Adolescentes portant le voile lors de la fête de l’Association des gens d’affaires de Gouin ouest en septembre 2016 (Photo : Archives jdv)
C'est sur le boulevard St-Laurent entre les rues Fleury et Prieur qu'a eu lieu l'événement raciste menaçant pour un enfant et sa mère (Photo : jdv - Philippe Rachiele)
C’est sur le boulevard St-Laurent entre les rues Fleury et Prieur qu’a eu lieu l’événement menaçant pour une fillette de trois ans et sa mère (Photo : jdv – Philippe Rachiele)

Depuis quelque mois, Jamila et Naïma, deux femmes de l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville, musulmanes, respectivement d’origine tunisienne et algérienne, se font toiser et insulter, beaucoup plus que ça n’avait jamais été le cas auparavant, disent-elles.

Le 22 juin dernier, alors que Jamila faisait des courses sur la rue Fleury Est, un homme est passé très près d’elle en voiture, en criant sur un ton agressif « Encore le foulard! ». Une remarque qui peut sembler anodine, mais qui l’exaspère de plus en plus. Si Jamila affirme qu’elle répond habituellement, cette dernière expérience lui a fait très peur, jusqu’à en pleurer. Elle a bien essayé de voir la plaque d’immatriculation de la voiture de l’homme, mais n’a pas réussi. Sur place, aucune caméra n’a pu capter la scène.

Quelques jours après, alors qu’elle faisait des courses au supermarché IGA de l’avenue Millen, Naïma a accroché un homme par accident dans une allée. Elle s’est excusée aussitôt, mais l’homme l’a engueulée, a tenu des propos très crus à son égard, la traitant, entre autres, de « foutue islamiste ».

Ces incidents rapportés dans l’arrondissement s’ajoutent à celui ayant eu lieu mardi dernier sur le boulevard Saint-Laurent près de la rue Fleury, alors qu’un homme a tenu des propos racistes et misogynes, violents et vulgaires, à l’endroit d’une femme d’origine algérienne et de sa petite fille pour la seule raison qu’il les avait entendu parler arabe. La police se penche présentement sur cette affaire.

Ce ne sont là que quelques altercations malheureuses que vivent régulièrement les femmes portant le voile selon Jamila et Naïma qui soulignent que beaucoup de leurs amies sont confrontées fréquemment à ce genre de comportements décomplexés à Montréal, Laval ou Québec. Certains iraient jusqu’à menacer de s’en prendre physiquement à la personne.

Soutien des élus

Après son incident sur la rue Fleury Est, Jamila a contacté le bureau de Marie Montpetit, députée de la circonscription Maurice-Richard, pour demander de l’aide. Ses attachés politiques lui en ont promis, mais lui ont suggéré de déposer une plainte officielle à la police. Ils lui ont également transmis des références d’organismes de soutien, notamment l’Association des musulmans et des Arabes pour la laïcité du Québec.

Jamila est reconnaissante de cette aide, mais voudrait plus d’action.

« Il faut qu’il y ait des actions qui soient posées à l’Assemblée nationale. Qu’est-ce que le gouvernement va faire pour nous? C’est dangereux, on craint pour nos vies! », s’exclame-t-elle.

Au bureau de Mme Montpetit, Jonathan Boursier conseiller, politique et responsable des communications, souligne que ce genre de plaintes arrive plus souvent qu’elles ne devraient. M. Boursier, affirme toutefois qu’il recommande toujours de déposer une plainte au Service de police de la Ville de Montréal. Cela permet notamment de tenir des statistiques claires sur le problème.

Racisme lié au politique

Avant ces récents incidents, ni Jamila ni Naïma n’avaient connu de racisme depuis leur arrivée au Canada il y a 30 et 20 ans, à l’exception d’une autre période « chaude », lors de l’adoption de la Charte des valeurs québécoises en 2013. Elles constatent toutes les deux que ces propos haineux coïncide avec l’actualité politique: la Charte et récemment, depuis que l’on parle de la loi 21.

Jamila estime que la loi 21 de François Legault a un impact négatif sur la sécurité des gens.

