Les Actualités du 29 janvier 2016

________________________________________________________

En 2016, prenez UNE seule bonne résolution…
Joignez les rangs de
La Société des amis du journaldesvoisins.com
Parce que vous avez à coeur
l’information locale de qualité,
contribuez à la réussite de votre média communautaire en cliquant ici.

________________________________________________________

Émouvantes retrouvailles pour la famille Alkabalan
Une famille syrienne arrive enfin à Montréal pour s’y établir, grâce à la générosité d’Ahuntsicois


Photo

La famille Alkabalan en compagnie d’un membre de la famille et d’un ami. De g. à dr.: Kinan, Aleen, Wassef, Ziad (le beau-frère); Lias (l’ami); Rusai; et Ekhlas (la mère). À l’avant-plan, le plus jeune des Alkabalan: Louay.
Ce fut une soirée bien heureuse pour Rama Alkabalan : elle a finalement pu embrasser son oncle, sa tante et ses quatre cousins, qui se sont enfuis de la Syrie pour échapper à la guerre civile. La famille syrienne, parrainée par les paroisses Saint-Benoît et Saint Isaac-Jogues, est arrivée tard jeudi soir à l’aéroport Montréal-Trudeau sur un avion nolisé avec d’autres réfugiés syriens.
 
Une fois atterris en sol canadien, tous les membres de la famille, ont dû passer, en premier lieu, par les douanes. Pour des questions de logistique, seulement une personne désignée était autorisée à aller chercher la famille à l’aéroport.
 
Après deux ans d’attente, le rêve devenait enfin réalité pour cette famille originaire de Daraa, en Syrie. Le père Wassef est mécanicien et la mère Ekhlas, travaille à la maison. Ils ont trois garçons et une fille : Kinan, 18 ans, Rusai, 17 ans, Aleen, 15 ans, et Louay, 11 ans. À cause du conflit qui perdure en Syrie, les enfants ne pouvaient plus fréquenter l’école et il était impossible de trouver du travail.
 
Début de l’intégration
 
Mardi, Céline Carrière, l’une des bénévoles du groupe qui a organisé cette initiative, s’affairait à acheter une première épicerie et quelques derniers articles pour leur nouvel appartement dans ville Saint-Laurent. « Les lits sont faits, il y a des jeux pour les enfants, ils auront de la nourriture. Tout est prêt pour eux. »
 
Les premiers jours seront très occupés pour la famille. Après d’émouvantes retrouvailles et un peu de repos ce weekend, la famille devra passer un examen médical d’entrée, les enfants seront inscrits à l’école et les adultes, aux cours de francisation. Puis, commencera le travail d’acclimatation et ces nouveaux Montréalais commenceront à découvrir leur quartier et leur ville et rencontrer leurs voisins.
 
D’ailleurs, une messe des nations sera célébrée à l’église dimanche et la famille y a été invitée. « Nous les invitons, mais seulement s’ils ne sont pas trop fatigués. C’est beaucoup de choses en peu de temps », ajoute Céline Carrière.
 
Parrainer une autre famille
 
Rappelons que le groupe ahuntsicois a amassé plus de 33 000$ au cours des derniers mois. De ce montant, 26 000$ servira au parrainage de cette famille. Les autres 7000$ seront utilisés pour aider d’autres réfugiés au cours des prochains mois. Le groupe aimerait notamment aider Wassef (le père) à faire venir au Québec son frère et ses deux sœurs.
 
Les sœurs Oblates Franciscaines de Saint-Joseph, qui ont déjà accueilli une trentaine de réfugiés, s’occupent de l’aspect administratif de toute l’opération.
 
Vous voulez faire un don? Cliquez ici! Le groupe veut également ramasser des toutous, neufs ou d’occasion, à offrir aux jeunes syriens qui arrivent au Québec. Les toutous seront recueillis jusqu’à la fin du mois de mars  dan les boîtes situées à l’arrière des églises St-André-Apôtre et St-Isaac-Jogues. (Par Mélanie Meloche-Holubowski) (2016-01-29

​__________________________________________________


Photo

____________________________________________________

Manifestations et pétitions dans A-C
Les CPE mobilisés contre les compressions


Photo

Manifestation devant le CPE Les Coccinelles (Photo : Mélanie Meloche-Holubowski)
Lundi à l’heure de pointe matinale, des parents et des enfants ont manifesté devant le CPE Les Coccinelles chéries sur la rue Berri, pour dénoncer les compressions budgétaires qui doivent être imposées sous peu par le gouvernement du Québec. Rappelons que ces nouvelles compressions s’ajoutent aux 100 millions supprimés en 2014 et aux 74 millions supprimés en 2015.
 
Du côté du CPE Le château de Grand-mère, les parents et éducatrices ont manifesté le 12 et le 13 janvier dernier et espèrent recueillir 1000 signatures pour une pétition qui sera remise au gouvernement Couillard.
 
Sabrer dans les services
 
Philippe St-Aubin, président du CA du CPE Les Coccinelles chéries, estime que leur CPE pourrait perdre environ 25 000$. « Le gouvernement a coupé aussi 169 millions de dollars en subventions que les parents doivent eux-mêmes assumer », rappelle-t-il. Ainsi, les parents verront leur frais de garderie augmenter annuellement de 500 $ à 3000 $ par enfant, selon le revenu familial.
 
Quelles seront les conséquences de ces compressions? Moins de sorties éducatives, moins de matériel pédagogique et moins de temps pour les enfants, craignent les éducatrices et parents. « C’est très difficile de trouver un endroit où l’on peut couper davantage », dit M. St-Aubin. D’ailleurs, dans le but de réduire leurs coûts, leur garderie a révisé le menu des repas servis aux enfants. « On n’a pas coupé la viande, mais on a introduit plus de légumineuses, de tofu, parce que c’est moins cher », précise la directrice, Lise Desharnais.
 
Même problématique au CPE Le château de grand-mère. Ils ont récemment demandé l’aide d’une nutritionniste pour réduire les coûts des repas, sans en réduire la qualité nutritionnelle. Ce CPE a récemment coupé les heures de la directrice adjointe, de la commis-comptable et du cuisinier, ainsi que les heures de la personne qui fait du lavage, ménage et désinfection des installations. Où coupera-t-elle maintenant? Mme Vaillancourt avoue qu’elle commence à être à court d’idées…
 
Le CPE Château de Grand-mère prévoyait également depuis cinq ans faire certains travaux, comme l’agrandissement de la cuisine, mais doit tout retarder. « Nous avons 70 enfants et le cuisine n’est pas plus grande que chez nous. Mais le gouvernement est venu chercher nos surplus. On a dû arrêter tous nos projets de rénovation », se désole Mme Vaillancourt.
 
Augmenter la charge de travail
 
Selon l’Association des centres de la petite enfance du Québec (AQCPE), au moins 5000 emplois sont menacés par ces nouvelles compressions de 120 millions de dollars. 
 
Mmes Vaillancourt et Desharnais craignent justement que les éducatrices devront probablement devoir surveiller plus d’enfants, même si leur salaire ne sera pas augmenté en conséquence. 
« Si notre ratio devient tellement énorme, et nos charges tellement lourdes, ça ne nous laissera plus de temps pour avoir une relation personnalisée, individuelle avec les enfants – ça va nuire au développement personnel de chaque enfant », estime Mme Vaillancourt.
 
Les deux directrices s’inquiètent également que le temps accordé aux enfants avec des besoins particuliers sera réduit. « Ces enfants seront moins préparés à leur entrée au primaire », explique Mme Desharnais.
 
Pour sa part, Lucie Roy, étudiante à l’éducation à l’enfance, s’inquiète pour l’avenir de sa profession. « On se demande si on a choisi le bon (programme d’études); pas parce qu’on n’aime pas ça, mais parce qu’on sent que le gouvernement nous dit “Ce n’est pas si important ce que vous faites”; qu’on ne fait que garder les enfants, et que l’on ne les éduquent pas. Il faut défendre ce système qui est tellement important pour nos jeunes. » 

Entente de principe

Jeudi, le Conseil québécois des services de garde éducatifs à l’enfance (CQSGEE) a conclu une entente de principe sur le mode de finance-ment des services de garde. Les détails de l’entente de principe seront divulgués au cours des prochains jours. (Par Mélanie Meloche-Holubowski) (2016-01-29)

_______________________________________________________
________________________________________________________

Grève tournante jusqu’au 1er mars
En premier, les cols blancs d’A-C


Photo

Manifestation devant les bureaux de l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville (Source: Facebook/Syndicat des fonctionnaires municipaux de Montréal – SCFP)


PictureLes bibliothèques d’A-C étaient fermées au public lundi. (Photo : Mélanie Meloche-Holubowski)

Les cols blancs des arrondissements et de la ville de Montréal ne seront pas toujours au rendez-vous pour offrir les services d’ici le mardi 1er mars. Depuis lundi, à chaque jour, les employés syndiqués débrayent à tour de rôle dans un ou deux arrondissements. Ainsi,à la première journée du conflit, les cols blancs des arrondissements d’Ahuntsic-Cartierville et de Saint-Laurent étaient sur le trottoir.

