Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

La rue St-Denis, près du parc Henri-Julien sur la sellette

Une résidante dépose une plainte ; des riverains l’appuient

Publié le 08/11/2017
par Alizée Calza

Une résidante de la rue St-Denis déplore le manque de places de stationnement et le non-respect de la limite de vitesse de 30 km/h. Habitant en face du parc Henri Julien, la résidante a décidé de lancer une pétition avec ses voisins pour que l’arrondissement intervienne.

Depuis quelques années, une résidante proche du coin Saint-Louvain/St-Denis se plaint du manque d’espaces de stationnement sur sa rue et du non-respect des limitations de vitesse. Selon elle, de nombreuses personnes garent leur voiture sur Saint-Denis, face au parc Henri Julien, afin de prendre le train de banlieue ou le métro ou pour aller travailler dans le quartier.

La résidante a donc contacté l’arrondissement à ce sujet et celui-ci lui a répondu qu’il ne pouvait agir que si elle leur présentait une pétition. Selon la section Signalisation et stationnement du site internet de l’arrondissement, il est important de regrouper au moins 25% des résidants de la rue concernée avant de modifier une zone de stationnement sur rue réservé aux résidants (SRRR).

« Les expériences passées démontrent souvent des divergences d’opinions entre les gens qui désirent une zone de SRRR et d’autres qui n’en veulent tout simplement pas.  Chaque tronçon de rue est unique et avant d’entreprendre quelque modification que ce soit, il faut savoir si la majorité est pour ou contre l’implantation de modifications, » explique Marlène Ouellet, chargée de communication dans l’arrondissement.

Une requête lancée en octobre

Cette année, la résidante a donc formulé une requête le 16 octobre 2017 et a envoyé une lettre à ses voisins pour qu’ils rajoutent leurs noms à sa plainte. Le 22 octobre, un courriel demandant des modifications du SRRR et des analyses de mesure de trafic et de vitesse a été ajouté à la requête du 16 octobre. L’arrondissement considère que ce document fait office de pétition et a décidé qu’il pouvait ouvrir le dossier.

« Selon ce courriel, plus de 27 résidants feraient partie de cette demande. Le document du 22 octobre fait donc office de pétition. C’est la division des études techniques qui est le porteur du dossier via l’équipe de circulation. Elle va donc analyser la demande que nous avons reçue, » ajoute Marlène Ouellet.

Quelques pistes de solutions ont déjà été proposées dans le dossier, mais avant de se prononcer sur de telles solutions, l’arrondissement a décidé d’analyser et d’évaluer leur faisabilité.

En ce qui concerne le non-respect des limites de vitesse, une rencontre a eu lieu en juin de cette année et des mesures ont été prises par l’arrondissement. La chargée des communications d’Ahuntsic-Cartierville a fait valoir qu’il faut un temps d’observation et d’adaptation avant de procéder à des améliorations de ces mesures.

PartagezShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone