Yves Provost, à droite, avec son employé et beau-frère Robert (Photo: Éloi Fournier – JDV)

Le Garage Jules Provost et Associés, une entreprise familiale située dans Bordeaux depuis plus de 60 ans, a réparé sa dernière voiture le 1er juillet dernier. 

Journaldesvoisins.com a rencontré Yves Provost, le fils du fondateur de l’entreprise, quelques jours avant son départ à la retraite. Le garagiste d’expérience était très serein par rapport à sa décision de fermer boutique. 

« J’ai 71 ans, ma femme est contente que je prenne ma retraite… C’était le temps! »

D’après les informations obtenues par le JDV, M. Provost a tenté de trouver un acheteur pour son commerce au cours des deux dernières années, mais sans succès. Cependant, le propriétaire de longue date garde espoir qu’un acheteur permettra éventuellement à son commerce de fleurir de nouveau. 

C’est de famille! 

Au départ, le garage situé au coin du boulevard Gouin et de la rue Letellier appartenait à la compagnie Esso. C’est en 1961 que Jules Provost s’y est installé, léguant par la suite l’entreprise à son fils, Yves. Le beau-frère d’Yves Provost, Robert, a aussi longtemps travaillé pour le Garage Jules Provost et Associés, tout comme les petits-fils du fondateur. 

« Mes deux enfants sont venus travailler ici. Mon fils, Pascal, a eu sa carte de mécanicien. Il travaille maintenant chez Bombardier », raconte M. Provost, avec une pointe de fierté dans la voix. Les conditions de travail sont bien meilleures là-bas. Ici, c’est du 12 heures par jour! »

Le métier de garagiste a beaucoup changé depuis qu’Yves Provost travaillait pour son père. L’entreprise familiale a commencé en 1958, lorsque Jules Provost a fait l’acquisition d’un garage Texaco sur le boulevard Pie-IX, et le jeune Yves a commencé à y consacrer des heures dès l’âge de 8 ans en faisant des pleins d’essence! 

« C’était une autre époque. Dans les années 1960, on travaillait sept jours par semaine. À ce rythme-là, c’est impossible d’avoir une vie à l’extérieur du travail. À un moment donné, on a eu le dimanche, puis le samedi après-midi… Les temps ont changé », se réjouit le garagiste. 

Un établissement reconnu

Douglas Long, président du conseil d’administration du JDV, tenait d’ailleurs à saluer et remercier le propriétaire avant son départ pour la retraite. 

« Ça fait très longtemps qu’ils sont ici, et la mécanique n’a aucun secret pour eux », dit-il. 

Yves Provost a souligné que ce qu’il aimait le plus de son métier était le fait d’aider les gens. Selon lui, être garagiste est un très beau métier. 

« Les gens ont toujours besoin de nous… Mon seul problème, c’est que je ne suis pas éternel! »

L’endroit où Yves Provost a passé plusieurs décennies (Photo: Éloi Fournier – JDV)

S'abonner
me prévenir de
guest
2 Commentaires
Les plus vieux d'abord
Nouveau d'Abord Avec le plus de votes
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Vincent Barbeau
Vincent Barbeau
2 Mois

Une institution dans Bordeaux. Bonne retraite à Yves Provost et Robert Pilon. Deux bons gars et bons mécaniciens.

Provost Yves
Provost Yves
1 Mois
Répondre à  Vincent Barbeau

Merci beaucoup cher client pour votre confiance durant toutes ces années!

Vous pourriez aussi aimer ces articles
prison dôme 25

Éclosion à Bordeaux : plusieurs secteurs placés en confinement préventif

Plusieurs secteurs ont été placés en isolement préventif à la prison de…
Une croix blanche a été placée sur les lieux pour commémorer Leia, le doberman de quatre ans. (Photo JDV – François-Alexis Favreau)

Délit de fuite sur Larose: une famille pleure son compagnon canin 

La traversée vers le parc des Hirondelles dans le Sault-au-Récollet portera un…

Covid-19: La pandémie à la prison de Bordeaux – Les oubliés (1 de 3)

Journaldesvoisins.com publie de nouveau cette excellente série de trois articles rédigés par…

Mai, mois du vélo: Yvon Dinel du CLAC livre ses souvenirs du Monde à Bicyclette

Il y a 45 ans, le Monde à bicyclette voyait le jour…