Des employés syndiqués parmi les 215 cols blancs avaient dressé des piquets de grève devant le 555 Chabanel, l’immeuble qui abrite les locaux de l’arrondissement. Les employés travaillant à Accès Montréal ou pour l’émission des permis étaient donc absents du sixième étage.

La maison de la culture Ahuntsic, les trois bibliothèques de l’arrondissement (Ahuntsic, Cartierville et de Salaberry) et le Café de Da, ainsi que les arénas Marcelin-Wilson et Ahuntsic avaient fermé pour la journée seulement. Le prochain arrêt de travail dans l’arrondissement se fera le vendredi 26 février.

Services au ralenti

L’impact sera toutefois limité puisque les services essentiels doivent être assurés, notamment pour les urgences au 311. À l’échelle de la ville, quatre services fonctionnaient au ralenti lundi dernier dont les bureaux du vérificateur général et ceux du Service de la direction générale.

En plus des grèves d’une journée dans les arrondissements, un ou deux services municipaux pour l’ensemble de la métropole sont paralysés à tour de rôle. La grève peut aussi entraîner l’interruption d’activités sportives et communautaires dans certaines installations. En plus de la grève,  les cols blancs ont eu ordre de refuser tout travail en temps supplémentaire. En tout, on compte 8000 employés cols blancs dans la ville et les 19 arrondissements, des travailleurs qui sont sans contrat de travail depuis quatre ans.

Syndicat en guerre

Le point culminant de cette période de grève sera le 1er mars, avec une grève générale, a dit le président Alain Fugère qui n’a toutefois pas retourné nos appels. Cette date correspond au dernier jour pour payer le compte de taxes municipales. Les syndiqués veulent ainsi faire pression sur l’administration Coderre-Desrochers en vue du renouvellement de leur contrat de travail. « Denis Coderre refuse d’entamer des discussions sérieuses et fructueuses avec le syndicat », a déploré le leader syndical dans un communiqué.

Mais ce dernier reconnait que les salaires ne sont pas l’enjeu central. Et pour cause, compte tenu qu’il existe un écart de près de 40% (rémunération globale) entre les salariés municipaux et ceux employés par le gouvernement québécois pour des emplois comparables (voir aussi autre texte sur les cols bleus). Malgré tout,  M. Fugère plaide qu’il est temps que l’administration municipale démontre « plus de respect » envers ses employés. Il souhaite qu’elle laisse tomber ses demandes « excessives » qui visent notamment à « appauvrir » ses travailleurs d’un côté et privatiser l’ensemble des services de l’autre.

En fait, le syndicat dénonce ce qu’il appelle l’élimination des balises en matière de sous-traitance, malgré les avertissements du rapport de la Commission Charbonneau concernant l’attribution de contrats au secteur privé. Le syndicat dit craindre de perdre quelque 1200 postes (et 1200 cotisants au syndicat) d’ici cinq ans. Entre temps, la conciliation se poursuit, le ministère du Travail ayant nommé une personne pour tenter de rapprocher les parties. Mais en vain, jusqu’ici, à la grande déception du syndicat. (Par Alain Martineau) (2016-01-29)

Pour plus d’infos sur les services offerts pendant le conflit : http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=5798,142348230&_dad=portal&_schema=PORTAL   


_______________________________________________________
_______________________________________________________

Distribution de tracts des cols bleus dans A-C
Ils dénoncent les conséquences « désastreuses » du pacte fiscal


PhotoLe tract du Syndicat des cols bleus regroupés de Montréal envoyé aux résident d’Ahuntsic-Cartierville. (Photo: Alain Martineau)

Des résidants d’Ahuntsic-Cartierville ont reçu cette semaine un message dans leurs boîtes aux lettre, les informant de la position de l’exécutif du Syndicat des cols bleus regroupés de Montréal (Syndicat canadien de la fonction publique-SCFP- local 301) sur les « dangers » que représente l’adoption du projet de loi sur le nouveau pacte fiscal Québec-municipalités.

Le syndicat, qui a fait publier son communiqué dans certains médias lundi dernier, tente de rallier l’appui des autres travailleurs syndiqués québécois et du public. Il affirme dans ce message diffusé en français et en anglais, que le gouvernement Couillard s’attaque non seulement aux travailleurs du monde municipal mais aussi aux autres dans la société et que les répercussions seront « désastreuses » pour tous.

Pacte fiscal

L’automne dernier, le gouvernement du Québec et l’Union des municipalités du Québec avaient conclu un nouveau pacte fiscal. Les villes acceptaient de recevoir 300 millions de dollars de moins par année, en échange notamment de pouvoirs accrus en matière de relations de travail avec les employés municipaux. L’entente prévoit que Québec refilera un peu plus de trois milliards de dollars sur quatre ans aux municipalités.

Le gouvernement Couillard estime que les employés municipaux ont profité d’un avantage « indu » dans leurs négociations avec les villes pour obtenir des conditions de travail trop coûteuses. «Il est acquis que ce ne sera plus un arbitre qui décidera des relations de travail dans le monde municipal», a promis le ministre des Affaires municipales de l’époque, Pierre Moreau, passé hier à l’Éducation dans le cadre du remaniement ministériel.

Employés municipaux en colère

Dans la missive aux citoyens, le syndicat insiste sur le droit à la négociation. Il craint notamment que la durée des négociations soit courte et que les villes ne négocient pas de bonne foi. «Il est important de savoir qu’au Canada et au Québec, le droit à la liberté d’association, incluant le droit à la négociation, est élevé au rang de droit constitutionnel, signale le syndicat, au même titre que la liberté de religion et la liberté d’expression. De même, le Code du travail encadre les relations du travail afin de maintenir la paix industrielle», rappelle-t-on.

La charge syndicale mentionne que si ce projet de loi est adopté, il sera forcément déclaré « inconstitutionnel ».  On parle même de « viol des droits fondamentaux ». Bref, le syndicat avertit que les répercussions seront «désastreuses». Journaldesvoisins.com a tenté d’en savoir plus sur l’action syndicale des cols bleus de la métropole, mais malgré plusieurs appels et courriels expédiés au syndicat, aucun élu ou permanent n’a donné signe de vie.

Coûts des salaires à Montréal

Pour des emplois comparables, il faut rappeler que les employés municipaux gagnent pas loin de 40 % de plus que leurs collègues du provincial. Au fil des années, ils ont pu arracher à des administrations municipales d’importantes concessions. Les experts croient que les nouveaux pouvoirs octroyés aux villes leur permettraient à long terme de freiner la hausse spectaculaire des dépenses. Le Centre sur la productivité et la prospérité de HEC Montréal a d’ailleurs remis en mai dernier un rapport percutant. «Entre 2009 et 2013, plus de 60 % de la croissance des dépenses dans les municipalités de 100 000 habitants et plus s’explique par l’augmentation de la rémunération. Ce poste budgétaire inclut tant les salaires que les charges sociales et les avantages sociaux», peut-on lire dans le rapport.

Puis, à Montréal, entre  2009 et 2013, plus des trois quarts de la croissance des dépenses dans cette ville est attribuable à la bonification des salaires et des avantages sociaux pour les aux employés municipaux. À Québec, « un peu plus du quart de la croissance des dépenses a été généré par la hausse de la rémunération, une contribution trois fois moindre qu’à Montréal» analyse le rapport. (Par Alain Martineau) (2016-01-29)
_____________________________________________________


______________________________________________________

AQDR Ahuntsic-Saint Laurent
Une pétition de 2500 signatures demande la gratuité des transports pour les aînés


Photo

Photo: Philippe Rachiele
Lancée le 1er octobre dernier à l’initiative de la section Ahuntsic-Saint Laurent de l’Association québécoise de défense des droits des retraité(e)s et préretraité(e)s (AQDR), la pétition demandant la gratuité des transports en commun pour les aînés de 65 ans et plus à Montréal, a déjà collecté près de 2500 signatures, ainsi qu’une écoute attentive de la part du milieu.

«Un des arguments que nous avons invoqués pour lancer cette pétition, c’est qu’à Laval, le transport en commun est gratuit 24h par jour pour les personnes de 65 ans et plus, et à Longueil c’est gratuit hors heures de pointe. Donc on s’est dit, pourquoi à Montréal, sur le territoire de la Société de Transport de Montréal (STM), les personnes de 65 ans et plus n’auraient-elles pas le transport gratuit elles aussi?», a expliqué en entrevue au jdv, Hélène Robillard-Frayne, membre du conseil d’administration de l’AQDR Ahuntsic Saint-Laurent et répondante pour le dossier transports de l’AQDR national.

