Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

Laval et le Nord jubilent

Budget: Québec prolongera-t-il la 19 en autoroute ?

Publié le 29/03/2018
par Alain Martineau

La circulation dense sur l’autoroute 19 et Papineau, à l’heure de pointe du matin (Photo: archives jdv)

Une déception pour Ahuntsic! En dévoilant son budget mardi, le gouvernement du Québec semble avoir donné sa préférence à un prolongement «réel» de l’autoroute 19 au nord de la 440 à Laval. Du moins, c’est ce que le laisse croire le libellé du projet dans le communiqué des investissements et le Plan québécois des infrastructures 2018-2028, puisqu’on y parle du «Prolongement de l’autoroute 19», sans qu’aucune mention de boulevard n’y soit faite. Rappelons que l’autoroute 19, une fois passé le pont Papineau,  aboutit en plein dans le Sault-au-Récollet, sur l’avenue Papineau, et occasionne la circulation de transit plus que dense, honnie par la majorité des résidants du secteur.

Ici, la population, surtout celle habitant dans le Sault, près du pont Papineau, ou dans les rues adjacentes, de même que les acteurs politiques, souhaitaient rien de moins que soit annoncé un boulevard urbain digne du 21e siècle. Car on craint une hausse marquée de la circulation, plus d’accidents et plus de pollution dans l’arrondissement notamment, et dans tout le nord de la ville.

À la lumière de propos récents tenus par le ministre des Transports, André Fortin, nommé l’automne dernier, on croyait bien que le concept de boulevard urbain était pour être privilégié, avec entre autres les représentations faites par la députée de Crémazie et ministre de la Culture, Marie Montpetit.

Mais selon l’attaché de presse de Mme Montpetit dans la circonscription, Jonathan Boursier, le projet de boulevard urbain n’aurait toutefois pas été abandonné.

«Le seul élément nouveau à propos dudit projet dévoilé hier est qu’il a été ajouté au Plan québécois des infrastructures 2018-2028 dans la catégorie des projets « en planification ». Aucune information technique ou sur la nature exacte du projet n’est encore disponible, mais elles seront annoncées ultérieurement. Incidemment, il est toujours question de parachever l’autoroute 19 par un boulevard urbain entre Laval et Bois-des-Filion comme l’a mentionné publiquement le ministre des Transports et de la Mobilité durable à plusieurs reprises.»

Bref, rien n’est certain, rien n’est exclu.

Planifié, mais pour quand ?

Le projet intitulé «le prolongement de l’autoroute 19 – Laval et Laurentides» tel qu’on peut le lire dans ce communiqué a été placé dans la catégorie «En planification» dans le Plan québécois des infrastructures (PQI), ce qui signifie qu’il est suffisamment avancé pour que le gouvernement mette de côté  des sommes, comme s’en est réjoui le président de la Coalition 19, Paul Larocque, ancien maire de Bois-des-Filion.

Mais quand sera-t-il mis en chantier? Voilà une des questions que journaldesvoisins.com a transmises au Ministère des Transports et pour lesquelles nous attendons toujours les réponses. En outre, l’autoroute se transformera-t-elle en boulevard urbain au pont Papineau? Et finalement, comme la députée de Crémazie avait déjà demandé que soit converti le pont Papineau en boulevard urbain pour favoriser les transports actifs entre Laval et Montréal; est-ce toujours au programme?

Montréal, déçue

À Montréal, comme prévu, l’administration municipale s’est montrée déçue, Projet Montréal ayant toujours lutté contre un prolongement de l’A-19 en version autoroute.

« On a toujours été en faveur d’un boulevard urbain pour encourager la fluidité, mais aussi le transport collectif, a souligné Mme Plante après le dévoilement du budget du ministre des Finances, Carlos Leitao. Une autoroute, ce n’est pas ce qu’on aurait privilégié », a-t-elle rappelé.

