courtepointe-promenade-fleury-11_perspective_jour-retaille

Prévu initialement pour le printemps 2017, le projet des courtepointes sur la Promenade Fleury sera prêt fin août pour qu’il soit inauguré en septembre prochain. Ce parcours historique interactif composé d’une douzaine de structures métalliques et en bois, qui coûterait environ 300 000 $, et pour lequel l’arrondissement contribue d’un montant de 60 000 $, vise à embellir cette rue commerciale grâce à une nouvelle identité visuelle. Le point avec le directeur général de la SDC Promenade Fleury, François Morin.

Le projet va bon train, selon M. Morin.

«La phase de production est très avancée. Elle est pratiquement terminée, affirme-t-il. L’installation est prévue à la fin du mois d’août.»

François Morin admet qu’idéalement, on aurait aimé avoir ce projet très attendu pour le début de cet été. Ce qui aurait réjoui les familles du quartier et leurs enfants, vu le divertissement que permettraient les centaines de cubes de bois colorés et illuminés dont se composent les courtepointes et dont la moitié tournoie au gré de l’expression des passants, leur permettant de dessiner des motifs.

«Il y a eu des retards pour toutes sortes de raisons particulières, notamment des difficultés des surcharges. Ce qui a eu comme effet de décaler la production finale du projet d’environ trois mois. Cela va nous amener à la fin du mois d’août», dit M. Morin, qui ajaoute: «Le lancement est prévu au cours du mois de septembre».

Pas de dépassements de coûts !

En réponse à la question d’un dépassement éventuel des coûts comme c’est souvent le cas dans de pareils projets d’aménagement et d’urbanisme à Montréal, le directeur général de la SDC Promenade Fleury se veut rassurant.

«Au niveau du projet global, et pour ce qui est des coûts, on a gardé le niveau prévu initialement, dit-il. Aussi, en ce qui concerne l’esthétique du projet le concept du design initial reste le même.»

Cela dit, la durée de vie de cette installation est estimée à cinq ans. Toutefois, les responsables du projet affirment que si l’installation vieillit bien, et qu’il y a un réel intérêt pour la garder encore plus longtemps, elle pourrait rester en place au-delà de cinq ans.

L’anecdotique est encore plus divertissant !

 

Les concepteurs des courtepoints, le collectif Giasson Hardy Ianniciello Proulx Tu. (Photo: courtoisie)

Les concepteurs des courtepointes annoncent des thématiques attrayantes qui mettent en valeur les moments clés de l’évolution historique du quartier.

«Au-delà des aspects techniques, le volet le plus intéressant du projet est relatif aux choix des thématiques sociales et historiques mises en valeur par les motifs des courtepointes.»

François Morin souligne ainsi l’importance des faits historiques véhiculés par les courtepointes.

À commencer par la mémoire du personnage de David-Fleury David, illustre architecte et artiste (peintre et sculpteur) né en 1780 au Sault-au-Récollet et auquel l’on doit, entre autres, plusieurs composantes architecturales de l’église de La Visitation dont la voûte sculptée du bâtiment.

D’autres thématiques choisies sont reliées à plusieurs autres personnages emblématiques du quartier Ahuntsic dont Maurice Richard, Sophie Barat, entre autres célébrités.

«On a préféré un angle d’approche plutôt anecdotique et divertissant pour revisiter et susciter la curiosité du public par rapport aux moments-clés de l’évolution sociale et historique du quartier.»

Le Conseil d’arrondissement très convaincu !

Signalons que le projet des courtepointes, du collectif Giasson Hardy Ianniciello Proulx Tu, a été sélectionné lors d’un concours de design organisé en collaboration avec le Bureau du design de la Ville de Montréal. Objectif :

« Conférer une signature visuelle distinctive à la Promenade Fleury, lui permettant de se démarquer des autres secteurs commerciaux montréalais.»

La contribution financière de l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville s’élève à 60 000 $. L’arrondissement, convaincu du bien-fondé du projet et de son impact escompté sur la fréquentation régulière de la rue, s’est engagé également à assumer 75% des coûts des infrastructures électriques requises et 100% des redevances liées à l’utilisation du réseau de la Commission des services électriques de Montréal pour le raccordement des courtepointes. De plus, l’arrondissement a décidé de recommander à la Ville de Montréal de cautionner un emprunt de 99 500 $ de la SDC auprès de la Caisse Desjardins, conformément à la Loi sur les cités et villes. Ce qui permet de compléter le montage financier du projet.

Le projet en bref…..

  • ⌈Mise à jour, 2017-08-23, 10 h 53⌋ Douze courtepointes (ndlr: il devait y en avoir 15 au départ, mais le projet s’est modifié en cours de route) de 12,5 pieds de haut et 4 pieds de large formeront des structures ludiques et décoratives, installées tout au long de la rue Fleury, durant les douze mois des cinq prochaines années;
  • Une couleur sera assignée à chacune des courtepointes. Sept couleurs seront réparties dans une gradation passant du rouge pompier au bleu royal;
  • Les thématiques anecdotiques et historiques développées sur les différentes courtepointes informent le public sur la vie du quartier;
  • Les concepteurs ont prévu que les blocs de bois constituant les courtepointes puissent, à terme, être réutilisés par les enfants des garderies de la rue.

 



Restez informé

en vous abonnant à notre infolettre


Vous appréciez cette publication du Journal des voisins? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information indépendante de qualité et d’intérêt public. Toute adhésion faite au Journal des voisins donne droit à un reçu fiscal.

Nous recueillons des données pour alimenter nos bases de données. Pour plus d’informations, veuillez vous reporter à notre politique de confidentialité.

Tout commentaire sera le bienvenu et publié sous réserve de modération basée sur la Nétiquette du JDV.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Le dernier printemps de Marie, un texte de fiction de Nicolas Bourdon

À Montréal, les pivoines sont les dernières fleurs du printemps. Leur éclosion…
Gradins de la salle de la Maison de la culture Ahuntsic

Des fauteuils plus modernes et plus accessibles à la Maison de la culture Ahuntsic

La salle de la Maison de la culture Ahuntsic sera dotée de…

Taxer le stationnement à Montréal?

  Le 7 mars dernier, le Conseil régional de l’environnement de Montréal…
Henri-Bourassa

Une séance d’information sur le boulevard Henri-Bourassa

Les citoyens pourront poser des questions et commenter le projet d’aménagement du…