« Les gens racistes vont se décomplexer et se manifester lorsqu’il y a des éléments déclencheurs dans le politique », croient-elles.

La jeune femme qui a travaillé pendant de nombreuses années au sein de la fonction publique affirme qu’elle n’a jamais eu de problème de racisme au travail et affirme adorer le Québec. Elle ne croit pas que les Québécois soient racistes, mais plutôt qu’il y a des bons et des mauvais partout.

Même chose pour Naïma, qui après une longue carrière dans le domaine de la santé, commence vraiment à être exaspérée par la situation. Elle envisage sérieusement de quitter la province et même le Canada, malgré le fait qu’elle y habite depuis 20 ans.

Les élus dénonçent

Bien qu’elle soit en vacances, la mairesse d’Ahuntsic-Cartierville, Émilie Thuillier, a tenu à faire valoir sur Facebook que les propos tenus par l’individu en question n’étaient pas le reflet de ce qui se passe sur le territoire au quotidien, mais qu’il ne fallait pas du tout banaliser la situation.

«Je dénonce fermement les propos injurieux et islamophobes qu’un homme a tenus cette semaine à une femme d’origine algérienne et à sa fille dans une rue de notre arrondissement. Ahuntsic-Cartierville et Montréal sont, depuis plusieurs générations, des terres d’accueil pour des gens venus de partout dans le monde. Cette diversité est une richesse pour nos milieux de vie et l’ouverture aux autres est une valeur que je défends ardemment. L’incident de cette semaine ne reflète aucunement la réalité quotidienne de la vie dans nos quartiers, mais il ne doit surtout pas être banalisé. Je nous invite tous à combattre l’intolérance et à faire des efforts additionnels pour aller vers les autres, notamment vers nos voisins et voisines issus d’Afrique du nord.»

Mme Thuillier a conclu ainsi:

«J’appelle la population à collaborer à l’enquête policière en cours, notamment en communiquant aux policiers des informations pouvant aider à identifier l’homme qui apparaît sur la vidéo de l’incident. Toute information utile peut être communiquée de façon anonyme à Info-Crime au (514) 393-1133.»

La députée d’Ahuntsic-Cartierville, Mélanie Joly, a pour sa part, commenté la situation ainsi sur son fil Twitter:

«Complètement inacceptable. Tous les citoyens de Ahuntsic-Cartierville ont droit au respect, exempt de toute discrimination, afin que chacun(e) puisse vivre en toute quiétude. Il en va de notre cohésion sociale. Voilà un droit fondamental que l’on doit ensemble protéger.»

La députée de Saint-Laurent, Marwah Rizqy, a invité via Twitter, également, le gouvernement Legault à agir,  en faisant référence plus largement à un autre événement de nature raciste et dramatique survenu à Québec.

«Un homme d’origine arabe est poignardé à Québec, a-t-elle écrit. Une femme et sa petite fille qui s’expriment en arabe sont agressées verbalement en sortant de la garderie. Le gouvernement Legault doit agir pour protéger les citoyens et maintenir un climat social sain. »

Finalement, la députée de Maurice-Richard, Marie Montpetit, a pour sa part laissé savoir à ses abonnés Twitter que la situation était troublante dans une société libre et démocratique comme le Québec. Elle aussi a également invité le premier ministre François Legault à dénoncer ces comportements discriminatoires, violents et islamophobes et a mentionné qu’il devait agir pour protéger tous les citoyens du Québec.

Avec la collaboration de Christiane Dupont
Total
141
Shares

1 commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aussi aimer ces articles

Un nouveau trottoir sans sa saillie

À proximité de l’école Saint-André-Apôtre, un nouveau trottoir ne protégera pas mieux…

Deux piétons blessés lors d’une collision dans Bordeaux-Cartierville

La série noire de piétons blessés ou tuée par des véhicules se…

Menace ferroviaire à Ahuntsic-Cartierville?

On apprenait en juillet dernier que le gouvernement du Québec avait donné…

Cet équilibre fragile entre poids plumes et poids lourds…

Lundi 9 septembre, 17 h 30, Saint-Laurent et Henri-Bourassa: une dame de…