Le boisé à l’angle de l’avenue Christophe-Colomb et du boulevard Crémazie portera le nom d’une femme, soit l’artiste Suzanne Beaudoin-Dumouchel. (Photo : Anne Marie Parent, JDV)

Un parc urbain et une nouvelle rue prendront respectivement des noms de femmes dans Ahuntsic-Cartierville : ceux de l’artiste graveuse Suzanne Beaudoin-Dumouchel et de la syndicaliste Lauraine Vaillancourt.

Le nom de Suzanne Beaudoin-Dumouchel, née en 1920 et décédée en 2018, a été donné au parc appelé de manière informelle boisé Christophe-Colomb. Aménagé récemment, il est situé à l’intersection nord-ouest du boulevard Crémazie Est et de l’avenue Christophe-Colomb, près du Collège André-Grasset.

Artiste et enseignante, Suzanne Beaudoin-Dumouchel a vécu dans le quartier. Elle fut peintre, graveuse et professeure d’art au Cégep du Vieux Montréal. Elle était aussi l’épouse du graveur Albert Dumouchel dont le nom a été donné au bâtiment qui abrite la Maison de la culture et la bibliothèque d’Ahuntsic. La place prépondérante de Mme Beaudoin-Dumouchel auprès de son mari a été mentionnée récemment par le Journaldesvoisins.com.

L’artiste a baigné dans l’art assez tôt dans sa vie. Outre le fait qu’elle ait étudié à l’École des Beaux-Arts de Montréal, elle s’est initiée à la lithographie et aux eaux-fortes à Paris, en France.

Elle était aussi la fille de Louis-Philippe Beaudoin, fondateur de la première École des arts graphiques au Québec qui fait maintenant partie de l’actuel Collège Ahuntsic.

Alors qu’elle vivait et travaillait avec son mari dans le district du Sault-au-Récollet dans une maison patrimoniale à partir de 1947, elle est devenue une ardente défenseuse de la valeur historique de son quartier. Elle a d’ailleurs été membre de la Société de conservation du Sault-au-Récollet.

Si évoquer la valeur patrimoniale des vieilles demeures du Sault-au-Récollet paraît évident aujourd’hui, cela revient beaucoup à l’activisme de Suzanne Beaudoin-Dumouchel, d’autres femmes et d’autres voisins militants.

Une féministe d’avant-garde

La rue Lauraine-Vaillancourt est située au milieu du nouveau développement immobilier Crown, sur l’emplacement de l’ancienne usine Crown Cork & Seal à l’angle des rues Meilleur et Sauvé Ouest.

La rue Lauraine-Vaillancourt est située au milieu du nouveau développement immobilier Crown, sur l’emplacement de l’ancienne usine Crown Cork & Seal à l’angle des rues Meilleur et Sauvé Ouest. (Photo : archives Google Earth, décembre 2020)

Mme Vaillancourt, née en 1930 et décédée en 2005, a été connue dans ses dernières années comme la première vice-présidente de la Fédération des travailleuses et travailleurs du Québec. Elle avait été élue en 1985.

Trois ans auparavant, elle fut la première femme à présider sa section locale de l’Union internationale des ouvrières et ouvriers du vêtement pour dames.

Les femmes et le monde du travail en général doivent à cette féministe active le premier congé de maternité, l’ajout du terme « ouvrières » au nom de son syndicat et du texte de sa convention collective, une réduction des heures de travail hebdomadaires à 35 h et des mesures de conciliation famille-travail.

Au-delà des hautes fonctions occupées par cette syndicaliste, Lauraine Vaillancourt s’est distinguée par son parcours professionnel.

Lauraine Vaillancourt. (Photo : courtoisie FTQ)

Elle avait commencé à travailler dans un atelier de couture à 14 ans. À 15 ans, elle avait réclamé un poste de presseuse. Cet emploi, mieux payé, était réservé aux hommes qui travaillaient debout pour presser les vêtements. Elle a passé 35 ans à faire ce métier.

Une fois retraitée, elle a occupé durant plusieurs années la présidence de la défunte Corporation de développement économique et communautaire (CDÉC) d’Ahuntsic-Cartierville.

Mme Vaillancourt a reçu la Médaille de l’Assemblée nationale du Québec en 2002.

Ces nouveaux noms de femmes pourront être affichés par l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville une fois que les nouveaux toponymes seront officialisés par la Commission de toponymie du Québec.

Il faut savoir que Montréal agit pour la féminisation des noms des lieux de la métropole pour rendre hommage à celles qui ont contribué au développement de Montréal, du Québec ou du monde.

 

Faire un don au JDV

 

 


$
Montant total
 
Nom et adresse
Informations sur le don
 
  



Restez informé

en vous abonnant à notre infolettre


Vous appréciez cette publication du Journal des voisins? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information indépendante de qualité et d’intérêt public. Toute adhésion faite au Journal des voisins donne droit à un reçu fiscal.

Nous recueillons des données pour alimenter nos bases de données. Pour plus d’informations, veuillez vous reporter à notre politique de confidentialité.

Tout commentaire sera le bienvenu et publié sous réserve de modération basée sur la Nétiquette du JDV.

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

Manger les produits agricoles d’Ahuntsic-Cartierville, une utopie?

L’agriculture urbaine à Ahuntsic-Cartierville ne se limite pas à quelques tomates produites…

COMMUNIQUÉ : FESTIVAL TRAD MONTRÉAL : LA 31E ÉDITION ARRIVE BIENTÔT!

Montréal, 3 mai 2023 – Le Festival Trad Montréal fait son grand…

Le coin communautaire – Semaine du 18 décembre 2023

Horaire des collectes pendant la période des fêtes Durant le temps des…

Femmes entrepreneures: le District Central

Le 8 mars, c’est la Journée internationale des droits des femmes. À…