Les Actualités de la semaine

Abonnez-vous gratuitement ici pour recevoir un courriel de rappel chaque semaine!

Un plan vélo qui roule!

Publié le 04/05/2018
par Philippe Rachiele

Mélanie Busby du MEAC expliquant le plan suggéré de voies cyclables pour le plan de déplacement d’Ahuntsic-Cartierville (Photo : jdv – Philippe Rachiele)

Le groupe Mobilisation Environnement Ahuntsic Cartierville (MEAC) et le groupe de transport actif Ahuncycle ont dévoilé leurs suggestions de réseau cyclable intégré en prévision du futur Plan local de déplacements de l’arrondissement.  La présentation intitulée «Ahuntsic à bicyclette» a réuni plus d’une trentaine de personnes au pub Le brouhaha, dimanche 22 avril pour coïncider avec le jour de la terre. Journaldesvoisins.com était présent.

Cet exercice a été fait en prévision du futur plan local de déplacements que l’arrondissement a dans sa mire. Le plan servira à améliorer tous les types de modes de transport utilisés par les usagers, qu’ils soient à pied, à vélo, en transport collectif, ou en auto, pour les dix prochaines années.

Frédéric Bataille, l’un des porte-paroles du groupe de transport actif Ahuncycle, a présenté aux participants ce que signifiait un bon réseau cyclable sécuritaire pour le territoire en mettant l’accent sur l’importance de pouvoir se rendre aux principaux vecteurs de déplacements (écoles, emploi, services), mais aussi en intégrant le réseau cyclable à celui des autres arrondissements, particulièrement ceux Villeray et de Saint-Laurent.

Améliorer la santé, réduire l’auto solo

Les membres du MEAC et d’Ahuncycle croient qu’une des meilleures façons d’améliorer les déplacements dans l’arrondissement consiste à créer les conditions propices au transport actif (à pied et à vélo) afin  d’améliorer la santé des citoyens, en diminuant d’autant l’utilisation de l’auto solo.  Pour ce faire,  ils favorisent entre autres, les voies cyclables protégées afin que les utilisateurs de tout âge se sentent en sécurité pour rouler et vaquer à leurs occupations. 

Selon Ahuncycle, il n’y a présentement que deux pistes cyclables protégées sur le territoire d’Ahuntsic-Cartierville, soit celles sur Christophe-Colomb et celles du Parcours Gouin, mais elles sont loin de permettre aux jeunes citoyens de pouvoir se rendre aux écoles primaires et secondaires, mise à part l’école Sophie-Barat. 

Ces deux pistes ne permettent pas non plus aux adultes d’accéder facilement aux pôles d’emploi ou de commerces. Par exemple, se rendre dans le quartier Chabanel, au Marché central et même sur les rues Fleury Ouest et la Promenade Fleury sont loin d’être des parties de plaisir pour la majorité de la population.  Seule une catégorie de cyclistes que l’on peut considérer comme des «guerriers» se sentent à l’aise de rouler à vélo sur des artères comme St-Laurent, Henri-Bourassa, Laurentien, Papineau, etc.

Carte des voies cyclables suggérées par le MEAC et Ahuncycle pour le plan de déplacement. (Infographie : Courtoisie)

Ci-dessus, la carte avec en bleu, les suggestions de pistes cyclables demandées.  Les tracés de couleur orange constituent des pistes déjà projetées, mais non réalisées alors que les tracés en vert pâle sont des voies désignées existantes sans protection.  Dans les projets souhaités en priorité par les deux organismes, il y aurait des voies protégées sur les rues Prieur ainsi que sur la rue Sauriol et le boulevard Saint-Laurent.

Lors de la dernière campagne électorale montréalaise, l’équipe de Projet Montréal proposait d’ailleurs que le boulevard Saint-Laurent devienne le REV Réseau Express Vélo, soit une piste protégée qui permettrait de relier le centre ville de Montréal rapidement à vélo.

La rue est à tout le monde

Selon Frédéric Bataille, avec les années, les larges rues et avenues, combinées au stationnement gratuit aurait permis aux automobilistes de s’approprier l’arrondissement et la ville pour eux-mêmes.  Constatant ce qui se passe dans de nombreuses autres villes dans divers pays, les gens du MEAC et d’Ahuncycle sont convaincus que les conditions doivent être propices et les rues modifiées de façon conviales, avec des pistes cyclables protégées et des intersections sécuritaires pour tous.  C’est seulement de cette manière, selon eux, que les nombreux piétons, cyclistes jeunes, adultes et aînés n’auront plus peur et auront le goût d’utiliser de nouveau leur rues avec plaisir.

Frédéric Bataille du groupe Ahuncycle et Mélanie Busby du MEAC ont également rappelé à l’auditoire que le Plan local de déplacements de l’arrondissement concocté en 2008 prévoyait, notamment, une piste cyclable sur la rue Prieur.  Pourtant, dix ans plus tard, cette piste est toujours inexistante à l’est de la rue Christophe-Colomb. À l’ouest, ce n’est qu’une «voie désignée» avec des chevrons et dessins de vélo imprimés à même la rue. Cette installation est donc loin d’être considérée comme sécuritaire par les différents groupes d’âge. 

Ahuncycle et le MEAC espèrent donc que les nouvelles suggestions du futur Plan local de déplacements de l’arrondissement se matérialiseront rapidement. Les deux organismes souhaitent également qu’il n’y ait pas d’obstacles impromptus qui retardent l’échéance de la mise en place du réseau, le plan s’échelonnant sur 10 ans.