Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

Les OBNL d'Ahuntsic sont inquiets...

Solidarité veut un bâtiment neuf en plein cœur du quartier

Publié le 30/06/2017
par Alain Martineau

Chaîne humaine devant le centre communautaire Ahuntsic. (Crédit-photo: archives jdv)

Alors que la Commission scolaire de Montréal (CSDM) reprendra possession des écoles louées aux groupes communautaires avec la hausse de la clientèle scolaire, le directeur général de Solidarité Ahuntsic, Azzedine Achour, lance un cri d’alarme. Il faut selon lui que les partenaires sociaux se retrouvent éventuellement dans un nouveau centre communautaire, préférablement l’emplacement Louvain (entre les rues Saint-Hubert et Christophe-Colomb), question de régler le problème de locaux.

Azzedine Achour, dg, Solidarité Ahuntsic (Crédit-photos: archives jdv)

« À un moment donné, a soutenu M. Achour à journaldesvoisins.com, l’arrondissement n’aura pas le choix de trouver une solution comme on l’a fait pour Cartierville. Je comprends qu’il ne faut pas trop « jalouser » un projet prioritaire à l’ouest, (rassembler les groupes communautaires de Cartierville dans un complexe qui vient d’être acheté), mais il doit y avoir une réaction ici face à ce que l’on vit », a-t-il insisté.

Le directeur de Solidarité Ahuntsic est récemment intervenu sur la place publique pour lancer ce cri du cœur et ce, devant les élus municipaux et scolaires notamment, lors d’une réunion au siège social sur la rue Laverdure. Cette fois, il veut aussi que les députées provinciales du nord de la ville, soit Marie Montpetit et Christine St-Pierre, s’engagement  aussi dans le dossier.

En attendant le jour «J» d’un nouveau bâtiment, l’organisme parapluie chapeautant une quinzaine de groupes communautaires veut d’abord une intervention immédiate du gouvernement du Québec en faveur d’un gel des loyers au groupe et d’une aide directe à la CSDM, afin qu’elle bénéficie d’une compensation financière.

Pour M. Achour, cette compensation est «vitale» si l’on veut que le budget consacré à l’enseignement dans des conditions «adéquates» pour nos enfants ne soit «tronqué» pour satisfaire les besoins du maintien des bâtiments excédentaires qui abritent les organismes communautaires.

Solidarité Ahuntsic espère un tel moratoire sur une période de trois à cinq ans afin de permettre la construction d’un centre communautaire qui abriterait l’ensemble des organismes du centre communautaire d’Ahuntsic, le CRÉCA (le Centre des ressources éducatives et communautaires pour adultes présentement dans une ancienne école primaire au coin de Chambord et Henri-Bourassa) et l’École Félix-Antoine (pour raccrocheurs adultes).

Bail renouvelé

En attendant un dénouement, la Commission scolaire de Montréal a renouvelé pour un an le bail pour Solidarité sur la rue Laverdure. Idem pour le CRÉCA et l’école Félix-Antoine.

Chantal Jorg, commissaire scolaire, CSDM (Crédit-photo: jdv archives)

Mais pour l’équipe de M. Achour, le loyer va croître de 18 000$ même si la CSDM ne facturera pas au complet la surface du centre. Azzedine Achour a indiqué aux décideurs du nord de la ville que la hausse aurait pu dépasser les 50 000 $ n’eut été de l’intervention de la commissaire scolaire Chantal Jorg (Bordeaux-Ahuntsic ouest).

Le CRÉCA et l’école Félix Antoine doivent pour leur part composer avec des hausses de loyer de 40%. L’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville a de nouveau accepté de payer les hausses pour Solidarité Ahuntsic et le CRÉCA (pour la première fois dans son cas).  Mais l’école Félix-Antoine devra payer la hausse et elle ne sait pas encore comment! (Vos dons sont les bienvenus).

Quoi qu’il en soit, face aux besoins de la CSDM, Azzedine Achour souhaite rien de moins qu’une forte mobilisation des divers acteurs communautaires du nord de la ville, «et des élus» aussi.

Hausse du nombre d’écoliers

Il faut se rendre à l’évidence: l’accroissement du nombre d’écoliers dans les écoles primaires et secondaires au cours des cinq prochaines années (mille par année) fait en sorte que la CSDM doit «rapatrier»  des immeubles dont elle est propriétaire et qui avaient été loués.

Une douche froide pour les organismes communautaires qui sont fort nombreux dans ces écoles devenues «vacantes» depuis plusieurs années, avec moins d’écoliers sur le territoire.

Une manifestation a eu lieu le 21 juin  dernier devant le siège social de la CSDM, sur Sherbrooke Est.

Et lors du conseil des commissaires de mai dernier, une déclaration signée par plus de 35 groupes a été déposée, demandant à la CSDM de revenir sur sa décision d’imposer des hausses de loyer pouvant dépasser 100% dans certains cas.

Les groupes  souhaitent l’intervention du ministre de l’Éducation,  Sébastien Proulx, afin qu’il rappelle à l’ordre la CSDM

Tensions, attention!

Azzedine Achour a dit craindre des tensions au sein même des groupes face à cette période d«inquiétude», en attendant la suite des choses.

Par ailleurs, question de respirer un peu mieux, le gouvernement Couillard a annoncé que le milieu communautaire du Québec bénéficiera d’un montant de 80 M$ supplémentaire sur cinq ans qui permettra de hausser les services offerts à la population.

Montréal recevra près de deux millions de dollars.