Salaison Saint-André sur le boulevard Henri-Bourassa
Salaison Saint-André sur le boulevard Henri-Bourassa. (Photo: Archives, JDV)

Bien connue des résidants d’Ahuntsic, la boucherie Salaison St-André est présente depuis plus d’un demi-siècle sur le boulevard Henri-Bourassa. Comme l’explique André Savoie, propriétaire de la boucherie, les origines de la Salaison St-André remontent en fait à la toute fin des années 1800.

À l’époque, l’arrière-grand-père d’André, Joseph-Ambroise Savoie, devient le premier d’une lignée de quatre générations de bouchers, alors qu’il ouvre sa première boutique près du parc Lafontaine.

Une quarantaine d’années plus tard, son fils Lucien démarre lui aussi sa boucherie, cette fois sur la rue Jarry.

Les fils de Lucien, Maurice et Robert, poursuivront par la suite la tradition familiale en exploitant eux aussi leurs commerces. C’est ainsi qu’en 1964, âgé d’à peine 24 ans, Robert se voit confier les rênes de la Salaison St-André.

Située coin Henri-Bourassa et Tolhurst, la boucherie rachetée à la famille Daudelin est alors presque neuve.
En 1983, c’est finalement au tour d’André Savoie de faire son entrée dans le domaine en commençant à
travailler pour son père Robert. Il deviendra officiellement propriétaire de Salaison St-André en 1998.

Service personnalisé

Comme tout petit commerce de quartier, Salaison Saint-André doit une partie de son succès à la qualité de son service, basé sur la convivialité et la confiance.

Mais Robert et André Savoie ont aussi eu le flair, au début des années 90, de se démarquer en misant sur la vente de produits haut-de-gamme. Sans prétention, André Savoie explique d’ailleurs que sa boucherie peut se comparer à un concessionnaire Mercedes : on y entre en sachant qu’on y trouvera que des produits de toute première qualité.

La spécificité des produits contribue aussi à la renommée de la Salaison Saint-André. Plusieurs clients viennent de loin pour se procurer ce qu’ils ne trouvent pas ailleurs. Parmi eux, on compte quelques personnalités. Mais faut-il s’étonner de voir la clientèle arriver de si loin? Après tout, ce n’est pas dans n’importe quelle épicerie que l’on peut se procurer de la viande de kangourou, d’alligator ou de chameau!

Cette chronique a été publiée une première fois dans notre magazine papier de février 2014 et mise à jour en janvier 2018.

 



Restez informé

en vous abonnant à notre infolettre


Vous appréciez cette publication du Journal des voisins? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information indépendante de qualité et d’intérêt public. Toute adhésion faite au Journal des voisins donne droit à un reçu fiscal.

Nous recueillons des données pour alimenter nos bases de données. Pour plus d’informations, veuillez vous reporter à notre politique de confidentialité.

Tout commentaire sera le bienvenu et publié sous réserve de modération basée sur la Nétiquette du JDV.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles
C'est arrivé près de chez vous - Faites un don et soutenez le Journal des voisins, votre média hyperlocal

Deux blessés dans une nuit de violences à Ahuntsic-Cartierville

Un homme a été blessé par un tir d’arme à feu et…
Stationnement

Plan local de déplacements: optimiser le stationnement

Lors de la présentation des actions du Plan local de déplacements (PLD)…

Sociofinancement atteint pour Lanolie

La campagne de sociofinancement de l’entreprise Lanolie, de l’Ahuntsicoise Véronique Dubé, s’est…
viaduc Salaberry

Dur de circuler sous le viaduc Salaberry

La circulation sous le viaduc de la rue de Salaberry, à Cartierville,…