L’autre motif avancé par l’AQDR est d’ordre économique. «Il y a beaucoup de pauvreté chez les personnes aînées et dans certains cas, ça peut les empêcher de sortir », a fait valoir Mme Robillard-Frayne, en notant qu’à partir du moment où des autobus et des métros roulent hors heures de pointe, cela ne provoquerait d’ailleurs guère «un grand achalandage, si les personnes aînées ont le transport gratuit».

Accueil positif

D’après Mme Robillard-Frayne, la pétition a été à ce jour bien accueillie. Avec déjà près de 2500 signatures, la pétition est encore ouverte pour les personnes qui souhaiteraient continuer de l’appuyer.

Du côté du milieu, si une réponse n’a pas encore été apportée à l’AQDR, l’écoute est tout de même au rendez-vous selon l’association, qui confirme ainsi avoir notamment rencontré, il y a deux semaines, le président de la STM, Philippe Schnobb ainsi que le responsable du transport au sein du comité exécutif de la Ville de Montréal, Aref Salem. «Ils nous ont fait savoir qu’il y avait un nouveau projet de loi concernant la restructuration des sociétés de transport et qu’il se peut que dorénavant ce ne soit plus la STM qui soit responsable de la tarification, non plus d’ailleurs que d’autres sociétés de transport. Il y aura un comité de transition, qui va être mis sur pied, dont le président ou la présidente n’est pas encore nommé et qu’on devra contacter (…) pour faire valoir notre point de vue», a relaté Mme Robillard-Frayne.

Affaire à suivre

Ce comité correspond effectivement à l’instance qui assurera la transition entre la fin de l’Agence métropolitaine de Montréal (AMT) et les deux organismes appelés à la remplacer, d’après le projet de loi modifiant la réorganisation des transports dans la région métropolitaine déposé par le gouvernement québécois. Les deux futurs organismes prévus par ce projet de loi seront l’Autorité régionale de transport métropolitain et le Réseau de transport métropolitain.
 
«Selon le projet de loi 76 sur la gouvernance du transport collectif dans la région métropolitaine déposé par le gouvernement du Québec, ce sera l’Autorité régionale de transport métropolitain qui aura la compétence exclusive pour établir le cadre tarifaire du transport collectif applicable sur son territoire. La loi n’a pas encore été adoptée, mais ce serait en théorie cette instance qui fixerait, à moyen ou long terme, les tarifs», a déclaré Mme Amélie Régis, porte-parole de la STM, lorsqu’interrogée sur la position de son organisme face à la demande de l’AQDR.
 
Si l’AQDR a conscience que cette question ne va pas «se régler demain matin», l’association se dit toutefois satisfaite de ce premier contact avec les partenaires du milieu, et de l’appui récolté par son initiative. «On a établi une bonne base pour poursuivre avec ce dossier-là, quels que soient les interlocuteurs», a résumé Mme Robillard-Frayne. (Par Rabéa Kabbaj) (2016-01-29)

_______________________________________________________

Dépanner les autobus de la STM
Un service à l’auto… bus 


Photo

Un des deux véhicules de service est dédié aux crevaisons, et les mécaniciens peuvent changer les pneus sur les lieux en 12 minutes. « Notre équipe est sur la coche », clame le surintendant Langlois. (Photo Mélanie Meloche-Holubowski)


PictureLe mécanicien Félix Joseph fait partie des cinq employés volontaires qui se déplacent en camion et peuvent exécuter 60 interventions sur les autobus, chacune en moins de 15 minutes. (Photo: Mélanie Meloche-Holubowski)

Depuis octobre, deux camions du Centre de transport Legendre dépannent sur appel les autobus qui circulent sur le réseau de la STM. Mise en œuvre à la suggestion des employés, cette initiative permettrait avant tout de réduire les arrêts de service, souligne le surintendant de l’entretien, Christian Langlois.   

​Ce service « est un succès des employés… et il a été instauré avec l’aide du syndicat », lance d’emblée M. Langlois. Le camion d’entretien et de réparation permet d’exécuter 60 interventions; l’autre, de réparer ou de changer des pneus, le tout en moins de 15 minutes, sur les lieux, ou à un des neuf points de ralliement prévus.  

​Normalement, quand un autobus tombe en panne, expose le surintendant, un mécano quitte le garage à bord d’un autre autobus, qu’il échange avec le conducteur. Il rapporte le véhicule défectueux au garage ou, sinon, il demande une remorqueuse. Mais maintenant, « on a le camion de service qui intervient immédiatement. On coupe dans le processus directement au début… Et il faut dire qu’en cas de tempête, s’il y a beaucoup de pannes, on n’a presque plus d’autobus à fournir. »

« Des gars sur la coche »

Avec un seul mécanicien à bord, le camion permet de redémarrer un véhicule récalcitrant, d’en ravitailler un autre en manque d’antigel ou d’essence, de changer un radio défectueux, par exemple. Son rayon d’action s’étend à la partie centrale du réseau, entre les autoroutes 15 et 25, aux heures d’affluence.

Le camion de service pour crevaisons, lui, couvre tout le territoire, de jour comme de nuit. « Des crevaisons, on en a environ 400, 440 par année », affirme M. Langlois. Il y a quelque temps, deux personnes ont changé deux pneus en 12 minutes, top chrono, ajoute-t-il. « On a vraiment l’équipement spécialisé et les gars sont là pour ça. Ils sont vraiment sur la coche. »

Petit budget, grands effets

Le budget accordé à cette initiative est de 6000 $ pour le camion dédié aux crevaisons et de 10 000 $ pour l’autre, matériel inclus. L’équipe de Legendre a fait l’acquisition de deux véhicules prêts pour la ferraille et leur a donné une seconde vie. Quant au contenu, il a été presque entièrement récupéré du garage, mentionne M. Langlois.

De retour du travail, le 26 janvier dernier, le mécanicien Félix Joseph, à l’emploi de la STM depuis 14 ans, a témoigné de sa tournée : « Ce matin, j’ai évité deux signalements de service à la STM, c’est très important. Par exemple, au bout d’Henri-Bourassa, sur Pie-IX, il n’y avait pas de lave-glace sur un autobus de la ligne 139. Le chauffeur était content, moi aussi. Aussi, près de la station L’Acadie, j’ai fait une intervention parce que les feux de direction ne fonctionnaient pas. »  

Le camion permet « une dizaine d’interventions par jour, et on essaie de faire augmenter ça à 16, 17, 18, indique le surintendant. Pour cela, il faut que le centre opérationnel puisse guider les chauffeurs vers nous… que ces gens-là connaissent les interventions qu’on peut faire ».

Les premiers résultats sont tellement encourageants que « déjà, un deuxième camion [de mécanique et entretien] est en montage pour couvrir la région est, et il y en a un troisième qui va suivre pour la région ouest rapidement, pour le mois d’août », conclut Christian Langlois. (Christiane Dumont) (29 janvier 2016)


_______________________________________________________

Exposition à A-C
La construction de 10 000 logements sociaux en photos


Photo

Après plus de douze ans de mobilisation et de travail, les familles de l’organisme communautaire Rêvanous peuvent enfin loger leurs proches ayant une déficience intellectuelle légère, dans un milieu de vie sécuritaire, dans le quartier d’Ahuntsic. Ces derniers partagent l’immeuble avec des personnes actives de 50 ans et plus. (Photo : Denis Tremblay)
Du 1er au 11 février, l’exposition ambulante « 10 000 logements, 10 000 foyers », qui souligne la construction de    10 000 logements sociaux depuis 1976 par leur entreprise d’économie sociale, fait un arrêt dans Ahuntsic-Cartierville.
 
L’exposition, qui est présentée à l’édifice Louis-Laberge situé au 545, boulevard Crémazie-Est à Ahuntsic-Cartierville, est une initiative de l’organisme Bâtir son quartier.
 
Transformation du paysage urbain
 
L’exposition a été lancée à l’hôtel de ville de Montréal à l’automne dernier et le prochain arrêt sera à Montréal-Nord. Il s’agit de photos prises par Denis Tremblay qui collabore avec Bâtir son quartier depuis plusieurs années et de Valérian Mazataud qui travaille avec plusieurs médias dont Le Devoir, Nouveau Projet, L’Actualité et La Presse.
 
« Il y a une section de l’exposition constituée de photos prises avant les différents aménagements et qui permettra aux visiteurs de constater comment les logements ont transformé positivement le paysage urbain » affirme Mira Fischer.
 
Selon Édith Cyr, directrice générale de Bâtir son quartier, les projets d’habitation communautaire ont contribué à donner à Montréal un caractère de ville solidaire et durable. C’est ce que l’exposition souhaite transmettre au public. « Au Québec, ce sont des groupes de ressources techniques (GRT) comme le nôtre qui coordonnent la construction des projets d’habitation et d’immobilier communautaire. » expliquer Mira Fisher, responsable des communications pour Bâtir son quartier.
 
850 logements coopératifs dans A-C
 
Il existe plusieurs types de logements communautaires qui contribuent « au développement économique, social et environnemental de la ville. » Mme Fischer affirme que c’est ce que les résidants d’Ahunstic-Cartierville pourront constater en visitant l’exposition où plus d’une quarantaine de photographies sont exposées. Il y aura quelques photos des 850 logements coopératifs qui ont été construits dans A-C depuis les 40 dernières années.
 
