(Illustration: Claire Obscure)

 

Le dernier recensement réalisé par Statistiques Canada en 2016 dénombrait 17% de personnes âgées de 65 ans et plus à Montréal, selon le profil sociodémographique de la population publié par la Ville en 2018. Ici, dans Ahuntsic-Cartierville, les mêmes données indiquent que le territoire comptait, toujours au dernier recensement, 23% de citoyens âgés de 65 ans et plus, dont quelques 80 centenaires! Ahuntsic-Cartierville est donc l’un des arrondissements de Montréal où résident un grand nombre d’aînés. Le Canada traite-t-il bien ses personnes âgées? 

Si l’on compare le sort des personnes âgées au Canada et en Asie de l’Est, deux constats ressortent.

Les aides que les aînés reçoivent de l’État sont beaucoup plus généreuses au Japon, un coût que les contribuables nippons ont jusqu’à maintenant accepté.

Le pourcentage des personnes âgées vivant seules est faible (15,6 % en moyenne) et celui des personnes âgées placées en institution est infime, en raison de la solidarité familiale qui demeure une valeur centrale de la culture de ces pays.

En 2018, 25,3 % des Japonais auront eu 65 ans et plus. Ce pourcentage grimpera à 30 % en 2033.

La cause du vieillissement des populations est la modernisation des sociétés (industrialisation, urbanisation, hausse du niveau d’instruction, laïcisation) qui entraîne une baisse du taux de fertilité totale (TFT) et une augmentation de l’espérance de vie.

Adaptation des familles

Le Japon est entré dans l’ère de la modernisation dès le XIXe siècle, comme les pays développés anglophones et l’Europe du Nord et de l’Ouest. Les familles ont donc eu le temps de s’adapter à ces changements, ce qui a contribué à une baisse modérée du TFT – qui était de 1,26 en 2005.

En Corée, à Taïwan et en Chine, le processus de modernisation a été beaucoup plus tardif et rapide, comme en Europe de l’Est et du Sud, puisqu’il date de la seconde moitié du XXe siècle.

Il a donc perturbé davantage l’institution familiale et provoqué un déclin plus marqué du TFT. Ce dernier était de 1,08 en Corée (en 2005) et de 0,895 à Taïwan (en 2010).

D’avant-garde

En 1961, quatre ans avant la création du régime de pensions du Canada et du régime des rentes du Québec, le gouvernement japonais a, quant à lui, mis en place trois régimes de retraite publics pour les employés des entreprises privées, les fermiers et travailleurs autonomes et les fonctionnaires.

Il a également instauré un programme d’assurance-santé universel, de telle sorte qu’aujourd’hui 70 % du budget national est consacré aux personnes âgées.

Quatre-vingts pour cent des revenus de ces dernières provient des aides de l’État, ce qui explique qu’elles ne sont pas obligées de vendre leur maison ou leur logement, qui représente 80 % de leurs actifs, comme c’est le cas des personnes âgées aux États-Unis.

Un soutien important

Néanmoins, le soutien des familles aux personnes âgées demeure très important au Japon.

En 2010, 42,3 % des aînés vivaient avec leurs enfants; 16,9 % demeuraient seuls; 37,2 % cohabitaient avec leur conjoint ou conjointe et seulement 3,6 % d’entre eux vivaient dans des résidences pour personnes âgées.

L’espérance de vie au Japon, qui est la plus élevée au monde, permet aux personnes âgées de vivre en couple jusqu’à un âge avancé.

Aide conjuguée de la famille et de l’État

Cependant, lorsqu’un des parents décède, l’autre est la plupart du temps pris en charge par la famille.

Étant donné que le vieillissement de la population est un phénomène plus récent en Corée, à Taïwan et en Chine, les gouvernements de ces pays ont tardé à adopter des régimes de retraite publics universels. La Corée l’a fait en 1999 et Taïwan uniquement en 2008.

La Chine a instauré un régime de retraite pour les travailleurs du secteur public en 1980. En 1997, elle a étendu ce programme aux employés du secteur privé et aux travailleurs autonomes des villes. En 2009, elle l’a élargi aux résidants des campagnes.

Étant donné que ces régimes exigent qu’une personne ait travaillé en moyenne 25 ans avant de percevoir des prestations de retraite, un très grand nombre de personnes âgées n’y ont pas droit et sont confrontées à la pauvreté.

Solidarité familiale à la rescousse

Heureusement, la solidarité familiale demeure très forte. Le pourcentage des personnes âgées vivant avec leurs familles est plus élevé en Corée (55 %) et en Chine (70 %) qu’au Japon (43 %).

Si le pourcentage des personnes âgées vivant seules est légèrement plus élevé en Corée (19,7 %) qu’au Japon (16,4 %), il est moindre à Taïwan (14,3 %) et en Chine (12,1 %).

Cet article a été publié dans le mag papier en octobre 2016 et mis à jour en février 2020.

Vous aimez ce que nous faisons? Pensez à devenir membre du journaldesvoisins.com ICI

1 commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pourriez aussi aimer ces articles
Rue Crevier lors des inondations 2019 dans Cartierville (Photo : jdv - Philippe Rachiele) Ahuntsic-Cartierville Montréal

Cartierville se prépare au pire, mais espère le meilleur…

Dame Nature fait encore des siennes avec les crues printanières. Mais, cette…

Le coin communautaire – Semaine du 31 mai 2019

Un jardin sous la Métropolitaine Recréer un milieu urbain convivial à l’échelle…

Avis publics – Semaine du 21 février 2020

Cette chronique est publiée gratuitement par journaldesvoisins.com au bénéfice de ses lecteurs…

COVID-19: Cliniques de dépistage bientôt sur le territoire – Sacré-Cœur en renfort

Des cliniques de dépistage de la COVID-19 seront ouvertes bientôt dans le…