(Photo : Mélanie Meloche-Holubowski, JDV)

Au moment où la Commission scolaire de Montréal (CSDM) a annoncé qu’elle a équilibré son budget cette année, après de nombreuses années de déficit, deux écoles dans Ahuntsic-Cartierville ont reçu plus d’argent pour compléter leurs projets d’agrandissement.

(Photo : Mélanie Meloche-Holubowski)
(Photo : Mélanie Meloche-Holubowski)

Le ministère de l’Éducation a annoncé la semaine dernière une aide financière supplémentaire de 6,2 M$ pour les projets d’agrandissements des écoles Gilles-Vigneault (ajout de 13 classes et un gymnase) et Louis-Colin (ajout de 5 classes et un gymnase.

« Il s’agit d’une bonne nouvelle qui nous permettra (…) de compléter le financement de projets en cours sans hypothéquer notre budget de fonctionnement », se réjouit Catherine Harel Bourdon, présidente de la CSDM.

Ces projets avaient été soumis et acceptés en 2012, avec un budget total de 14 M$. Ces nouvelles sommes comblent ainsi l’écart entre les sommes octroyées antérieurement par le ministère de l’Éducation et le coût réel des projets.

La commissaire de Cartierville-Ahuntsic Ouest, Chantal Jorg, explique que les deux projets d’agrandissement avait déjà été approuvés par le ministère. Toutefois, Mme Jorg explique que les projets ont coûté plus cher que prévu et que la CSDM a demandé au ministère de l’Éducation de compléter le financement.

« Le Ministère de l’Éducation a une grille pour déterminer combien un agrandissement ou construction coûtera. Par contre, lorsqu’on construit, souvent, ça coûte plus cher que le budget octroyé », dit Mme Jorg, qui croit que cette grille de prix devrait être modifiée afin de mieux refléter la réalité.

Toujours un manque de classes

Même si de nombreux projets d’agrandissement ont été faits ou sont en cours dans les écoles d’Ahuntsic-Cartierville, il manque toujours une trentaine de classes dans le quartier afin d’éliminer le problème de surpopulation, dit Mme Jorg.

Pour faire face à cette pénurie d’espace, la CSDM étudie diverses hypothèses, dont la reprise d’immeubles excédentaires, l’agrandissement d’école ou la construction de nouvelles.

Par contre, la construction de nouvelles écoles risque d’être la dernière option pour la CSDM, puisque l’achat de terrains – qui sont très peu nombreux – est très dispendieux à Montréal.

En fait, Mme Jorg dit qu’elle a rencontré les élus pour les sensibiliser au fait qu’ils doivent penser à l’intégration d’écoles lorsqu’ils autorisent la construction de nouveaux projets immobilier et songer à mettre de côté des terrains pour aider la CSDM à construire de nouveaux bâtiments. « Ils font du développement, mais il faut que les parents qui vont habiter ces nouvelles maisons puissent envoyer leurs enfants à une école à proximité. »

Un budget équilibré, mais une situation financière fragile

Par ailleurs, la Commission scolaire de Montréal (CSDM) atteint l’équilibre budgétaire, une première depuis 2008.

Le budget 2015-2016 prévoyait en fait un déficit autorisé de 11,5 M$. L’année se termine toutefois avec un surplus de 196 000$.

Le déficit de la CSDM:

  • 2011-2012 : 31,86 M$
  • 2012-2013 : 24,62 M$
  • 2013-2014 : 12,04 M$
  • 2014-2015 : 11 M$
  • 2015-2016 : surplus de 196 000$

Le ministère de l’Éducation demandait un retour à l’équilibre au bout de quatre ans; la CSDM y est arrivé en cinq ans. Ce retour à l’équilibre a été atteint, malgré des compressions budgétaire du gouvernement de 30 millions de dollars.

« Ce sont de bons résultats en cette quatrième année d’efforts communs, dans un contexte difficile marqué par des compressions budgétaires gouvernementales de plus de 30 M$. Nous avons réussi ce tour de force avec en tête la réussite de nos élèves », a affirmé Catherine Harel Bourdon, présidente de la CSDM, dans un communiqué de presse.

Mais la CSDM estime qu’il s’agit d’un équilibre financier fragile et qu’elle demeure extrêmement prudente pour son budget de l’an prochain.

Cette année, l’équilibre budgétaire a notamment été atteint en raison des coûts de chauffage plus bas (en raison d’un hiver clément) et de nouvelles enveloppes d’argent du ministère de l’Éducation pour la CSDM. Ces éléments qui ont permis de réaliser des économies ne reviendront pas nécessairement l’année prochaine, avertit Mme Harel Bourdon.

Un peu plus de 3,5 % du budget d’un milliard de dollars est consacrée à l’administration. La CSDM estime qu’« il serait difficile d’aller en dessous de cette proportion. » « Les services sont très importants pour les écoles. C’est fondamental d’avoir une administration qui peut aider les écoles avec les services de paie, les services informatiques, par exemple », précise Mme Jorg.

Les défis de la CSDM

Mme Jorg et la CSDM souhaitent toujours que le gouvernement reconnaisse la spécificité des écoles montréalaises en lui octroyant des sommes supplémentaires.

La CSDM doit faire face à certains défis qui ne sont pas présents en région, dit Mme Jorg. Par exemple, les écoles d’Ahuntsic-Cartierville ont accueilli environ 300 élèves syriens et ont dû ouvrir rapidement de nouvelles classes d’accueil. « Et il ne faut pas oublier les parents qui ont besoin de cours de francisation. »

De plus, un quartier comme Ahuntsic-Cartierville est « complexe » en raison des poches de pauvreté et le niveau de diversité.

Mme Jorg ajoute qu’un commissaire scolaire de la CSDM peut avoir jusqu’à une vingtaine d’écoles dans son district, contrairement à certains commissaires scolaires en région, qui n’en ont que deux ou trois. « Les commissaires en région ont leurs propres défis, mais Montréal, c’est une tout autre réalité. »


Vous avez apprécié cet article ? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information sur des faits avérés, qui soit vraie, vérifiable et d’intérêt public.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles
classe-ecole_source-public-domain-license-creative-commons

L’anglais demeure très populaire chez les jeunes

L’attrait de l’anglais ne se dément pas dans les écoles. Un parent…
Véronique Lambert autrice de Dans les souliers d'Amadée, présentait son livre à la Librairie Fleury le 6 octobre 2022 - Crédit Séverine Le Page

Dans les souliers d’Amédée, un livre touchant écrit par une femme inspirante

Paru le 3 octobre dernier et écrit par Véronique Lambert, Dans les…
Inauguration agrandissement Louisbourg

Écoles : la fin de l’exiguïté?

Il y aura assez de places pour les élèves des écoles primaires…

Loisirs Saints-Martyrs-Canadiens pourrait fermer

Le bâtiment qui abrite le Centre de loisirs Saints-Martyrs-Canadiens devrait retourner dans…