Sauver Accès logis
 
L’exposition fait un arrêt à Ahuntsic-Cartierville, peu de temps après une semaine de mobilisation pour sauver le programme Accès logis lancé par le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU). Les représentantes de Bâtir son quartier aimeraient aussi que ce programme de la Société d’habitation du Québec qui permet de financer la construction de nouveaux logements soit fortement bonifié. Lors du dernier budget, le gouvernement avait coupé de moitié le financement de nouveaux logements par Accès logis, passant de 3 000 à 1 500. « On souhaite au moins que ça revienne comme avant » a déclaré Mme Fischer. (Par Thomas Deshaies) (2015-02-29)

_______________________________________________________

Hydro-Québec s’explique
Des tilleuls subissent l’assaut des élagueurs


Picture

(Source: Twitter/Hydro-Québec)


PictureLe dépliant d’Hydro-Québec sur l’élagage (Source: Twitter)

Sécurité oblige, Hydro-Québec poursuit bon an mal an son travail d’élagage, mais cela ne fait pas le bonheur de tout le monde. Certains arbres se retrouvent parfois dépouillés de leurs plus beaux atours. Mais, c’est un mal nécessaire, dit la société d’État.

La Société dit devoir intervenir pour dégager les fils de moyenne tension afin d’éviter les risques de chocs électriques graves, d’incendie et de dommages au réseau électrique et pour diminuer le nombre de pannes d’électricité.

Élaine Beaulieu, conseillère aux relations avec le milieu chez Hydro-Québec, signale que près de 40 % des pannes sont causées par la chute de branches ou d’arbres sur des lignes de distribution.  «L’élagage devient nécessaire. Cela consiste à couper des branches pour assurer le dégagement sécuritaire des fils. L’intervention qui se fait aux cinq ans en moyenne préserve les habitats naturels, ce qui maintient la biodiversité», explique-t-elle.

Tilleuls élagués

Ainsi, des tilleuls ont goûté à la médecine des élagueurs à la fin de 2015 sur la rue Prieur, quelques rues à l’ouest du boulevard Saint-Laurent. Le résultat du travail, sur le plan esthétique, n’a fait pas l’affaire de tout le monde. Mais Mme Beaulieu estime que le travail est fait selon les règles de l’art. Elle rappelle que ce sont des techniciens et des ingénieurs forestiers à Montréal qui font l’inspection de la qualité de tous les travaux forestiers faits sur l’île de Montréal.

«Nos équipes de techniciens et d’ingénieurs forestiers connaissent très bien les différentes essences d’arbres. (…) Le travail vise à préserver les arbres à proximité du réseau électrique, c’est ce que l’élagage permet. C’est la méthode qui modifie le moins la végétation», précise-t-elle, ajoutant: «Les normes actuelles permettent d’assurer un dégagement adéquat autour des fils de tension moyenne. Par ailleurs, les notions d’arboriculture stipulent qu’au-delà des normes de dégagement sécuritaire, l’élagueur doit respecter la notion d’appel de sève, c’est-à-dire qu’il doit couper une branche à la jonction de la branche mère pour assurer la viabilité à long terme de l’arbre» a-t-elle ajouté. Mais Hydro-Québec reconnaît que ces coupes sont souvent difficiles, dangereuses et coûteuses.

Communications avec l’arrondissement et la Ville

Par ailleurs, la Ville de Montréal et l’arrondissement sont tenus au courant des démarches d’Hydro-Québec. Le travail de planification d’Hydro est discuté avec l’administration municipale et la planification des travaux leur est envoyée. Ainsi, les inspecteurs municipaux ou agents techniques responsables de l’arboriculture sont informés des travaux à venir par les techniciens forestiers d’Hydro-Québec. Un comité de travail entre Hydro-Québec et la Ville de Montréal existe afin d’échanger sur les méthodes de travail en matière de maîtrise de la végétation à proximité du réseau de distribution sur le territoire montréalais. Ce comité se réunit deux fois par année.

D’autres travaux d’élagages prévus dans A-C

Pour l’année 2016, les travaux d’élagage se poursuivront à l’ouest du parc Ahuntsic. Rien n’est prévu à l’est. Des travaux seront notamment entrepris sur plusieurs rues dans le quadrilatère Lajeunesse-Tolhurst-Gouin-Sauvé, de même que dans un large secteur situé à l’est du parc Marcellin-Wilson. Aussi, des travaux sont prévus dans le quadrilatère formé des rues Chabanel, l’autoroute métropolitaine, le boulevard Saint-Laurent et la voie ferrée du CP. Des employés d’Hydro-Québec seront aussi à pied d’œuvre dans le secteur se trouvant juste au sud de la voie ferrée du CN entre Saint-Laurent et la voie ferrée du CP.

​Par ailleurs, les gens qui s’inquiètent des pousses rapides peuvent signaler à Hydro-Québec la présence de végétation dite « dangereuse ». Les propriétaires qui entreprennent des travaux qui nécessitent l’abattage ou l’élagage d’un arbre près de fils moyenne tension peuvent formuler une demande auprès d’Hydro-Québec.

Pour savoir si des élagueurs passeront par chez vous cette année, il suffit d’aller sur le site d’Hydro-Québec : http://www.hydroquebec.com/electricite-et-vous/vegetation-securite/lignes-distribution/degagement-fils-moyenne-tension.html. (Par Alain Martineau) (2016-01-29)


_______________________________________________________

Opposition de la CMM au projet de pipeline Énergie Est
Une décision qui plaît aux membres du comité environnement d’A-C


Picture

Des membres du comité citoyen Mobilisation Environnement Ahuntsic-Cartierville ont manifesté devant les bureaux où se sont tenues les audiences de la Commission de l’environnement de la CMM en septembre dernier. (Photo : Comité citoyen Mobilisation Ahuntsic-Cartierville)
Le comité citoyen Mobilisation Environnement Ahuntsic-Cartierville (MEAC) se réjouit de l’annonce cette semaine de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) qui s’oppose à la construction et au tracé du projet Oléoduc Énergie Est de la compagnie TransCanada.
 
Le groupe avait d’ailleurs déposé un mémoire dans le cadre de la consultation publique de la Commission de l’environnement de la CMM en septembre dernier. Au total, 143 mémoires avaient été déposés et 66 intervenants ont pris la parole devant la Commission.
 
« Les principaux points (des mémoires) été retenus. La CMM a mis l’accent sur le fait que (le projet) n’aura pas de retombée économique et qu’il y a de grandes préoccupations environnementales et pas d’acceptabilité sociale », dit Colombe Larivière, membre du MEAC.
 
Mme Larivière et les autres membres du groupe ahuntsicois, qui est appuyé par Équiterre, est heureuse de voir que les élus municipaux ont écouté les nombreux citoyens qui ont fait part de leurs inquiétudes. L’engagement des citoyens a eu un impact sur la décision des élus, croit-elle. « C’est encourageant; ils ont adopté une position qui est ferme, qui a été entérinée par environ 80 maires. Ça augmente le nombre de communautés et de villes qui s’opposent à ce projet. La seule chose qui est dommage est que TransCanada n’était pas là pour présenter et entendre les citoyens », dit Mme Larivière.
 
Trop d’impacts négatifs
 
Le maire de Montréal, Denis Coderre, a précisé que le lien de confiance entre le public et la compagnie est faible et que le projet n’est pas essentiel à l’approvisionnement du Québec en pétrole. « Le projet de la compagnie TransCanada comporte des risques importants pour notre environnement et trop peu de retombées pour notre économie. Ce projet ne respecte pas, non plus, le Plan métropolitain d’aménagement et de développement (PMAD) puisqu’il traverse des bois, des milieux humides et la zone agricole. Le projet Oléoduc Énergie Est n’obtient pas la note de passage du point de vue économique, social, environnemental et de la sécurité publique. », a déclaré Denis Coderre.
 
Mme Larivière et le comité ahuntsicois abondent dans le même sens. « Ultimement, ce que nous souhaitons, c’est l’abandon des énergies fossiles. On sait que les énergies fossiles et le pétrole bitumineux sont une source importante des GES. Investir dans des infrastructures comme le pipeline, ce n’est pas cohérent avec les promesses de réduction des GES. »
 
Les prochaines étapes
 
La CMM devra maintenant défendre sa position dans le cadre des prochaines consultations du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) et de l’Office national de l’énergie (ONÉ).
 
Le BAPE a nommé Joseph Zayed, un ex-professeur à l’Université de Montréal spécialisé en toxicologie de l’environnement, comme président de la commission. Son travail sera appuyé par Michel Germain, un géomorphologue de formation, et Gisèle Grandbois, qui a déjà été présidente et chef de la direction de l’Institut de recherche et de développement en agroenvironnement.
 
