centre-des-femmes-solidaires-et-engagees-photo_cfseLa Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes, célébrée le 6 décembre, sera marquée par une marche à la chandelle organisée par le Centre des femmes solidaires et engagées sur la Promenade Fleury à 18h.

Il s’agit d’une première action de ce type dans Ahuntsic-Cartierville. Les organisatrices souhaitent ainsi commémorer les 14 femmes victimes de la tuerie de l’École Polytechnique en 1989, les femmes autochtones disparues et assassinées, ainsi que les femmes qui ont vécu ou qui vivent une situation de violence.

« C’est d’abord une journée de réflexion et d’action sur la base du constat désolant que la violence à l’égard des femmes existe toujours », dit Pina Di Pasquale, directrice du Centre des femmes solidaires et engagées (CFSE).

Elle ajoute que le message de cette marche consiste à « garder vivant le souvenir des victimes de la tuerie du 6 décembre à Polytechnique et à mettre l’accent sur les statistiques affligeantes relatives aux cas de violences faites aux femmes ici et partout dans le monde ».

Pour cette directrice, cette journée nationale est l’occasion de soulever la grande question de la violence que subissent particulièrement certaines catégories de femmes, telles que les femmes autochtones qui sont cinq fois plus exposées aux agressions de toutes sortes.

Cette action de mobilisation vise également à mettre en valeur le travail d’écoute et de suivi que font les travailleuses du Centre des femmes solidaires et engagées, notamment en ce qui concerne les cas de violence conjugale et de violence entre partenaires intimes.

Sur ce sujet, cet organisme produira prochainement un dépliant traitant de tous les aspects sociaux, physiques, psychologiques et juridiques de cette problématique dont de nombreuses femmes souffrent en silence.

À signaler que ce Centre, connu auparavant sous la dénomination de Centre des femmes italiennes de Montréal, a opté, il y a trois ans, pour sa nouvelle appellation.

L’objectif: « être totalement inclusif et s’ouvrir à toutes les composantes sociales et culturelles de la société dans une approche féministe intersectionnelle », comme l’indique Pina Di Pasquale en soulignant que le Centre fonctionne et offre ses services dans les trois langues (français, anglais et italien).

« Cela nous permet de servir une plus grande partie de la population de la métropole québécoise, marquée par la diversité ethnoculturelle grandissante », indique-t-elle.

Pour plus d’information sur le centre: www.cfse.ca

Vous avez apprécié cet article ? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information sur des faits avérés, qui soit vraie, vérifiable et d’intérêt public.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Le 12 août, célébration des livres d’ici

Depuis quelques années, la journée du 12 août est synonyme de soutien…

Le Sault profite de la subvention du ministère de la Culture pour les immeubles patrimoniaux

Il y a quelques semaines, la ministre de la Culture et des…
Contes (Photo : courtoisie de Tumisu)

Jeux d’histoire: de jeunes étudiants du Collège Bois-de-Boulogne feront la lecture aux enfants

Dès le 10 février, 13 jeunes de 18-19 ans du Collège Bois-de-Boulogne…
Léa Delambre - Tatiana Gordoa - Maude Lessard-Montreuil - pour le défi Cours Poulette 1 000 km pour 1 000 $ versés à Égale action pour la promotion du sport chez les femmes et les filles - Crédit Leila Fayet

Cours poulette ! Le défi sportif de trois jeunes femmes pour en aider d’autres

Trois jeunes femmes courent régulièrement depuis janvier 2022, notamment dans les rues…