« C’est une mauvaise nouvelle pour notre arrondissement », a clamé Jérôme Normand, le conseiller du district Sault-au-Récollet, qui avait bien cru à l’instar d’autres personnes que le boulevard urbain était l’option retenue par le gouvernement québécois.

M. Normand se dit «déçu» d’autant plus que la députée ministérielle Marie Montpetit n’hésitait pas aussi à parler de l’importance du transport collectif et du déplacement en vélo, entre autres quand elle abordait le dossier avec le titulaire des Transports dans le cabinet Couillard.

« Si cela se concrétise, il faudra voir l’impact global, comment minimiser le flux de circulation, trouver des mesures d’apaisement pour réduire les impacts à la sortie du pont Papineau. Déjà, on estime que c’est saturé et l’intersection Papineau-Henri-Bourassa (ndlr: au centre-nord de son district) sera plus dangereuse avec plus de congestion, plus de risques d’accidents et plus de pollution encore », a-t-il déploré.

Parallèlement, Jérôme Normand, dit espérer maintenant que l’on fasse une meilleure coordination des transports collectifs dans la partie nord de la région.

Pour sa part, dans l’ensemble, Valérie Plante n’était pas mécontente des autres aspects du budget québécois pour Montréal. Le prolongement de la ligne bleue (en attendant les étapes de développement de la ligne rose) se fera, un projet de quatre milliards $ qui passe de la phase «à l’étude» à celle de «planification».

Satisfaction à Laval et sur la Rive-Nord

Le maire de Laval, Marc Demers, s’est aussi dit heureux de la décision du gouvernement, mais on pourrait fort bien se retrouver avec un aménagement nouveau genre, que privilégie d’ailleurs la ville voisine.

« Nous penchons pour l’aménagement d’un lien autoroutier avec une conception d’échangeur de type urbain, qui requiert moins d’espace, réduit les vitesses pratiquées et permet de favoriser les déplacements actifs, pour les piétons et cyclistes», avait déjà mentionné le maire Demers.

Mais le préfet de la MRC Thérèse-de-Blainville, Richard Perreault ne sautait pas de joie pour autant. Craignant peut-être des retards (ou des modifications au projet), il a exigé le début des travaux dès 2018.

« Nous soulignons l’avancée, mais nous ne lâcherons pas la pression tant que les travaux ne seront pas lancés, a-t-il averti.  Nous avons vécu beaucoup trop d’annonces dans les 45 dernières années. La population n’y croit plus. Nous travaillons de concert avec le ministre des Transports pour que la concrétisation (du projet) se fasse dans les plus brefs délais. », a-t-il noté.

À Laval, malgré l’annonce aussi de l’ajout de voies réservées sur l’autoroute 15, on estime que des efforts «supplémentaires» seront nécessaires afin de régler les problèmes de congestion à Laval et sur la Rive-Nord.

Une réunion aura lieu le 23 avril prochain pour discuter des moyens permettant de faire face à la congestion actuelle, mais aussi celle qui se développera dans les prochaines décennies. Le ministre Fortin sera présent à ce forum.

Faits saillants en infrastructures

Des investissements additionnels en transport collectif et dans le réseau routier pour 6,3 G$, dont 4 G$ destinés à la réalisation de projets routiers majeurs ainsi que 2,3 G$ pour l’accomplissement de projets structurants en transport collectif.

Parmi ces projets :

  • le prolongement de la ligne bleue – Montréal;
  • le projet structurant « tramway-trambus » – Québec;
  • le bureau de projet pour un troisième lien – Québec-Lévis;
  • le prolongement de l’autoroute 19 – Laval et Laurentides.
  • 2,2 G$ additionnels en éducation et en enseignement supérieur, dont plus de 1,1 G$ pour rénover les écoles et ajouter des classes au Québec.
  • 1,2 G$ pour accélérer le virage numérique dans toutes les régions du Québec.
  • 226 M$ pour la construction de 3 000 logements sociaux.

Avec la collaboration de Christiane Dupont