Mme Larivière affirme que le comité restera vigilant au cours des prochains mois, estimant que la bataille n’est pas encore terminée. Certains membres du groupe seront d’ailleurs présents lors de la prochaine réunion du conseil d’arrondissement, le 8 février prochain, pour sensibiliser les élus à cet enjeu environnemental.
 
Au cours des prochains mois, le MEAC souhaite aussi rencontrer Mélanie Joly pour lui faire part de leurs préoccupations et voir comment la députée d’Ahunstic pourrait les appuyer dans leurs activités.  «  Nous voulons qu’elle s’engage à réviser les processus d’évaluation environnementale et qu’elle prenne en compte l’opinion des communautés. Le gouvernement fédéral est-il prêt à agir au-delà des promesses? »
 
D’ailleurs, le gouvernement fédéral a annoncé mercredi de nouveaux critères à respecter lors de l’évaluation environnementale de projets d’oléoducs. Le gouvernement exigera, entre autres, que les émissions de gaz à effet de serre soient prises en considération. Toutefois, les projets déjà existants, comme le projet Énergie Est ou l’agran-dissement de la ligne Trans Mountain, ne seront pas soumis à ces nouvelles conditions d’évaluation. (Par Mélanie Meloche-Holubowski) (2016-02-29)
_______________________________________________________

Journaldesvoisins.com, le mag de février Présentement distribué…


PictureMarc Savoy, résidant d’Ahuntsic, a été interviewé par notre journaliste Elizabeth Forget-Le François, dans la chronique “Belle rencontre” de ce numéro.

Notre nouveau mag papier de février est présentement en distribution à l’est de la rue Saint-Hubert. La semaine prochaine, la distribution se fera à l’ouest de la rue Saint-Hubert. Si les camelots ne peuvent en laisser un exemplaire chez vous, rendez-vous dans les bibliothèques du territoire pour en prendre un exemplaire.

Au menu, cette fois, encore des sujets d’articles et de chroniques intéressants: 

  • Les sports d’hiver, il faut en profiter ; le climat pourrait tout changer… par notre rédacteur en chef adjoint et journaliste, Alain Martineau…
  • Notre collaborateur à la chronique “Page d’histoire”, Samuel Dupont-Foisy présente celui qui a donné son nom à la rue Legendre, Napoléon Legendre…
  • Après le déficit qu’a connu Cité Historia cet automne, lisez l’opinion du directeur de l’Institut sur la gouvernance d’organisations privées et publiques, Michel Nadeau, sur le sujet… (Un article de notre rédactrice en chef remplaçante et journaliste, Mélanie Meloche-Holubowski)
  • Le Loblaws a fermé ses portes tout récemment. L’offre alimentaire est-elle suffisante dans Ahuntsic-Cartierville (Un article de notre journaliste Elizabeth Forget-Le François)…
  • L’émission La Facture faisait découvrir récemment à ses téléspectateurs que plusieurs logis de Montréal avaient été construits sur des dépotoirs et/ou d’anciennes carrières. Notre journaliste, Christiane Dumont, a fait enquête. Découvrez où dans Ahuntsic-Cartierville ont été construits ces logis…
  • Des médecins qui partent à la retraite, des groupes de médecine familiale qui ferment: Ahuntsic-Cartierville ne semble pas choyé côté médical. Découvrez pourquoi, en page 13. 
  • Évidemment, quelques articles et chroniques pour nous mettre dans l’ambiance de la Saint-Valentin…
  • Plusieurs autres articles de nos journalistes et de nombreuses chroniques fort intéressantes: c’est ce qui vous attend quand vous lirez notre mag papier de février. Bonne lecture! (C.D.)

________________________________________________________


Le coin des commerçants

FLO

Comme plusieurs restos, Les Cavistes se mettent en quatre et deviennent romantiques pour leur souper de la Saint-Valentin…et préparent un menu spécial pour quatre soirs. Ils vous en mettront plein les papilles!

La Promenade

La Lingerie Rose des Bois se refera une beauté dimanche et lundi prochains (31 janvier et 1er février). La boutique sera donc fermée durant ces deux journées. 

________________________________________________________

________________________________________________________

LETTRES OUVERTES

Journaldesvoisins.com se fait un plaisir de publier vos lettres ouvertes si elles traitent d’une situation, d’une problématique ou encore d’un événement concernant le territoire. Prière d’envoyer vos lettres avant le mercredi, 17 heures, en fichier Word (et non en pdf), et d’en vérifier l’orthographe avant l’envoi. Nous nous réservons le droit de les éditer, de les raccourcir, si nécessaire, ou de les corriger en espérant que vous aurez fait vos devoirs avant de nous faire parvenir votre missive. Merci! (C.D.)

Un cri d’alarme, par Catherine Tremblay

_______________________________________________
BRÈVES…BRÈVES…BRÈVES…BRÈVES…BRÈVES…BRÈV

Le Collège de Bois-de-Boulogne accueille 600 élèves de 3e secondaire à l’occasion du projet Les Jeunes prodiges de BdeB Après plusieurs éditions ayant permis à plus de 800 élèves de 3e secondaire d’explorer de nombreuses disciplines à travers des sujets nouveaux et captivants, le Collège de Bois-de-Boulogne accueillait, le 18 janvier dernier, 600 élèves du Collège Regina Assumpta, du Collège Mont-Saint-Louis et de l’École polyvalente Lavigne dans le cadre de son projet Les Jeunes prodiges de BdeB.

Pour des élèves à mi-parcours du secondaire, les études supérieures peuvent sembler encore bien loin. Pourtant, les choix qu’ils effectuent durant cette période ont une influence significative sur leur avenir scolaire. Afin de les sensibiliser à l’éventail de possibilités au collégial, le Collège de Bois-de-Boulogne a offert à ces élèves la chance de découvrir l’univers collégial le temps d’une demi-journée.

Dans cette édition, une vingtaine d’activités ont été proposées aux participants dont plusieurs nouveaux ateliers : Microscopique mais vivant, Jeu de société, Pays riches, pays pauvres, Les grandes oeuvres revisitées et plus encore. Ces activités, animées et encadrées par une équipe d’enseignants qualifiés, se sont déroulées en compagnie d’une cinquantaine d’étudiants bénévoles du Collège. 


Picture

Un élève musicien du collège Regina Assumpta à l’émission Virtuose de Grégory Charles Jorge Andres Orjuela Hoyos, élève de la 3e secondaire au collège Regina Assumpta et musicien guitariste, participera à la toute nouvelle émission de télévision Virtuose animée par Grégory Charles, diffusée à Radio-Canada, dès le 15 janvier.

Jorge Andres paraîtra dans l’épisode du 5 février 2016, à 19 h. Il a été sélectionné pour faire partie des 24 jeunes musiciens et chanteurs au talent vraiment exceptionnel qui seront en compétition, en solo, puis en groupe avec l’animateur, et seront évalués par le public et le chanteur Marc Hervieux, témoin-analyste.

Les quatre candidats ayant obtenu les plus hautes notes accéderont à la grande finale lors de la dixième émission. Le lauréat de la saison de VIRTUOSE sera invité à faire un enregistrement avec le concours d’une équipe de professionnels au Studio 12 de la Maison de Radio-Canada.
(Source : Collège Regina Assumpta)


Arrestation de l’auteur présumé de 23 introductions par effraction chez nos voisins. Kassem Hamade, 29 ans, a été arrêté le 13 janvier 2016 et devra faire face à plusieurs chefs d’accusation. Il est l’auteur présumé de nombreux vols, surtout dans Montréal-Nord. 

Le Service de police de la Ville de Montréal affirme que monsieur Hamade est relié à plus de 23 dossiers d’introduction par effraction, dans des résidences et des commerces de Montréal-Nord. Ces crimes auraient été commis sur une courte période, soit d’octobre à janvier 2016. 

Le SPVM affirme ne détenir aucune information qui puisse laisser croire qu’il aurait agi avec des complices ou qu’il serait lié aux gangs de rue. La représentante de la police n’a pas non plus voulu nous donner plus de détails concernant ces 23 introductions. On nous a par contre mentionné que les enquêteurs sont persuadés que Kassem Hamade est impliqué dans tous ces dossiers, mais que la poursuite ne concernerait que quelques cas en raison « d’un manque de preuves ».

