Comme partout au Québec, les Mères au front de Montréal se mobilisent pour rappeler à tous les partis que les enjeux environnementaux doivent être au cœur de cette campagne électorale.

Comment est-ce possible qu’en 2022, des partis puissent faire campagne comme si la crise climatique n’existait pas? Comment peut-on prôner une croissance économique effrénée sans égard aux limites planétaires? Sans avoir le courage de proposer des cibles de réduction de GES suffisantes? Les scientifiques nous alertent depuis des années, des milliards de personnes dans le monde sont déjà affectées et nous savons que le Québec ne sera pas épargné. Nous qui sommes mères ne savons plus comment protéger nos enfants.

La crise climatique affecte notre santé mentale et physique, notre économie, notre agriculture, les travailleurs et travailleuses, le coût de la vie, nos infrastructures, l’industrie du tourisme, voire aussi nos saisons. Elle affecte notre présent et menace notre avenir et celui de nos enfants.

Rêvons d’un Québec avec moins de pollution, plus d’espaces verts, plus d’aliments sains, plus de logements abordables et de commerces de proximité, plus d’endroits sécuritaires pour se déplacer à pied et à vélo, plus d’entraide et d’humanité.

Rêvons d’Ahuntsic-Cartierville sans les îlots de chaleur que l’on retrouve sur le boulevard Saint-Laurent et autour de la rue Chabanel. Rêvons des rives protégées et encore plus accessibles et d’un boulevard Henri-Bourassa qui retrouve une échelle humaine avec plus de transport en commun et des voies cyclables où on se sent en sécurité.

Le 3 octobre, nous voterons pour nos enfants. Nous avons donné la vie et nous ferons tout pour la protéger. Nos enfants ne votent pas, mais nous voterons pour leur assurer un avenir, nous voterons pour du courage politique en matière d’environnement. Tout n’est pas joué. Prenons la parole, c’est notre devoir.

Lettre cosignée par Isabelle Senécal, Marie-Eve Pelletier, Jessica Tornare, Nicole Fortier, Marie-Claude Parent, Ghyslaine Marcotte, Catherine Sacchitelle pour les Mères au front – Montréal, dont six résident à Ahuntsic-Cartierville.



Restez informé

en vous abonnant à notre infolettre


Vous appréciez cette publication du Journal des voisins? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information indépendante de qualité et d’intérêt public. Toute adhésion faite au Journal des voisins donne droit à un reçu fiscal.

Nous recueillons des données pour alimenter nos bases de données. Pour plus d’informations, veuillez vous reporter à notre politique de confidentialité.

Tout commentaire sera le bienvenu et publié sous réserve de modération basée sur la Nétiquette du JDV.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Lettres ouvertes – Projets de recherche d’étudiant-e-s du Collège de Bois-de-Boulogne

Exceptionnellement, le Journal des voisins a accepté de publier six textes résumant…

Lettre ouverte – Réaction au dossier Boulevard Henri-Bourassa

Bonjour Monsieur Desjardins, concernant votre dernier article sur Henri-Bourassa dans le journal…

Lettre ouverte – Les organismes d’Ahuntsic-Cartierville se prononcent sur la fin du financement de l’ÉCCR

Le ministère de la Sécurité publique a annoncé dernièrement la fin du…

Lettre ouverte – Un appel à l’action pour sécuriser les piétons dans le quartier

Un résident concerné par la sécurité des piétons dans la ruelle entre…