff. (Photo: archives jdv)

Parmi tous les arrondissements montréalais, c’est à Ahuntsic-Cartierville que Héritage Montréal, de concert avec l’élu du Sault-au-Récollet, a choisi d’implanter un projet-pilote portant sur la rénovation résidentielle des maisons patrimoniales. L’an dernier, une conférence d’Héritage Montréal, notamment, a été présentée sur le territoire. Éclaircissements sur la préservation d’un quartier historique.

Le 24 janvier 2018, dans la salle du conseil de l’arrondissement, le directeur général d’Héritage Montréal, Robert Turgeon, a présenté devant une salle comble ses plans en matière d’éducation citoyenne pour la rénovation et la préservation de bâtiments patrimoniaux.

« Ça s’adresse à tous les propriétaires et autres intéressés. On veut démystifier la rénovation et promouvoir son importance », stipule Robert Turgeon, dont l’organisme a lancé à l’automne 2018 et à l’hiver 2019 une série de cours sur la question à l’UQAM.

Ce projet cadre parfaitement avec la mission de l’organisme Héritage Montréal qui, depuis 32 ans, protège les édifices témoins de l’histoire du Grand Montréal.

Le Sault-au-Récollet étant un quartier avec une valeur historique indéniable, il était normal pour l’organisme de concentrer ses efforts dans l’arrondissement l’an dernier.

« C’est important de bien comprendre les caractéristiques de sa propriété et de son quartier », ajoute le directeur général.

De nombreuses étapes

Maison d’origine sur le terrain de Jocelyn Duff, architecte (Photo: archives jdv)

Jocelyn Duff, résidant d’Ahuntsic-Cartierville et propriétaire d’un terrain que coiffait auparavant une résidence patrimoniale ancienne dans le Sault-au-Récollet [et qui a, depuis cette entrevue, «fait bâtir maison» et élu domicile!], est du même avis.

« C’est certain que j’ai une sensibilité par rapport au lieu. Je me suis inspiré des bâtiments aux alentours, comme la maison du Meunier et celle du Pressoir », raconte Jocelyn Duff au sujet des plans d’aménagement de sa nouvelle résidence, qu’on peut désormais admirer sur son terrain.

Conscient des travaux qu’il devait faire pour mettre sur pied sa nouvelle demeure, M. Duff ne prévoyait qu’un agrandissement et quelques rénovations majeures.

Malgré ses bonnes intentions, l’habitation qu’il a achetée a dû être complètement détruite. Pour en arriver là, il a eu à passer par une panoplie d’étapes. Architecte de métier, l’homme s’est dit « habitué » aux démarches administratives découlant du domaine résidentiel.

Rénovation patrimoniale

Ses connaissances en architecture lui ont certes servi pendant les démarches. Permis en main, il est d’abord passé par le Conseil du patrimoine de Montréal, puis par le Comité consultatif en urbanisme, le Conseil du patrimoine et, finalement, par le ministère de la Culture et des Communications. M. Duff s’est dit ravi d’avoir été accompagné par un architecte de la Ville pendant ses démarches, et ce, dès la demande de permis.

« On m’a juste demandé de changer quelques matériaux pour que ça cadre plus avec le quartier », précise l’architecte.

Le secteur patrimonial qu’est le Sault-au-Récollet requiert que des démarches soient faites auprès des différentes instances, notamment à l’arrondissement. Cependant, les citoyens peuvent s’y perdre facilement, accordant tout son sens à l’intervention d’Héritage Montréal dans le quartier, et même plus largement, dans le Grand Montréal.

Subvention pour aider

Si Jocelyn Duff n’avait pas pris la décision de détruire la maison, il aurait pu bénéficier d’une subvention de la Ville.

C’est le cas du Programme d’aide à la restauration et à la rénovation des bâtiments à valeur patrimoniale de la Ville de Montréal qui propose une aide financière. La subvention permet d’éponger plusieurs milliers de dollars de l’ardoise des citoyens qui souhaitent préserver et mettre en valeur leur habitation de ce type, si cette dernière répond aux critères d’admissibilité.

Pour la suite du projet-pilote, Héritage Montréal a organisé une série de cours portant sur la rénovation qui se sont donnés à l’UQAM à l’automne 2018 et au cours des derniers mois d’hiver.

L’an prochain, Héritage Montréal et l’arrondissement invitent toujours les citoyens intéressés à s’inscrire aux séries de cours portant sur la rénovation qui se poursuivront à l’automne 2019 et à l’hiver 2020. Le lieu reste à être déterminé.

Ces cours –bien qu’ils ne se donnent pas dans Ahuntsic-Cartierville– peuvent aider et accompagner les résidants dans leurs rénovations, du fil architectural montréalais à l’inspection, en passant par les fondations jusqu’aux boiseries extérieures. Ils sont sans doute un peu plus élaborés qu’une seule séance.

« On promeut toujours la rénovation en respect du patrimoine. Là, le petit plus, c’est qu’on dit aux gens qu’il y a des cours offerts chez Héritage Montréal. Après, il leur revient d’aller s’inscrire », suggère Émilie Thuillier, mairesse de l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville.

Selon une porte-parole jointe par le jdv en mars 2019, il est d’ailleurs possible qu’un autre cours, du type de celui qui avait été donné dans la salle du conseil d’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville, en janvier 2018 soit organisé sur le territoire de l’arrondissement l’an prochain. Mais rien n’est encore décidé à ce chapitre. C’est donc à suivre.

Ce texte a d’abord  été publié dans le mag papier du printemps 2018 et mis à jour en mars 2019.

Vous aimez ce que nous faisons? Pensez à devenir membre du journaldesvoisins.com ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aussi aimer ces articles

Un travail complexe, et pas toujours bien compris

Montréal connaît un hiver particulièrement éprouvant en raison du grand nombre de…

Ahuntsic-Cartierville a ses chœurs à cœur!

Le temps des fêtes est à nos portes. Et qui dit temps…

Ahuntsic-Cartierville tout en musique avec CAF

La musique résonne aux quatre coins d’Ahuntsic Cartierville depuis le 11 août,…

Le coin des commerçants – Semaine du 14 décembre 2018

Prenez note que cette chronique est interrompue pour la période des Fêtes.…