La première comparution du suspect a eu lieu le 13 janvier 2016. Ce n’est pas la première fois que Montréal-Nord fait les manchettes en raison d’actes criminels posés sur son territoire. Durant l’été 2015, une vague d’incidents avait fait la une des journaux. Le commandant du poste de quartier 39, Martial Mallette, s’était montré rassurant en affirmant qu’il n’y avait toutefois pas de hausse de criminalité dans cet arrondissement voisin. (Par Thomas Deshaies) (2016-01-29)

_______________________________________________

LE COIN COMMUNAUTAIRE

Visite-Conseil Tandem – Arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville
Être et se sentir en sécurité dans son domicile sont des facteurs déterminants pour la qualité de vie des citoyens.  Le service de visite-conseil dans l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville permet d’identifier les lacunes d’un domicile quant à d’éventuelles tentatives de cambriolage et d’analyser les éléments intérieurs et extérieurs du domicile.  Un conseiller en sécurité urbaine renseigne l’occupant sur les correctifs efficaces et abordables à apporter pour une meilleure protection des biens. Pour se prévaloir du service gratuit, il suffit de prendre un rendez-vous avec un conseiller en communiquant au bureau Tandem Ahuntsic-Cartierville au 514-335-0545 ou par courriel à tmac@bellnet.ca. (Source : Tandem Arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville)
Portes et cœurs ouverts sur le centre communautaire Ahuntsic
11 organismes vous attendent avec une programmation spéciale et d’agréables surprises. Un événement à ne pas manquer! Le vendredi 29 janvier de 10 h à 17 h au 10780 Laverdure, Montréal (Source : Solidarité Ahuntsic)


Picture

Inscriptions le 4 février prochain au Centre des Femmes dès 13h, au 1586 Fleury E. porte 100. La programmation hiver-printemps 2016 est maintenant disponible. Découvrez toutes les nouvelles activités offertes le jour et le soir du lundi au vendredi au www.cfse.ca. Vous avez des questions concernant vos droits ? Une avocate répond à vos questions les mercredis aux (2) deux semaines. Prochaine consultation, mercredi le 10 février. Contactez-nous pour prendre rendez-vous au 514-388-0980. (Source : CFSE)
 


Picture

De nouveaux avocats partenaires!
​RePère a le plaisir de compter parmi ses partenaires deux cabinets d’avocats; Me Violaine Belzile et Me Guzun & Associés. Ce partenariat va enrichir notre banque de références juridiques pour mieux répondre aux besoins de nos usagers. L’implication de Me Belzile et Me Guzun s’ajoute à celle de Me Justin Roberge du cabinet Caron Roberge. (Source : Repère)

Vous avez reçu un avis d’augmentation de loyer ?
Le Comité logement Ahuntsic-Cartierville peut vous aider.

Nous offrons un atelier d’information sur les hausses de loyer destiné aux locataires d’un logement. Durant cet atelier nous offrons toutes les informations nécessaires pour vous défendre devant une hausse de loyer : Est-ce que mon propriétaire respecte les délais prescrits par la loi ? Comment calculer la hausse de loyer qui serait juste ? Comment refuser mon avis de hausse de loyer ? Comment me défendre à la Régie du logement ?

Voici l’horaire de nos ateliers d’information :

  • Mercredi 10 février 18h30
  • Mercredi 24 février 13h30
  • Mercredi 9 mars 18h30
  • Mercredi 23 mars 13h30
  • Mercredi 6 avril 18h30
  • Mercredi 20 avril 13h30

Pour vous inscrire, veuillez nous appeler et nous laisser un message au 514-331-1773. (Source : Comité logement Ahuntsic Cartierville)


Picture

Recherche de bénévoles
En ce début d’année où nous souhaitons à tous, bonheur et respect au quotidien, Entraide Ahuntsic-Nord recherche des chauffeurs bénévoles destinés au service de La popote roulante et de l’accompagnement pour motif médical. Information : 514-382-9171 poste 25 (Source : Entraide Ahuntsic-Nord)


Picture

Un nouvel atelier d’arts plastiques est au programme pour février 2016 au Centre de Bénévoles Ahuntsic-Sud. L’ atelier Noir et blanc +1 débutera le mercredi 10 février et durera  jusqu’au 6 avril 2016 inclusivement de 10 h à 12 h 30. Cet atelier est d’une durée de 10 semaines. Des frais d’inscription de 20$ sont demandés et le matériel est compris. Bienvenue aux aînés et retraités d’Ahuntsic. Pour information, veuillez contacter madame Mireille Gaudet au (514) 388-0775 (Source : Centre de Bénévoles Ahuntsic-Sud)

Vous êtes un organisme communautaire et vous désirez faire part à nos lecteurs/lectrices des activités, des succès ou des questionnements de votre organisme? Écrivez-nous à journaldesvoisins@gmail.com en nous faisant parvenir un court texte (maximum de 100 mots) dans un fichier WORD (et non en pdf). La tombée est le LUNDI de chaque semaine, à
17 heures.
 
C’est avec plaisir que nous publierons vos infos. Faites en sorte qu’elles soient brèves. Indiquez-nous les deux semaines où vous voulez les voir publiées. Finalement, n’attendez pas un accusé de réception, nous préférons garder notre temps pour bien gérer cette chronique et publier le plus d’information possible.​
________________________________________________________

QUOI FAIRE… QUOI FAIRE… QUOI FAIRE… QUOI FAI

Vous désirez faire part à nos lecteurs/lectrices d’activités ou d’événements intéressants dans nos quartiers? Écrivez-nous à journaldesvoisins@gmail.com en nous faisant parvenir un court texte (maximum de 100 mots) dans un fichier WORD (et non en pdf). La tombée est le LUNDI de chaque semaine, à 17 heures. C’est avec plaisir que nous publierons vos infos. Faites en sorte qu’elles soient brèves. Indiquez-nous les deux semaines où vous voulez les voir publiées. Finalement, n’attendez pas un accusé de réception, nous préférons garder notre temps pour bien gérer cette chronique et publier le plus d’information possible.​
​___________________________________________________

Pour l’info-patinoire, cliquez-ici
Pour l’info-glissadecliquez-ici
Pour l’info-ski de fondcliquez-ici

___________________________________________________


Picture

Le vendredi 29 janvier à 18 h
Soirée Tzigane par Sergeï & Olga Trofanov. Retrouvez Sergeï et Olga Trofanov pour un voyage dans les pays de l’Europe de l’est. Souper-Spectacle 44.95$ (Source : Le rendez-vous du thé)

Le vendredi 29 janvier de 10 h à 17 h
Portes et cœurs ouverts sur le centre communautaire Ahuntsic. 11 organismes vous attendent avec une programmation spéciale et d’agréables surprises. Un événement à ne pas manquer! Lieu : 10780 Laverdure, Montréal (Source : Solidarité Ahuntsic)
Le samedi 30 janvier à 10 h 30
Pour les poupons de 0 à 18 mois et leurs parents

Bébé découvre…
Des ateliers d’éveil aux livres pour les tout-petits. Histoires, chants, comptines et jeux permettent aux bébés de bien s’amuser ! Rendez-vous à la bibliothèque d’Ahuntsic. Toutes les activités sont gratuites et les inscriptions se font aux comptoirs des bibliothèques ou par téléphone. Bibliothèque d’Ahuntsic: 10 300, rue Lajeunesse, téléphone 514 872-0568. (Source: Arrondissement)


Picture

Le samedi 30 janvier à 18 h
L’important c’est… Bécaud! par Jocelyn St-Jean. S’accompagnant au piano ou à la guitare, Jocelyn St- Jean vous fait revivre quelques-unes des mélodies les plus électrisantes de l’un des grands compositeurs- interprètes de la francophonie de son époque: Gilbert, “Monsieur 100,000 volts“, Bécaud. «Et Maintenant», «Nathalie», «Les Cerisiers sont Blancs» et plusieurs autres seront au Rendez- Vous… du Thé! Elles vous y attendent. Souper-Spectacle 44.95$ (Source : Le rendez-vous du thé)​

Le samedi 30 janvier 13 h 30
Des heures de plaisir pour les adolescents à la bibliothèque de Cartierville!
​Pour se divertir et passer des heures de plaisir, la bibliothèque de Cartierville convie les jeunes âgés de 10 à 14 ans à participer à une série d’activités de jeux de rôle. Samedi le 30 janvier, ceux et celles qui se sentent l’âme d’un chevalier, d’une princesse Léa ou d’un Jedi et qui rêvent de jouer un rôle actif au cœur d’une grande épopée seront servis. L’animateur, Cédric, s’y connaît dans le domaine des jeux de rôle et saura accompagner les jeunes dans de grandes aventures. Il faut cependant réserver en téléphonant au
514 872-6989 ou en se présentant directement au comptoir de la bibliothèque située au 5900, rue De Salaberry. (Source : Arrondissement)
Le dimanche 31 janvier à 14 h
Pour les enfants de 6 à 9 ans
Il était une fois… avec Julie!
Des histoires, des bricolages et du plaisir à coup sûr! Rendez-vous à la bibliothèque de Salaberry. Toutes les activités sont gratuites et les inscriptions se font aux comptoirs des bibliothèques ou par téléphone. Bibliothèque de Salaberry : 4170, rue De Salaberry, téléphone 514 872-1521 (Source: Arrondissement)

 


Picture

​Le mercredi 3 février de 13 h 30 à 15 h 30
L’Alliance culturelle vous convie au concert Piano à quatre mains et musique de films, avec Tatiana et Alexandra, pianistes, et Tina, violoniste alto. Cette matinée musicale aura lieu à la salle de l’église Saint-Jude, 10 120, d’Auteuil. C’est gratuit pour les membres de l’Alliance culturelle (55 ans et plus), 10 $ pour les non-membres. Information: 514-382-5716; www.allianceculturelle.qc.ca (Source : Alliance Culturelle)
 


Picture

Le mercredi 3 février à 19 h
De retour de la conférence « Paris 2015 ». Bienvenue à une Table ronde sur les changements climatiques qui aura lieu à la  Fédération des travailleurs et des travailleuses du Québec (FTQ), 565, boul. Crémazie Est, 2è étage, Mtl. Avec : André Beauchamp. Théologien et spécialiste de l’environnement. Président du BAPE (1983-1987). Conférencier et auteur. Fabienne Élodie Ekobena. Collectif de la société québécoise COP21. MA en science politique. Agente de pastorale sociale Villeray; Patrick Rondeau. Coordination du Collectif de la société québécoise COP21. Conseiller régional FTQ. Responsable Forums sociaux, Environnement et Jeunesse. Geneviève-Gaël Vanasse d’Oxfam Québec animera la soirée. Une invitation: FTQ, Pastorales sociales Ahuntsic et Villeray.

