On peut voir un amoncellement de terre important sur le terrain vague appartenant à Construction Musto, sur le boulevard Henri-Bourassa. (Photo: Éloi Fournier – JDV)

L’entreprise Construction Musto, qui effectue des travaux pour la revitalisation du site de l’usine Crown Cork & Seal, s’est récemment fait taper sur les doigts par l’arrondissement. 

En effet, un citoyen avait rapporté au JDV que Construction Musto utilisait un autre site (le 625-775 Henri-Bourassa Ouest) afin de jeter des débris et de la terre provenant du site Crown. Le terrain vague situé en face de l’ancienne épicerie Loblaw compte maintenant un amoncellement de terre important.

Des débris ont aussi été apportés sur le site du 625-775 Henri-Bourassa Ouest. (Photo: Éloi Fournier – JDV)

Selon Marlène Ouellet, chargée de communication pour l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville, cette façon de faire n’est pas du tout tolérée.

« Malgré que cette situation soit hors de notre juridiction (celle-ci relève de la juridiction du ministère de l’Environnement), l’arrondissement a fait parvenir une deuxième lettre afin de sensibiliser monsieur Musto au respect des critères établis lors du PPU Henri-Bourassa relatifs au niveau du sol et des bâtiments qui seront construits à cet endroit. »

Une première lettre avait déjà été envoyée par l’arrondissement en 2017 pour les mêmes raisons, a ajouté Mme Ouellet. Malheureusement, elle ne semble pas avoir eu l’effet escompté… Toutefois, l’arrondissement garde espoir que le terrain vague sur Henri-Bourassa sera éventuellement nettoyé.

« Dans la dernière lettre, nous invitons M. Musto à cesser les dépôts de terre dès maintenant et d’enlever la terre qui a déjà été déposée et étendue sur le site ces dernières semaines », mentionne Mme Ouellet.

L’Environnement va y voir

Il semble toutefois que le ministère de l’Environnement va se pencher sur la question prochainement. Durant le temps des Fêtes, la relationniste Caroline Cloutier a confirmé au JDV qu’une inspection serait réalisée prochainement. Le site est présentement inconnu du Ministère.

« À la suite de l’inspection, le Ministère évaluera les actions à poser le cas échéant, en conformité avec la Directive sur le traitement des manquements », a-t-elle ajouté.

S’il advenait que le ministère de l’Environnement juge que la terre et les débris ne sont pas conformes à ses règlements, il est possible qu’une amende soit imposée en plus de visites régulières d’un inspecteur sur le site afin de s’assurer du suivi du dossier.

Le président de l’entreprise, Marco Musto, n’a pas voulu répondre aux questions posées par Journaldesvoisins.com.

Vous avez apprécié cet article ? Nous avons besoin de vous pour continuer à produire de l’information sur des faits avérés, qui soit vraie, vérifiable et d’intérêt public.

S'abonner
me prévenir de
guest
1 Commentaire
Les plus vieux d'abord
Nouveau d'Abord Avec le plus de votes
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Y. Bourgault
Y. Bourgault
2 Années

Le ministère de l’environnement sort du coma.

Vous pourriez aussi aimer ces articles
Ankh One projet de murale à Aire Ouverte

On dessine sur le mur les images de ce qu’on aime

À Aire ouverte, un service original offert aux jeunes avec diverses problématiques,…

Patrimoine religieux : quand l’histoire et l’art cohabitent

Le patrimoine religieux du Québec sera à l’honneur durant trois jours. C’est…

Le JDV : réponses au jeu-questionnaire sur 10 ans d’infos!

Pour souligner le 10e anniversaire de Journaldesvoisins.com, nous vous avons proposé un…

La campagne électorale en photos

C’est jour d’élection demain! Et la circonscription de Maurice-Richard figure parmi celles…