Jean Perron, DG sortant de la SDC District Central (Photo: archives jdv)

Rentrée particulièrement chargée du côté de la SDC District Central. Départs de deux personnes-clés :  Jean Perron, le premier directeur général, nommé en janvier dernier, et Pierre Desrochers, membre du conseil d’administration, élu de l’arrondissement et président du Comité exécutif de la Ville de Montréal. Alors que, la jeune association, la troisième SDC en importance parmi les 18 que compte Montréal, s’apprête à se donner les moyens de ses ambitions, après avoir installé ses structures, notamment pour repositionner le quartier comme grande destination d’affaires dans la région métropolitaine.

« Un gros choc qui a un gros impact » et « une grosse perte ».

Charles Benchimol, pdg, SDC District Central (Photo: archives jdv)

C’est ainsi que Charles Benchimol, président du conseil d’administration, qualifie respectivement le départ du directeur général, Jean perron (pour un poste à la Chambre de commerce du Canada) et celui de Pierre Desrochers, qui représente l’arrondissement au sein du conseil d’administration de la toute nouvelle organisation associative et qui a décidé de ne pas se représenter aux prochaines élections municipales.

Cet élu de l’arrondissement avait joué un rôle capital dans la mise en place de cette nouvelle structure associative.

«Pierre Desrochers a à cœur le développement de la SDC District Central », dit M. Benchimol.

M. Benchimol souligne l’esprit proactif dont faisait preuve le conseiller du district de Saint-Sulpice, ainsi que celui des initiateurs de la SDC District Central dont l’administration s’apprête à annoncer le nom du nouveau directeur général (ou fort probablement la nouvelle directrice générale), lors de son assemblée générale, prévue fin septembre.

Pas d’augmentation de cotisations !

« La prochaine assemblée générale sera une assemblée du budget, indique Charles Benchimol. Et comme promis, il n’y aura pas d’augmentation de cotisations pour les membres et on gardera les mêmes paramètres. »

Rappelons, à ce propos, que la direction de cet OBNL s’était engagée, auparavant, à ne pas augmenter les cotisations minimales de 50$ pour une durée de trois ans. À noter aussi que c’est la Ville qui a la responsabilité de percevoir ces cotisations, fixées annuellement à 50$ pour les entreprises dont la superficie de plancher est inférieure à 2 000 pieds carré. Pour les autres, la cotisation est progressive, à environ 0,06$ le pied carré, pour atteindre un maximum de 600$.

Faiblesse du transport collectif

Concernant les dossiers prioritaires de cette rentrée, Charles Benchimol mentionne notamment les récents développements sur le dossier des transports collectifs.

« Le quartier du District Central est mal desservi », rappelle-t-il.

Il évoque la série de rencontres de travail avec la STM et également avec la firme d’ingénierie CIMA dont les services ont été retenus par l’arrondissement pour effectuer une étude permettant de repenser le réseau du transport collectif dans le quartier.

M. Benchimol se réjouit du fait que ces efforts viennent de se solder par un premier résultat concret : le prolongement de la ligne 55-Boulevard Saint-Laurent vers le nord jusqu’à la station de métro Henri-Bourassa. Ce prolongement, entré en vigueur le 28 août dernier, permet d’éliminer les besoins de correspondance entre les lignes 55 et 53 en plus d’assurer un lien bus continu le long du boulevard Saint-Laurent jusqu’à la ligne orange. Ce qui facilite l’accès à l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville, et plus particulièrement, au secteur Chabanel.

Dans ce même registre, le président du CA de la SDC District Central annonce la tenue prochaine d’un sondage auprès des entreprises et de leurs employés concernant les besoins en transport collectif et les bonifications qui s’imposent. Optimiste, il exprime sa certitude qu’à partir de 2018, il y aura de grandes améliorations en matière de transport en commun.

Ouverture et coopération

Par ailleurs, Charles Benchimol s’attarde sur l’importance  du développement en cours du site Web de la SDC pour permettre à chaque entreprise membre d’avoir sa propre page, avec fiche d’identification, activités, contact, adresse courriel, etc.

À cet égard, ce responsable affirme la grande ouverture de l’administration de la SDC aux idées, suggestions et propositions exprimées par les entreprises membres auxquelles il lance un appel pour  la pleine coopération, si nécessaire pour assurer le succès du repositionnement stratégique du « District central ».

Selon le président, la SDC District Central doit se positionner comme l’un des principaux secteurs d’affaires de la région métropolitaine, avec ses différents pôles économiques : rue Chabanel, Marché central, secteur de l’Acadie et alentours.

Ces pôles de développement forment la troisième plus importante concentration d’emplois à Montréal (environ 1 750 entreprises et quelque 25 000 emplois). Ce qui, d’après le président du donseil d’administration, permet de mesurer toute l’importance du projet de plan d’action stratégique en cours d’élaboration avec la mise à contribution d’experts en marketing. À suivre…

 

 

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Ahuncycle propose trois plans pour la sécurité routière et le transport actif

Le groupe de citoyens Ahuncycle, toujours engagé pour le transport actif –…

Le fédéral allonge 60 000 $ pour la Promenade Fleury

Grâce à une contribution de 60 000 $ obtenue du gouvernement fédéral,…

Le Canard Pilet, un canard barboteur à l’appendice remarquable

Parmi les nombreux palmipèdes qui nous arrivent au printemps, il y a…

Quelle est l’intersection la plus dangereuse de l’arrondissement?

Pas facile de traverser certaines rues d’Ahuntsic-Cartierville? Justement, le JDV lance son…