Le jeudi 4 février à 18 h 30
Le nouveau Club de lecture indépendantiste d’Ahuntsic. Ce club fera le lien entre le discours de l’auteur et le point de vue des participants sur leur vision du livre. Nous commençons avec le livre « Mieux d’État » de Martine Ouellet  qui sera des nôtres le jeudi 4 février au centre communautaire d’Ahuntsic, 10780 rue Laverdure, Montréal. Nous avons fait réserver des exemplaires du livre avec un signet aux couleurs du club à la librairie Monet. Prenez le temps de vous le procurer, de le lire et de vous préparer des questions et commentaires pour une soirée de discussion. Information : a_querry@hotmail.com ou https://m.facebook.com/LectureIndependantiste/ (Source : Club de lecture indépendantiste d’Ahuntsic)


Picture

Le jeudi 4 février à 18 h
Hommage à Claude Nougaro par Jonathan Boissonnet et Antonio Carlone. Jonathan Boissonnet, chanteur interprète, et Antonio Carlone, pianiste accompagnateur, rendent hommage aux textes de Claude Nougaro, un nom qui tient une place à part dans la chanson française. L’un des derniers artistes du XXe siècle à jongler avec les mots, comme le faisaient avant lui Brassens ou Brel. Jonathan Boissonnet vous invitera à un voyage émouvant et drôle  avec une voix puissante et chaude, et saura vous transporter via son interprétation théâtrale et originale. Il sera accompagné d’ Antonio Carlone, pianiste de grand talent. À découvrir absolument. Souper-Spectacle 39.95$ (Source : Le rendez-vous du thé)


Picture

Le vendredi 5 février à 20 h
Gilles Bélanger L’homme rapaillé en chansons
Gilles Bélanger propose un voyage intimiste dans l’oeuvre du poète Gaston Miron, le plus grand du Québec traduit en plus de dix langues, comparable à Pablo Neruda et Arthur Rimbaud, qui parle de nous, gens du Québec. Accompagné de ses guitares, harmonica et ukulélé, l’artiste interprète les chansons du répertoire des 12 hommes rapaillés, il parle de son parcours et de son aventure « mironnienne » qui se poursuit avec succès depuis sa création en 2008. Le public entend Gaston Miron, au travers d’images d’époque intégrées au spectacle dans une projection multi-média. (Source : Arrondissement)
 


Picture

 Le vendredi 5 février à 18 h
Hommage à Piaf par Angélique Duruisseau & Marc-André Cuierrier. La même intensité, le chagrin dans la gorge et l’amour qui déborde, la voix qui gonfle pour vous faire frissonner avec elle les beautés de la vie! Angélique fait revivre le répertoire de la grande Édith Piaf! La foule, Padam, Je ne regrette rien… accompagnée de Marc-André Cuierrier au piano. Souper-Spectacle 44,95$ (Source : Le rendez-vous du thé)

Le vendredi 5 et samedi 6 février
Une capsule historique sur le cordon de sainte Marguerite d’Antioche. Découvrez à qui s’en remettaient les mères catholiques d’autrefois pour avoir de beaux enfants en santé. Une incursion dans une tradition quasi tombée dans l’oubli : le cordon de sainte Marguerite d’Antioche. Capsule historique (15 min) intégrée à la visite habituelle du Musée des Soeurs de Miséricorde. Départs des visites sans réservations: 10 h 30 et 14 h. Pour les 15 ans et plus. Aucune réservation requise. Le musée est situé au 12435, av. de la Miséricorde. Info : 514-332-0550 poste 1-393. (Source : Musée des Soeurs de Miséricorde)


Picture

Le samedi 6 février à 18 h
Dalida à ma Manière par Claire Garand Avec sa voix grave et chaude, Claire Garand n’aura pas besoin d’artifices ni de paillettes pour vous transmettre la passion de cette glorieuse artiste que fut Dalida. Souper-Spectacle 42.95$ (Source : Le rendez-vous du thé)


Picture

Le samedi 6 février de 8 h 30 à 11 h 30
Visite au Parc-nature de l’Ile-de-la-Visitation avec le club d’ornithologie d’Ahuntsic. Joignez vous aux guides à la découverte de nos magnifiques oiseaux d’hiver. Cette sortie sera suivie d’un diner Reconnaissance des bénévoles du COA. Une invitation sera envoyée vers la mi-janvier 2016 aux personnes concernées. Soyez à l’affût. Information : coamessages@gmail.com ou 438-338-4138 (Source : COA)

Le dimanche 7 février à 14 h
“Je décore ma bibliothèque pour la Saint-Valentin”. Les jeunes sont invités à mettre la main à la pâte et à participer à la décoration de la bibliothèque de Salaberry. Diane sera là pour guider les jeunes bricoleurs. Pour les jeunes âgés de 6 à 12 ans à la bibliothèque de Salaberry. Inscription nécessaire. Toutes les activités sont gratuites et les inscriptions se font en personne aux comptoirs des bibliothèques ou par téléphone. Bibliothèque de Salaberry : 4170, rue De Salaberry, téléphone 514 872-1521 (Source : Arrondissement)


Picture

Le samedi 13 février de 13 h à 16 h
Visite au Parc Jean Drapeau (Ile Sainte-Hélène) avec le club d’ornithologie d’Ahuntsic À la recherche d’oiseaux d’hiver, de rapaces et peut-être la Pie grièche. Possibilité de se rendre directement au métro de l’Ile Sainte-Hélène. Le guide sera là pour vous accueillir. Covoiturage : 5$, stationnement : 16$. Informations : info@coamontreal.org ou 438-338-4138 (Source : COA)

__________________________________________________

Autres idées d’activités sans date précise


Picture

Du 22 janvier au 27 février
Exposition de Jean-François Provost « Présage » Huile et technique mixe sur toile Se définissant avant tout comme un plasticien, Jean-François Provost se livre à un travail réaliste et figuratif représentant des astéroïdes, ces plus petits corps célestes du système solaire qui continuent à fasciner les hommes. Il s’interroge sur les répercussions que pourrait engendrer l’annonce d’un impact d’astéroïde sur notre vie. Loin d’être fataliste, cette thématique est en quelque sorte un vibrant plaidoyer pour la vie et la pleine conscience. Jean-François Provost a reçu plusieurs prix pour son travail qui a été présenté au Canada, en Autriche et en Italie. On retrouve ses œuvres dans plusieurs musées et dans des collections privées aux États-Unis, en Europe et au Moyen-Orient. (Source : Le rendez-vous du thé)

Profitez des joies de l’hiver dans les parcs de Montréal sans traverser les ponts! C’est l’hiver et une foule d’activités extérieures, très souvent gratuites, s’offrent aux Montréalais dans les parcs-nature! Inutile de quitter la ville pour prendre une grande bouffée de plein air, les parcs-nature de Montréal sont accessibles via le réseau de transport en commun et permettent de se dépayser à quelques pas de chez soi! Les parcs-nature proposent mille et une activités hivernales amusantes à 45 minutes de voiture du centre-ville qui sauront satisfaire les aventuriers qui n’ont pas froid aux yeux comme les plus frileux!
Le parc-nature du Bois-De-Liesse
Situé au croisement de l’autoroute 13 et de l’autoroute 40, ce parc recèle une belle diversité d’espèces animales et végétales, y compris une forêt centenaire et une érablière composée d’arbres impressionnants et rares, comme l’érable noir, une véritable forêt enchantée !
Activités & services :
-11,5 km de pistes de ski de fond ; 9,6 km de pistes de raquette ; 4,4 km de sentiers de randonnée;
-Cours de ski de fond pour 6 à 13 ans et 14  ans et +, Promenades sous les étoiles;
-Les Après-midi colorés;
-La fête des mitaines;
 -Découverte des sciences de la nature et de l’environnement pendant la relâche scolaire;
-Accueil de la maison Pitfield;
-Chalet d’accueil des Champs avec comptoir de rafraîchissements et collations;
-Location de skis de fond, raquettes, luges et tapis à glisser.
Parc-Nature de L’île- De-La-Visitation
Situé dans l’arrondissement de Ahuntsic-Cartierville, accessible à partir de la station de Métro Henri-Bourassa, ce coin de nature regorge de vestiges historiques patrimoniaux.
Activités & services :
-8,6 km de pistes de ski de fond, de raquette et de randonnée pédestre;
-Balade historique grâce à l’application mobile Destination Sault de Cité Historia;
-Dimanche autour du feu;
-Observation des oiseaux;
-Chalet d’accueil;
-Location de skis de fond, luges et tapis à glisser.

