Après une explosion d’une violence inouïe survenue hier dans le secteur du port de Beyrouth, des milliers de personnes sont présentement portées disparues au Liban. La situation ne laisse personne indifférent dans Ahuntsic-Cartierville. 

L’arrondissement compte en effet un grand nombre de personnes d’origine libanaise. Selon des statistiques du gouvernement du Québec datant de 2011, ce sont plus de 7 % des Libanais du Québec qui résident dans Ahuntsic-Cartierville. La mairesse de l’arrondissement, Émilie Thuillier, a d’ailleurs pris la parole à ce sujet ce matin au comité exécutif de la Ville de Montréal ainsi qu’en entrevue avec journaldesvoisins.com

« C’est vraiment une tragédie; ce que nous voyons à la télévision, les gens le vivent vraiment, déplore Mme Thuillier. […] Beaucoup de gens ont encore de la famille au Liban, alors on pense très fort à eux. » 

Le comité exécutif a notamment décidé, ce matin, de mettre les drapeaux de la Ville de Montréal en berne afin de souligner le tragique événement. Sur sa page Facebook, Émilie Thuillier invite les gens à donner au Fonds de secours pour la crise humanitaire au Liban organisé par la Croix Rouge. 

Angela Maalouf, résidante d’Ahuntsic dont bien des membres de la famille habitent au Liban, encourage également les gens à donner à partir d’une plateforme nommée Global Giving. Mme Maalouf se désole de la situation actuelle dans son pays d’origine. 

« Avant que [l’explosion] ait lieu, le Liban était déjà dans une grosse crise économique, explique-t-elle. Et avec la COVID-19, tout est encore plus difficile. » 

Elle garde cependant espoir que Beyrouth verra de meilleurs jours grâce à la persévérance de sa population. 

« Beyrouth a été détruite et reconstruite sept fois. On va la reconstruire la huitième fois et elle va renaître de ses cendres. »

Un coin en particulier prisé par les Libanais

La diaspora libanaise a une place importante dans Ahuntsic-Cartierville, entre autres dans le secteur Sauvé/L’Acadie, où l’on peut trouver la rue du Liban. D’après la Commission de toponymie du Québec, celle-ci a été nommée en l’honneur « de l’implantation sur le côté nord de cette voie de communication du Centre libanais, connu aussi comme le centre communautaire Bois-de-Boulogne où se réunit entre autres la communauté libanaise. » 

Plusieurs commerces ont pignon sur rue dans le secteur, dont le Marché Adonis depuis les années 1980. Cette épicerie à grande surface comptant maintenant plusieurs succursales a été fondée par les frères Cheaib, qui sont d’origine libanaise. La directrice du marketing chez Groupe Adonis, Amale Cheaib, avait ceci à dire à propos des événements au Liban: 

« Le Liban vit une grande tragédie et nos cœurs saignent pour notre capitale, Beyrouth. »

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vous pourriez aussi aimer ces articles

ADM (presque) muet devant le bruit des avions

Aéroports de Montréal (ADM) émet un couvre-feu sur la circulation des gros…

Coopérative Maître d’Oeuvre : bâtir ou rénover en mode collectif

Un entrepreneur général du quartier Saint-Sulpice se démarque de tous les autres…

Le coin des commerçants – Semaine du 29 avril 2022

Ailleurs dans l’arrondissement Espiègle et nouveau! Las d’attendre après d’autres pour revitaliser…

COVID-19 : de moins en moins d’actualité

Alors que la vie normale reprend ses droits pratiquement partout, la première…