Olivier Sauriol, à l’oeuvre, portant fièrement son chandail Oli-Vert Déchiquetage. (Photo : ijl – Ludovik Roy)

Si la pandémie a provoqué l’isolement d’une bonne partie de la planète, elle n’aura pas amené que du négatif. Journaldesvoisins.com a rencontré Olivier Sauriol, un résidant d’Ahuntsic-Cartierville de 23 ans qui vit avec la trisomie 21. Avec ses parents, Renée Massicotte et Jocelyn Sauriol , il a profité de la crise pour lancer son entreprise Oli-Vert déchiquetage.

Avant la pandémie, Olivier Sauriol se rendait deux jours par semaine au Casino de Montréal afin de travailler pour Loto Québec et fréquentait le centre Champagnat trois fois par semaine.

Une routine qui lui apportait confort et stabilité.

Comme plusieurs d’entre nous, cette routine s’est arrêtée brusquement lorsque la province a été confinée. Une situation extraordinaire dont la majorité d’entre-nous s’est rapidement accommodé.

Pour certains toutefois, la situation peut être une source importante de stress et un facteur anxiogène de taille.

Il faut comprendre qu’il est très difficile pour une personne vivant avec la trisomie 21 d’avoir un changement brusque dans son horaire, nous explique Jocelyn Sauriol.

Olivier Sauriol, à l’oeuvre, portant fièrement son chandail Oli-Vert Déchiquetage.
(Photo : ijl – Ludovik Roy)

Il est d’autant plus difficile pour lui de concevoir qu’il y a une pandémie mondiale qui l’empêche d’entreprendre ses activités habituelles.

« Au début du confinement, il était très anxieux, parfois même en colère. Nous cherchions une solution pour qu’il retrouve sa routine », nous explique Renée Massicotte, la mère d’Olivier.

Afin de le rassurer, les parents d’Olivier ont tenté de recréer les tâches qu’il adorait faire avant la pandémie lorsqu’il travaillait pour Loto Québec comme trier les cartes à jouer, déchiqueter le papier, s’occuper des plantes, etc.

D’ailleurs, Olivier triait ses cartes avec le sourire jusqu’aux oreilles lorsqu’il a accueilli le journaldesvoisins.com chez lui.

Une histoire inspirante

En observant l’apaisement d’Olivier lorsqu’il faisait le déchiquetage, ses parents ont eu l’idée de lui lancer une petite entreprise.

Olivier Sauriol, à l’oeuvre, portant fièrement son chandail Oli-Vert Déchiquetage.
(Photo : ijl – Ludovik Roy)

C’est suite à un concours Facebook que le nom de la nouvelle entreprise fût décidé : Oli-Vert déchiquetage.

Sa mère s’est aussi occupé du logo qui représente très bien Olivier et son habituel signe d’encouragement.

Si sa nouvelle entreprise a débuté avec une petite déchiqueteuse et les papiers fournis par sa famille, celle-ci a atteint un tout autre niveau lorsque ses parents lui ont offert une grosse déchiqueteuse.

Il faut maintenant qu’il fasse du porte-à-porte, accompagné de ses parents, afin de récolter les papiers des résidantes et résidants du quartier.

« Il est important pour nous qu’il aille à son propre rythme. Après tout, le but ultime est de calmer son anxiété , précise sa mère. Il aime vraiment ça. Tous les matins, il se lève, il trie ses cartes, puis il descend lui-même au sous-sol pour environ trois heures déchiqueter son papier ».

(Photo : ijl – Ludovik Roy)

Une fois le papier déchiqueté, Olivier et sa famille vont porter les nombreux sacs à l’entreprise Recyclage de papier Rive-Sud qui a généreusement accepté de l’aider.

Depuis le début du confinement, Olivier a rempli plus d’une quarantaine de grands sacs de papiers finement déchiquetés.

Une inspiration pour les jeunes présentant une trisomie 21

Olivier est un jeune homme très inspirant. Il est travaillant, dévoué, et très méticuleux dans ce qu’il entreprend.

Dans une période très difficile, ses parents ont su lui rendre son sourire avec un projet qui valorise ses efforts.

« C’est un projet qui, je le souhaite, pourra inspirer plusieurs autres parents afin d’aider leurs enfants à reconstruire une routine », déclare Renée Massicotte.

Olivier Sauriol, à l’oeuvre, portant fièrement son chandail Oli-Vert Déchiquetage.
(Photo : ijl – Ludovik Roy)

Olivier a d’ailleurs eu la chance de présenter son entreprise à tout le Québec alors qu’il passait à la télévision le 8 juillet dernier, à V-Télé.

« Il était tellement fier lorsqu’il s’est vu à la télévision. Il s’est précipité devant la télé en criant son nom, puis il m’a sauté dans les bras », nous décrit-elle fièrement.

L’histoire d’Olivier représente bien l’arc-en-ciel fréquemment utilisé pour se remémorer que malgré les récents défis : « ça va bien aller ».

Vous pouvez encourager Olivier en lui fournissant vos papiers dont vous n’avez plus besoin.

Il offre ses services gratuitement, mais il précise qu’il accepte les contributions volontaires afin de l’encourager et pour payer son matériel.

Vous pouvez contacter Oli-Vert déchiquetage par courriel (reneemassicotte30@gmail.com) ou par téléphone (514-385-5326).

Vous aimez ce que nous faisons? Pensez à devenir membre du journaldesvoisins.com ICI

13 commentaires
  1. Les nouvelles positives font tellement de bien et sont trop rares alors qu’elles ne demandent qu’à être publiées. Merci, ça fait du bien de voir des gens qui se relèvent les manches plutôt que de chialer.

  2. Bravo à Olivier, mais je dirais aussi bravo à ces si bons parents, qui relèvent tous les jours les défis associés à la différence d’un enfant. Faut être vraiment fort !

  3. Quel plaisir lire un article positif relatant une belle histoire, la volonté d’un jeune travaillant, des parents dédiés et inspirants. Merci. Vous débutez merveilleusement bien ma semaine!

  4. Oui bravo aux parents d’Olivier et à Olivier.
    C’est vrai, pas facile de gérer l’anxiété de ces enfants différents et hiper sensible. Mon Alexandre qui a 37 ans a pris un coup de vieux on dirait en cette période de covid. Y a t’il un médecin spécialisé pour ces personnes? Comment deviens-t’on membre de ce regroupement?
    Bravo Olivier, tu es inspirant!

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aussi aimer ces articles

Pour finir l’année en beauté…rions un peu! (3)

Le site Louvain Est : consultation fructueuse malgré les inquiétudes

Malgré la météo peu clémente, la pluie n’ayant toujours pas cessé de…

Le coin communautaire – Semaine du 13 mars 2020

Atelier d’exploration de métiers non-traditionn’elles Déploie tes Elles Viens rencontrer des femmes…

Le coin des commerçants – Semaine du 29 novembre 2019

SDC District Central Rue Chabanel, La Passerelle La Passerelle, du Centre François-Michelle…