​Du 1er au 11 février
L’exposition “10 000 logements, 10 000 foyers de changement!” de Bâtir son quartier sera présentée dans le hall de l’édifice Louis-Laberge, au 545, boul. Crémazie Est. Venez y découvrir les facettes méconnues de l’habitation communautaire à travers les oeuvres des photographes Denis Tremblay et Valérian Mazataud. Accès gratuit au public pendant les heures d’ouverture : lundi au vendredi, de 8 h à 18 h. Information : http://www.batirsonquartier.com/lexposition
 
Les plaisirs du cinéma Voir un film, c’est bien. En parler, c’est mieux! Un ciné-club, c’est fait pour ça: discuter, partager, approfondir. Celui de l’Association des retraités d’Ahuntsic propose huit films hors de l’ordinaire, certains lundis soirs, enrichis par une rencontre d’échange le lendemain matin. Début: 1er et 2 février. Informations: 514-382-0310, info@aramontreal.org (Source : Association des retraités d’Ahuntsic)
Du 14 janvier au 17 mars
L’Antenne Ahuntsic-Bordeaux-Cartierville de l’Université de Sherbrooke offre du jeudi 14 janvier au jeudi 17 mars inclusivement à la salle communautaire de l’église Saint-Jude, située au 10120 avenue d’Auteuil, un cours intitulé L’empire romain : un reflet déformé, présenté par Raphaël Weyland. Les rencontres ont lieu le matin de
10 heures à midi et sont répétées l’après-midi de 13 h 15 à 15 h 15. Les gens de 50 ans et plus sont les bienvenus. Une préinscription est obligatoire, à www.usherbrooke.ca/uta/abc.
 
________________________________________________________
Numéros de téléphone utiles
Bibliothèque d’Ahuntsic : 514 872-0568
Bibliothèque de Cartierville : 514 872-6989
Bibliothèque de Salaberry : 514 872-1521
Café de Da : 514 872-5674
Le Rendez-vous du thé : 514 384-5695
Maison de la culture : 514 872-8749

* Les renseignements de la section Quoi faire sont publiés à titre indicatif. C’est avec plaisir que journaldesvoisins.com corrige les coquilles, mais il ne peut être tenu responsable d’erreurs ou d’omissions. 
​_______________________________________________________

EN 2016
Prenez UNE seule bonne résolution!
Devenez un am
i de la Société des amis du journaldesvoisins.com
Parce que la qualité de l’information vous tient à cœ
ur!


Photo

Faites comme 200 autres résidants d’Ahuntsic–Cartierville! Devenez membre de La Société des amis du journaldesvoisins.com.

Faites-le par Paypal ou encore par la poste en envoyant votre chèque libellé à l’ordre de journaldesvoisins.com et vos coordonnées au 10780, rue Laverdure Montréal, QC, H3L 2L9. Vos coordonnées doivent inclure vos nom et prénom, votre adresse courriel (si vous en avez une) et votre adresse postale.

Pour devenir membre, cliquez ici.
_______________________________________________


Pour plus de nouvelles, « Aimez-nous »
sur Facebook, à
journaldesvoisins.com
Nous sommes également sur Twitter : @jdesvoisins

_____________________________________________________________
Vous avez manqué des Actualités?

Allez sur Archives – Actualités tout en haut à gauche et choisissez la date voulue.

________________________________________________________

Nous reconnaissons la contribution financière du ministère de la Culture et des Communications du Québec dans la réalisation de journaldesvoisins.com.

Nous reconnaissons la contribution financière du Fonds d’économie sociale de la Corporation de développement économique (CDEC) AhuntsicCartierville dans la réalisation de journaldesvoisins.com.

Journaldesvoisins.com :

  • Gagnant de cinq (5) Prix d’excellence au congrès annuel 2015 de l’Association des médias écrits communautaires du Québec (AMECQ): catégories “nouvelle”, “reportage”, “entrevue”, “photo de presse”, et 2e meilleur média.
  • Gagnant d’une bourse de 5000 $ au concours Entreprenez à Ahuntsic-Cartierville, édition 2014
  • Mention Coup de cœur du jury au Concours québécois en entrepreneuriat, CQE Est de Montréal, édition 2014
  • Participant à la finale régionale de Montréal au Concours québécois en entrepreneuriat, édition 2014, dans la catégorie Économie sociale
  • Journaldesvoisins.com est un journal communautaire d’information fait par des résidants et pour les résidants d’Ahuntsic–Cartierville, et dont le siège social se trouve à Ahuntsic. Notre journal est un magazine bimestriel papier, mais surtout un journal en ligne qui, chaque vendredi, avec les Actualités hebdomadaires d’Ahuntsic–Cartierville, se consulte sur le Web, à www.journaldesvoisins.com

Nous sommes membres de l’Association des médias écrits communautaires du Québec (AMECQ).

Courriel : journaldesvoisins@gmail.com.
Téléphone : 514 770-0858.

CORRESPONDANCE: 10780, rue Laverdure,
Montréal (Québec) H3L 2L9

Les opinions émises dans ce journal n’engagent que leurs auteurs. Vous voulez nous aider? Écrivez-nous! Appelez-nous!
Conseil d’administration : Paul Guay, CA, président; Pierre Foisy, PhD., vice-président; Me Hugo Hamelin, secrétaire; Douglas Long, trésorier; Maryse Henri, administratrice (représentant les OBNL); Yves Bonneau, administrateur (représentant les commerçants et les gens d’affaires), Pascal Lapointe, administrateur, et Liliane Gingras-Lessard, administratrice.
Éditeur et cofondateur : Philippe Rachiele.
Conseiller Média : Éric Lescure, 514 506-8665, ou publicitedesvoisins@gmail.com
Rédactrice en chef et cofondatrice: Christiane Dupont
Rédacteur en chef adjoint : Alain Martineau.
Rédactrice en chef suppléante: Mélanie Meloche-Holubowski

Photographes: Philippe Rachiele, Élaine Bissonnette, François Lauzon
Journalistes, version Web : Christiane Dupont, Philippe Rachiele, Alain Martineau, Rabéa Kabbaj, Mélanie Meloche-Holubowski, Elizabeth Forget-Le François, Christiane Dumont, François Lauzon, et Thomas Deshaies.
Journalistes, version papier : Alain Martineau, François Barbe,
Mélanie Meloche-Holubowski, Rabéa Kabbaj, Elizabeth Forget-Le François, et Thomas Deshaies.
Journalistes et collaborateurs à la rédaction: Diane Éthier, Laetitia Cadusseau, Justine Castonguay-Payant, Sandrine Dussart, Samuel Dupont-Foisy, Geneviève Poirier-Ghys, Julie Dupont, Patrick De Bortoli, Nacer Mouterfi, Kristian Gazaryan, et Daphné Dupont-Rachiele.

Graphisme de la nouvelle version papier et nouveaux logos : Nacer Mouterfi
Mise en page : Philippe Rachiele, Christiane Dupont et Nacer Mouterfi.
Illustrations originales : Claire Obscure.
Caricaturiste : Florence Tison.
Bédéiste: Martin Patenaude-Monette
Illustrateur: Nicolas Roy
Correction/révision, version Web : Christiane Dumont.
Correction/révision, version papier : Samuel Dupont-Foisy, Geneviève Chrétien et Séverine Le Page.
Réseaux sociaux : Christiane Dupont, Mélanie Meloche-Holubowski, Philippe Rachiele.
Impression, version papier : Hebdo Litho inc.
Distribution, version papier : journaldesvoisins.com

Dépôt légal, version papier : BNQ – ISSN1929-606
Dépôt légal, version Web : BNQ – ISSN1929-607X

________________________________________________________

Journaldesvoisins.com et quelques-uns de ses artisans sont membres de :


Photo

Christiane Dupont, rédactrice en chef,
membre AJIQ

Photo

Christiane Dupont, rédactrice en chef, membre FPJQ; Mélanie Meloche-Holubowski, rédactrice en chef remplaçante, membre FPJQ; Alain Martineau, rédacteur en chef adjoint, membre FPJQ; Rabéa Kabbaj, journaliste, membre FPJQ; François Lauzon, photo-journaliste, membre FPJQ.
________________________________________________________

Photo

34 000 exemplaires papier distribués

S'abonner
me prévenir de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires